Fonctionnement et réglages d’un poêle à granulés

Le poêle à granulés est un chauffage au bois entièrement automatique qui offre une régulation précise des températures. Un fonctionnement assez « magique » comparé au poêle à bois traditionnel. Il n’y a pourtant rien de sorcier car les principes physiques en jeu sont les mêmes. Voici quelques explications pour mieux comprendre le fonctionnement de ce chauffage et bien le régler.



fonctionnement et réglages d'un poêle à granulés

Fonctionnement général d’un poêle à granulés

Le poêle est doté d’une réserve de granulés de bois, aussi appelés pellets. Ce combustible est normé et donc très homogène en termes de taille, d’humidité, de taux de cendres… C’est ce qui permet l’automatisation du chauffage à la différence des bûches par exemple.

principes de fonctionnement d'un poêle à granulés

Les granulés de bois transitent depuis le réservoir (1) vers la chambre de combustion (2). Ce cheminement est possible grâce à une vis sans fin (3) entrainée par un motoréducteur (4). Au démarrage du poêle, les pellets sont enflammés grâce à une bougie d’allumage (5). La combustion est ensuite entretenue naturellement par la chute régulière des granulés. La chaleur des fumées est récupérée avant que ces dernières ne soient évacuées sous l’effet de l’extracteur (6). La chaleur captée est le plus souvent diffusée dans la pièce par un ventilateur tangentiel (7).

Composants d’un poêle à granulés

Avant de rentrer plus en détails dans le fonctionnement du poêle à granulés, voici une définition de ses principaux composants pour mieux s’y retrouver dans les termes utilisés.


VisuelComposantRôle
composant poele granulePanneau de commandeIl sert à l’utilisateur pour interagir avec l’appareil.
composant poele granuleCarte électroniqueCerveau du poêle. Elle centralise toutes les informations
et donne les ordres aux autres composants.
composant poele granuleBougie d’allumageElle enflamme les granulés. Elle ne fonctionne que pendant
les 7 premières minutes de la phase d’allumage.
composant poele granuleVis sans finActionnée par un motoréducteur, elle fait tomber
les granulés depuis le réservoir vers le creuset.
composant poele granuleCreusetAussi appelé brasier ou godet,
lieu où sont consumés les granulés.
composant poele granuleExtracteur des fuméesIl expulse les fumées vers le conduit et amène par la même
occasion de l’air comburant dans la chambre de combustion.
composant poele granuleVentilateur tangentielIl refroidit le poêle et diffuse la chaleur dans la pièce.
composant poele granulePressostatIl vérifie que la chambre de combustion est bien en dépression
ou que le conduit n’est pas bouché.
composant poele granuleSonde température des fuméesElle mesure la température des fumées
et joue un rôle de contrôle en temps réel.
composant poele granuleSonde granulésIndique quand la température près du réservoir
est trop importante (surchauffe)
composant poele granuleSonde ambianceIndique la température de la pièce

Phase de démarrage

triangle combustionLa phase d’allumage est une étape clé dans le bon fonctionnement d’un poêle à granulés. Elle mérite que l’on s’y attarde un peu pour comprendre comment l’appareil fait du feu « tout seul ».

Triangle de combustion : La combustion est une réaction chimique entre les granulés et l’oxygène de l’air. Pour qu’elle se produise, il faut de la chaleur. C’est précisément le rôle de la bougie d’allumage.

Naissance de la flamme (2 à 7 minutes) : Une fois la touche « ON » pressée, la bougie d’allumage commence son préchauffage. Il ne se passe rien de visible mais on constate bien au wattmètre que la consommation atteint 400 W. La vis sans fin s’active ensuite pour faire tomber des granulés dans le creuset et l’extracteur des fumées se met en route pour amener l’air comburant.

Tous les ingrédients sont donc réunis pour que la combustion ait lieu : combustible (granulés) + comburant (oxygène de l’air) + chaleur (bougie). On assiste donc à la naissance d’une petite flamme :

fonctionnement poele granule allumage

A gauche, la bougie d’allumage. A droite, la naissance de la flamme.

Si on voulait faire le parallèle avec un poêle à bois, tout se passe comme si on avait mis des bûches et du petit bois (combustible), ouvert l’arrivée d’air en grand (comburant) et enflammé un allume-feu (chaleur).

Stabilisation de la flamme (5 à 8 minutes) : Cette petite flamme doit ensuite être entretenue pour qu’elle devienne autonome, sans recourir à la chaleur de la bougie. L’extracteur des fumées augmente donc sa vitesse pour amener davantage d’air et des granulés tombent de nouveau.

fonctionnement poele granule stabilisation de la flamme

La phase de stabilisation fait apparaitre une flamme bien haute.

Par analogie avec le poêle à bois, c’est comme si on maintenait la porte ouverte pour que le feu « démarre bien ».

Poêle allumé (en 7 à 15 minutes) : Lorsque la sonde des fumées capte une température de l’ordre de 55°C, la carte mère considère qu’il y a bien une flamme. A 70°C, elle estime que le poêle est définitivement allumé. A ce moment là, le ventilateur tangentiel s’active pour souffler de l’air chaud dans la pièce.

poele granule allumé

L’activation du ventilateur tangentiel est le signe que le poêle est complètement opérationnel.

Pour terminer la comparaison avec le bois, il reste à refermer la porte du poêle et à placer l’arrivée d’air en position intermédiaire.

Remarque : L’allumage peut être plus ou moins rapide selon la technologie de la bougie d’allumage. Une bougie en céramique ou en quartz monte beaucoup plus vite en température. On peut donc voir apparaître une flamme en 2 minutes 30 environ alors qu’il faut attendre plutôt 5 minutes avec une bougie en acier.

Phase de combustion

Une fois en phase de combustion, le poêle à granulés n’a plus besoin de la chaleur de la bougie qui fonctionne 7 minutes en moyenne. La consommation électrique chute donc aux alentours de 50 W. La combustion est alors entretenue par la chute régulière des granulés et l’apport continu d’air comburant.

fonctionnement poele granule combustion

Si on regarde en détails la programmation de la carte mère, on constate logiquement que plus la puissance de combustion augmente, plus la vis sans fin tourne longtemps (davantage de granulés) et plus l’extracteur des fumées tourne vite (davantage d’air) :


Puissance de combustion12345
Temps activation vis sans fin
en seconde
0.81.21.622.5
Vitesse de rotation de l’extracteur
en tour par minute
13001350140014501800

Pour les curieux qui voudraient voir à quoi ressemblent toutes les données programmées sur une carte mère, vous pouvez télécharger ces exemples chez le fabricant Phebo Stufe.

Réglages de la combustion

Dans certains cas, les réglages de combustion par défaut ne conviennent pas. Un ajustement est nécessaire en jouant sur l’un ou l’autre des paramètres, voire les deux. Le constructeur Ravelli propose une aide au réglage en se basant sur l’allure de la flamme :


réglage flamme poêle à granulésCombustion incorrecte. Flamme
trop étirée de type « chalumeau »
avec une grande quantité de
granulés incandescents qui
sautent du brasero.
Réduire le débit d'air
Si besoin, augmenter le débit de granulés
réglage flamme poêle à granulésCombustion incorrecte. Flamme
« molle » de type poêle à bois
avec beaucoup d'imbrûlés
dans le brasero.
Vérifier la bonne étanchéité de la porte (trop d’air)
Réduire le débit d'air
Si besoin, augmenter le débit de granulés
réglage flamme poêle à granulésCombustion correcte. Flamme vive
jaune et blanche avec peu
d’imbrûlés dans le brasero.
Pas d’ajustement requis.
La photo montre l’allure
de la flamme à puissance 5.

Invicta donne également le repère suivant concernant la quantité de granulés :

réglage combustion poele granule

C’est généralement l’installateur qui effectue ces réglages qui sont parfois « cachés » dans un menu technique dédié au professionnel. Il faut dans tous les cas procéder « pas à pas » et laisser le poêle fonctionner plusieurs heures avant d’ajuster les paramètres. Un léger voile blanchâtre sur la vitre témoigne d’une bonne combustion à l’inverse d’une vitre noircie (pas assez d’air, granulés trop humides).

Phases de nettoyage et d’extinction

Pour que la combustion puisse se faire « en continu », le poêle à granulés doit s’assurer que l’air comburant circule toujours librement. Deux fonctions logicielles s’en assurent (même si un entretien régulier reste indispensable) :

Nettoyage du brasier (1 minute) : Toutes les 30 minutes environ, la vis sans fin s’arrête (absence de granulés) et le moteur d’extracteur des fumées augmente sa vitesse. On remarque généralement ce changement de régime. Cela permet de brûler les résidus de granulés dans le creuset et d’éviter qu’ils ne bouchent les orifices d’air comburant.

Arrêt du poêle (15 à 35 minutes) : Lorsque le poêle s’éteint, le ventilateur tangentiel augmente sa vitesse afin de refroidir l’appareil. Il continue donc à propulser de l’air chaud dans la maison. Le ventilateur d’extracteur des fumées fait de même pour bien « déboucher » le creuset comme dans l’étape précédente. Le but est de préparer un nouvel allumage sans encombre.

fonctionnement poele granule température des fumées

La température des fumées est un très bon indicateur de l’état du poêle.

A noter que cette phase d’extinction est souvent bruyante (2 ventilateurs qui tournent « à fond ») et il faudra essayer de la programmer en dehors de la présence des occupants. Elle dure jusqu’à ce que la température des fumées redescende sous la barre des 70°C.

Eléments de sécurité du poêle à granulés

On vient de voir que le poêle à granulés pouvait « faire du feu » de façon autonome. Pour un fonctionnement sûr, il est donc équipé de nombreux éléments de sécurité.

Eléments mécaniques : Pour éviter que les granulés présents dans le réservoir ne s’embrasent, le poêle est doté d’un bouclier thermique afin que ce dernier reste froid.

fonctionnement poele granule sécurité

A la caméra thermique, on observe effectivement que la réserve de granulés est plutôt froide.

La hauteur de chute entre le réservoir et le brasier évite aussi une correspondance directe entre ces deux éléments. Côté utilisateur, il faut veiller à ne pas remettre des granulés brulants dans le réservoir, à la suite d’un allumage raté par exemple.

Dans certains cas, une accumulation de fumées peut se produire dans la chambre de combustion. Cela peut arriver si le creuset est très sale, si les granulés sont humides ou si la bougie arrive en fin de vie. Elle « peine » alors à enflammer le combustible et les gaz peuvent brûler d’un seul coup ce qui provoque une petite explosion.

fonctionnement poele granule soupape

Pour éviter les dommages au niveau de la vitre, certains fabricants mettent en place des dispositifs pour évacuer la pression. Il peut s’agir de charnières à ressorts, d’une poignée à ressort ou d’une soupape placée dans la chambre de combustion.

Composants électroniques : Le poêle à granulés est doté d’un panel de capteurs qui renseignent en temps réel la carte électronique sur son fonctionnement. Par exemple, la sonde des fumées éteint le poêle si la température excède 200°C. De même, celle du réservoir alerte si la température grimpe trop haut. Le pressostat, quant à lui, mesure la pression dans la chambre de combustion. Il s’assure que le conduit et l’arrivée d’air ne soient pas bouchés. Des contacteurs peuvent également alerter si une porte du poêle ou celle du réservoir n’est pas refermée correctement.

fonctionnement poele granule pressostat

Le pressostat joue un rôle clé dans la sécurité du poêle.

Enfin, la programmation de la carte mère fait intervenir des temporisations. Par exemple, si une flamme n’est pas détectée en 15 minutes lors de l’allumage, le poêle passera en erreur. En bref, il n’est jamais possible de démarrer un poêle qui présente une erreur.

Réglages basiques des paramètres de chauffe

Maintenant que l’on connait plus précisément le fonctionnement du poêle à granulés, voyons comment l’utilisateur peut interagir avec son appareil. La plupart du temps, il peut régler facilement les paramètres suivants :

Puissance : Les poêles à granulés disposent le plus souvent de 5 paliers de puissance. C’est très simple, plus la puissance est élevée, plus on brûle de granulés. Le réglage de la puissance conditionne donc directement la production de chaleur et la consommation de granulés.

Ventilation : La soufflerie est le plus souvent réglable de 1 à 5 même si ce n’est pas toujours le cas. On règle ici le ventilateur tangentiel qui « pousse » la chaleur dans le logement. On agit donc sur la diffusion de la chaleur et indirectement sur le bruit du poêle, mais pas sur la consommation de granulés.

bruit poele granule

La ventilation est parfois indexée sur la puissance.
Plus de puissance = plus de soufflerie = plus de bruit

Température : L’utilisateur indique la température souhaitée avec un pas de 1°C. La position de la sonde d’ambiance a une grande importance sur ce point, on évitera de la laisser en position basse (très grande imprécision des mesures).

Modes de fonctionnement d’un poêle à granulés

L’utilisateur peut également choisir au moins deux modes de fonctionnement selon son emploi du temps.

Manuel, le fonctionnement le plus simple : L’utilisateur gère les allumages et extinctions. Il définit une puissance de 1 à 5 et le poêle chauffe selon le réglage indiqué. Ce mode convient pour les personnes présentes tout le temps à domicile et qui n’ont pas envie de s’embêter avec la programmation. Il peut aussi s’utiliser en mi-saison (automne, printemps) quand les besoins de chauffage sont ponctuels.

mode fonctionnement poele granule

Pour les technophiles, il est même possible de piloter son poêle à distance.

Programmation, le fonctionnement « automatique » : L’utilisateur programme les allumages et les extinctions pour les différents jours de la semaine ainsi qu’une température de consigne. Ce mode est adapté aux utilisateurs actifs qui ont besoin de trouver une maison chaude le matin au réveil et à leur retour du travail.

La fonction « Eco » ou « Standby » d’un poêle à granulés

En plus du mode de fonctionnement, l’utilisateur peut activer une fonction dite « Eco » ou « Standby » selon les fabricants.

Modulation : Par défaut, le poêle chauffe à la puissance indiquée jusqu’à atteindre la température fixée par l’utilisateur. Ensuite, il passe à puissance 1 , on dit que le poêle « module ». L’idée est de maintenir la température de consigne.

fonctionnement poele granule modulation

Sur ce relevé de températures mesurées en plein hiver, la « modulation » par défaut du poêle compense bien les déperditions de la maison. Cela offre une chaleur constante, sans à-coups.

Eco ou Standby (veille) : Toutefois, il arrive que même dans ces conditions de modulation, la température continue de grimper et crée une gêne pour l’utilisateur (ainsi qu’une surconsommation de granulés). C’est là qu’intervient la fonction Eco ou Standy.

fonction eco ou standby d'un poêle à granulés

Modulation ou Standby ? Telle est la question.

En activant cette fonction, le poêle va s’arrêter une fois la consigne atteinte et redémarrer automatiquement s’il fait trop froid. Mais l’activation de cette fonction n’est pas toujours judicieuse. Voici un tableau comparatif :


FonctionUtilité
ModulationDans les maisons peu isolées
En plein hiver
Eco ou StandbyDans les maisons bien isolées
En mi-saison (automne et printemps)
En cas de surdimensionnement du poêle

Dans tous les cas, il faut retenir qu’il ne faut pas dépasser 3 allumages par jour afin de ne pas solliciter inutilement la bougie d’allumage (pièce d’usure).

Questions fréquentes sur le fonctionnement d’un poêle à granulés

On termine ce panorama du fonctionnement d’un poêle à granulés en évoquant les questions fréquentes relatives à ce chauffage.

Quelle surface peut-on chauffer avec un poêle à granulés ? Le poêle constitue un unique point chaud. Les températures diminuent donc au fur et à mesure que l’on s’éloigne de l’appareil. Pour cette raison, on considère généralement qu’un poêle peut chauffer une surface de 100 m² avec une régulation correcte des températures.

poele granule invicta

Quelle puissance choisir ? On dimensionne le poêle pour le salon et les pièces directement ouvertes sur cet espace : cuisine, hall, couloirs… La puissance du poêle à granulés dépend de nombreux paramètres (climat, isolation, volume à chauffer) mais on peut donner la fourchette moyenne de 40 W par m3.

Quelle consommation de granulés ? Elle dépend aussi de nombreux critères : puissance du poêle, température choisie, temps d’utilisation… On peut retenir la valeur moyenne de « 1 kg par heure d’utilisation » et que le chauffage aux granulés revient deux fois moins cher à l’utilisation qu’un chauffage électrique.

Quelle autonomie ? La contenance du réservoir est le plus souvent prévue pour une journée d’utilisation en plein hiver. Il faut donc le recharger tous les jours. Par extension, on note que le poêle à granulés ne peut pas assurer un mode « hors-gel » efficace si vous vous absentez plusieurs jours en plein hiver (appoint électrique requis).

fonctionnement réservoir poele granule

Quelle consommation d’électricité ? Elle est assez négligeable. Il faut compter 400 W à l’allumage puis 50 W environ pendant le fonctionnement. Cela représente le plus souvent moins de 30€ sur la facture annuelle d’électricité. Certains appareils peuvent même fonctionner de façon autonome grâce à des panneaux solaires et une batterie.

Quel bruit dans la pièce de vie ? Un poêle à granulés possède le plus souvent 3 moteurs (extracteur des fumées, vis sans fin, soufflerie) et tous les fabricants ne font pas le même effort pour optimiser le bruit des appareils. Certains sont donc silencieux sur toute leur plage de puissance quand d’autres sont bruyants dès la puissance 3.

Le poêle peut-il fonctionner en continu ? Oui et non. On peut bien faire fonctionner un poêle à granulés pendant une journée complète mais il faut prévoir un temps pour l’entretien quotidien. Cinq minutes suffisent pour ce « dépoussiérage » mais il faut considérer l’extinction du poêle (30 minutes) et encore un temps pour qu’il soit totalement froid (15 minutes). Il est impératif d’inclure cette contrainte dans la programmation de l’appareil.

entretien quotidien poele granule

Pour que le prochain allumage soit réussi, le creuset doit être bien positionné par rapport à la bougie d’allumage qui envoie le flux d’air chaud.

Quelle durée de vie ? La durée de vie conventionnelle est fixée à 12 ans. Il est important d’avoir un professionnel local compétent sur qui compter pour assurer l’entretien annuel et la maintenance de l’appareil.

Quel est le prix d’un poêle à granulés ? Le prix d’un poêle en fourniture seule va de 1 000€ (vente sur internet) à 6 000€ (positionnement haut de gamme). Il faut compter 5 500€ en moyenne pour un poêle à granulés installé par un professionnel et qui ouvre le droit aux aides financières. Pensez à bien comparer plusieurs devis avant de vous engager.

Pour cela, Conseils Thermiques s'associe à plusieurs partenaires afin de vous mettre en relation avec des artisans locaux certifiés RGE. Vous pourrez ainsi étudier plusieurs propositions techniques et commerciales gratuitement et sans engagement.

Je souhaite rencontrer des entreprises >

Ces travaux de rénovation énergétique donnent droit à des subventions (prime énergie). Si vous avez déjà un devis (non signé), vous pouvez encore y prétendre.

Je souhaite obtenir ma prime énergie >

Conclusion : Le chauffage au bois en mode « automatique » !



Le poêle à granulés est donc un chauffage entièrement automatisé qui se révèle très pratique à l’usage. En contrepartie, la fiabilité est moindre que sur un poêle à bois sans électronique. Notre comparatif entre le poêle à granulés et le poêle à bois pourrait vous intéresser sur ce point.

Si le fonctionnement est globalement identique pour chaque appareil, tous n’offrent pas pour autant la même « expérience utilisateur » en termes de bruit, de diffusion de la chaleur, de design, de programmation… Consultez notre guide d’achat sur les poêles à granulés pour en savoir plus.

Enfin, notre article sur les chaudières à granulés pourrait aussi vous intéresser si vous êtes en quête d’un chauffage central.

Laisser un commentaire ou poser une question




#6 - Xavier (admin) - 06 Avril 2021

Bonjour gary,

Il faut se rendre dans le menu technique mais ce menu est le plus souvent protégé par un mot de passe. Sur une carte Micronova qui équippe de nombreux appareils, ce code est "A9", il faut ensuite chercher les paramètres de l'extracteur des fumées. Voici un exemple de notice (p43, pr16 à 22 + pr35 à 37) :
https://conseils-thermiques.org/contenu/documents/notice-panneau-commande-poele-granule-canalisable.pdf

Je vous conseille vivement de contacter votre pro afin qu'il vous fournisse les valeurs d'usine de votre produit pour avoir une idée. Autrement, il faut procéder par essai/erreur.

A bientôt,

#5 - gary - 05 Avril 2021

Bonjour à vous suite à des problemes d'extracteur de fumées au demarrage et extinction comment augmenté la puissance du ventilateur Merci

#4 - Xavier (admin) - 29 Janvier 2021

Bonjour Grégorie,

Je ne sais pas exactement ce qu'il en est de la double combustion sur un poêle à granulés (car la flamme et les gaz sont aspirés par l'extracteur des fumées).

Pour les particules fines, il semblerait que cela soit assez comparable. Pour les poêles à granulés, le label Flamme Verte 7 étoiles impose un taux de particules fines inférieur à 30 mg/Nm3.

Les fabricants affichent des données laboratoires souvent en dessous (ex : 17 mg/Nm3 pour le MCZ Ego) :
https://www.mczgroup.com/download/89TS170291.pdf

Pour les poêles de masse, on se situerait plutôt autour de 30 - 35 mg/Nm3. Ex avec Hiemstra :
https://www.poele.com/images/imagesFCK/file/hiemstra_fichedonneestechniques_recto_v200910.pdf

Le label le label Flamme Verte 7 étoiles impose un taux de particules fines inférieur à 40 mg/Nm3.

A bientôt,

#3 - Grégorie - 22 Janvier 2021

Bonjour, y a t'il un système de double combustion des fumées sur un poêle à granulé comme sur un poêle de masse ? Si oui quel est le taux de particules fines en moyennes qui sont émises par un poêle à granulés comparé à un poêle de masse ?

Merci beaucoup pour votre site qui est très instructif !

#2 - Xavier (admin) - 08 Janvier 2021

Bonjour claude,

Le dimensionnement dépend de nombreux facteurs et notamment du fait que l'on ne peut pas chauffer toute la maison de façon homogène avec un seul point chaud (le poêle).

De prime abord, si on part sur un besoin moyen de 40 W/m3, cela donne une puissance autour de 9-10 kW.

Vous trouverez plus de détails à cette adresse :
https://conseils-thermiques.org/contenu/puissance-poele-granule.php

A bientôt,

#1 - claude - 07 Janvier 2021

quelle puissance pour une maison 100m2 250m3 moyenement isolee
Remonter

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies vous permettant d'accéder à des services et offres adaptées à vos centres d'intérêts et nous permettre de mesurer l'audience.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez-ici.