Isolation thermique des murs : par l’intérieur ou par l’extérieur ?

Dans une maison non isolée, les murs représentent entre 20 et 25% des déperditions. Les isoler efficacement permet donc de diminuer sa consommation d’énergie. Cela améliore également le confort en limitant les sensations de parois froides. Il existe principalement deux techniques pour isoler les murs : l’isolation par l’intérieur et celle par l’extérieur. Mais il n’est pas toujours aisé de choisir entre ces deux procédés car chacun possède des avantages et des inconvénients. Conseils Thermiques dresse un comparatif pour peser le pour et le contre.

isolation intérieure ou extérieure

Comparatif entre ITI et ITE en 1 coup d’œil



CritèresIsolation intérieure - ITIIsolation extérieure - ITE
Performances en hiverPonts thermiques inévitablesLimitation des ponts thermiques
Performance en été*FaibleForte (inertie des murs)
Protection des mursMur côté froid = plus de risquesMur côté chaud = meilleure protection
Impact pour les occupantsNuisance pendant travaux
Perte de surface habitable
Occupation possible des lieux
Perte de luminosité
Impact architecturalFaçade extérieure préservée
Sans autorisation
Façade modifiée
Autorisation d’urbanisme requise
Prix75€ par m² (hors coûts induits)150€ par m² (dont nouvelle façade)
A privilégier si…Façade avec du cachet
Réhabilitation intérieure nécessaire
Obstacles administratifs à l’ITE
Contrainte de budget
Dans tous les autres cas

*Pour les maisons maçonnées (murs massifs)

ITI et ITE, quelles différences ?

Isolation intérieure : L’Isolation Thermique par l’Intérieur, aussi appelée « ITI », consiste à placer l’isolant du côté intérieur du bâti. Cette technique traditionnelle est dominante en France que ce soit pour le neuf ou la rénovation. Elle reste assez facile à mettre en œuvre, réalisée à l'abri des intempéries et concerne tous les postes d’isolation :

isolation thermique par l'intérieur

L’isolation par l’intérieur (PACTE)

Isolation extérieure : A l’inverse, dans une Isolation Thermique par l’Extérieur dite « ITE », l’isolant se place à l’extérieur du bâti ce qui modifie son apparence. Cette technique est moins répandue mais reste à privilégier lorsque cela est possible. Quand on oppose l’ITI à l’ITE, c’est bien souvent pour évoquer l’isolation des murs.

isolation des murs par l'intérieur et par l'extérieur

Performances thermiques en hiver

Isolation par l’intérieur : En ITI, il est beaucoup plus difficile d’assurer en toutes circonstances la continuité de l’isolation. Un « trou » apparaîtra forcément au niveau d’un plancher intermédiaire ou d’un mur de refend par exemple. C’est ce que l’on appelle un pont thermique. Ces ponts thermiques peuvent générer un effet de « paroi froide » et une sensation d’inconfort pour les occupants. Il reste toutefois possible de les limiter par des retours d’isolants.

pont thermique en isolation intérieure

Isolation par l’extérieur : En ITE, cette problématique est moins présente car un plancher intermédiaire ne peut pas rompre la continuité de l’isolant.

pont thermique en isolation exterieure

A droite, on observe un pont thermique au niveau du pied de mur

Des points sensibles demeurent tout de même comme les balcons par exemple. Il faudra aussi veiller à assurer la continuité de l’isolant au niveau du pied de mur en prolongeant l’isolation jusque sous le plancher bas. Même chose au niveau des fenêtres où des retours d’isolants sont nécessaires.

Performances thermiques en été

Isolation par l’intérieur : Dans le cas d’une ITI, la masse des murs porteurs se trouve à l’extérieur du volume isolé. De ce fait, l’inertie est faible et les murs ne peuvent pas atténuer les pics de chaleur estivaux.

inertie thermique conservée en cas d'isolation par l'extérieur

Une isolation des murs par l’extérieur conserve l’inertie des murs.

Isolation par l’extérieur : En ITE, toute la masse des murs porteurs se situe dans le volume isolé ce qui confère à la maison une grande inertie thermique. En été, les murs atténuent significativement les températures extérieures. En hiver, les températures sont aussi plus « lissées » et les apports solaires éventuels (si fenêtres orientées sud) peuvent être stockés dans les parois.

Protection des murs

Protection contre les intempéries : La pluie, accentuée par l’effet du vent, peut amener de l’eau dans la structure du mur. Sous l’effet du gel, cela peut provoquer des éclatements qui dégradent progressivement le mur. Une solution est bien sûr d’avoir une protection extérieure imperméable à la pluie, mais aussi de garder un potentiel de séchage du mur. Sur ce dernier point, l’isolation par l’intérieur est désavantagée car le mur est placé côté froid. L’humidité ne peut donc plus s’évacuer suffisamment par la face intérieure. A l’inverse, un mur isolé par l’extérieur reste chaud puisqu’il est placé dans le volume isolé. Le séchage est alors possible des deux côtés.

pare pluie sous bardage

Ici, un pare-pluie situé sous bardage protège la paroi des pénétrations d’eau.

Protection contre les risques de condensation dans la paroi : En hiver, la vapeur d’eau située dans l’habitation migre vers l’extérieur. Mais il faut noter que l’air chaud du logement est capable de transporter plus de vapeur d’eau que l’air froid. Or, en traversant le mur, l’air se refroidit. A une certaine température appelée « point de rosée », la vapeur d’eau condense. Il y a donc un risque de dégrader potentiellement l’isolant et le mur. En ITI, la température entre l’isolant et le mur est plus faible qu’en ITE, le risque de condensation est donc accru.

Protection contre les risques de condensation sur la paroi : On l’a vu, l’isolation par l’intérieur présente plus de ponts thermiques ce qui se traduit par des effets de « parois froides ». Or, comme expliqué précédemment, les zones froides sont propices à la condensation car l’air en se refroidissant est moins capable de transporter de la vapeur d’eau. En ITI, les risques sont donc plus grands de voir apparaître de la condensation, voire des moisissures, au niveau de ces points froids.

risque condensation isolation extérieure

Même en ITE, si l’isolant ne descend pas sous le plancher bas (pont thermique), un risque de condensation apparaît.

A retenir : Un mur isolé par l’extérieur est plus chaud en hiver. De ce fait, l’ITE est la solution qui protège mieux le bâti des risques hygrothermiques (faisant intervenir l’humidité et la température).

Dans le cas du bâti ancien, il est fortement recommandé d’éviter les isolants à base de plastique (polystyrène, polyuréthane…) et de plutôt privilégier les isolants fibreux (laine de verre, de roche, de bois, ouate de cellulose…). Ces derniers sont plus ouverts à la migration de la vapeur d’eau. Le revêtement extérieur doit aussi être perméable à la vapeur d’eau (enduits à base de chaux plutôt que de ciment).

Impact des travaux d’isolation pour les occupants

Isolation par l’intérieur : Une ITI implique davantage de contraintes pour les habitants qui ne peuvent pas occuper la pièce où se déroulent les travaux. De plus, l’isolation des murs par l’intérieur réduit la surface habitable. Si on considère une maison de plain-pied non isolée de 100 m² (10*10 m), une ITI de 15 cm réduirait la surface habitable de 6 m² (94 m² soit 9.7*9.7 m). Cette problématique est à bien prendre en compte notamment dans les milieux urbains où l’immobilier s’avère parfois très cher (10 000€ du m² sur Paris par exemple).

perte luminosité isolation extérieure

En ITE, le logement reste habitable - Une perte de luminosité peut survenir à cause des retours d’isolants au niveau des fenêtres (Thermal Building Solutions).

Isolation par l’extérieur : En ITE, les habitants peuvent continuer d’habiter le logement pendant les travaux et sans perte de surface habitable. Toutefois, une isolation thermique des murs par l’extérieur implique un retour d’isolant au niveau des fenêtres. Cela se traduit par une diminution de l’ensoleillement et des apports solaires, surtout dans le cas où les fenêtres sont placées côté nu intérieur.

Impact architectural

Isolation par l’intérieur : Une ITI n’implique pas de modifications esthétiques de la façade, on la privilégiera donc si le bien a une forte valeur patrimoniale.

Isolation par l’extérieur : Une isolation par l’extérieur entraîne de fait un changement d’aspect. Elle est donc peu compatible avec des façades ayant du « cachet ». D’ailleurs, l’ITE sera souvent refusée dans les périmètres de protection des monuments historiques. Sur ces bâtiments, on peut toutefois envisager d’isoler par l’extérieur les façades sans plus-value architecturale.

isolation extérieure sous bardage

Aussi, des problèmes d’ordre juridique se posent pour les façades bordant l’espace public puisque l’isolation va « empiéter » sur la voirie. De même, pour les habitations construites en limite de propriété où il faut « déborder » chez le voisin. Une autorisation de la mairie sera donc nécessaire (déclaration préalable de travaux ou permis de construire). Sur ce point, les CAUE locaux (Conseils d'Architecture, d'Urbanisme et de l'Environnement) pourront vous aiguiller gratuitement et avec précisions.

Points de vigilance pour l’isolation des murs

L’isolation des murs, qu’elle se fasse par l’intérieur ou l’extérieur, a aussi une incidence sur les autres postes de la maison.

Ventilation : Il faut anticiper les conséquences d’une nouvelle isolation au niveau de la ventilation du logement car le bâtiment devient plus étanche à l’air. Si la ventilation d’origine est « naturelle » (ouverture des fenêtres tous les jours), il est impératif d’installer un nouveau système de ventilation. Il garantira des débits d’extractions suffisants pour évacuer les polluants et l’humidité, sans risque de condensation.

vmc après isolation

Une ventilation mécanique contrôlée (VMC) est impérative suite à des travaux d’isolation.

Fenêtres : Une réflexion doit également être menée au niveau des fenêtres si elles sont peu performantes de base. En ITI, leur changement permettra de mieux traiter l’étanchéité à l’air au niveau de la jonction entre la menuiserie et le mur. En ITE, on peut profiter de la mise en place de l’échafaudage pour changer les ouvrants et les placer du même coup au nu extérieur (pour maximiser l’ensoleillement).

Prix de l’isolation des murs par l’intérieur et l’extérieur

Isolation par l’intérieur : Une ITI est moins coûteuse. On compte autour de 75€ du m² mais elle peut occasionner des frais induits importants (déplacement des réseaux, réfection de la cuisine ou de la salle de bain). Une isolation par l’intérieur permet d’étaler la dépense en travaillant « pièce par pièce » mais pour une bonne efficacité des travaux, il est préférable de programmer un lot d’actions bien coordonnées en une seule fois.

Isolation par l’extérieur : L’ITE se chiffre autour de 150€ du m², c’est donc pratiquement le double du prix mais il faut considérer que l’habitation bénéficie aussi d’un nouveau crépi extérieur (ou d’un bardage, selon la technique retenue).

Dans les deux cas, ces travaux sont éligibles aux aides à l’isolation à condition d’avoir recours à un professionnel certifié RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) et de viser une résistance thermique d’au moins 3,7 m².K/W (soit environ 12 cm d’isolants). Pour obtenir le juste prix, il faut mettre différentes enseignes en concurrence pour avoir des éléments de comparaison et faire le tour des aides disponibles.

Pour cela, Conseils Thermiques s'associe à plusieurs partenaires afin de vous mettre en relation avec des artisans locaux certifiés RGE. Vous pourrez ainsi étudier plusieurs propositions techniques et commerciales gratuitement et sans engagement.

Je souhaite rencontrer des entreprises >

Ces travaux de rénovation énergétique donnent droit à des subventions (prime énergie). Si vous avez déjà un devis (non signé), vous pouvez encore y prétendre.

Je souhaite obtenir ma prime énergie >

Avantages et inconvénients de l’ITI et de l’ITE


AvantagesInconvénients
Isolation par l’intérieur des murs
Aspect extérieur du mur conservéDiminution de la surface habitable
Mise en œuvre sans échafaudageTravaux intérieurs requis (peinture…)
Chantier à l’abri de la pluiePonts thermiques inévitables
Possibilité de procéder pièce par pièceNécessité pour les occupants de quitter la pièce
Sans permis d’urbanismeConfort d’été faible
Coût moindreRisques de condensation dans le mur plus élevés
Isolation par l’extérieur des murs
Pas ou peu de ponts thermiquesRecours à une entreprise spécialisée avec échafaudage
Etanchéité du mur renforcéDépose des gouttières, volets…
Risques de condensation limités
Diminution de la surface vitrée (retours de baies isolés)
Nouvelle façade
Modification de la façade = permis d’urbanisme
Bon confort d’étéCoût plus élevé
Sans perte de surface habitable-

Conclusion : ITI ou ITE, un choix à faire au cas par cas.

L'isolation thermique des murs par l'extérieur présente plus d'avantages que l'isolation par l'intérieur. Elle est donc à privilégier car elle limite grandement les ponts thermiques, contribue significativement au confort d'été et protège mieux le bâti des risques hygrothermiques. Toutefois, sa mise en œuvre s'avère impossible dans certains cas, notamment dans les zones classées.

A l'inverse, l'isolation intérieure sera pertinente si l'aspect extérieur des façades ne peut pas être modifié, si les parements intérieurs nécessitent d'être rénovés ou si le volume habitable doit être restructuré.

Pour en savoir plus, consultez nos articles sur l’isolation intérieure et extérieure des murs, mais aussi sur les aides financières disponibles pour les travaux d’isolation.

Laisser un commentaire ou poser une question




#4 - Xavier (admin) - 30 Avril 2021

Bonjour Céline,

Je ne saurais pas vous dire en pourcentage mais une ITE limite (voire supprime) les ponts thermiques. Pas besoin par exemple d'arrêter l'isolant au niveau d'un plancher.

Elle permet aussi de conserver l'inertie des murs (plus-value dans le confort d'été) et de conserver les murs plus chauds.

Elle sera donc plus performante mais encore faut-il que sa mise en œuvre soit possible.

A bientôt

#3 - Céline63 - 29 Avril 2021

Bonjour, quelle est différence entre une ite et une iti en polystyrène en matière de performance (en pourcentage de déperdition de chaleur?) Merci

#2 - Xavier (admin) - 26 Avril 2021

Bonjour Lydie,

Non, vous n'êtes pas obliger de supprimer les volets roulants. Ceux-ci sont déposés lors de la préparation du chantier puis de nouveaux gonds qui prévoient l'épaisseur de la future isolation sont fixés au murs. Une fois l'ITE réalisée, les volets sont remis en place.

A bientôt

#1 - Lydie - 19 Avril 2021

Avec ite , on est obligés de suprimer les volets ?
Remonter

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies vous permettant d'accéder à des services et offres adaptées à vos centres d'intérêts et nous permettre de mesurer l'audience.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez-ici.