Chaudières à bois : bûches, granulés, mixte ou plaquettes ?

Les chaudières au bois constituent une alternative écologique pour alimenter le réseau de chauffage et d’eau chaude sanitaire d’un logement. Chaudières à bûches, à granulés, ou à plaquettes, les solutions sont nombreuses mais ne répondent pas forcément aux mêmes besoins. Voici un comparatif des différentes technologies pour faire un choix éclairé.



chaudière à granulés avec silo


Vue d’ensemble des chaudières au bois

Combustibles : Les chaudières biomasses utilisent du bois comme combustible qui peut prendre trois formes différentes.


BûchesMorceau de bois coupé
+ Prix faible
+ Faire son bois
+ Stockage extérieur
- Gestion manuelle
GranulésCompactage de résidus de scieries
+ Prix modéré
+ Automatique
+ Fort pouvoir calo.
- Stockage intérieur
- Processus industriel
PlaquettesCopeaux de bois issus de la taille
+ Prix très faible
+ Automatique
+ Faire ses plaquettes
- Stockage intérieur
- Faible pouvoir calo.

Performances : Peu importe le combustible utilisé, les chaudières au bois sont aujourd’hui très performantes. Elles sont toutes pilotées par un automate et équipées d’un ventilateur capable de forcer la circulation d’air dans la chaudière. Vous trouverez peut-être la dénomination « turbo » en référence à cette turbine sur certaines appellations commerciales.

chaudière bois turbo

Il faut retenir que la combustion est adaptée en temps réel ce qui permet un très bon rendement et des émissions de polluants limitées. Voici les performances attendues telles qu’elles sont définies par le label Flamme Verte 7 étoiles.


ChaudièreRendementEmissions COPart. finesCOVNOx
Bûches> 87 %600 mg/Nm340 mg/Nm330 mg/Nm3200 mg/Nm3
Granulés et
plaquettes
> 87 %400 mg/Nm330 mg/Nm320 mg/Nm3200 mg/Nm3

Certaines chaudières biomasses dites « à condensation » affichent encore de meilleurs résultats en exploitant la chaleur latente contenue dans les fumées.

Bilan carbone : La combustion du bois produit du CO2 qui sera capté plus tard par les arbres grâce à la photosynthèse. De ce fait, les chaudières bois permettent de réduire grandement les émissions de carbone par rapport aux énergies fossiles. On les estime à environ 30 g de C02 par kWh contre environ 230 g pour le gaz et 330 g pour le fioul.

Schéma d'installation chaudière à bois

Schéma de principe d’une chaudière bois. Schéma : Ademe Bourgogne.

Chauffage et eau chaude : Les chaudières biomasses peuvent assurer aussi bien le chauffage que l’eau chaude sanitaire (ECS). Dans ce dernier cas, l’ECS peut être chauffée à l’aide d’un ballon dédié ou d’un ballon immergé dans le ballon tampon comme sur le schéma ci-dessus. Généralement, une résistance électrique assure l’appoint en été.

En bref : Les chaudières biomasses sont donc assez polyvalentes et compatibles avec le réchauffement climatique. Toutefois, leur installation nécessite une chaufferie dédiée assez grande. A la fois pour y installer la chaudière, son conduit de fumée et son ballon d’hydro accumulation mais aussi pour stocker le combustible.

chaudière à bois ventouse

Certaines chaudières biomasses avec un avis technique du CSTB peuvent s’installer en ventouse pour plus de souplesse. Réalisation : Maison Treuil (19).

Les logements qui ne disposent pas de l’espace suffisant s’orienteront probablement vers une solution plus compacte comme une pompe à chaleur air-eau ou géothermique par exemple.

La suite de l’article revient plus en détails sur les différents types de chaudières au bois.

La chaudière bûches

Fonctionnement : Le principe est de brûler une grande quantité de bois à haut rendement puis de stocker l’énergie produite dans un ballon d’hydro accumulation. Ce dernier sert en quelque sorte de « batterie » d’énergie. Il conserve la chaleur et la redistribue au bon moment vers le réseau de chauffage et/ou d’eau chaude sanitaire. Cela amène une certaine autonomie car la chaudière peut rester éteinte alors que les radiateurs fonctionnent toujours.

fonctionnement chaudière bois bûche

1. Chargement bûches 2. Echange de chaleur
3. Evacuation cendres 4. Ballon tampon
5. Eau chaude 6. Chauffage

En pratique, l’utilisateur commence par charger la zone de remplissage puis enflamme les bûches. Ces dernières sont brûlées dans la chambre de combustion située dessous selon le principe de la flamme inversée. La chaleur des fumées est captée par un échangeur puis transmise à l’eau du ballon.

Avantages et inconvénients : L’intérêt principal d’une chaudière à bûches réside dans le coût du combustible qui est très bon marché. Il peut même être gratuit pour qui a la possibilité de faire son bois. Dans ce cas, cela confère en plus une autonomie vis-à-vis de l’approvisionnement.

utilisation chaudière bois bûches

En contrepartie, ce type d’appareil demande du temps. Une à deux flambées quotidiennes sont requises en plein hiver selon le dimensionnement du ballon tampon. Aussi, en cas d’absence prolongée, il faut soit recourir à un appoint souvent très coûteux (résistance électrique) soit demander de l’aide à son entourage.

En bref : Bien que très performantes, les chaudières bûches demeurent assez contraignantes. Elles demandent du bois gratuit et du temps. De ce fait, elles sont plus adaptées en milieu rural où elles peuvent chauffer de grandes habitations pour un très faible coût d’utilisation. Ce public est aussi plus susceptible d’avoir la « culture du bois » nécessaire pour apprécier ce type de chauffage. Le marché des chaudières bûches est plus un marché de renouvellement que de nouvelles installations.

Chaudière à granulés

Fonctionnement : La chaudière à granulés est totalement automatique. Le combustible est stocké dans un silo à proximité de la chaudière ou dans un grand réservoir attenant. Les granulés sont acheminés au niveau du brûleur par un système d'aspiration et/ou de vis sans fin et l’allumage se fait automatiquement à l’aide d’une résistance d’allumage.

fonctionnement d'une chaudière à granulés

1. Buse de soufflage 2. Granulés
3. Vis sans fin 4. Brûleur 5. Bac à cendres
6. Ballon tampon 7. Radiateur

La chaudière à granulés peut moduler sa puissance de 30 à 100% selon la quantité de granulés transportés. De ce fait, elle peut chauffer de façon assez continue et un ballon tampon n’est pas toujours obligatoire même s’il apporte une certaine souplesse à l’installation. Il convient de suivre les préconisations de chaque fabricant sur ce point.

Stockage : Les granulés de bois se stockent le plus souvent en intérieur, même s’il existe des solutions techniques pour l’extérieur. On parle de chaudière « semi-automatique » lorsque le réservoir de granulés a une autonomie limitée (généralement 1 semaine). L’utilisateur doit alors recharger régulièrement la chaudière avec des sacs.

chaudière à granulés chargement par sac

Ici, une chaudière à granulés semi-automatique.

A l’inverse, on qualifie une chaudière « d’automatique » si la contenance du silo est suffisante pour garantir une année d’autonomie. Dans ce cas, le silo de stockage est alimenté par un camion souffleur une fois par an. Aucune manutention n’est requise.

Avantages et inconvénients : Une chaudière à granulés est un appareil écologique qui offre un coût de l’énergie compétitif même si les granulés restent le combustible bois le plus coûteux. Son aspect « automatique » la rend bien plus confortable à l’usage qu’une chaudière à bûches. De plus, l’entretien régulier se limite à la vidange du cendrier une fois par mois en plein hiver.

chaudière à granulés froling avec silo

Ici, une chaudière à granulés automatique. Réalisation : FG Chauffage EURL (25)

En bref : Une chaudière à granulés est à privilégier en remplacement du fioul, du gaz propane (cuve) voire du gaz de ville si l’espace le permet. C’est de très loin le type de chaudière biomasse le plus installé pour les maisons individuelles.

Chaudière mixte bûches et granulés

Fonctionnement : Une chaudière mixte bûches et granulés n’a de sens que si vous avez la possibilité d’avoir du bois gratuit ou très peu cher. L’idée est d’utiliser au maximum les bûches au quotidien afin de bénéficier d’un prix de l’énergie très bas. L’usage des granulés est réservé dans les cas où il n’est pas possible d’alimenter la chaudière en bûches : absences prolongées, manque de temps, maladie…

Techniquement, il s’agit de deux chaudières accolées partageant le même conduit de fumée. L’une brûle des bûches, l’autre des granulés. La bascule vers les granulés est assurée automatiquement par la régulation. Un ballon tampon est impératif.

chaudière mixte installée

Chaudière mixte bois et granulés. Réalisation : Dams Chauffage (57).

Avantages et inconvénients : L’intérêt est de bénéficier d’un faible prix de l’énergie avec l’utilisation de bûches mais de garder un appoint automatique avec les granulés. En contrepartie, il faut assurer la manutention des bûches et ce système mixte coûte environ 20% plus cher qu’une chaudière simple.

En bref : Pour ceux qui ont du bois gratuit et qui désirent une solution d’appoint automatique et écologique.

Chaudière à plaquettes ou à bois déchiqueté

Fonctionnement : Une chaudière à plaquettes ou à bois déchiqueté est aussi un chauffage totalement automatique comme pour les granulés de bois. Les copeaux de bois sont stockés dans un silo au fond duquel se trouve un désileur rotatif. Les 2 pales de ce système poussent les plaquettes dans une vis sans fin qui convoie le combustible jusqu’au brûleur. Pour le reste, la combustion et la récupération de chaleur sont similaires aux autres systèmes.

désileur chaudière à plaquettes

Le désileur ramène le bois déchiqueté dans la vis sans fin.
Réalisation : Dufour Plomberie Chauffage (87).

Avantages et inconvénients : Les chaudières à plaquettes sont un peu plus coûteuses que les modèles à granulés mais le bois déchiqueté reste très bon marché. Il offre en effet le prix de l’énergie le plus compétitif car il requiert peu de transformation (broyage puis séchage du bois). Le combustible peut même être gratuit dans le cas d’un agriculteur qui a beaucoup de déchets de tailles par exemple.

chaudiere à bois déchiqueté installée

Chaudière à bois déchiqueté. Réalisation : Trullen Habitat (23)

La difficulté peut résider dans l’approvisionnement des plaquettes au niveau local. Il faut donc vérifier si une filière organisée existe près de chez vous.

En bref : Une solution économique plutôt pour les grands logements : maisons spacieuses et collectifs.

Chaudière à granulés ou à plaquettes ?

Nous l’avons vu, les chaudières à granulés et à plaquettes sont deux solutions totalement automatiques et confortables pour l’utilisateur final. Voici quelques pistes pour départager les deux systèmes si vous êtes indécis.

Puissance : Les chaudières à granulés sont probablement plus adaptées pour le résidentiel avec une gamme de puissance qui commence dès 10 kW (modulation entre 3 et 10 kW). Côté chaudière à bois déchiqueté, les produits les moins puissants débutent à 20 kW (6 à 20 kW).

Place : Les granulés sont très standardisés et ont un taux d’humidité bien plus faible que les plaquettes (moins de 10%). De ce fait, leur pouvoir calorifique est plus grand. Cela a un impact direct sur la taille des silos. En effet, il faut compter un stockage d’environ 1 m3 de granulés par kW contre 2 m3 par kW pour des plaquettes avec une humidité de 30%. Parfois, il faut donc envisager de construire un nouveau bâtiment pour le stockage du bois déchiqueté alors que ça ne serait pas utile avec les granulés.

chaudière à granulés domusa teknik

Cette chaudière à granulés Domusa Teknik avec un silo intégré est relativement compacte. Réalisation : Hoornaert Nicolas(02).

Livraison : La livraison du combustible est aussi à considérer. Pour les granulés, elle se fait généralement par un camion souffleur dont la longueur du tuyau peut aller jusqu’à 20 mètres. Le silo n’est donc pas forcément directement à proximité. Pour les plaquettes, ce dispositif n’est pas toujours possible et le chargement se fait parfois directement à la benne. Cela suppose un accès direct au réservoir ou de prévoir une vis de remplissage (du point de livraison au silo).

remplissage chaudiere plaquette

La livraison des plaquettes est à considérer. Photos : Etafos (54) – Fröling.

Etude de coût global : La chaudière à granulés est moins coûteuse à l’investissement mais davantage à l’utilisation. En revanche, les frais de maintenance sont souvent supérieurs sur un modèle à plaquettes du fait du combustible moins standardisé. En définitive, seule une étude globale des coûts peut trancher sur la pertinence entre les deux systèmes. Mais on peut retenir que plus les consommations du logement sont élevées, plus il sera intéressant d’aller vers une chaudière à bois déchiqueté.

Chaudière bois et couplage solaire

Si toutes les chaudières biomasses présentées jusqu’ici offrent un coût de l’énergie compétitif par rapport aux énergies fossiles, il n’en reste pas moins que le bois est une ressource précieuse et connaît aussi une inflation. De ce fait, il est impératif d’isoler son logement pour réduire ses consommations. Il peut aussi être intéressant d’ajouter des panneaux solaires thermiques à son installation pour bénéficier d’une énergie gratuite.

Fonctionnement : Des capteurs solaires sont installés sur le toit de la maison ou au sol. Leur nombre dépend de la situation géographique, du besoin des occupants et des modalités de pose (orientation, inclinaison) mais on compte généralement entre 4 et 8 panneaux.

schéma fonctionnement chauffage solaire

Fonctionnement du chauffage solaire. Schéma : Ademe.

Le principe est très simple, un fluide caloporteur circule en circuit fermé entre les capteurs et le ballon tampon doté d’un serpentin solaire. Il se réchauffe au niveau des panneaux puis cède son énergie au ballon. Ainsi, l’eau du ballon tampon peut être chauffée par le bois et/ou par les panneaux solaires avant d’être distribuée vers le réseau de chauffage ou l’ECS.

Avantages et inconvénients : On estime que ce chauffage solaire contribue à hauteur de 40 à 60 % des besoins selon les conditions d’installation. Les économies d’énergie sont même supérieures dans les régions du Nord car il y a encore des besoins de chauffage en intersaison quand l’ensoleillement est important.

chaudière bois avec chauffage solaire

Il faut retenir qu’environ la moitié de la facture énergétique devient gratuite et non soumise à l’inflation. Cette technologie est en outre très fiable avec une durée de vie de 20 à 30 ans pour les capteurs. En contrepartie, l’installation reste chère et les professionnels assez rares.

En bref : Un système très vertueux et d’autant plus intéressant que le prix de l’énergie est élevé.

Et les poêles bouilleurs ?

On termine ce tour d’horizon en évoquant les poêles bouilleurs.

Fonctionnement : Le poêle bouilleur, aussi appelé poêle hydro, thermopoêle ou encore poêle chaudière, peut se connecter sur un réseau de chauffage central par l'intermédiaire d'un ballon tampon, tout comme une chaudière. Installé dans le salon, il transmet une petite partie de la chaleur à l’air et l'immense majorité à l'eau.

fonctionnement poele bouilleur

Bûches ou granulés : On trouve deux types d’appareils : ceux à bûches et ceux à granulés. Un poêle bouilleur à bûches impose un chargement et un allumage manuel tandis que tout est automatisé sur un modèle à granulés. En contrepartie, l'appareil à bûches est plus fiable du fait de son absence d'électronique.

Avantages et inconvénients : Ces appareils sont moins coûteux à l'achat que les chaudières et permettent de profiter d'une belle flamme dans le salon. En revanche, ils n’offrent pas le même niveau d’autonomie notamment pour les granulés (rechargement quotidien du réservoir). Aussi, leur diffusion est encore timide et il sera probablement difficile de trouver un professionnel formé pour l’installation.

poêle bouilleur mixte hydro

Un poêle hydro mixte bûches et granulés de chez Klover. Réalisation : RS Pellet (Grand Est)

De plus, la durée de vie conventionnelle est moins importante sur ces produits : 12 ans contre 17 ans pour une chaudière. Reste qu’avec un poêle à bûches bouilleur couplé à des capteurs solaires, il est possible d’avoir un système relativement accessible, très fiable et de profiter d’une énergie très bon marché.

Prix des chaudières bois et aides financières

Prix installé : L’installation d’une chaudière bûches ou granulés se situent entre 15 000 et 20 000€ selon les produits, la complexité de l’installation et la présence ou non d’un silo de stockage pour les granulés. Les chaudières mixtes et à plaquettes sont souvent plus coûteuses. A l’inverse, les poêles bouilleurs reviennent environ deux fois moins chers.

chaudière à granulés semi automatique

L’absence de silo réduit la note mais entraine de la manutention.

Aides financières : Heureusement, il existe de nombreuses aides financières pour soutenir cet investissement. Il faut retenir que pour les ménages modestes, l’achat d’une chaudière bois ne revient pas plus cher qu’une chaudière à énergie fossile qui ne bénéficie d’aucun soutien.

Professionnels Qualibois Eau : Les aides ne sont toutefois mobilisables que si la fourniture et la pose de la chaudière sont confiées à un professionnel spécifiquement formé. Les artisans doivent posséder la certification Qualibois « eau » à jour. Il faut également vérifier l’ancienneté des professionnels, la taille de la structure et la validité de la garantie décennale. Dans tous les cas, il est nécessaire de rencontrer plusieurs installateurs pour comparer les prix et les solutions techniques.

Obtenir gratuitement un devis pour une chaudière biomasse
Vos coordonnées






En validant ce formulaire, j'accepte que mes coordonnées soient transmises uniquement à nos partenaires identifiés et exclusivement dans le cadre de ce service de mise en relation. Plus d’informations sur notre page relative à la protection des données

Ces travaux de rénovation énergétique donnent droit à des subventions (prime énergie). Si vous avez déjà un devis (non signé), vous pouvez encore y prétendre.

Je souhaite obtenir ma prime énergie >

Conclusion : Des chaudières au bois pour tous les publics



Les chaudières biomasses sont à la fois performantes et écologiques. En ce sens, elles répondent parfaitement à la problématique du réchauffement climatique. Leur installation nécessite en revanche une chaufferie dédiée ainsi qu'un conduit d'évacuation des fumées. Aussi, l'investissement de départ reste plus important que pour des chaudières traditionnelles mais il est largement soutenu par de nombreuses aides financières. En résumé :

La chaudière bûches est contraignante en termes de manutention mais peut s’envisager pour chauffer une grande habitation si du bois est accessible gratuitement.

La chaudière à granulés reste de loin la plus prisée en maison individuelle du fait de son confort d’utilisation.

La chaudière à plaquettes est aussi une solution automatique et sera d’autant plus pertinente que les besoins énergétiques sont importants.

Les poêles hydro offrent moins d’autonomie mais restent à considérer du fait de leur prix moindre et du côté chaleureux apporté à la maison.

Enfin, toutes les solutions bois sont compatibles avec des panneaux solaires thermiques pour le chauffage de toute la maison ou simplement du chauffe-eau. Un système fiable et pertinent qui permet de réduire fortement sa dépendance à l’inflation du prix des énergies.

Laisser un commentaire ou poser une question




En validant ce formulaire, j’accepte que mon message soit affiché de façon publique. Nous vous recommandons de ne pas diffuser d’informations personnelles : téléphone, mail, adresse... L’association Conseils Thermiques conserve des données pour le bon fonctionnement de ce service. Plus d’informations sur notre page relative à la protection des données.

Remonter

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies nous permettant de mesurer l'audience de façon anonyme sans utilisation de données personnelles.
Plus d’informations sur notre page relative la protection des données.