Les cuisinières à bois

La cuisinière à bois résiste encore très bien à l’essor du granulé grâce à son côté authentique et chaleureux. C’est un système fiable (sans électronique) qui assure les fonctions de chauffage et de cuisson, en contrepartie d’une manutention régulière. Conseils Thermiques vous donne les clés pour choisir une cuisinière à bois adaptée à votre besoin.



La fonction chauffage d’une cuisinière à bois

L’intérêt principal d’une cuisinière à bois est de coupler une fonction de chauffage à une fonction de cuisson. La qualité de la combustion se gère en adaptant l’air comburant. Pour obtenir un rendement maximal, on peut jouer sur plusieurs variables :

L’air primaire (réglage par tirette ou molette) : Il apporte l’oxygène nécessaire à la combustion primaire du bois en bas du foyer. Cette admission d’air doit être ouverte en grand pour démarrer le feu puis réduite de moitié environ lors du fonctionnement normal. Attention, car dans le cas contraire, il y a un risque de surchauffe et de dégradation de la cuisinière à bois (voir point suivant). En diminuant l’arrivée d’air comburant, la combustion est plus lente mais aussi moins efficace (rejets polluants).

réglages d'une cuisiniere a bois

L’air secondaire (réglage par tirette ou molette) : L’arrivée d’air secondaire est généralement une option. Cet air passe derrière la vitre et la « balaye » en permanence. Il apporte de l’oxygène pour la combustion et permet surtout de garder la vitre propre en évitant le dépôt de suie.

arrivée air tertiaireL’air tertiaire (aucun réglage nécessaire) : Les cuisinières à bois les plus récentes disposent d’un système d’air tertiaire. Des trous sont percés à l’arrière de la chambre de combustion. Ils amènent de l’air préchauffé qui brasse le mélange air/gaz issu de la combustion primaire ce qui permet de brûler davantage de gaz. Le gain en rendement est d’environ 5-10%. Selon les produits, on parle de systèmes à double combustion ou de post-combustion.

Quantité de bois : Deux ou trois bûches suffisent pour obtenir la puissance nominale d’une cuisinière à bois et une seule pour un fonctionnement en demi-charge. Les premières flambées devront toujours s’effectuer à demi-charge le temps que les matériaux se dilatent et prennent leur place.

Qualité du bois et rechargement : Le bois doit être le plus sec possible pour avoir un bon pouvoir calorifique (humidité < 20%). Lors du rechargement, il faut d’abord ouvrir lentement la porte sur 2-3 cm pour prévenir un refoulement des fumées à l’intérieur du logement.

La fonction cuisson d’une cuisinière à bois

La puissance de cuisson (four ou plaques) dépend principalement de l’allure du feu. Il est conseillé d’effectuer des rechargements en bois réguliers plutôt que par à-coups, de façon à maintenir une température la plus constante possible.

Cuisson au four : Le four est généralement placé à côté de la chambre de combustion. Pour activer la fonction « four », il faut fermer le régulateur des fumées. De cette manière, les fumées circulent autour du four avant d’être évacuées ce qui augmente la température intérieure.

four cuisiniere a bois

À proximité de la vitre, un thermomètre indique la température du four, celle-ci doit être augmentée d’environ 20°C pour connaître la température réelle au centre. La cuisson n’est donc pas régulée de façon automatique comme sur un four électrique et demande un apprentissage. Voici quelques repères :


115°C180°C240°C
GâteauRôtiPain
Feu douxFeu modéréFeu vif

plaque cuisson cuisiniere a boisPlaques de cuisson : La plaque de cuisson est quant à elle située directement au-dessus de la chambre de combustion. Pour profiter de cette cuisson, il faut davantage ouvrir le régulateur des fumées (sans l’ouvrir au maximum au risque que toute l’énergie contenue dans les fumées ne s’échappe trop rapidement).

Des cercles indiquent l’endroit où la température de surface est la plus importante pour chauffer rapidement un plat. À l’inverse, pour faire mijoter, il faut éloigner la casserole de la zone centrale. Ces ajustements demandent également une certaine expérience. Notons que des poignées en plastique sont inadaptées pour une cuisson sur la cuisinière bois.

Les cuisinières à bois classiques, un chauffage d’appoint uniquement

Les cuisinières à bois dites « à air » ont une puissance assez limitée, pour ne pas surchauffer une cuisine fermée par exemple. Avec une puissance généralement comprise entre 4 et 8 kW, les cuisinières bois chaufferont principalement la pièce dans laquelle elles sont installées et non toute la maison.

Pour mieux comprendre, voici le témoignage d’un utilisateur d’une cuisinière à bois plutôt déçu. En effet, la pierre réfractaire de la chambre de combustion s’est cassée en plusieurs morceaux alors que celle-ci avait déjà été changée l’hiver précédent.

cuisiniere a bois à air

La cuisinière à bois est utilisée en tant que chauffage principal dans une ferme de 90 m² en rénovation. On peut donc supposer que la chambre de combustion est trop sollicitée (charge de bois importante avec réglage d’air primaire complètement ouvert). L’utilisateur regrette donc que son attente en termes de chauffage ne soit pas satisfaite. Il apprécie en revanche l’esthétique très chaleureuse et les bonnes performances de cuissons, que ce soit au niveau du four ou des plaques.

On retiendra de cette expérience qu’une cuisinière à bois n’est pas conçue pour un fonctionnement continu en surcharge.

Les cuisinières à bois avec bouilleur, un chauffage principal

Si vous attendez de votre cuisinière bois des performances de chauffage principal, il faut se tourner vers un modèle « hydro » avec un bouilleur. Cet échangeur à eau placé dans la chambre de combustion permet de récupérer la chaleur produite par la cuisinière et de la stocker dans un ballon tampon.

fonctionnement cuisiniere a bois hydro

Fonctionnement d'une cuisinière à bois hydro (Oliger)

Ce dernier peut alimenter le réseau de chauffage central même quand la cuisinière est éteinte (diffusion plus homogène de la chaleur). Pour davantage de souplesse, l’installation est souvent complétée par une chaudière automatique préexistante (gaz ou fioul). La puissance des cuisinières à bois hydro varie généralement de 13 à 23 kW. L’installation reste délicate et l’aide d’un professionnel avec la double certification Qualibois modules « Air » et « Eau » est requise.

Les cuisinières mixtes bois et granulés

Lohberger propose une cuisinière mixte bois et granulés. Il s'agit en fait d'une cuisinière à bois "classique" à laquelle se rajoute un module "granulés" situé sur le côté. Cet élément intègre une réserve d'environ 18 kg de granulés et un brûleur raccordé à la chambre de combustion bois. La flamme des pellets arrive donc à l’horizontale dans la chambre de combustion des bûches.

Au niveau du chauffage, l'intérêt principal réside dans le caractère automatique du pellet. Il est ainsi possible de programmer un allumage avant le lever pour retrouver une cuisine chaude. Il suffit ensuite d'ouvrir la porte et d'insérer une bûche pour que l'alimentation en granulés s'arrête.

cuisiniere mixte bois granulés Lohberger

À l'inverse, lorsque la bûche est consumée, les pellets peuvent prendre automatiquement le relais. La modulation de la puissance peut se faire de 2.5 à 7 kW ce qui est particulièrement intéressant en mi-saison. La gestion automatique de l’air comburant (en bois bûches ou en granulés) permet d’atteindre effectivement des rendements élevés (84%). Un module hydro est également disponible pour un raccordement sur le chauffage central (puissance totale de 15 kW).

Au niveau de la cuisine, le module à pellets permet de maintenir une température constante jusqu’à 180°C. Au-delà, le bois bûche redevient nécessaire.

Côté High Tech, la cuisinière mixte dispose d'un afficheur tactile intuitif et peut se piloter à distance par une application Smartphone. Le technicien peut également faire des modifications à distance. En contrepartie, la cuisinière mixte embarque plus d’électronique et reste donc plus sujette aux pannes. Le prix est également supérieur à une cuisinière bois traditionnelle (6 500 € HT).

Installation d’une cuisinière à bois

installation cuisiniere a boisÀ moins d’être un excellent bricoleur, l’aide d’un professionnel certifiée Qualibois est indispensable pour une installation réussie. Il faut en effet prendre en compte de nombreux paramètres :

Evacuation des fumées et arrivée d’air : En fonction des caractéristiques de la pièce, les cuisinières à bois offrent souvent le choix de l’évacuation des fumées : sur le dessus, sur un des côtés ou par l’arrière. L’arrivée d’air est aussi à prendre en compte, elle doit généralement faire 15 cm de diamètre et être située à 20-30 cm du sol.

Tirage : Pour avoir un bon tirage (au moins 15 Pa), une hauteur de conduit de 3.5 à 4 mètres minimum est exigée. Il convient de limiter le plus possible les coudes (inclinaison de 45 °C maxi par rapport à la verticale). Plus le conduit est haut, plus le diamètre du tubage devra être grand. Le raccord des fumées entre le tubage et la cuisinière devra avoir le même diamètre que la sortie des fumées de la cuisinière. Voici quelques repères (cuisinière à bois Palazzetti) :

cuisiniere a bois tirage

En tant qu’utilisateur, un moyen pratique pour savoir si le tirage est bon consiste à placer un briquet devant la porte ouverte de la cuisinière. La flamme doit être « aspirée » vers l’intérieur. Notons qu’une pose en ventouse est interdite pour les cuisinières à bois.

Intégration : On distingue 2 types de cuisinière bois : celles à poser et celles à intégrer. Les distances de sécurité vis-à-vis des matériaux combustibles ne sont pas les mêmes. Elles dépendent des préconisations de chaque fabricant mais voici quelques chiffres pour vous donner une idée.

Dans le cas d’une installation autonome, on compte généralement 20 cm autour du conduit, 30 cm sur les côtés et 80 à 100 cm à l’avant. Il existe des parements ventilés de façon à « cacher » ces espaces de sécurité. À l’arrière, une plaque ignifuge est souvent requise. Pour les cuisinières à intégrer (plus compactes), un espace de 3 mm peut suffire.

intégration cuisiniere a bois

Solidité du support : Il faut porter une attention particulière sur la solidité du sol car les cuisinières à bois peuvent être très massives en fonction de leur revêtement et de la qualité des matériaux (jusqu’à 500 kg).

Prix et aides financières

Une cuisinière à bois coûte entre 500€ et 6 500€ HT mais on évitera les appareils tout premier prix dont la qualité matérielle n’est pas toujours au rendez-vous. Il est cependant possible d’obtenir des prix attractifs sur internet où il y a un intermédiaire de moins. Ces offres sont cependant réservées aux bricoleurs avertis :



En effet, l’aide d’un professionnel reste recommandée pour l’installation d’une cuisinière à bois d’autant que ce type de chauffage est éligible aux aides financières pour les habitations de plus de 2 ans. Il suffit que la cuisinière respecte la norme NF EN 12815 et que le matériel soit installé par un professionnel qualifié (certification Qualibois).

Le prix de la pose dépend principalement de la hauteur du conduit, on peut la chiffrer entre 1500 et 3000€ HT pour donner un ordre d’idée. Une installation hydro sera logiquement plus coûteuse en main d’œuvre et en matériel.

Il faudra dans tous les cas mettre les installateurs en concurrence pour obtenir le meilleur prix. Pour étudier rapidement plusieurs devis, vous pouvez utiliser une application gratuite et sans engagement comme Enchantier :


Votre demande de devis a bien été enregistrée.
Nos entreprises partenaires (Enchantier, 123 Devis ou Travaux.com) prendront contact avec vous très prochainement par mail ou par téléphone pour plus de précisions sur votre projet et pour vous mettre en relation avec des artisans disponibles et proches de chez vous.
Pensez à vérifier que vous ne recevez pas les mails dans vos "spams".

  • Votre projet
  • Vos coordonnées
  • * *
  • Vous êtes
  • Votre situation *
  • *
  • de *
  • * *

Critères d’achat d’une cuisinière à bois

Technologie : Comme déjà évoqué, on distingue les cuisinières à bois dites à « air » pour le chauffage d’appoint et celles dites « hydro » pour le chauffage principal. Sur les modèles les plus sophistiqués, on peut trouver un module à granulés pour une plus grande souplesse d’utilisation.

Matériaux de la porte : Il est préférable de choisir une porte en fonte pour la chambre de combustion, moins sensible à la déformation que l’acier.

cuisiniere a bois en fonte

Il y a la plupart du temps une corrélation entre la qualité des matériaux et le prix final. À titre d’exemple, le témoignage d’un utilisateur d’une cuisinière de 10 kW tout acier à moins de 500€ :

« La cuisinière se dilate et se déforme. Par exemple, il arrive de temps en temps que la porte du four ne se ferme plus. Je peux aussi avoir des difficultés à sortir le cendrier, car la plaque qui se trouve en dessous s'est déformée. »

Une cuisinière à bois dont la masse est inférieure à 120 kg doit vous alerter.

Matériaux de la chambre de combustion : La chambre de combustion peut être composée de fonte ou de briques réfractaires (chamotte ou vermiculite). Les briques réfractaires sont considérées comme des pièces d’usure et ne sont pas couvertes par la garantie. Elles permettent d’obtenir une meilleure température à l’intérieur du foyer par rapport à la fonte mais sont plus sensibles aux chocs. Il faut donc toujours utiliser une taille de bûches adaptée à la cuisinière et ne jamais « jeter » le combustible contre les parois. Avant votre achat, pensez à demander le coût du remplacement de ces pièces.

cuisiniere a bois intégrée

Rendement et arrivée d’air : Les cuisinières à bois les plus performantes offrent un rendement autour de 80% grâce à une arrivée d’air tertiaire, contre 70% pour les modèles les plus anciens. Pour les logements bien isolés et plus étanches, on s’orientera vers une cuisinière avec une arrivée d’air dédiée.

Dimensions : Les cuisinières à bois font toutes autour de 60 cm de profondeur. La largeur varie quant à elle entre 60 et 110 cm. Les modèles encastrables sont généralement les plus compacts. Il faut également être vigilant au volume du four qui peut varier presque du simple au double selon les modèles. Attention, car le four ne présente pas toujours de vitre !

Entretien d’une cuisinière à bois

Comme tout appareil de chauffage au bois, l’entretien et la maintenance d’une cuisinière restent contraignants.

Manutention du bois : Le bois vous chauffera plusieurs fois avant de passer dans la cuisinière. Il faut prendre en compte sa découpe (si vous faites vous-même votre bois), son stockage au sec et les rechargements réguliers (toutes les 30 à 45 minutes environ).

Cendrier : Le tiroir à cendres doit être vidé régulièrement. Certains fabricants annoncent une contenance jusqu’à une semaine mais le plus simple reste de faire ce nettoyage rapide à froid, avant chaque flambée. Cette étape est importante pour éviter une accumulation de cendres qui limiterait l’arrivée d’air comburant (moins bonne combustion) et surchaufferait la grille en fonte (déformation).

entretien cuisiniere a bois

Ramonage : Il est obligatoire au moins une fois par an pour les appareils avec un tubage. Attention, car des dépôts de cendres sur les parois intérieures du tubage peuvent prendre feu dès 5-6 mm d’épaisseur. C’est aussi pour cette raison que l’on favorise toujours les combustions « propres » avec une arrivée d’air suffisante (ne pas laisser mourir le feu en coupant l’apport d’air comburant).

Vitre : Le nettoyage de la vitre s’effectue avec un chiffon doux et humide ou avec du papier mouillé avec de la cendre. Il faut veiller à ne pas humidifier le joint autour de la porte pour éviter sa dégradation trop rapide. Une vitre qui noircit trop vite est le signe d’une mauvaise combustion : arrivée d’air comburant obstruée, bois trop humide, tirage insuffisant (hauteur du conduit, diamètre, étanchéité entre les éléments), réglage de l’air comburant trop fermé.

Nettoyage approfondi : Ponctuellement, un nettoyage plus approfondi est nécessaire pour s’assurer que les passages des fumées soient bien propres. Cela peut nécessiter d’enlever les plaques de cuisson et la trappe du four pour aspirer le parcours des fumées :

nettoyage cuisiniere a bois

Four et plaques : Les éléments de cuisine s’entretiennent de façon conventionnelle. Pour le four, quand la cuisson est terminée, il est conseillé d’entrouvrir la porte si des traces de condensation sont apparues. Pour les plaques de cuisson en acier, il faut éviter de laisser des casseroles refroidir (condensation) et essuyer rapidement toute trace d’humidité pour éviter la rouille.

Comparatif des cuisinières à bois

Ce comparatif permet de se faire une idée du marché des cuisinières à bois, il n’est pas exhaustif mais rend compte de la plupart des fabricants :

VisuelMarqueRéférencePuiss. kWRendementBûches cmPoids kgDim. cmPrix HT
comparatif cuisiniere a boisLa NordicaFamily7.581%33125H = 85.3
L = 84.1
P = 61.6
1 000€
comparatif cuisiniere a boisLa NordicaRosetta7.380%33153H = 84.3
L = 88.5
P = 57.2
1 250€
comparatif cuisiniere a boisPalazzettiAlba4.577%25155H = 85
L = 90
P = 60
1 500€
comparatif cuisiniere a boisCadelDiamente6.571.5%NC140H = 82
L = 85
P = 55
1 600€
comparatif cuisiniere a boisInvictaLa Royale1077%25200H = 86
L = 91.2
P = 65.5
1 850€
comparatif cuisiniere a boisGodinPromes6.5NC33200H = 84,5
L = 102,3
P = 62,8
2 100€
comparatif cuisiniere a boisHaas + SohnHsd 90.5 SF880%33150H = 85
L = 90
P = 60
2 317€
comparatif cuisiniere a boisCadelKook7.584%NC136H = 85.5
L = 80
P = 60
2 600€
comparatif cuisiniere a boisDevilleBergamote871%33121H = 83.8
L = 84.5
P = 59.4
2 690€
comparatif cuisiniere a boisDe ManincorD8 Maxi7.587%60195H = 86
L = 80
P = 60
3 500€
comparatif cuisiniere a boisOkoalpin60 BU XL885%33165H = 85
L = 60
P = 60
3 750€
comparatif cuisiniere a boisOligerRoy1480%60480H = 91
L = 96
P = 63
3 975€
comparatif cuisiniere a boisLohbergerLCP 70 Mixte684%33310H = 85
L = 107.5
P = 60
6 500€

Avantages et inconvénients d’une cuisinière à bois


AvantagesInconvénients
Chauffage et cuissonTemps d’apprentissage requis
Aspect authentiquePetit foyer à bûches (souvent 33 cm)
Fiable (sans électronique)Pas de sécurité pour les enfants
EcologiqueFonction cuisson inutilisable en été
Economique (prix du combustible)Manutention liée au bois
Raccordable chauffage central (hydro)Entretien salissant
Eligibles aux aides financières-

Crédits Photos

Conclusion : Les cuisinières à bois, fiables et authentiques



Bien utilisée, la cuisinière à bois est capable d’assurer les fonctions de chauffage et de cuisson en apportant un côté authentique et chaleureux à la maison. Elle nécessite cependant une manutention importante liée à l’utilisation de bûches (même si des alternatives aux granulés existent) et restera inutilisable en été. Pour aller plus loin, l’article relatif aux poêles à bois avec four pourrait aussi vous intéresser.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies vous permettant d'accéder à des services et offres adaptées à vos centres d'intérêts et nous permettre de mesurer l'audience.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez-ici.