Les pompes à chaleur

Durant les 10 dernières années, les ventes de pompes à chaleur ont explosé en France. Premièrement parce que les PAC fonctionnent grâce à l'électricité, qui est une énergie accessible à défaut d'être bon marché. De plus, les PAC sont les seuls systèmes à bénéficier de rendements supérieurs à 1, que l'on appelle coefficient de performance (COP). Cela signifie qu'en payant 1 kWh d'électricité, la maison recevra jusqu'à 4 à 5 kWh de chaleur. À noter que tout le monde (ou presque) possède déjà une pompe à chaleur car c'est ce principe qui équipe nos réfrigérateurs.

Principe d'une pompe à chaleur

pacLe principe d'une pompe à chaleur repose sur la différence de températures entre l'évaporation et la condensation selon la pression d'un fluide frigorigène.

Principe : la chaleur de l'air extérieur (même en dessous de 0°C il y a de la chaleur) ou de l'eau va faire évaporer le fluide de la PAC (évaporateur). Une fois celui-ci compressé (compresseur), il se condensera à l'intérieur de la maison (condenseur), libérant la chaleur qu'il a accumulé. Enfin, le détendeur permettra de remettre le fluide à l'état initial, c'est-à-dire liquide et à basse pression.

Les technologies de pompes à chaleur

Les PAC à détente directe

Avec cette technologie, il n'y a qu'un seul circuit remplit de fluide frigorigène. Ce dernier circule donc dans les pompes, les capteurs et les émetteurs de chaleur. Solution à éviter car la charge en fluide frigorigène est très importante et les risques de pollution sont donc élevés.

pac à détente directe

Les PAC mixtes

Le fluide frigorigène circule dans les capteurs de chaleur et les transmet via un échangeur au fluide de chauffage (air ou eau). Les performances sont légèrement inférieures à celle d'une PAC à détente directe (ajout d'un échangeur) mais la charge en fluide est moindre.

pac mixte

Les PAC à fluide intermédiaire

Le fluide frigorigène est contenu uniquement dans la PAC. Un premier fluide vient lui apporter les calories nécessaires à son évaporation, la chaleur sera ensuite transmise au fluide de chauffage.

pac à fluide intermédiaire

Les PAC à absorption gaz

Il existe des pompes à chaleur dont le compresseur ne fonctionne pas à l'électricité mais au gaz. Cette technologie se développe rapidement et les rendements sont très intéressants. Toutefois, les PAC gaz sont aujourd'hui réservées à de grosses puissances nécessaires aux bâtiments tertiaires ou résidentiels collectifs.

Les techniques de chauffage grâce aux pompes à chaleur

Les pompes à chaleur aérothermiques :

pac aérothermiqueCe sont les systèmes les plus utilisés. Ils captent les calories de l'air extérieur pour les restituer grâce à des ventilo-convecteurs (convecteurs à air) ou par le biais de planchers chauffants à eau. Ils sont faciles à mettre en place et restent moins onéreux que les systèmes géothermiques mais avec des performances moindres. Dans le cas des PAC aérothermiques, les COP sont généralement de 3 à 10 selon la température extérieure. Ces systèmes doivent être réversibles ou équipés de résistances de dégivrage pour éviter que le givre ne bouche l'évaporateur lorsque les températures sont négatives.
Prix d'une pompe à chaleur Air/air : de 60 à 90€/m² chauffé (et rafraîchi)
Prix d'une pompe à chaleur Air/eau : de 65 à 90€/m² chauffé (et rafraîchi)



Les pompes à chaleur géothermiques horizontales

capteur horizontalLe système permet de capter les calories contenues dans la terre pour les restituer à l'intérieur. Le capteur doit être situé à une profondeur d'environ 80cm et faire une surface d'environ deux fois la surface habitable de la maison. Le principal avantage de cette technologie est que la température de la terre, même à une faible profondeur est plus constante que l'air extérieur. Cela permet d'avoir des températures plus élevées qui augmentent donc les COP de l'installation.
Prix pour une pompe à chaleur à capteur horizontal : de 85 € à 135 € par m² chauffé

Les pompes à chaleur géothermiques verticales

capteur verticalC'est sans aucun doute le système le plus onéreux des technologies de PAC. En effet, on creuse à des profondeurs pouvant atteindre 100m. Le fluide captera ainsi les calories contenues dans la terre, celles d'une nappe phréatique ou d'un puits. Ces deux dernières possibilités nécessitent cependant des précautions très particulières. À cette profondeur, la température est constante et fait donc bénéficier de COP stables et élevés.
Prix pour une pompe à chaleur à capteur vertical : de 145 € à 185 € par m² chauffé

Les split systèmes

split systemeLes split systèmes sont particulièrement présents dans les locaux tertiaires. Ils fonctionnent sur le même principe que les PAC aérothermiques mais sont splittés (séparés) en plusieurs unités. C'est-à-dire qu'il y a une pompe à chaleur par pièce (ou bureau). Ces systèmes sont peu onéreux mais leurs performances énergétiques sont les plus basses des systèmes de PAC.
Prix d'un split system : de 35 à 50€/m² chauffé

Récapitulatif des technologies possibles selon la configuration


récapitulatif des solutions de pompes à chaleur Récapitulatif des solutions de pompes à chaleur possibles selon la configuration (guide pompe à chaleur Ademe)

Coefficient de performance et ETAS

Le coefficient de performance

L'efficacité des pompes à chaleur s'exprime sous la forme d'un coefficient de performance (COP). Comme pour le rendement d'une chaudière, le COP se calcule ainsi : COP = Ce que l'on produit / Ce que l'on consomme.

Avec les pompes à chaleur, on peut produire 4 à 5 kWh pour 1 kWh consommé, les COP peuvent donc atteindre 4 ou 5.

Le COP dépend de la température

pompe à chaleur givréeCependant, les COP peuvent atteindre 4 ou 5 (ou plus) mais cela pour des températures extérieures élevées (15°C). Hors, plus il fait froid (dehors), plus la pompe à chaleur va avoir du mal à puiser les calories contenues dans l'air. Généralement, les COP sont donnés jusqu'à -7°C et ils chutent parfois à moins de 2. Le COP est donc une valeur peu représentative des performances d'une pompe à chaleur.

Cette diminution de performance s'explique également par l'utilisation de résistance électrique pour éviter le givre sur la machine, qui apparaitrait lorsque les températures sont basses (alternance cycles de chauffage/dégrivrage). Enfin, à partir de -10°C, la majorité des pompes à chaleur fonctionnent qu'avec une résistance électrique et ne font plus de cycles classiques.

L'efficacité énergétique saisonnière (ETAS)

Pour pouvoir mieux comparer leurs performances, les pompes à chaleur doivent désormais afficher leur efficacité énergétique saisonnière (ETAS). Ce n'est ni plus ni moins qu'un rendement (ou COP) sur toutes les saisons. En intégrant donc les variations de la température extérieure.

L'efficacité énergétique saisonnière est dorénavant prise en compte dans l'obtention d'aides financières pour l'installation des pompes à chaleur.

À noter que l'ETAS concerne aussi les chaudières.

Les fluides frigorigènes

Présentation

Les fluides frigorigènes ont des propriétés très intéressantes qui permettent l'existence des réfrigérateurs, des congélateurs ou des pompes à chaleur. Certains ont un pouvoir de destruction de la couche d'ozone très important et d'autres favorisent l'augmentation des gaz à effet de serre de manière 40 à 10 000 fois plus puissante que le C02. L'utilisation des fluides frigorigènes entraîne donc de réels risques sur l'environnement.

Une utilisation encadrée

illustration de la reglementation des fluidesfrigorigenesLes fluides frigorigènes les plus nocifs (comme les CFC) sont désormais interdits suite au protocole de Montréal (1987), que ce soit dans les pompes à chaleur ou les propulseurs de bombes aérosols où ils étaient très utilisés. Grâce à cette interdiction (et d'autres limitations), la couche d'ozone se rétablit progressivement.

Concernant les pompes à chaleur, un entretien est obligatoire tous les ans, afin de vérifier la présence éventuelle d'une fuite, en sachant qu'il est interdit de rejeter un fluide frigorigène dans la nature. Les entreprises les manipulant doivent par ailleurs faire l'objet d'une déclaration en préfecture.

Diagramme de Molier

Pour étudier le fonctionnement (les cycles) des pompes à chaleur d'un point de physique et ainsi connaître la puissance d'une PAC, sa température de fonctionnement... on utilise les diagrammes de Molier.

Avantages des pompes à chaleur

Inconvénients des pompes à chaleur

Quel professionnel choisir pour l'installation d'une pompe à chaleur ?

Il est important de réaliser plusieurs chiffrages afin de mettre les entreprises en concurrence et faire baisser mécaniquement les prix. Pour cela, vous pouvez utiliser une application de devis en ligne gratuite et sans engagement comme Enchantier :

Votre demande de devis a bien été enregistrée.
Nos entreprises partenaires (Enchantier, 123 Devis ou Travaux.com) prendront contact avec vous très prochainement par mail ou par téléphone pour plus de précisions sur votre projet et pour vous mettre en relation avec des artisans disponibles et proches de chez vous.
Pensez à vérifier que vous ne recevez pas les mails dans vos "spams".

Devis Pompe à chaleur

  • Votre projet
  • Vos coordonnées
  • * *
  • *
  • + *
  • * *

logo artisan qualibatLe recours à un artisan RGE (Reconnu Garant de l'Environnement) Qualibat est indispensable pour bénéficier des aides financières en vigueur. Cela vous permettra en outre de sélectionner une entreprise évaluée régulièrement. Privilégiez les professionnels qui se déplacent à votre domicile pour réaliser une étude technique précise et ne signez pas les devis AVANT d'avoir monté vos dossiers d'aides financières. Portez attention à la réactivité et à la disponibilité de votre interlocuteur et enfin, exigez une attestation de l'assurance décennale qui couvre les travaux réalisés.

Conclusion

Les systèmes de pompes à chaleur sont une bonne alternative aux chaudières gaz à condensation. Cependant, elles sont souvent moins fiables, plus difficilement réparables et plus chères à l'achat. Elles comptent cependant comme un système d'énergie renouvelable dans le cadre de la réglementation thermique 2012. Aujourd'hui, les pompes à chaleur sont de plus en plus utilisées pour produire de l'eau chaude sanitaire avec les ballons d'eau chaude thermodynamiques.

Laisser un commentaire ou poser une question




#98 - dario - 27 Juin 2018

Bonjour
dans votre conclusion vous dites que les pac sont moins fiables tout dépend de ce que vous achetez , une marque telle que Fujitsu (General) ou Mitzubishi en sont des tres fiables . J'en possède deux depuis 11 ans (air - air ) ,sans aucune panne, pour la maintenance cela se limite à la balayette une fois par ans En hivers chez moi c'est -10 à - 15 degres et aucun probleme pour chauffer, le cop ne bouge tres peu et le degivrage se par inversion de systeme. J'ai un abonnement de 6 KW le disjoncteur n'a jamais sauté et je suis en quasi tout électrique . ces pompes sont équipées d'un variateur de vitesse pour le démarrage ce qui limite la pointe de courant. Du matériel de bonne qualité seront toujours un gage de fiabilité et à peine plus cher

#97 - Benjamin (Admin) - 29 Mai 2018

Bonjour jeanjean,
Avant de parler facture, il faut déjà être sûr que les 2 solutions conviennent à vos usages et sont techniquement possibles à mettre en place (surface et volume à chauffer, disposition des pièces...).
D'un point de vue rentabilité, cela dépend également de très nombreux paramètres : plancher chauffant ou radiateur, zone géographique, nécessité de climatisation...
En tout cas, il ne faut pas parler de radiateurs électriques économiques, cela n'existe pas vraiment...

Si la maison est raccordé/raccordable au gaz de ville, c'est une solution intermédiaire également à prendre en compte.

#96 - Benjamin (Admin) - 26 Avril 2018

Bonjour Lafeuille,
Je vous conseille un poêle à granulés plutôt qu'une PAC air/air.
Les splits sont rarement de bonne qualité, sont peu confortables (courant d'air) et relativement energivores. Il y a effectivement un intérêt s'il y a des besoins de clim mais ce n'est à priori pas votre cas.
Les poêles à pellets allègent largement la corvée de bois tout en conservant la chaleur de la flamme.
Dans tous les cas, l'investissement dépend de la configuration de la maison (passage de câbles, gaines, etc...).

#95 - jeanjean - 23 Avril 2018

bonjour nous sommes sur le point acheter un corps de ferme et nous hésitons sur le chauffage air eau avec radiateur entre des radiateur électrique économique plus un pôle a bois scandinave plus un ballon d"eau chaude thermodynamiques car sur combien d'années il faudrait pour que le chauffage air eau soit rentable par rapport au radiateur électriques économiques merci

#94 - Dany87 - 16 Février 2018

Bonjour Nicolas
Oui vous avez parfaitement raison il y a 18 ans on fabriquait du matériel fiable. Aujourd'hui, ce n'est plus vrai. On met de l'électronique partout. Même les nouveaux chauffe eau électriques sont équipés d'une carte électronique alors qu'une simple résistance suffit. Tout cela contribue à l'obsolescence programmée.
Mon problème avec CIAT n'est toujours pas réglé. Je vous déconseille vivement ce constructeur car SAV inexistant.

#93 - Nicolas - 13 Février 2018

Je me chauffe avec une PAC (eau/eau) depuis 18 ans sans aucun entretien (l'entreprise ayant fait faillite) et elle fonctionne toujours. C'est curieux qu'il y ait des soucis car la technologie est celle du réfrigérateur, qui est maîtrisée depuis longtemps. A croire que les chauffagistes préfèrent vendre des chaudières qui, elles, leur rapportent plus en entretien et d'une longévité limité...

#92 - Dany87 - 12 Février 2018

Aucune ne m'a dit qu'elle n'était pas réparable. Ce serait pour elles un aveu d'impuissance de leur part.
Elles me disent "on installe et on entretient mais on ne répare pas". A cela je réponds Si le service après vente n'est pas rendu, vous compromettez dangereusement l'avenir de votre entreprise. Un tel comportement étant bien sûr inacceptable.
Je comprends aussi aujourd'hui pourquoi de nombreuses entreprises de chauffage ne veulent pas entendre parler de PAC.
La dernière entreprise que j'ai contactée m'a indiqué qu'elle croulait sous les appels liés aux PAC.
Partant de ce constat, j'ai décidé de revenir vers ma chaudière gaz que fort heureusement j'ai conservée.
Aujourd'hui, je suis très très sceptique sur les derniers miracles de la technique. Tous ces systèmes modernes dits "économiques" peuvent s'avérer au fil des ans très onéreux. Attention au miroir aux alouettes.

#91 - Benjamin (Admin) - 12 Février 2018

Bonjour Dany87,
Effectivement, l'un des problèmes des pompes à chaleur est la fiabilité.
Est-ce que vous ne trouvez pas d'entreprises pour venir faire la réparation ou bien vous disent-elles que ce n'est pas réparable?

#90 - Dany87 - 10 Février 2018

Bonjour
Je possède depuis 2009 une PAC CIAT qui a toujours très bien fonctionnée, mais cette année malheureusement elle vient de tomber en panne. Je rencontre énormément de difficultés pour trouver une entreprise capable d'assurer cette maintenance corrective. Dois-je en conclure que la pompe n'est pas réparable.
Remplacer la PAC n'est pas envisageable, les frais engagés sont trop importants, j'envisage donc un retour vers ma bonne vieille chaudière à gaz.
Il existe énormément d'entreprises qui installent et entretiennent mais peu voire pas qui réparent. Alors attention aux déconvenues.

#89 - Benjamin (Admin) - 02 Février 2018

Bonjour Mixu,
L'installation d'une pompe à chaleur dans les combles est plutôt déconseillée. En effet, il faut déjà avoir un renouvellement d'air très important, ce qui de fait refroidit la maison.
De plus, la PAC va capter les calories, diminuer la température du grenier et ainsi augmenter les déperditions de chaleur.
Donc sans avoir commencé à réfléchir plus loin, on se retrouve déjà à augmenter les besoins en chauffage de la maison, ce qui n'est pas forcément un bon début...
Mettre une pompe à chaleur dans les combles auraient également pour inconvénient : le bruit (vibration pouvant se propager + ronron permanent et peu sympathique avec une chambre en dessous), les risques de gel car en refroidissant l'air, les risques de gel sont renforcés, les risques de fuite d'eau car une PAC fabrique de la condensation qu'il faut évacuer et en cas de fuite on peut dégrader le plancher et/ou la charpente longtemps avant de s'en apercevoir.

Il faut donc peut-être mieux commencer par étudier d'autres possibilités : électricité, gaz et poêles à granulés.

#88 - Benjamin (Admin) - 02 Février 2018

Bonjour framarie,
La rapidité et l'inertie dépend plus du type d'émetteur que du type de production.
- Un système en plancher chauffant sera très peu réactif (grande inertie, risque d'inconfort en cas d'apports internes comme la présence de plusieurs dizaines de personne + cuisine par exemple)
- Un système en radiateurs aux murs ne sera pas forcément très réactif non plus sur un salle de 150 m². Cela pose un problème homogénéité de la chaleur (chaud autour mais pas au milieu)
- Un système de radiateurs à eau au plafond sera assez réactif
- Un système de soufflage (centrale de traitement de l'air avec ventilation) est réactif. Mais le dimensionnement est primordiale, de même que la régulation (sinon risque de souffler trop d'air froid quand la température est atteinte, courant d'air, etc...).

Concernant la question initiale de choix de la production. Moins il y aura de consommations, plus le gaz sera intéressant car la différence d'investissement sera plus difficilement compensée par l'écart de coût de fonctionnement.
De plus, je ne sais pas quel type de contrat énergétique vous avez dans votre commune (Tarifs historiques? Négociés? Groupement?). En effet, les prix du gaz négociés sont environ 2,5 fois moins cher que l'électricité (aussi en tarif négocié). De fait, cela rend le gain énergétique grâce à la pompe à chaleur plus faible (car elle fonctionne à l'électricité).
Il faut également voir qu'une chaudière gaz accepte de travailler dans une grande gamme de puissance (10% à 100% de sa puissance nominale), sans dégrader sa durée de vie. Ce n'est pas le cas d'une pompe à chaleur qui accepte mal les marches/arrêts fréquents (qui existeront pour assurer une température minimum de 12 à 14°C pendant la semaine si pas occupée).
Enfin, et pour rejoindre votre question, une pompe à chaleur est dépendante des conditions climatiques (hors PAC géothermiques). De fait, elle aura plus de mal (en plus de beaucoup plus consommée) s'il fait froid. On peut même dire qu'en dessous de -5°C, le chauffage devient presque exclusivement à l'électricité. On peut imaginer le coût de remise en chauffe pour un week-end d'une salle de 150 m² uniquement avec la résistance électrique de la pompe à chaleur...en plus du temps pour y parvenir

En conclusion, à mon sens, il faut mieux s'orienter vers une solution gaz pour une occupation ponctuelle, avec le type d'émetteurs aux caractéristiques (faisabilité) de la salle.

#87 - framarie - 02 Février 2018

Est-ce approprié d'installer une PAC pour une salle de quartier de 150m2 louée aux habitants de la commune pour repas familiaux, mariage, anniversaire, .. Cette salle serait louée et donc chauffée uniquement le Week End. Je m'interroge sur la rapidité et l'inertie de la PAC pour une montée en T°. La PAC est-elle appropriée à ce chauffage intermittent du Week End ? Merci beaucoup de votre réponse Un élu d'une commune aveyronnaise

#86 - Mixu - 01 Février 2018

Bonjour,
Je rénove un appartement de 110m2 en zone protégée, pas d'unité extérieure, et m'interroge sur le mode de chauffage et la production d'eau sanitaire.
Le choix entre une PAC intérieure à installer dans les combles sous-pentes et du tout électrique. Je vis dans le sud-ouest en plaine où il gèle quelques jours / an.
Votre avis m'aiderai à choisir.
par avance, merci.

#85 - Benjamin (Admin) - 26 Janvier 2018

Bonjour jjv32400,
Généralement, la puissance calorifique est effectivement donnée jusqu'à -7°C.
Passer cette température, il n'y aura quasiment plus aucun cycle de production de chaud (uniquement des cycles de dégrivrage et/ou de résistance électrique) et ce sera la résistance électrique uniquement qui prendra le relais.
Donc une pompe à chaleur à -25°C est souvent une PAC avec une grosse résistance (donc au final au chauffe à l'électrique quand il fait froid...).
Sur des climats trop rudes, les PACs ne sont donc pas une solution réellement adaptée (y compris les ballons ECS thermo).
Le surcoût pour la production d'ECS est relativement variable. Seul plusieurs devis avec les 2 solutions chiffrées vous permettrons de voir si c'est intéressant de le coupler mais le surcoût est généralement assez faible. Attention toutefois, les pompes à chaleur sont sensibles aux cycles marches/arrêts répétés, ce qui peut se produire avec une petite capacité d'ECS.

#84 - Benjamin (Admin) - 26 Janvier 2018

Bonjour Marje,
Cela dépend entièrement de la puissance de la pompe à chaleur?

#83 - jjv32400 - 06 Janvier 2018

Bonjour ! je voudrais savoir quel est le type le plus efficace et économique parmi les pompes a chaleur air/eau , ainsi que la température négative car l'on voit des moins 7 et on vends du moins 25 , plus le prix a payer pour rajouter un ballon eau chaude de 100litres a 150 litres , en attendant , Merci de votre réponse .

#82 - Marje - 24 Décembre 2017

Bonjour, nous venons d'acquérir un système de PAC aérothermie pour notre logement récent (2012) de 130 m2. Nous conseillez-vous une puissance de 9kVA ou 12kVA ? Merci de votre réponse et bonnes fêtes !

#81 - Benjamin (Admin) - 05 Décembre 2017

Bonjour Alain57,
En rénovation et sur un appartement, il est plus cohérent de mettre une chaudière gaz à condensation.
En effet, il faut une unité extérieure pour une pompe à chaleur ce qui n'est pas forcément facile à mettre en place, même au RdC et du fait des bruits que la pompe à chaleur engendre.

#80 - Benjamin (Admin) - 05 Décembre 2017

Bonjour Vizir,
Vous vous posez les bonnes questions ! Et il n'y a pas réellement de "bonne réponse".

Effectivement, le poêle à granulés risque d'être un peu juste pour 150 m². Il existe cependant des modèle canalisables (voir notre section "bois"), qui peuvent répartir un peu mieux la chaleur.

Une pompe à chaleur pourquoi pas, mais dans une région comme la votre, cela n'est pas forcément intéressant.

Après, la question de l'entretien et de la manutention est subjectif et vous en êtes seuls juges.

#79 - Alain57 - 20 Novembre 2017

Oups...
Hormis les fautes de frappe je viens de me rendre compte que je ne vous avais pas précisé que mon appartement se situait à Metz......

#78 - Alain57 - 20 Novembre 2017

Bonjour
Est il raisonnable d'installer une PAS AIR/EAU pour un appartement bien isolé situé au RDV ?
Perso je pencherais plutôt pour une chaudière gaz à condensation qu'en pensez vous, ,,,?

Merci pour votre reponse,

#77 - ViZiR - 12 Novembre 2017

Bonjour,

J'aimerai profiter des vos lumières pour la problématique suivante :

Nous faisons construire une maison bien isolée (100m² au RDC et 50 à l'étage) et bien orientée dans le Pas-de-Calais. Nous n'avons pas la chance d’avoir accès au gaz de ville et nous nous posons la question de la méthode de chauffage / ECS.

Pour le moment, l'étude thermique (pour la conformité RT2012) a été faite avec un ballon thermo avec VMC intégrée, un poêle a pellets et des radiateurs électriques à l'étage.

La manutention nécessaire pour le poêle ainsi que le potentiel manque de confort du à la mauvaise répartition de la chaleur me laisse dubitatif...
A la base nous avions retenu cette solution car nous avions peur de la longévité / rentabilité de la PAC mais je reste dans le doute ...

Merci pour votre aide :)

#76 - exover - 18 Août 2017

Benjamin > ce sont des surcout via constructeur. Je ne sais pas du tout ce qui me conviendrait le mieux, le poêle ca a l'air un peu relou quand même lol (puis cela peut être joli par contre avec des gamins...) . Moi je cherche un truc simple sans quasi entretien tout en étant le plus économique possible.
L'eau chaude via solaire, sur le papier ca à l'air chouette mais est ce vraiment efficace...
J'ai vu récemment un truc le t.one de aldes, ca a l'air génial sur le papier encore une fois... Dans les faits aucune idée.
Le chauffage via sol à priori n'est plus une solution vraiment utilisé aujourd'hui et si il y a une fuite faut tout péter...
Enfin bref je suis un peu complètement perdu en faites.

#75 - Benjamin (Admin) - 18 Août 2017

Bonjour,
Non cela ne pose pas de soucis au contraire.
Les murs seront de toute façon isolés et la terre renforcera encore l'isolation.
Remonter

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies vous permettant d'accéder à des services et offres adaptées à vos centres d'intérêts et nous permettre de mesurer l'audience.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez-ici.