Conseils Thermiques Conseils Thermiques

Choisir son chauffage au bois

choisir chauffage boisDepuis la nuit des temps, l’homme utilise le bois pour se chauffer. Les technologies de chauffage ont bien sûr évoluées au fil des années pour proposer toujours plus de confort (rendement élevé, automatisation, autonomie, esthétisme). Le chauffage au bois reste donc plus que jamais adapté à notre mode de vie moderne. Entre poêles à bûches, poêles de masse, poêles à granulés, chaudières à bois, granulés de bois, plaquettes, bûches de bois densifié... il existe aujourd’hui de nombreux appareils et de nombreux combustibles. Voici un panorama complet des différentes technologies de chauffage au bois, détaillant les avantages et les inconvénients de chaque système. Vous pourrez ainsi choisir le chauffage au bois le plus adapté à votre besoin.

Bien se chauffer au bois

Pourquoi choisir le bois?

Un intérêt financier...

Le premier intérêt à choisir le bois est un intérêt financier. En effet, contrairement à la plupart des autres énergies et notamment fossiles, le prix du bois n'est pas volatile. Le coût du kWh du bois se situe en moyenne à 4ct€ (de 2,5ct€ à 6ct€ selon la source de biomasse), contre 7ct€ pour le gaz et 13ct€ pour l'électricité (source base de données Pégase)). C'est également le combustible qui augmente le moins rapidement. Par exemple, en 6ans, le bois bûche coupé a augmenté de 20% en 6 ans pour tandis que dans le même temps, le fioul et le gaz ont augmenté de 50%. Certaines ressources de biomasse ont même vu leur prix stagner voire diminuer comme les plaquettes forestières.

Et écologique.

schema développement durableLe deuxième atout regroupe tous les enjeux du développement durable : le bois-énergie est une ressource propre et renouvelable, qui favorise la bonne santé des forêts et favorise les emplois locaux. En effet, tout au long de sa vie, la biomasse va stocker du CO2 qu'elle va ensuite rejeter lors de sa combustion (ou de manière naturelle par décomposition). Cela revient donc à un bilan carbone nul, si l'on excepte les émissions dues aux conditionnements et aux transports, qui doivent donc rester limitées. Par ailleurs, il n'y a jamais eu autant de forêt en France et la renouvelabilité du bois-énergie est aujourd'hui tout à fait garantie puisque l'on utilise seulement 60% de ce qui pousse chaque année. Mais en plus, exploiter les forêts assure un renouvellement qui permet un meilleur stockage du CO2 (nouvelles pousses plus gourmandes) et une exposition moindre aux aléas climatiques (tempêtes, incendies, maladie...). Enfin, sur l'emploi, le chauffage au bois représente environ 60000 emplois (source ADEME) et près de 75% des appareils de chauffage au bois vendus en France sont français. Le développement des filières bois permet également de créer des réseaux au niveau local et donc, non délocalisables.

Le feu comment ça marche? Entre combustion et pollution

Le cycle du feu

étapes de la combustion du bois : evaporation, pyrolyse, oxydationLa combustion du bois fonctionne en 3 étapes. En premier lieu le séchage : l'eau sous l'effet de la chaleur remonte à la surface et s’évapore. Cela produit peu de chaleur (chaleur latente). Ensuite, on trouve la pyrolyse : le bois lui-même s'évapore en particules fines. Si la température n'est pas assez élevée ou les apports d'air insuffisants, cela provoque l'apparition d'imbrûlés polluants (CO, NOx...) et de plus de particules. Enfin l'oxydation : si la température est suffisante, le bois se transforme progressivement en charbon qui brûle lentement en dégageant une chaleur importante (550°C).

La technique du bois inversée

combustion inversee du bois pour poelePour que ces étapes se déroulent le mieux possible, quelques petites astuces peuvent être à retenir. Par exemple, contrairement à ce que l'on pourrait penser, il faut mettre les grosses bûches (espacées) en bas et avoir du bois de plus en plus fin en remontant. Cela permet de réduire de façon importante les fumées et donc les émissions de polluants lors de l'allumage. Il faut également veiller à laisser passer suffisamment d'air, en ouvrant par exemple les clapets lorsqu'il y en a. Il faut ensuite les refermer progressivement, pour éviter une combustion trop rapide, mais tout en évitant les imbrûlés.

La pollution

La combustion parfaite d'un bois sec ne rejette que du CO2 (bilan neutre on l'a vu) et de la vapeur d'eau. Cependant, si la combustion est incomplète et/ou que le bois est humide, d'autres éléments vont être rejetés parmi lesquels du CO, des Nox, des poussières (particules fines)... Le parc ancien et notamment les foyers ouverts, est particulièrement vulnérable à ces risques. Par exemple, un foyer ouvert possède un rendement énergétique d'environ 10% pour un rejet de particules de 97kg/an, alors qu'un foyer récent (Foyer Flamme Verte 5) a un rendement 8 fois supérieur (80%) et n'émet que 3kg/an de particules

fog parisEn imaginant une croissance de la part du chauffage au bois et un remplacement progressif des foyers les plus anciens, la qualité de l'air, notamment lors des épisodes de grands froids, en serait nettement améliorée. Cela permettrait d'éviter des phénomènes de "fog" dus à la pollution (cf. photo ci-contre). Mais cela impose également un entretien régulier des équipements de chauffage et d'évacuation des fumées.

Aides fiscales, labels et RT 2012

Les aides fiscales pour les équipements de chauffage au bois

Les appareils de chauffage au bois sont aujourd'hui éligibles au crédit d'impôt développement durable et à l'éco-PTZ. Pour cela, les équipements doivent être certifiés Flamme Verte 4 ou 5. Pour les autres conditions, il faut se référer aux dispositifs d'aide eux-mêmes (rénovation, habitation principale, conditions de ressources...).

De nombreux labels

Plusieurs labels existent aujourd'hui pour valider des performances ou des compétences et concernent à la fois les appareils, les installateurs ou encore le combustible.

La réglementation thermique 2012

Concernant la Réglementation Thermique 2012, il reste des exigences qui ne semblent pas réellement compatibles avec le chauffage au bois, ou du moins pas avec toutes les techniques. Par exemple, le chauffage au bois n'est théoriquement pas considéré comme un chauffage principal que pour un élément par tranche de 100m². Au-delà, il faudrait donc un deuxième appareil. Ensuite, les équipements de chauffage doivent être équipés de dispositif de régulation automatique, hors cela n'est possible que sur des équipements fonctionnant avec des granulés. Enfin, le chauffage doit pouvoir permettre d'avoir une température minimum de 19°C, hors avec un poêle et cas d'inoccupation, cela ne peut pas être réellement le cas. Cependant, malgré toutes ces exigences, la plupart des techniques de chauffage au bois peuvent être intégrées sans réel soucis dans les projets neufs, du fait d'une certaine tolérance.

Cependant, qui dit neuf et RT 2012, dit configuration différente d'une rénovation. En effet, dans ce dernier cas, le chauffage au bois intervient généralement qu'en tant que chauffage d'appoint. Dans le cas d'un chauffage principal, certaines précautions sont à prendre. Il faut ainsi favoriser au maximum la circulation de la chaleur. Pour cela, on peut par exemple installer des portes jusqu'au plafond afin d'éviter de bloquer la chaleur au plafond d'une pièce. De plus, les maisons à étage possèdent une circulation de chaleur naturellement plus efficace. Concernant la ventilation, la VMC Double Flux ne peut contribuer que d'une manière marginale à la répartition de la chaleur et ne permettra pas de faire monter la chaleur à l'étage.

Pour ce qui est de l'arrivée d'air du poêle, il faudra choisir un système dit à configuration "étanche", c'est-à-dire qui possède une arrivée d'air extérieur propre, on en reparle dans le paragraphe ci-dessous sur les conduits.

La fumisterie, arrivées d'air et conduits de fumées

L'étanchéité et les arrivées d'airs

Dans tous les projets de poêle dans une construction neuve, on entend un jour ou l'autre parler de poêle étanche... Qu'est-ce que c'est et, est-ce obligatoire?

Les conduits de raccordement et de fumées

Pour commencer, lorsqu'un conduit de fumées est déjà présent et parfaitement étanche, il n'est pas nécessaire de le tuber. Toutefois, les installateurs prennent généralement peu de risques et le font quasiment systématiquement, les risques ont des conséquences souvent importantes, incendies, intoxication au monoxyde de carbone...poele granule sortie toiture

Les principales prescriptions à retenir dans le cas de conduits de fumées sont contenues dans le DTU 24.1 (et 24.2 pour un insert). A noter que les conduits seront différents si l'on est en poêle à bûches ou à granulés car la qualité du bois n'étant pas identique, les fumées ne contiendront pas les mêmes éléments dans les mêmes quantités. Cela impose donc des matérieaux et des exigences différentes.

Vous pouvez retrouver un récapitulatif de la fumisterie des poêles sur cette fiche de l'ALE de Lyon Agglo

Plaquettes, granulés, bûches,... ?

Acheter son bois (ou le faire?)

Conseils pour acheter du bois (des bûches) sans se tromper

Faire son bois

Si votre appareil fonctionne avec des bûches ou est polycombustible, la tentation est souvent grande de faire son propre bois. C'est moins cher et c'est local. Cela impose toutefois d'avoir un bois de qualité à la fois pour ne pas polluer, mais également pour ne pas endommager son appareil.

Quelques règles sont donc à respecter et elle concerne surtout le stockage. Le bois s'assèche progressivement et naturellement, y compris dehors. Un bois stocké dehors mais à l'abri de la pluie sera sec plus vite et n'aura pas de risque de pourrir. Au bout de 2 à 3 ans, le bois peut être considéré comme sec. Cependant, en attendant encore 1 ou 2 ans, il perdra encore de l'humidité et chauffera encore mieux. Il est par ailleurs conseiller de couper les bûches en quartiers, pour un séchage plus rapide. Divers indicateurs peuvent confirmer que le bois est prêt à chauffer :

Le bon granulé

Un granulé (un pellet), c'est quoi?

granules pellets bois Les granulés sont fabriqués à partir de résidus de scieries ou de copeaux de bois forestier. La sève contenu naturellement dans le bois permet de ne pas avoir recours à des adhuvants ou colles pour lier les granulés.

Le granulé, champion du PCI

Le granué est la ressource de bois possédant l'un des plus grand pouvoir calorifique grâce à une densité élevée et un taux d'humidité inférieur à 10%. En moyenne, le PCI des granulés bois est d'environ 4,9 kWh/kg.

Le conditionnement

Plusieurs conditionnements de granulés sont possibles :

Les granulés, pour quels appareils?

La plupart des appareils actuels de chauffage au bois : inserts, poêles; chaudières, cuisinières,... se déclinent avec une version fonctionnant aux granulés.

Quels granulés acheter et à quel prix?

Le label le plus connu est le label Din+ mais il existe aujourd'hui un label français avec la NF Granulés. Ces labels sont très importants puisqu'ils garantissent les caractéristiques des granulés. D'une manière générale, un granulé performant répond à plusieurs critères

Il est possible de vérifier le taux d'humidité de granulés. Il faut pour cela chauffer les granulés au micro-onde pour les assécher totalement et regarder la différent de masse avant et après. /!\ Attention, il faut les chauffer progressivement et avec attention, il peut y avoir des risques de combustion.

Pour contrôler la densité, il suffit de mettre des granulés dans un bol d'eau. Des granulés correctement densifiés coulent complètement.

Retrouvez ici les prix d'une tonne de pellets.

Des produits similaires : Les bûches ou briques densifiés

Une solution alternative, les plaquettes

Une plaquette, c'est quoi?

plaquette_bois Les plaquettes sont fabriquées grâce aux résidus de l'exploitation des forêts et des haies, voire de résidus des scieries. Il existe de nombreux types de plaquettes. Les plaquettes se présentent sous forme de petits "morceaux" de bois de quelques centimètres. Les plaquettes fines, inférieures à 3 cm sont celles classiquement utilisées en habitat individuel. Les plaquettes ont besoin d'un plus grand volume de stockage que les granulés et seront donc plus adaptés en milieu rural où le stockage y est plus facile.

Un pouvoir calorifique variable...

Le pouvoir calorifique des plaquettes est très variables en fonction de leurs caractéristiques notamment des essences quelles contiennent et du taux d'humidité. Il se situe généralement entre 3300 et 3900 kWh/tonnes (pour des plaquettes sèches = <30% d'humidité).

Quelles plaquettes choisir?

A l'inverse des granulés, il n'existe pas encore de normes pour les plaquettes. Il est cependant possible de s'assurer que les plaquettes viennent de forêts correctement gérées grâce aux label de PEFC et FSC. Quelques critères pour s'assurer de plaquettes de bonne qualité:

Miscanthus et autres sources de biomasse

miscanthus Il existe de nombreux types de biomasse qui peuvent être utilisés pour faire de la combustion. Il faut toutefois des appareils spécifiques comme des chaudières polycombustibles qui sont souvent de grosses puissances et donc plutôt adaptées à des installations plus conséquentes qu'une maison individuelle (plutôt exploitation agricole, collectivité...).

Cependant, la biomasse énergétique se démocratise de plus en plus, notamment avec l'apparition de culture à renouvelement rapide comme le peuplier et plus dernièrement le myscanthus (photo ci-contre) qui ne nécessite pas d'intrant et possède un pouvoir calorifique de 4900 kWh/tonne (identique aux granulés bois). On pourrait donc bientôt voire débarquer des combustibles issus de la biomasse dans nos foyers.

Les technologies de chauffage au bois

Les poêles à bois: bûches ou granulés?

poele a bois poele granule Depuis la nuit des temps, les hommes utilisent le bois pour se chauffer. Dans notre chaumière moderne, nous avons le choix entre le poêle à bois et le poêle à granulés. Quelques éléments pour faire son choix.

Les avantages du poêle à granulés sur le poêle à bûches

La programmation: Le poêle à granulés est programmable et s'allume donc tout seul. Vous rentrez chez vous le soir, la maison est déjà chaude. La programmation est journalière et/ou hebdomadaire.

La corvée de bois: Fini de réalimenter le feu toutes les demi-heures en rajoutant une bûche. Les poêles à granulés possèdent un réservoir (entre 15 et 30Kg) dans lequel vous stockez les pellets. Ceux-ci descendent tout seul jusqu'au foyer via une vis sans fin. En conséquence, vous devez alimenter le réservoir tous les 1 à 2 jours. Le poêle à granulés est donc considéré comme un chauffage principal. A l'inverse, le poêle à bois est plutôt un chauffage d'appoint.

Le rendement: Les poêles à granulés annoncent un rendement en général supérieur à 90%, c'est donc bien supérieur aux poêles à bois qui sont aux alentours de 75%. Attention cependant aux données fournies par les constructeurs. En effet, ce sont les fournisseurs qui décident de leurs réglages lors des tests de rendements. Vous n'avez à peu près aucune chance d'atteindre les mêmes performances chez vous. (conditions moins optimales) Toujours est-il que les pellets brûlent mieux que les bûches. Vous devez donc vider le cendrier moins souvent. Comptez une fois par semaine.

L'écologie: Le chauffage au bois (poêle à bûches et à granulés) est considéré comme neutre en CO2. Pourquoi? Au cours de sa vie, l'arbre qui va fournir le bois consomme du CO2. Lors de sa combustion, le granulé dégage du CO2. On estime que ces 2 phénomènes s'annulent mutuellement. Le granulé est fabriqué à partir des déchêts de l'industrie de transformation du bois. La sciure et autres copeaux de rabotage sont ensuite compactés pour former des pellets. Souvent, l'origine de vos granulés est donc assez locale. Le granulé nécessite une faible énergie grise c'est à dire qu'il faut peu d'énergie (transformations, transports...) pour fabriquer le produit final. (Voir image ci-dessous)

ecologie poele bois ou poele granule

Les inconvénients du poêle à granulés sur le poêle à bûches

Les radiateurs/ La fiabilité/ l'indépendance énergétique: Comme pour les poêles à bûches, la présence de radiateurs électriques (au moins d'appoint) est quasiment indispensable. Comment se chauffer si votre poêle tombe en panne? En effet, le poêle à granulés contient une partie d'électronique généralement garantie 2 ans. (Le corps de chauffe est généralement garantie 5 ans) Un petit tour sur les forums et on se rend compte que les pannes, même bénignes, sont assez fréquentes. La bougie d'allumage, par exemple, constitue une pièce d'usure et se change tous les 2 ans environ. A l'inverse, on trouve des poêles à bûches garantis 10 ans. Ces poêles à bûches sont par ailleurs totalement indépendants du réseau électrique. En cas du coupure de courant, le pôele à granulés ne pourra pas assurer sa fonction de chauffage contrairement à son aîné.

Le bruit: Beaucoup de poêles à granulés propulsent la chaleur via un ventilateur afin que la chaleur se diffuse plus efficacement. Le problème vient du fait que se ventilateur peut-être bruyant. Cependant, ce problème devient de moins en moins vrai. En effet, il est désormais possible sur de nombreux modèles de moduler la vitesse de la ventilation et donc son bruit (voire de la couper totalement). D'autres modèles encore suppriment carrément ce ventilateur et opte pour une diffusion naturelle de la chaleur. (comme un poêle à bûches.)

stockage poele bois ou poele granuleLe stockage/ le poids: Comme pour les bûches, il faut bien ranger les pellets dans un endroit au sec et dans la maison de préférence (à proximité du poêle pour éviter les allers-retours incessants). Pensez-y dès la conception de votre projet. Pour une tonne de pellets, il faut compter 1,6 mètre cube de rangements ce qui n'est pas négligeable. Ensuite, chaque sac de pellet pèse quand même 15kg qu'il faut soulever pour alimenter le réservoir. Cet effort est nécessaire tous les 1-2 jours en fonction des températures extérieures. Rajoutons à cela le transport entre votre terrain et votre maison, quand vous vous faites livrer une tonne de granulés. Pour nuancer, il existe des "pellets box" installées à l'endroit de votre choix (voir photo). Il ne vous reste plus qu'à tourner le robinet pour récupérer les précieux combustibles.

L'esthétique: En ce qui concerne le design, même si cela est de moins en moins vrai, certains poêles à granulés ressemblent ni plus ni moins à des armoires métalliques. Quand elles trônent en plein milieu du salon, on apprécierait un design un peu plus recherché. Pour la taille de la flamme, avantage au poêle à bois en ce qui concerne la "beauté" de la flamme. Même si la fonction première est de chauffer votre habitation, une belle flamme reste toujours agréable et chaleureuse...

Le prix/L'entretien: Évidemment, étant donné que son fonctionnement est plus complexe, le poêle à granulés est plus cher que le poêle à bois. Comptez au moins 6500€ pour une installation complète. Voir des exemples de projets chiffrés. On note également que les pellets sont plus chers en moyenne de 30% par rapport aux bûches. Néanmoins, vu que la régulation du poêle à granulés est plus fine, il y a très peu de gaspillage. Enfin, l'entretien du poêle à pellets est aussi plus onéreux que celui du poêle à bois car un démontage quasi total du poêle est requis! Comptez environ 180€/an. La bougie d'allumage s'ajoute à cette note (70€ TTc environ en fourniture seule), comptons 50€ par an pour se faire une idée.

Conclusion

Ces 2 systèmes sont réservés aux maisons individuelles. Pour une régulation efficace, on estime qu'un poêle peut chauffer 100m². Au delà, il faudra s'orienter vers un poêle canalisables (avec des gaines qui répartissent la chaleur dans les différentes pièces de la maison.) ou vers une chaudière à bois. Consultez un exemple de poêle canalisable avec le test du poêle Extraflame Tosca Plus. Si vous vous dirigez vers un chauffage principal, n'hésitez pas, optez pour un poêle à granulés bien plus pratique. A l'inverse, pour un chauffage d'appoint, vous avez le choix. Un poêle à bûches sera plus fiable, plus esthétique, plus chaleureux et surtout moins cher (achat, combustible et entretien). Un poêle à granulés restera tout de même plus pratique. L'arbitrage se fera en fonction de votre budget et du niveau de confort attendu. Notons qu'il existe des poêles mixtes qui acceptent les 2 combustibles (Ex: Rika Induo). Ces appareils présentent néanmoins quelques inconvénients: stockage des 2 combustibles, surcoût, machine plus complexe donc potentiellement moins fiable.

Envisager un poêle à bûches ou à granulés

Si vous vous orientez vers ce type de chauffage, il convient de réaliser différents devis pour chiffrer précisément votre projet et faire baisser les prix par une mise en concurrence. Pour obtenir rapidement plusieurs propositions, vous pouvez utiliser une application de devis en ligne, gratuite et sans engagement comme Enchantier. Il vous faudra ensuite sélectionner un professionnel certifié Qualibois.

Fermer X

Votre demande de devis a bien été enregistrée.
Nos entreprises partenaires (Enchantier, 123 Devis ou Travaux.com) prendront contact avec vous très prochainement par mail ou par téléphone pour plus de précisions sur votre projet et pour vous mettre en relation avec des artisans disponibles et proches de chez vous.
Pensez à vérifier que vous ne recevez pas les mails dans vos "spams".

  • Votre projet
  • Vos coordonnées
  • * *
  • Vous êtes
  • Votre situation *
  • *
  • de *
  • * *

Un poêle à bûches à chargement automatique?

poele buche chargement automatique nordica futura extraflammeEntre le poêle à granulés et le poêle à bûches classiques, on voit apparaitre des innovations comme les poêles à bûches à chargement automatique. Ce mode de chauffage atypique a-t-il les atouts pour concurrencer le poêle à granulés? Eléments de réponses.

Définition

Le poêle à bûches à chargement automatique a été pensé pour un double objectif : en finir avec la corvée de bois tout en s’affranchissant de la dépendance à l’électricité du poêle à granulés. Vous pouvez ainsi charger un réservoir d’une dizaine bûches pour une autonomie annoncée d’environ 12 heures. La descente des bûches dans le foyer de combustion se fait soit par gravitation naturelle (sans électricité), soit par un chariot automatique alimenté électriquement.

2 modèles seulement en 2015

Le modèle V5 de chez Fondis

descente gravitation poele buche chargement automatique fondis V5

Il affiche une puissance de 10,5 Kw et un rendement de 77.5% (dépend du bois de chauffage utilisé). Il accepte des bûches au format standard de 33cm. Il a le mérite de fonctionner sans électricité, la descente des bûches se faisant par gravitation. En contrepartie, l’arrêt du poêle se fait manuellement. Le prix hors pose : autour de 3100€ HT

Le modèle Futura de La Nordica-Extraflamme

poele buche chargement automatique nordica futura extraflamme

Il affiche une puissance de 10 Kw et un rendement de 80% (dépend du bois de chauffage utilisé). Ce modèle propose 2 modes : Manuel et Automatique. Le mode manuel fonctionne comme un poêle à bûches classique. Le mode automatique est plus contraignant : il nécessite le recours à l’électricité (un chariot automatique alimente le foyer en bûches) et oblige l’utilisateur à utiliser des bûches de bois pressé. La bûche de bois pressé est une sorte de très gros granulé de bois: sa forme est très régulière donc idéale pour un rechargement automatique (voir ci-dessous)

.

poele buche chargement automatique bois presse

Selon la notice : « Le mode de fonctionnement AUTOMATIQUE n’est prévu QUE lorsqu’on utilise des bûches de bois pressé de forme CIRCULAIRE. » Pour profiter pleinement de la fonction automatique, il faut donc un combustible spécifique. L’avantage de ce mode est qu’il est possible de programmer l’extinction (ou l’arrêt d’alimentation en bûches) du poêle. Le prix hors pose : autour de 3200€ HT

poele buche chargement automatique nordica futura extraflamme commande électrique

Avantages / Inconvénients du poêle à bûches à chargement automatique

Les Plus :

Les moins :

Conclusion

Le poêle à bûches à chargement automatique a le mérite de proposer une solution de chauffage indépendante de l’électricité. Cependant, les contraintes sont assez nombreuses et les modèles sont rares. Un produit atypique à ne pas mettre entre toutes les mains donc.

Les chaudières à bois : bûches, granulés ou bois déchiqueté ?

chaudiere bois froelingLa RT 2012 limite l'utilisation des poêles à des maisons de 100m² maximum. En ce sens, les chaudières bois proposent une vraie alternative en permettant une régulation du chauffage plus fine pour des grandes surfaces. Fonctionnement, avantages, inconvénients et prix de ces chaudières à bois.

La chaudière à bûches

Il s’agit de la technologie la plus ancienne, mais qui tend à se moderniser pour répondre à des exigences de confort toujours plus grandes. La chaudière à bûches est alimenté par des bûches standard, on trouve classiquement plusieurs formats: 20cm, 25cm, 33cm, 50cm, 100cm.
Ces chaudières à bûches offrent un haut rendement grâce à un phénomène de double combustion : Lors de la première combustion, le bois non brûlé ainsi que les fumées et particules sont réinjectées dans le foyer pour une deuxième combustion. Le rendement atteint est ainsi supérieur à 90% et la pollution émise est limitée.
Les chaudières à bûches ont une puissance de 15 à 60Kw ce qui les destinent plus à des grandes maisons en rénovation (150m²) ou des petits collectifs.
En image: la chaudière à bûches FROELING S1 turbo Drakkar 15-20 kW:

chaudière à bûches FROELING S1 turbo Drakkar 15-20 kW

Ces équipements ont 2 modes de fonctionnement : soit en direct, soit en accumulation. En direct, la chaleur émise par la chaudière est directement renvoyée vers les radiateurs: la chaudière doit fonctionner en même temps que ceux-ci. Il faut donc alimenter le foyer en permanence. En accumulation (ou hydroaccumulation), un ballon tampon vient jouer le rôle d’intermédiaire : il conserve la chaleur et la redistribue au bon moment. Ainsi, le fonctionnement est plus autonome, la chaudière peut rester éteinte alors que vos radiateurs fonctionnent toujours. La chaudière peut aussi assurer le chauffage de l’eau chaude sanitaire.
Certaines chaudières à bûches proposent également un rechargement automatique qui dispense l’utilisateur d’une constante manutention et améliore l’autonomie du système.

chaudiere bois buche hs france 28 kW drakkar

La chaudière à granulés

Cette chaudière fonctionne avec des granulés de bois (ou pellets) stockés dans un grand silo. Il faut bien compter autour 9-12m3 pour cet équipement qui nécessite donc un local à lui seul. Contrairement à la chaudière à bûches, la chaudière à granulés alimenté automatiquement et en continu. Elle ne nécessite donc aucune manutention.
La régulation est aussi beaucoup plus fine et permet un fonctionnement sans ballon tampon. De plus, elle peut être pilotée par un thermostat d’ambiance. On peut donc : programmer une heure d’arrivée, s’absenter quelques jours, faire une programmation hebdomadaire sur plusieurs zones de chauffe… Les chaudières à granulés ont généralement une puissance comprise entre 8 et 200Kw ce qui les destinent à tous les usages : particulier (rénovation et neuf), collectif et industrie.

chaudiere bois granulés pellets okofen pellematic eco

Des chaudières adaptées aux maisons neuves: Les fabricants s'adaptent aux très bonnes performances thermiques des nouveaux logements (réglementation thermique 2012) en proposant des modèles de faible puissance. Pour n'en citer que deux: retenons la chaudière NanoPK d'hargassner (6, 9 ou 12kW, à partir de 8200€ HT) ou la Okofen Pellematic Smart à partir de 3,9 KW.

Des chaudières de plus en plus compactes: Un des inconvénients majeur des chaudières à granulés est qu'elles sont très volumineuses car elles nécessitent la présence d'un silo de stockage plutôt très imposant. Cet espace de stockage coûte cher surtout dans les maisons neuves. Pour contourner ce problème, certains fabricants proposent des modèles avec un réservoir à granulés que l'on peut remplir de la même manière qu'un poêle à granulés. Bien sûr, l'autonomie diminue drastiquement (2 jours de fonctionnement environ) mais la chaudière peut se glisser plus facilement dans la maison en remplacement d'une ancienne chaudière. Ex: La Pellematic Smart (Okofen) est disponible avec une réserve intégrée à chargement par sac de 28 kg.

Des chaudières à granulés de moins en moins coûteuses: Avec la démocratisation de ce type d'appareils, les prix ont tendance à baisser. Le fabricant Okofen avec son modèle Easyspell (4 à 32kW) propose une chaudière minimaliste à un prix plancher (à partir de 5600€ HT) et avec une réserve de 125 kg incluse. En contrepartie, il faudra se satisfaire d'un design un peu moins soigné:

chaudiere bois granulés pellets okofen easypell

Des chaudières de plus en plus performantes: La chaudière à granulés "à condensation" permet de gagner environ 10% de rendement en récupérant la chaleur latente contenue dans la vapeur d'eau des fumées. On atteint ainsi des rendements théoriques supérieurs à 100%. Ex: Chaudière Pellematic Condens Okofen annonce un rendement de 107%.

La chaudière à bois déchiqueté ou à plaquettes

La chaudière à bois déchiqueté fonctionne avec bois du bocage local qui est broyé. Ce broyat forme des petits copeaux de bois homogènes appelés bois déchiqueté ou plaquettes forestières. Ce combustible a donc une très faible énergie grise. Il a également l’avantage d’être le moins cher du marché car il ne nécessite presque aucune transformation.
Comme avec les granulés, le fonctionnement de la chaudière à bois déchiquetés est entièrement automatique et propose une régulation très fine. La puissance de ces équipements va de 12 à 150 kW. Ils se destinent donc plus à des rénovations, des petits collectifs ou des industriels. A quand un poêle à bois déchiqueté ?

chaudiere bois granulés pellets okofen pellematic eco

Les chaudières mixtes: bûches, granulés et à bois déchiqueté ou plaquettes

A noter qu’il existe des chaudières mixtes combinant tous les combustibles. En image : la chaudière HARGASSNER HSV 150-200 kW destinée au collectif et à l'industrie :

chaudiere bois granulés pellets okofen pellematic eco

Conclusion

Les chaudières bois sont suffisamment diversifiées pour convenir à tous les publics : particulier (neuf et rénovation), petit collectif ou industriel. On préférera la chaudière à granulés et à bois déchiqueté pour leur fonctionnement 100% automatique. Le principal inconvénient est la place importante qu’elles occupent et qui nécessite un espace au sec dédié. De plus en plus, les chaudières intègrent un espace de stockage des granulés ce qui permet, malgré une baisse significative de l'autonomie, une adaptation aux chaufferies compactes.

Laisser un commentaire ou poser une question




#18 - Xavier (admin) - 09.11.16

Bonjour lolomaxrespect,

La salle de bain a besoin d'un mode de chauffage ponctuel et réactif. On y place donc généralement un émetteur de chauffage indépendant (type radiateur soufflant, sèche serviette ou rayonnement infrarouge) pour coller au plus près des besoins de chauffages. Dans la règlementation thermique, le dimensionnement du poêle est toujours calculé "hors salle de bain". Dans ce contexte, le projet me parait présenter plus d'inconvénients que d'avantages...
Si vous souhaitez quand même tenter le coup, vous pouvez poster votre message sur l'article VMC, Benjamin vous répondra plus précisément sur ce point :
http://conseils-thermiques.org/contenu/vmc_simple_flux.php

Tenez-nous au courant,

#17 - Xavier (admin) - 09.11.16

Bonjour lunereveuse,

Attention à ne pas confondre les termes "poêle certifié étanche" (pour les poêles à granulés seulement = zone 1, 2 ou 3 ok avec un conduit concentrique) et poêle "installé en configuration étanche" (pour tous les poêles, installation en conduits séparés avec une arrivée d'air dédiée). Je vous renvoie à cet endroit nous en parlons :
http://conseils-thermiques.org/contenu/poele_granule.php#10

Pour un poêle à bois bûches, installation uniquement en zone 1 (en "configuration étanche" si possible) :
http://conseils-thermiques.org/contenu/poele-bois.php#6

Pour un poêle à granulés, installation possible en zone 2 avec un poêle "certifié étanche", je vous renvoie vers notre comparatif où il y a ce critère de choix:
http://conseils-thermiques.org/contenu/comparatif-poele-granule.php

N'hésitez pas à revenir vers moi si ce n'est pas clair... A bientôt,

#16 - lolomaxrespect - 06.11.16

Salut!
Moi aussi je tiens à remercier tous les auteurs de ce site juste parfait!
Ceci dit je cherchait ici une réponse à un problème que j'aimerais résoudre chez moi.
Je rénove progressivement une vieille maison en brique des années 50 sur deux niveaux (combles aménagés) avec trémie des escaliers ouverte.
Je la chauffe à l'aide d'un foyer fermé moderne à haut rendement. Il permet d'être "bien" 20° dans les pièces de vie mais d'avoir presque 26° dans les chambres à l'étage et seulement 16° dans la salle de bain qui est située au rdc, au nord et loin de la source de chaleur (environ 10m).
J'aimerais donc récupérer cet air chaud au premier et le souffler vers la salle de bain. La configuration de la maison fait que je pourrais aisément (sans trop de travaux) capter l'air à 1m du sol à l'étage et le souffler à 2.20m du sol de la salle de bain (au rdc) avec une gaine qui ferait 1m, passant dans un comble où se situe la VMC.
Ce projet vous parait il plausible?, par quels moyens? Bidouillage de vmc??
Si vous pouviez m'aider à répartir ces calories dans la maison, je serais le plus heureux! Merci
Laurent

#15 - Lunereveuse - 05.11.16

Bonjour!
Tout d'abord merci pour votre site complet, clair, précis, idéal pour une novice qui a soif de comprendre et aime savoir où elle met les pieds avant de sortir le chéquier :D. Donc merci!
Maintenant résumons ma situation:
nous avons acheté une (très vieille) maison il y a quelques mois qui nous a été vendue avec un conduit et un tubage relié à rien du tout -les anciens proprios ayant vendu leur poêle, bref - et la promesse de pouvoir y mettre un poêle à bois. Seulement, quand l'installateur est venu faire le devis pour la pose du poêle que nous avions choisi en GSB il a été catégorique : c'était impossible, on ne pouvait pas mettre de poêle. Point barre. Il nous a expliqué pour le conduit qui ne dépassait pas le faitage (et ne pourra jamais le faire, bien trop bas et région venteuse, impossible de surélever) et en est resté là. Heureusement pour nous je ne baisse jamais les bras et j'ai fini par trouver chez vous les informations m'expliquant le tout et me donnant la solution du poêle à granule étanche en zone 2... nous faisons faire les devis, très douloureux comparé à ce que nous avions prévu pour le poêle à bois. Et maintenant je vois qu'il existe aussi des poêles à bois étanches ; mais je ne suis pas certaine de comprendre si l'on peut l'envisager avec une sortie ventouse en zone 2.... Ma question est donc la suivante : au secours! Est-il possible de mettre un poêle à bois étanche avec une sortie en ventouse verticale?
Merci d'avance!

#14 - Xavier (admin) - 02.09.16

Bonjour Tristan,

Nous des retours sur le Rika Induo qui semble bien tenir ses promesses avec un mode "sans courant" (pour le bois bûche au besoin), et un "mode combiné" (qui permet d'alterner facilement les 2 combustibles). Nous allons rédiger un test à ce sujet mais il n'arrivera probablement pas avant décembre prochain... Je vous tiendrai informé.

Néanmoins, si le choix d'un système mixte est séduisant sur le papier, cela occasionne également des désavantages liés aux 2 systèmes:

- Un coût élevé (autour de 6500€ HT contre plutôt 4500€-5000€ HT pour un poêle à granulé haut de gamme) et une rentabilité moindre
- Stockage des 2 combustibles donc un espace de rangement plus conséquent
- Plus de technologie, c'est toujours plus de pannes potentielles...

Il faut donc vraiment en avoir l'utilité. Si vous utilisez toujours un des deux modes, cela n'a pas forcément d'intérêt, autant choisir dès le début la technologie qui vous va le mieux.

Bonne réflexion et à bientôt,

#13 - Tristan - 02.09.16

Bonjour,

Merci pour cet article.

Que penser des poêles mixte ?

Merci

#12 - Simply - 07.04.16

Merci pour cet article très complet. Le bois est en effet le moyen de chauffage le plus économique aujourd'hui. De plus, il est très respectueux de la planète, ce n'est pas un aspect à négliger compte tenu de l'augmentation de la conscience écologique actuelle. Nous n'avons qu'une seule planète alors prenons-en soin !

#11 - Benjamin (Admin) - 01.12.15

Bonjour,
@silney : Merci pour ces retours d'expérience très intéressantes.

@didier*95,
Avant de penser à mettre un chauffage d'appoint, la priorité reste l'isolation des combles. Vous dites qu'elle est moyenne, pouvez-vous techniquement faire mieux?
Car cela restera l'investissement le plus rentable (30% crédit d’impôt au passage, si l'isolation est suffisante).

Pour le calcul au niveau du poêle à bois en appoint. Il faut aussi prendre en compte que la chaudière tournera moins en production de chauffage (puisque si on veut bien, elle ne pourra tourner que en appoint, notamment vu la surface de la maison). La réduction des consommations en gaz sera donc sans doute plus importante. Il faut ajouter à cela le confort apporté par le bois (convivialité...).

#10 - silney - 01.12.15

Utiliser les cendres de bois :
Les cendres pleines de potasse 25 à 50%, de chaux13% et soude 9% sont à conserver pour les étaler sur les mousses au jardin ou dans le compost ou pour faire sa lessive pour le linge couleur. Elles servent aussi de répulsifs contre les limaces et d’engrais 70gr/m2 et /an au potager aux rosiers et fruitiers . Elles ne conviennent pas aux arbustes de terre de bruyère ou de sol acide car le PH de chaux est de 13 donc basique. L'excès de potasse se traduit par une mauvaise assimilation du magnésium et d'autres éléments essentiels. L'excès de chaux provoque un blocage d'oligoéléments indispensables. Pire, il entraîne une destruction de l'humus du sol et une libération de l'azote sous forme gazeuse.


#9 - silney - 01.12.15

Réponse à Loulou, bûches de bois compressées et densifiées.Voici mon étude :Bûches densifiées :
1 tonne livrée=307.69€ soit 30.7ct/€ du kg, mais on récupère 10 à 20% en plus de calories , car taux d’humidité de 8 à 10% donc équivaut à 24.7ct/€/kg par rapport au bois coupé pour les même calories fournies
1kg de bûches densifiées= 4.8 kwh soit 24.7ct/€ : 4.8kwh = 5.14ct/€ pour 1 kwh
J'ai expérimenté les jours derniers 1 bûche compressée classique et 1 bûche densifiée dite nuit .J'ai mis les 2 bûches à bruler en même temps .La première brûle en 1H15 et la seconde en 3 heures et sont toutes les 2 réduites à l'état de braises.Les seuls points positifs: moins de fumée, manutention plus aisée, plus de calories car moins d'humidité inférieur à 10% que le bois coupé en forêt et sec de 2 à 3 ans environ 20%. Point négatif , son coût élévé par rapport au bois traditionnel.Ci-dessous mon étude sur le bois de forêt: Bois coupé ( base 200€ / corde )
1M3 de bois = 1 stère =450kg à 20% d’humidité après 2 ans de séchage
1 corde = 3 stères = 1.350 tonne . 1 M3 ou 1 stère = 66€ = 14.81 ct/€ du kg
1 kg de bois fournit 4 à 5 kwh suivant les essences soit :14.81ct /€ : 4.5 Kwh = 3.29 ct/€ pour 1 kwh
La différence de prix au kwh est très significative .

#8 - silney - 01.12.15

Il faut lire dans mon précédent message 620€ de gaz /an au lieu de 6200€ ,
" errare humun es" .Je voulais ajouter que je ramone moi même 2 fois /an par sécurité le conduit de fumées,( 1 fois /an suffirait, mais c'est par précaution pour éviter les problèmes d'assurance en cas d'incendie ) et que j'ajoute une fois /semaine dans le poêle une cuillère d'anti-goudrons sur les braises.

#7 - silney - 30.11.15

Message à Didier 95.Bonsoir Didier ,j'ai aussi une chaudière gaz condensation frisquet pour plancher chauffant et radiateurs à l'étage pour une maison de 120m2 construite il y a 25ans , mais bien isolée DPE, classe B,environ 90kwh /m2.Je chauffe à 17 degrés la journée et à 15 degrés la nuit de début décembre à avril soit 4 à 5 mois /an. Consommation 6721Kwh de gaz d'octobre 2014 à octobre 2015, soit 6200€ eau sanitaire comprise,abonnement et taxes.Pour le complément , j'ai un foyer fermé à bois en fonte de 9kwh et je consomme 4 stères de bois dans l'année pour fournir 4 degrés en soirée et 2 degrés la nuit.Je récupère le bois ci et là et je tronçonne des palettes récupérées aussi, donc coût zéro sauf le transport avec ma remorque et ma manutention.Je fais une sérieuse économie environ 7000kwh de gaz .Il n'y a donc pas photo pour sortir des énergies fossiles et réduire l'impact carbone,sans compter le plaisir qu'offre la combustion du bois.En outre ,il assèche l'atmosphère très humide en Bretagne d'environ 70% qui tombe à 60% grâce au bois.Voici mon étude: Bois coupé ( base 200€ / corde )
1M3 de bois = 1 stère =450kg à 20% d’humidité après 2 ans de séchage
1 corde = 3 stères = 1.350 tonne . 1 M3 ou 1 stère = 66€ = 14.81 ct/€ du kg
1 kg de bois fournit 4 à 5 kwh suivant les essences soit :14.81ct /€ : 4.5 Kwh = 3.29 ct/€ pour 1 kwh
Le financement d'un poêle est vite amorti si aides de l'ANAH, 30% de crédit d'impôt si maison construite avant 1990 ,et prêt à taux zéro selon conditions de ressources .Cela fait 30ans que je me chauffe au bois et surtout en inter saison pour ne pas allumer la chaudière gaz.Pour rien au monde je m'en passerais, malgré la manutention pour une femme de 60 ans .

#6 - didier*95 - 30.11.15

Bonjour,

J'ai emménagé il y a un an et je me pose une question ; est ce rentable économiquement d’un d’installer un poêle à bois en appoint ? Je parle bien sûr pour mon cas. Voici la topologie de mon habitation :
-Surface 75m² sur 2 étage+ 1 petite pièce aménagée dans les combles
-chaudière à condensation Friquet (monté depuis 3 ans) 25kw/ énergie gaz de ville
-conso sur 10 mois 955€ / 13500kw avec production eau chaude
-température programmée 19.5°(heure de présence) et 16.5°(heure hors présence)
- j’habite en Ile de France (20 km de Paris) : le chauffage au bois n’est en principe toléré qu’en appoint
-isolation : Grenier isolation moyenne. Mur : isolation intérieur placo+ 5 cm de laine de roche sauf mur nord : pas d’isolation : extérieur mur en meulière (quartier maisons meulière)/ intérieur escalier étroit). Fenêtres PVC double vitrage.
En faisant plusieurs calculs (Un peu d’apothicaire, serte) j’arrive à une économie entre 100 et250 €. Voici l’un de mes calculs :
En supposant que je vais diminuer ma facture de gaz par 2 soit 955/2=477.5€, que j’estime utilisé 4 stères de bois à 50€ le stères =˃200€+ 2 ramonages à faire tout les ans par un professionnels (soit 60€X2=˃120€) le chauffage de mon logement me couterait 477.5 (gaz)+200(bois)+120(ramonage) =800€~. Je ne compte pas l’entretien de ma chaudière vu que celle-ci produit de l’eau chaude et que par conséquent cette charge sera toujours présente.
Aussi, le gain serait de 955-800=155€. Et dans mon calcul je n’ai pas acheté mon poêle, et il n’est pas monté. Pour info j’avais fais mon calcul avec les puissances et j’arrive sensiblement au même résultat.
Merci de votre réponse.
PS : au jour ou je vous écris nous somme au moment de la COP 21, et les chauffages bois ne risque t’il pas d’être interdite en Ile de France comme c’est le cas soit disant à Londres.

#5 - Jack GEPY - 08.09.15

j'ai depuis 6 saisons une chaudière mixte bois granulés monté en insert (tous les avantages) car la chaufferie était juste derrière le salon.
J'ai jeté la chaudière fuel et connecté la nouvelle au réseau de chauffage central. C'est tout!
LA trémie était trop petite (moins de 32j d'autonomie, je l'ai donc agrandie (sans trop l'élever pour ne pas charger la vis sans fin d'alimentation. J'arrive maintenant à 4 ou 5 jours d'autonomie.
J'ai eu besoin de changer les paliers de vis sans fin il y a 3 ans, la bougie d'allumage il y a 2 ans, et cette année le ventilateur extracteur de fumées.
Je suis obligé de nettoyer les plaques échangeurs toutes les semaines lorsque à plein régime en hiver (région Toulousaine on a pas trop froid) car je fonctionne à basse température 40°C maxi dans les radiateurs, régime chaudière à 1 (2 maxi) sur 6 niveaux pour 12kW. Je consomme environ 3 tonnes de pellets/saison (contre 1500 l de fuel avant soit identique en apport énergie.)
Inconvénients / Avantages:
- si une panne d'électricité pas de chauffage car le circuit d'eau n'est pas monté en thermosiphon (ce serai possible mais j'y ai renoncé)car je pourrais charger en bûche avec allumage manuel.
- comme je suis en basse température le retour d'eau est assez froid et provoque la condensation de goudrons sur les plaques échangeurs du foyer => nettoyage toutes les semaines environ 1/4 h sur des plaques relativement accessibles (mais pas toutes: un bon couteau à pain un peu long suffit!) .
- la vitre du foyer prend aussi le goudron : mais en 2 pulvérisation de produit à insert c'est parti.
- pour le principe j'effectue un ramonage par an l'été! mais comme j'ai isolé le conduit il n'y a pratiquement pas de dépôts sur le tube inox (sauf en haut de cheminée là où l'air froid condense la fumée).
- la pièce la plus chaude de la maison est la chaufferie qui est convertie en sèche linge et j'ai installé une gaine avec un ventilateur de VMC pour chauffer les chambres de l'étage qui ne sont munis d'aucun autre radiateur (sauf un appoint électrique dans celle de ma fille)
- il faut un peu de place pour stocker mes achats de pellet par 1t à chaque fois -pour bénéficier de prix avantageux. Je trouve à m'approvisionner de plus en plus facilement, à moins de 3€ les 15 kg.(augmentation depuis 6 ans de 10% environ!!!)
- les cendres sont jetées dans le jardin ou dans l'herbe sauvage qui me tient lieu de pelouse! Excellent engrais et anti mousse!
- la flamme au travers la vitre éclaire délicatement le salon à tout moment
- la programmation me permet de moduler le démarrage en fonction de la météo (je n'ai jamais activé l'automatisation en fonction d'un thermostat)
- POURVU que ça dure...aucune idée de l'obsolescence ?




Bref sachant que j'ai bénéficié à l'époque de 50% d'aide à l'investissement et que le prix d'achat de pellets à l'année me revient entre 800 et 900 € Est-ce que j'ai "rentabilisé" l'investissement : réponse OUI en 4 saisons! (y compris le coût des pièces de rechange -mais je fais tout moi-même)
De plus mon épouse ne sens plus l'odeur de fuel et ses allergies ne sont pas aggravées par le foyer ; aucune odeur dans les pièces et très faible dehors par vent rabattant.

Si vous voulez savoir quelle est la marque envoyez moi une demande! Je ne suis pas payé par la marque!!!!




#4 - loulou - 23.08.15

Merci bien pour les infos
Bonne continuation

#3 - Benjamin (Admin) - 22.08.15

Bonjour loulou,
Les briquettes de lignite sont fabriquées à partir de charbon, nous pouvons donc que les déconseiller d'un point de vue environnemental. Elles sont par ailleurs plutôt conçues pour être utilisées la nuit en conservant des braises pendant une longue durée. Des bûches densifiées spéciales pour la nuit existent dans le même but.

#2 - loulou - 20.08.15

Merci
pour la reponse rapide , c'est sympa ;-)
les problemes sont:
emplacement du poele hauteur maximun 85cm !
je ne veux pas de connectivité electrique !
je ne suis pas bucheron :-)) et je recherche un combustible rapport qualité prix performant pour ce poele Invicta Sedan 10 .
j'ai egalement entendu parler de La briquette de lignite !
que pensez vous de tout ça *=*
merci d'avance


#1 - Benjamin (Admin) - 20.08.15

Bonjour loulou,
Les bûches densifiées permettent d'avoir de bonnes performances (taux d'humidité plus bas qu'un bûche "classique") et une meilleure autonomie (densité).
Cependant, les pellets permettent d'avoir des performances encore meilleurs pour une autonomie largement supérieur.

#0 - loulou - 19.08.15

bonjour
je vais opter pour un poele bois !
que pensez vous des bûches de bois "compressé, densifié" ?
Merci
Remonter