Réduire sa facture de chauffage sans investissement

Le chauffage (air et eau) représente 75 % des dépenses énergétiques d’un ménage selon l'Ademe. Il existe de nombreux moyens pour diminuer sa facture de chauffage comme les travaux d'isolation ou le remplacement de la chaudière. Or, tous ces travaux demandent un investissement de plusieurs milliers d'euros. Le but de cet article est de vous présenter des gestes simples pour réduire durablement votre facture de chauffage et ce, pour un investissement très faible. Toutefois, une rénovation énergétique restera à envisager à moyen terme.

Idée n°1 : Améliorer son isolation et réduire le volume à chauffer

reduire facture chauffage voletsFermer les volets la nuit

Il est important de fermer tous ses volets la nuit surtout pendant la période de chauffe. Ils permettent de créer une couche d'air peu renouvelée et qui joue donc un rôle d'isolant. Ce conseil est d'autant plus recommandé pour les fenêtres à volets roulants, qui sont plus isolants que les volets à battants. Si vous avez des volets roulants électriques, consultez nos tests de programmateurs.

Installer des rideaux épais

reduire facture chauffage rideauxDe la même façon, installer des rideaux épais côté intérieur la nuit, permettra de piéger le froid et de limiter la sensation d'inconfort provoquée par l'effet de paroi froide. Attention cependant, si vos chauffages sont sous les fenêtres, veillez à ne pas laisser pendre vos rideaux devant.

Rejointer les fenêtres

reduire facture chauffage jointoiement fenetresLes fenêtres sont des passages privilégiés pour les infiltrations d'air froid. Pour les limiter, il est possible de les rejointer (simple mastic transparent). En effet, la majorité des infiltrations passe au niveau du joint entre le battant et le dormant (la partie fixe de la fenêtre). Or, ce joint s'use au cours du temps et fait chuter l'étanchéité à l'air de la fenêtre. Selon l'Ademe, ce calfeutrement permet une économie d'énergie évaluée en moyenne à 8 % en habitation individuelle.

Installer des barres coupe-froid au niveau des portes

coupe froidIl est également très utile de calfeutrer les portes dont vous vous servez peu ou pas et qui donnent directement sur l'extérieur ou sur un local non chauffé (buanderie, cellier, etc.). En effet, cela permet de limiter les infiltrations d'air froid supplémentaires qu'il faudra chauffer. La solution la plus efficace et la moins onéreuse, pour limiter les infiltrations au niveau des portes, est d'installer des barres coupe-froid. Préférez les coupes-froid adhésifs ou permanents, aux boudins.

Diminuer le volume à chauffer

porte fermeeFermez les portes entre les pièces qui ne sont pas chauffées à la même température. Privilégiez le chauffage des pièces de vie (salon, séjour, cuisine) où vous passez le plus de temps. À l'inverse, le chauffage des pièces "froides" comme le cellier, l'entrée ou les chambres n'est pas indispensable. Vous pouvez ainsi économiser 6 % de l’énergie nécessaire au chauffage (Ademe).

Astuce : dans les chambres, l'utilisation d'une couverture chauffante permet d'améliorer sensiblement le confort thermique, pour un coût modéré (30 €) et des consommations faibles (60W en fonctionnement, 0.1W en veille).

Idée n°2 : Définir une température de consigne cohérente

thermometre numeriqueBaisser la température de consigne

Il faut garder en tête qu'au-delà de 20 °C, chaque degré supplémentaire augmente la facture de chauffage de 7%.

Installer des thermomètres

La sensation de chaleur ou de froid est subjective, c'est-à-dire qu'elle est propre à chacun. Pour ne pas être tenté de remonter la température de consigne sur une simple impression, équipez-vous de thermomètres. Placez-les dans les pièces et endroits stratégiques, cela vous permettra de savoir la température réelle (et non subjective) de la pièce et souvent faire disparaître l'impression d'avoir froid.

Et pour le chauffage de l'eau ?

En ce qui concerne le chauffe-eau, réglez la température entre 55 et 60°C (contre 70°C par défaut) permet des économies significatives. Cela évite en outre un entartrage trop précoce, tout en vous protégeant des maladies comme la légionellose.

Idée n°3 : Programmer son moyen de chauffage

Un thermostat d'ambiance programmable pour sa chaudière

thermostat ambiance programmable Destinée à la fois aux chaudières (et PAC) et aux installations de chauffage électrique, la pose d'un thermostat d'ambiance programmable permet d'abaisser les températures de consigne pendant les périodes d'inoccupation de votre habitation. Le thermostat d'ambiance programmable remplace le thermostat d'ambiance déjà présent et/ou vient piloter les émetteurs de chauffage. Il est tout à fait compatible avec des robinets thermostatiques qui viendront affiner la régulation centrale, pièce par pièce.

exemple d'une régulation programmable Exemple de régulation d'un jour de la semaine

Notez bien que chaque jour de la semaine peut être programmé différemment, il est donc très aisé de faire une régulation spécialement pour le week-end avec seulement un réduit la nuit. Une programmation spéciale peut également être mise pour les périodes de vacances (réduit conseillé à 14 ou 16°C) ou encore pour les jours fériés.

La durée de mise en chauffe varie en fonction de l'inertie de votre maison. Vérifiez donc la température lors du lever par exemple pour savoir si elle est suffisante. Le cas échéant, augmentez la durée de mise en chauffe.

Dans le cas d'émetteurs électriques pilotés par une régulation programmable, il est souvent possible de séparer l'habitation en plusieurs zones. Cela permet d'affiner la régulation pour ne chauffer (à la température de confort) que lorsque la pièce est occupée.

robinet thermostatiqueDes têtes thermostatiques pour les radiateurs

Les robinets thermostatiques (uniquement pour les radiateurs à eau) permettent de régler la température intérieure de chaque pièce. Il est donc possible de diminuer la température de consigne d'une pièce peu ou pas utilisée telle qu'une chambre d'ami par exemple.

Idée n°4 : Optimiser le fonctionnement des appareils de chauffage

Le calorifugeage

calorifugeLes tubes de cuivre transportant de l'eau chaude (qu'elle soit destinée au chauffage ou à l'eau chaude sanitaire) sont des sources de déperditions de chaleur importantes. Il est donc important de bien calorifuger les longueurs de tubes passant à l'extérieur, ou dans des locaux non chauffés. Le calorifuge est un isolant, le plus souvent en élastomère qui va isoler le tube, pour un coût très limité.


Entretenir ses appareils de chauffage

poussiere radiateurTous les émetteurs de chaleur fonctionnent par convection et/ou rayonnement. Il est donc important de bien dégager les radiateurs pour faciliter les échanges de chaleur avec la pièce. Veillez donc bien à :

En plus d'améliorer le rendement des émetteurs de chaleur, toutes ces actions permettront également d'augmenter leur durée de vie (notamment pour chauffages électriques).

purge radiateur hydrauliquePour les radiateurs hydrauliques : De l'air se niche dans l'installation de chauffage (le radiateur est froid en haut, chaud en bas) ce qui diminue sensiblement son rendement. Veillez donc à purger régulièrement vos radiateurs hydrauliques :

Limiter le chauffage d'appoint

poele petrole Dans un premier temps, il est important de noter que les chauffages d'appoint, notamment au pétrole sont loin d'être le mode de chauffage le plus économique. En effet, commencer à utiliser un chauffage d'appoint au pétrole est souvent un signe de situation de précarité énergétique. Ces appareils à combustion sont en outre plus risqués (incendie, intoxication au monoxyde de carbone) et peuvent dégrader la qualité de l'air (résidus imbrûlés). Si vous devez vraiment avoir recours à un chauffage d'appoint, un chauffage électrique (rayonnant ou bain d'huile) est préférable.

Si les radiateurs sont équipés de robinets thermostatiques, il ne doit pas être nécessaire de mettre en place un chauffage d'appoint. Sinon, cela veut dire que l'isolation de la maison ou la performance des ouvrants n'est pas suffisante et que le chauffage général mis en place ne suffit pas. Un petit investissement peut alors être envisagé pour améliorer le confort thermique des occupants, en plus d'une réduction des besoins de chauffage importante. L'isolation ou le choix d'ouvrants performants est un choix durable qui vous fera faire bien plus d'économies que d'investir dans un chauffage d'appoint.

Placer des panneaux réfléchissants

panneaux réfléchissants radiateurs murs non isolésAttention cette astuce n'est valable qu'au niveau des murs non isolés ! Derrière les radiateurs, vous pouvez installer des panneaux réfléchissants qui évitent que la chaleur ne s'échappe par le mur. Les performances du radiateur sont ainsi augmentées de 5 à 10% (Ademe). Sur des murs correctement isolés, il y a un risque de condensation derrière le panneau réfléchissant.


En cas d'absence prolongée...

Chauffage : Au-delà de 2 jours d'absence (week-end par exemple), mettez le chauffage en mode hors gel. Si possible, il faut programmer le redémarrage de l'installation 4 heures avant votre retour.

Chauffe-eau : Au-delà de 4 jours d'absence, l'arrêt de l'installation est rentable. Veillez simplement à ne pas boire l'eau tiède avant qu'elle ne soit complètement chauffée.

Idée n°5 : Ventiler efficacement sans refroidir trop sa maison

bouche ventilationLa ventilation renouvelle l'air du bâtiment en faisant rentrer l'air extérieur, c'est autant d'air qu'il faut chauffer. Si la ventilation est obligatoire dans le neuf et conseillée en rénovation, des moyens existent pour limiter ce qu'on appelle les pertes thermiques par renouvellement d'air. En ce qui concerne la ventilation "manuelle", il convient d'aérer 5-10 minutes par jour en coupant le chauffage et en ouvrant les fenêtres "en grand" afin de ne pas refroidir durablement les parois et provoquer un inconfort. Pour le reste, la plupart des systèmes peuvent se réguler, de deux façons distinctes :

Les ventilations auto-réglables

Les ventilations auto-réglables ne sont pas hygrorégulées, c'est-à-dire que leurs débits d'air est constant. La plupart de ces systèmes possèdent en réalité deux vitesses possibles qui peuvent être programmables par une horloge par exemple. D'autres installations ont un interrupteur pour pouvoir changer simplement de vitesse. Dans tous les cas, la vitesse minimum suffit à bien ventiler la maison SAUF à certains moments de la journée : lorsque la salle de bain et la cuisine sont utilisées. En programmant ou régulant la VMC pour que la vitesse soit maximale uniquement pendant ses périodes vous ferez des économies certaines de chauffage (et d'électricité), tout en préservant une qualité de l'air suffisante.

Les ventilations auto-régulées

Ce sont toutes les VMC dites hygroréglables (A ou B) qui ont des bouches (uniquement d'extraction pour les hygro A et d'extraction et d'arrivée pour les hygro B) qui s'ouvrent et se ferment selon l'humidité et la température d'une pièce. Si la pièce a un taux d'humidité élevé, la bouche sera plus grande ouverte et le débit sera donc plus important. Cela permet d'avoir un renouvellement d'air optimal. Cependant, il est souvent possible de régler la sensibilité des bouches. Si vous constatez que les bouches sont tout le temps grandes ouvertes ou bien que vous sentez un grand courant d'air à proximité des bouches, n'hésitez pas et réglez-les.

Dans tous les cas, il faut bien retenir que renouveler l'air permet de diminuer le taux d'hygrométrie, ainsi à température constante, le confort thermique sera meilleur. Autrement dit, on chauffera à 19°C un air sec et à 20°C un air plus humide pour le même confort. Quand on sait que la différence de consommation est de l'ordre de 7% par degré en plus, on comprend pourquoi faire rentrer de l'air froid fait finalement baisser la consommation de chauffage. Boucher ses entrées d'air est donc, en plus d'être dangereux, plus énergivore.

Idée n°6 : Choix du fournisseur d'énergie et des offres

fournisseur énergie comparateurDepuis 2007, le marché de l'énergie est ouvert à la concurrence ce qui fait mécaniquement baisser les prix. Il est ainsi possible d'obtenir des propositions allant jusqu'à 15% de remise sur le tarif réglementé par l'Etat (Electricité et Gaz). Les économies sont donc significatives et le changement reste facile puisqu'il n'occasionne aucuns frais, ni coupure. Pour comparer plusieurs offres, vous pouvez utiliser un comparateur gratuit et sans engagement comme Jechange.

Certains fournisseurs d'énergie proposent des offres pour leurs nouveaux clients et promettent des tarifs attractifs. Vous pouvez vous renseigner directement auprès d'eux :



VattenfaltotalENI


Idée n°7 : Faire chiffrer ses travaux de rénovation énergétique

logo artisan rgeIl faut garder à l'esprit qu'à moyen terme une rénovation énergétique sera à envisager pour baisser plus significativement la facture de chauffage et améliorer durablement le confort de votre logement. Pour faire baisser les prix, il est important de réaliser plusieurs chiffrages afin de mettre les entreprises en concurrence. Privilégiez en premier lieu les artisans RGE (Reconnus Garants de l'Environnement) qui se déplacent à votre domicile pour réaliser une étude technique. Assurez-vous que les professionnels soient disponibles et qu'ils vous rappellent rapidement. Déplacez-vous sur les chantiers pour constater la qualité des réalisations et obtenir des retours d'expériences de la part des anciens clients. Enfin, exigez une attestation de l'assurance décennale qui couvre les travaux réalisés.

Conclusion : réduire sa facture de chauffage, c'est facile !

Pour un investissement très limité voire inexistant, il est tout à fait possible de faire baisser sensiblement sa facture énergétique. Cependant, une rénovation plus conséquente avec la mise en place d'un complément d'isolation ou le remplacement d'un matériel en fin de vie doit toujours être envisagée à moyen terme. Le confort thermique sera nettement amélioré et les travaux seront rentables, même si les investissements sont souvent plus conséquents. Pour aller encore plus loin dans les gestes du quotidien, découvrez comment réduire de 40% votre facture d'eau et de 20% votre facture d'électricité.

Laisser un commentaire ou poser une question




#69 - Yola - 04 Octobre 2019

Bonjour. J'ai une résidence secondaire de 300 m2 que je n occupe pas l'hiver. Je viens de faire installer une chaudière gaz à condensation. Il y a une sonde avec thermostat intérieur et extérieur. Le chauffagiste me conseille de laisser tous les radiateurs ouverts à fond pendant l'hiver en réglant la température à 10°. J'ai du mal à comprendre pourquoi je ne peux fermer certains radiateurs alors que j'ouvre toutes les portes entre les pièces pour favoriser la circulation d'air… Merci pour votre réonse

#68 - Laurène - 02 Mai 2019

Bonjour, merci pour votre article. Je viens de recevoir ma facture de gaz et ma consommation est passée de 260 m3 sur l’hiver 2018 à 350m3 sur l’hiver 2019 alors qu’il n’a pas fait très froid cet hiver.
J’ai une chaudière à gaz, sans vannes thermostatiques. Mon chauffage était sur le mode réduit, avec une température de consigne à 19° tout le temps (alors qu’en 2018 j’alternais entre mode réduit la journée et la nuit, et mode normal (21 ou 21° je pense), le matin et le soir). Je ne comprends pas bien cet écart si marqué, auriez vous quelques idées pour l’expliquer ?
(J’ai tester le compteur, il n’est pas défectueux et il n’y a pas de fuite de gaz entre le compteur et la chaudière)
Merci beaucoup par avance

#67 - dany - 05 Avril 2019

bonjour voila je suis seule dans une maison de 75 m2 j ai décidé de baisser les chauffage a 3 la journée et 2 et demi la nuit le problème c est que j ai deux pièce qui ont 2m 99cm de haut et les autre je ne les chauffe pas alors l humidité dans ressent dans la maison mes conseiller vous de mettre tous mes radiateur au 2 et demi partout ou je continue comme je suis en se moment de plus j ai fait baisser a 55 degrés la chaudière qui sert que pour le chauffage a gaz j ai l impréssions quelle s enclenche plus souvent merci pour votre réponse

#66 - Xavier (admin) - 08 Janvier 2019

Bonjour Kris,

D'un point de vue économique, il y a toujours intérêt à baisser au maximum la température de consigne quand vous êtes absent. Il faut cependant ne pas trop "descendre" au risque que la maison soit trop longue à remonter en température (température de confort non satisfaite à votre retour).

Il y a donc un équilibre "confort / consommation" à trouver. En général, la température d'absence est de 2 à 3°C en dessous de la température de confort mais vous pouvez très bien descendre en dessous si vous arrivez à retrouver une maison chaude quand vous en avez besoin.

A bientôt,

#65 - Kris - 07 Janvier 2019

Bonjour,

Mieux vaut-il laisser une température toute la journée de 17,5 ou 18 et augmenter avant de se lever, de rentrer du travail comme vous l indiquez; ou maintenir 15 à 16 degrés de demander plus d effort pour atteindre 20 le moment souhaité?

#64 - JLB29P - 14 Octobre 2018

à clairececile : pour une installation sur laquelle il y a un ajustement automatique de la pression d'eau, il faudrait laisser l'eau ouverte; mais dans la plupart des autres, il y a un robinet à actionner manuellement pour rétablir une pression "normale", dans ce cas, fermer l'eau est plus prudent en cas de coupure de courant; si un tuyau pète à cause du gel, ça évite de retrouver la maison inondée !

#63 - clairececile - 14 Octobre 2018

bonjour , je viens de viens de faire installer une chaudière au gaz dans une résidence secondaire. j'ai laissé le chauffage et mis certains radiateurs en mode hors gel. Le but étant de réchauffer les murs dans l'immédiat. On m'a conseillé de laisser l'électricité. Mais pour l'arrivée d'eau faut il fermer ou laisser ouvert ?

#62 - Benjamin (Admin) - 21 Juin 2018

Bonjour Scott,
Le soucis d'un panneau réfléchissant, c'est qu'il est totalement imperméable à la vapeur d'eau.
Autrement dit, en demi-saison quand les radiateurs sont éteints, il pourrait se former de la condensation au niveau de la fibre et qui ne s'évacuerait pas par les murs comme c'est le cas normalement. D'autant que la zone derrière un radiateur n'est pas forcément très bien ventilée, ce qui augmente les risques.
Si de la condensation se créée et ne s'évacue pas, il y a de grand risque d'avoir l'apparition de moisissures à moyen terme...
Je ne conseillerai donc pas de recouvrir les panneaux réfléchissants mais plus simplement de les peindre.

#61 - Scott - 21 Juin 2018

Bonjour,
Après avoir placé un panneau réfléchissant derrière un radiateur, peut-on tapisser avec de la fibre de verre par dessus?
Merci

#60 - Benjamin (Admin) - 01 Février 2018

Bonjour Sophie,
Le passage au gaz est relativement onéreux car il faut passer tout un réseau hydraulique.
Une solution a étudié serait la pose d'un poêle à granulés (30% crédit d'impôt) couplés à des radiateurs électroniques de bonne qualité (régulation programmable et éventuellement à distance).
Pour la pose d'une chaudière au gaz, il faut faire venir un chauffagiste pour la partie intérieur tandis qu'il faut faire faire un devis à GrDF pour l'installation d'un coffret gaz le long de votre parcelle (si ce n'est pas déjà fait). Il y a également un crédit d'impôt de 30% sur la partie chaudière de l'installation (si elle respecte les conditions d'éligibilités).
Mais il faut avant tout se renseigner si votre commune est déservie en gaz de ville (ce que je ne peux pas vérifier puisque le site de GrDF est en maintenance...).

#59 - Sophie - 30 Janvier 2018

Bonjour,
nous avons une grande maison, chauffée actuellement à l'électricité et dans un souci de confort mais aussi d'économie, nous souhaiterions faire venir une personne pour nous indiquer s'il serait possible de tout modifier pour passer à un chauffage gaz. Pourriez-vous m'indiquer à quel organisme je dois m'adresser ? GDF directement ? et s'agissant de notre logement principal, existe-t-il des aides de l'état dans le cadre des économies d'énergie ? Je vous précise que nous habitons un petit village à côté de Clermont-Ferrand qui s'appelle Chanonat. Merci par avance pour vos précieux conseils. Cordialement. Famille BOUVIER

#58 - Benjamin (Admin) - 05 Décembre 2017

Bonjour Aurélie,
Justement non. Le thermostat sur 3 permet d'avoir une température de 19 à 20°C dans chaque pièce, et ceci indépendamment des apports solaires et internes.
Autrement dit, le radiateur sera coupé lorsqu'il y aura du soleil dans la pièce et que la température sera de 20°C.
Seul le radiateur situé près du thermostat d'ambiance peut être mis au maximum. En effet, si on mets le thermostat à 2, la température de consigne ne sera jamais atteinte et donc la chaudière (et/ou le circulateur) "essayeront" de chauffer plus en vain, ce qui consommera un peu plus.

#57 - Aurelie - 29 Novembre 2017

D’accord mais est ce que ça ne va pas plus consommer sur 3 ?
Ne serait il pas préférable de mettre au maximum ? Ou justement non?

#56 - Benjamin (Admin) - 28 Novembre 2017

Bonjour JLB29P,
A mon sens, il n'est pas économique de surchauffer la nuit a un tarif bas pour ensuite moins chauffer en journée (à moins déjà d'avoir une très grosse inertie et une bonne isolation).
Mais cela est effectivement difficile à modéliser (même avec les relevés), cela dépend de la qualité de l'isolation et du déphasage, des conditions thermiques extérieures (température, vent, humidité), des plages de durées de réduits, etc...
Il peut cependant peut-être envisagé d'anticiper la chauffage une heure avant la fin des heure creuses pour la relance du chauffage.
Par exemple pour une PAC de 9 kW et un gain d'1h par jour en HC x 150 jours par an, avec une perte de rendement de 20% : 1350 kWh x 0,035€ (différence HP/HC) x 0,8 = 38€
Pas négligeable mais pas super significatif non plus...

#55 - Benjamin (Admin) - 28 Novembre 2017

Bonjour Aurélie,
Généralement une température de 20°C correspond entre 2,5 et 3 sur les robinets thermostatiques.

#54 - JLB29P - 22 Novembre 2017

Bonjour,
J'ai également traité la relation T° externe et T° de consigne depuis 7 ans, pour un chauffage par PAC aéro thermique (chauffage par plancher chauffant au RDC et radiateurs basse T° aux étages). Mon objectif était de vérifier au moins approximativement le COP de la pompe à chaleur.
Même cela, je n'y suis pas parvenu !
Pour info, je suis en Bretagne, vent fréquent et fort; pas de gros excès de température. Consigne de jour à 21° et 18° de nuit. Je cherchais aussi à déterminer si chauffer plus la nuit (au tarif heures creuses) était économique, car c'est la période où l'air est plus froid, et donc où la pompe est le moins efficace ! Je n'y suis pas arrivé non plus; sans doute un mauvais traitement des données (les maths et moi...)
Si quelqu'un veut le fichier et les explications nécessaires, il sera à disposition.
Bon courage à tous.

#53 - Aurelie - 21 Novembre 2017

Si on a un thermosta réglé sur 20degres pour un chauffage au gaz , sur combien doit on mettre le radiateur ?

#52 - Benjamin (Admin) - 10 Mars 2017

Bonjour,
A l'échelle d'une année, on peut dire que les DJU sont plus ou moins fiables. Mais cela reste approximatif.
A l'échelle de quelques jours cela est beaucoup (trop) plus qu'approximatif.
En effet, les DJU sont les moyennes quotidiennes de l'écart de température mini et maxi.
Mais cela n'est en fait pas si représentatif des besoins énergétiques d'une maison, qui dépend de la température extérieure, de l'ensoleillement, du vent, de la pluie, du taux d'hygrométrie extérieur et intérieur...
Une journée très ensoleillée mais avec un matin froid ne fait pas réagir la maison de la même manière qu'une journée de pluie avec une amplitude beaucoup plus basse alors que les DJU peuvent être exactement les mêmes (0°C/12°C et 4°C/8°C donne le même DJU...)

Tous ces paramètres ont une influence plus ou moins importantes sur les besoins et les consommations d'énergie, qui dépendent là aussi de la conception, de la surface, de l'inertie, de l'orientation...

A mon sens, on peut donc difficilement considérer l'expérimentation représentative entre 2 semaines et encore moins pouvoir appliquer "la règle obtenue" à d'autres logements.

Je parle ici des DJU jour calculé avec la T° extérieur max et mini. Il existe des DJU calculés heures par heures donc forcément plus précis (encore peu représentatif sur une petite période).

Pour aller plus loin, certains projets particulier peuvent calculer des DJU "équivalent", qui prennent en compte les surfaces vitrées, l'orientation, l'inertie, ... C'est en clair une mini simulation dynamique du comportement du bâtiment en fonction des conditions climatiques et de l'ensoleillement.

#51 - jmjohn2016 - 09 Mars 2017

Rebonjour Benjamin,
Si j'ai fait la démarche de cette expérimentation, c'est parce que l'on entend les professionnels dire ça et là que sur un panneau de sol basse température il ne faut pas mettre de réduit de nuit. Donc j'ai voulu me rendre compte moi-même.
Je ne suis pas d'accord avec vous (mais pas fâché pour autant): les degrés jours sont bien représentatifs de la rigueur climatique d'un jour à l'autre et pas seulement d'une année sur l'autre. D'ailleurs METEO FRANCE les calcule et les distribue jour par jour.
Je vais vous envoyer mes éléments, les conditions de l'essai etc ... pour que vous puissiez contredire, contester constructivement voire améliorer ma démarche, si besoin refaire des essais.
Bien cordialement
Jean (région de NANTES)

#50 - Benjamin (Admin) - 09 Mars 2017

Bonjour jmjohn2016,
Les DJU permettent de pouvoir comparer 2 saisons de chauffe et encore, cela donne simplement une indication.
Entre 2 semaines, les écarts y compris corrigés des DJU ne veulent pas dire grand chose...
Il faut pouvoir comparer 2 périodes comparables hors DJU. L'expérimentation faite a été réalisée sur les 2 semaines les plus froides, avec parfois des températures inférieures à la température de base.
Donc au final, cela reste à mon sens peu significatif.
Mais n'hésitez pas à m'envoyer par mail le test (conseils.thermiques @ gmail.com) afin que je puisse regarder en détail cette expérimentatrice qui reste intéressante.

#49 - jmjohn2016 - 09 Mars 2017

Ralenti de nuit sur chauffage par le sol à eau basse température = + 20% de consommation gaz.
Conclusion confirmée sur deux semaines consécutives fin janvier début février 2017 avec relevés quotidiens de la consommation et calcul des degrés jours sur la sonde extérieure de la maison, et calcul du ratio consommation/DJU.
Pour ceux que ça intéresse, j'ai documenté en détail l'expérimentation.
Evidemment, j'ai supprimé le ralenti programmé sur la régulation de la chaudière.
Jean

#48 - Benjamin (Admin) - 31 Janvier 2017

Bonjour Isa67,
15°C en réduit est un peu élevé. Il faut sans doute se limiter plutôt à 16°C sinon la remontée en température est longue et peut provoquer de l'inconfort (notamment le matin).
N'hésitez pas non plus à diminuer la température lorsque vous n'êtes pas là en journée.

#47 - Isa67 - 24 Janvier 2017

Bonjour
J'ai une chaudière à Gaz je voulais savoir si l'on programme la temperature au niveau de la chaudière par exemple en mode journée à 19 degré et 15 degré en mode nuit es ce vraiment économique. Merci d'avance pour votre réponse
Cordialement

#46 - Benjamin (Admin) - 23 Janvier 2017

Bonjour,
@VD25000 : D'un point de vue thermique, il vaut toujours mieux diminuer au maximum puis remonter ensuite.

@lm5900 : Si vous n'avez que 2 convecteurs, vous pouvez mettre une horloge sur le convecteur. Vous pourrez ainsi choisir les plages pendant lequel il (ou ils) fonctionnera (ont).
Vous pourrez par exemple les remettre en marche 1h avant votre réveil.

Si vous avez plus que 2 convecteurs, vous pouvez vous orientez vers un thermostat d'ambiance programmable, mais cela dépend du chauffage du reste du logement.
Remonter

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies vous permettant d'accéder à des services et offres adaptées à vos centres d'intérêts et nous permettre de mesurer l'audience.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez-ici.