Installation d’un poêle à bois

A la fois économique à l'usage et indépendant de l'électricité, le poêle à bois continue de séduire dans un contexte énergétique tendu. Il constitue en effet un chauffage d’appoint particulièrement pertinent, notamment en complément d’une chaudière à énergie fossile (fioul ou gaz) ou de radiateurs électriques. Cependant, son installation reste délicate et définie par le DTU 24.1. Conseils Thermiques vous alerte sur les points sensibles et vous guide vers un installateur compétent.



installation poele bois

Emplacement du poêle à bois

Emplacement : Le plus souvent, la position du poêle à bois est contrainte par un conduit de fumée préexistant. A cet endroit, il faut vérifier que le sol soit suffisamment solide pour recevoir le poids de l’appareil. Certains poêles avec un manteau accumulateur pèsent parfois plus de 300 kg. Comptez plutôt autour de 100 kg pour une finition fonte ou acier.

Distance de sécurité - sol : Si le sol est sensible à la chaleur, il doit être protégé par une plaque incombustible, en acier ou en verre le plus souvent. Celle-ci a des dimensions plus importantes que l’emprise au sol du poêle à bois. Elle doit couvrir une zone devant le poêle (50 cm par exemple) et sur les côtés (20 cm par exemple). Ces distances sont indiquées dans la notice selon les préconisations du fabricant.

distances sécurité poêle à bois

Distances de sécurité pour un poêle à bois De Dietrich – Réalisation : Ener’ecos (76).

Distance de sécurité – poêle : On compte généralement une distance de sécurité de 80 cm sur le devant du poêle à bois et 20 cm sur tout le pourtour par rapport aux matériaux combustibles. Il n’y a toutefois pas de « norme » et il faut de nouveau se reporter aux indications présentes dans le manuel.

poêle à bois avec trois vitres

Attention, si vous optez pour un poêle à bois avec plusieurs faces vitrées, les distances de sécurité seront plus importantes sur toute la zone de rayonnement.

Conduit de raccordement du poêle à bois

Définition : Le conduit de raccordement assure le passage des fumées entre la buse (sortie des fumées au niveau du poêle) et le conduit de fumée. Souvent, il va du poêle jusqu’au plafond intermédiaire.

poêle à bois conduit de raccordement

Le conduit de raccordement fait le lien entre le poêle et le conduit de fumée.

Boite à suies : Si le raccordement du poêle à bois se fait par l’arrière, il faut mettre en œuvre un té pour récolter les suies. Si le raccordement se fait sur le dessus, l’appareil devrait déjà comporter cet élément interne.

Géométrie : Le conduit de raccordement doit être étanche, d’un diamètre identique ou supérieur à celui de la buse, le plus court et le plus direct possible. Si ce conduit possède des coudes (ou dévoiements), la somme des changements de direction ne doit pas dépasser 180°. Il est préférable d’utiliser 2 coudes à 45° au lieu d’un dévoiement à 90°. Cela limite les pertes de charge et évite une partie horizontale où pourrait s’accumuler les suies.

poêle à bois géométrie du conduit de raccordement

Exemples de conduits de raccordement avec buse à l’arrière et sur le dessus. Réalisation : MF Cheminée (13).

Dans le cas où le conduit de raccordement présente un tronçon d’allure horizontale pour « rattraper » le conduit de fumée, celui-ci devra avoir une pente ascendante de 3%. Il est recommandé de ne pas dépasser 2 mètres pour cette partie, même si la norme autorise jusqu’à 3 mètres.

Distances de sécurité : Le conduit de raccordement est souvent réalisé à l’aide d’un conduit métallique simple paroi (non isolé). Dans ce cas, il faut respecter une distance de sécurité de 3 fois le diamètre par rapport aux matériaux combustibles avec un minimum de 375 mm. Par exemple, pour un conduit métallique de 150 mm, une distance de 45 cm est à respecter par rapport à un mur combustible.

poêle à bois distances de sécurité par rapport au conduit de raccordement

Distances de sécurité par rapport aux parois inflammables. Schéma : Recommandations professionnelles, guide RAGE.

Il est toutefois possible de réduire par 2 ces distances de sécurité dans les cas suivants, en conservant toujours un minimum de 200 mm :

habillage ventilé sur conduit de raccordement

Mise en œuvre d’un habillage ventilé. Photo : Poujoulat.

Une autre possibilité est d’opter pour un conduit isolé. Pour une résistance thermique du conduit entre 0.4 et 0.6 m².K/W, comptez une distance de sécurité de 8 cm.

Conduit de fumée du poêle à bois

Définition : Le conduit de fumée évacue les fumées à l’extérieur de la maison. Dans le cas le plus simple, il prend naissance au niveau du plafond intermédiaire (jonction avec le conduit de raccordement). Mais il peut aussi débuter dans un sous-sol.

conduit de fumée poêle à bois

Diagnostic : Dans le cas d’un conduit de fumée existant, le professionnel doit s’assurer de sa conformité avec le nouvel appareil en termes de résistance aux températures, de tracé, d’isolation, de section, ou d’étanchéité.

Chemisage ou tubage : Bien souvent, ce conduit de fumée doit être repris soit par chemisage, soit par tubage.

Le chemisage consiste à appliquer un enduit spécial pour rénover le conduit de fumée existant. Cette technique nécessite un temps de séchage (3 semaines environ).

chemisage conduit de fumée

Chemisage par projection de mortier. Réalisation : Eminance (28).

Le tubage consiste à placer un tube indépendant à l’intérieur du conduit de fumée qui va être directement aux normes. Il n’y a alors pas besoin de réaliser un test fumigène pour s’assurer de son étanchéité. Ce tubage peut être réalisé par des éléments rigides ou flexibles.

tubage flexible conduit de fumée

Mise en œuvre d’un tubage flexible isolé dans un conduit existant.

En pratique, c’est souvent cette solution qui est préférée car plus facile et rapide à mettre en œuvre. Elle a toutefois l’inconvénient de réduire la section du conduit de cheminée si celui-ci est un peu « juste ».

Dimensionnement : Un calcul de dimensionnement doit impérativement être fait pour vérifier la conformité du conduit de fumée. Pour cela, on peut utiliser une application gratuite comme « Conduits Réno » qui reste très facile d’accès et permet de générer un rapport de conformité. Pour avoir un repère, un tubage avec un diamètre de 150 mm et une hauteur d’au moins 4 mètres permet généralement d’obtenir un tirage suffisant.

dimensionnement conduit fumée

Géométrie : Le conduit de fumée doit être le plus droit possible et respecter les contraintes suivantes :

Sortie de toiture : Dans le cas d'une toiture classique, le débouché du conduit doit être situé à au moins 40 cm au dessus de toute partie de construction distante d'au moins 8 mètres.

sortie de toiture conduit cheminée

Distances de sécurité : Les distances de sécurité par rapport aux matériaux combustibles dépendent du niveau d’isolation des matériaux mis en œuvre. Voici quelques exemples :


Conduit maçonné en situation intérieure
Résis. Thermique*≤0,220,22 à 0,380,38 à 0,65>0,65
Conduit classé T>450°C et GA éviter10 cm5 cm2 cm
Tubage métallique isolé
Résis. Thermique*≤0,40,4 à 0,6> 0,6-
Conduit classé T>450°C et GInterdit8 cm5 cm-

*La résistance thermique notée R et exprimée en m².K/W traduit le niveau d’isolation. Plus cette valeur est élevée, plus l’isolation est forte et plus les distances de sécurité sont réduites.

On remarque qu’il n’est pas possible d’utiliser un tubage métallique non isolé qui présente des risques d’incendie et de brûlures.

Traversée d’isolation : Si le conduit de fumée traverse une paroi isolée, un isolant incombustible doit être mis en place à sa périphérie pour assurer la continuité de l’isolation. Il se présente souvent sous la forme d’une « coque » découpable.

coquille isolante conduit de fumée

Mise en œuvre d’une coquille isolante. Schéma : Recommandations professionnelles, guide RAGE.

Coffrage : Pour prévenir des risques de brûlures, un conduit de fumée métallique doit être protégé par un coffrage dans chaque pièce où il est accessible, sauf dans celle où se situe le poêle. Il est possible de coffrer ce conduit de fumée si la distance vis-à-vis des matériaux combustibles est satisfaite. Sinon, il faut utiliser des matériaux incombustibles (classe au feu A1 ou A2s1d0). Dans les deux cas, le coffrage devra être ventilé en permanence par des ouvertures hautes et basses.

Arrivée d’air du poêle à bois

La combustion du bois requiert de l'oxygène amené par l'air extérieur. Cet apport d'air peut se faire de manière directe ou indirecte.

Arrivée d'air directe ou canalisée : Dans ce cas, l'amenée d'air se fait directement par un conduit donnant sur l'extérieur (ou sur une zone en permanence ventilée sur l'extérieur). Cette solution est notamment conseillée en cas de présence d'une ventilation mécanique ou d’une hotte aspirante. Il n'y a ainsi pas d'interférences entre les systèmes.

arrivée d'air poêle à bois

Arrivée d’air directe. Réalisation : ABCV Services (78). / Arrivée d’air indirecte.

Arrivée d'air indirecte : Ici, l'air est amené par un trou donnant sur l'extérieur (ou sur une zone en permanence ventilée sur l'extérieur).

Position de l'arrivée d'air : L’ouverture doit garantir un passage d’au moins 50 cm² pour un poêle à bois d’une puissance inférieure à 25 kW. Elle doit être positionnée à moins 30 cm de hauteur par rapport au sol extérieur pour éviter toute obstruction et de préférence, face aux vents dominants pour prévenir d’une inversion du tirage.

Arrivée d'air et vide sanitaire : Il est possible de prendre l’air comburant dans un garage, une cave ou un vide sanitaire à condition que cet espace soit ventilé en permanence sur l’extérieur. C'est le cas si la section des ouvertures sur l'extérieur (en cm²) vaut au moins 5 fois la surface au sol (en m²). Exemple pour un vide sanitaire de 100 m² : les ouvertures sur l'extérieur doivent avoir une superficie d'au moins 500 cm².

Premier allumage du poêle à bois

Tirage : Une fois tous les éléments en place, le professionnel peut réaliser une mesure de tirage à l’aide d’un déprimomètre. A puissance nominale, les fabricants préconisent généralement une valeur de 12 Pa.

mesure tirage poêle à bois

Il renseigne ensuite le particulier pour une bonne utilisation de son appareil.

Stockage des bûches : Par exemple, les bûches utilisées doivent être bien sèches (20% d’humidité maximum ce qui correspond à environ 2 ans de séchage) et stockées dans un abri bien ventilé à l’abri de la pluie.

Entretien : Aussi, il est nécessaire d’évacuer au moins une fois par jour les cendres présentes sur la grille de combustion et de vider le bac placé dessous. Attention, si la vidange du bac à cendres n’est pas faite à temps, des cendres peuvent entrer en contact avec la grille et l’endommager.

utilisation poêle à bois

Concernant le ramonage, il doit être réalisé deux fois par an dont au moins une fois pendant la saison de chauffe comme indiqué dans le règlement sanitaire départemental.

Premier allumage : Le premier allumage doit permettre une montée progressive en température pour laisser les matériaux se dilater tranquillement (risques de fissures sur les plaques en vermiculite par exemple). Il se peut que l’appareil dégage des vapeurs liées au séchage des matériaux. C’est un phénomène normal qui nécessite de bien aérer la pièce.

Installation d’un poêle à bois en pratique

Pour rendre les choses un peu plus concrètes, on se propose de suivre un chantier d’installation.

Contexte : Il s’agit d’une maison de ville de 80 m² comprenant un rez-de-chaussée et un étage. L’isolation est plutôt faible et le professionnel a préconisé une puissance de 6 kW pour le poêle à bois lors de sa visite technique. Cet appareil viendra en appoint d’une chaudière gaz existante.

poêle à bois maison de ville

Emplacement : Le poêle à bois sera positionné le long d’un mur périphérique à l’endroit du conduit de cheminée déjà présent. Comme la niche qui va accueillir le chauffage est relativement petite, le choix de modèles est assez restreint. Le technicien préconise en plus une distance minimale de 20 cm entre le haut du poêle et le linteau afin de garantir une bonne circulation d'air autour du poêle. Avant l’intervention de l’entreprise, le particulier a rénové la niche qui allait accueillir l’appareil. Au programme, reprise des tuffeaux abîmés et du sol incomplet.

Pour le ragréage du tuffeau, il faut d’abord gratter la pierre avec une brosse métallique pour atteindre une pierre plus dure. On y fixe ensuite des vis en inox reliées entre elles par du fil inox afin de créer une armature. Un enduit mortier sable et chaux est ensuite appliqué avant de terminer par un enduit « patrimoine » de la même couleur que le tuffeau d'origine.

ragreage tuffeau

Concernant la reprise du sol, celui-ci a d'abord été décaissé avant d'y poser un treillis métallique puis une dalle béton. Elle est ensuite complétée par du mortier réfractaire sur lequel sont posées des tommettes. Un chantier de plusieurs jours à bien anticiper.

reprise support poêle à bois

Préparation du chantier : C’est ensuite au tour des professionnels d’intervenir. Ils commencent par préparer le chantier en bâchant tous les éléments sensibles et en sortant le matériel utile : poêle, éléments de fumisterie, outils et échelle.

préparation installation poêle à bois

Conduit de fumée : Ici, le choix a été fait de directement retuber le conduit pour avoir une installation aux normes. Pour se faire, il a d’abord fallu découper la cheminée existante afin de pouvoir y insérer un tubage flexible isolé. Celui-ci est fixé en partie haute et en partie basse. Comme le conduit est relativement droit, il n’y a pas de problème de dévoiements.

rénovation conduit fumée par tubage flexible

En revanche, la sortie des fumées n’était pas assez haute pour répondre à la réglementation (distance minimum de 40 cm au dessus de toute partie de construction distante d'au moins 8 mètres). Elle a donc été rehaussée par un élément isolé de 1m20.

rehausse sortie toiture

Conduit de raccordement : Le poêle est d’abord préparé pour être raccordé par l’arrière et un té est mis en place pour la récolte des suies. Le conduit de raccordement entre la buse du poêle et le conduit de fumée est ici très petit (moins d’un mètre). Il est réalisé avec un conduit simple paroi sans risque pour les matériaux incombustibles à proximité.

te raccordement poêle à bois

Entrée d'air : Il n’était pas possible de créer une arrivée d’air canalisée directement à l’arrière du poêle pour des raisons juridiques. C’est donc une arrivée d’air indirecte qui a été préférée.

arrivée d'air indirecte poêle à bois

Premier allumage : Le premier allumage est effectué en présence des utilisateurs. A cette occasion, le professionnel explique l’importance d’utiliser un allume-feu écologique (plutôt que du papier) et de brûler du bois bien sec (meilleur rendement, propreté du conduit). Il s’attarde aussi sur la gestion de l’air comburant : grande entrée d’air pendant les premières minutes puis position intermédiaire quand le feu a bien pris.

Utilisation : Les propriétaires utilisent le poêle à bois autant qu’ils le peuvent. Ils profitent ainsi d’un prix de l’énergie attractif et d’un confort supérieur dans le salon grâce au rayonnement très agréable du poêle à bois sur plusieurs mètres.

rayonnement poêle à bois

Il n’y a pas que le chat qui apprécie le rayonnement du poêle…

Concrètement, la chaudière gaz maintient une température hors-gel lorsque la maison n’est pas occupée (absences ou nuit). Elle est programmée pour assurer une température de 19°C le matin quand les occupants n’ont pas le temps de faire de flambées avant le départ au travail. Le soir, c’est le bois qui prend le relai. Le week-end, le poêle à bois est utilisé toute la journée.

flambée poêle à bois

En attendant la plaque de finition en commande, une ardoise est placée devant le poêle pour protéger le parquet.

Côté température, le confort est bien présent même si on perçoit une différence assez nette entre le RDC (chauffé à 22°C) et l’étage (tempéré à 19°C).

Bilan : En définitive, les propriétaires sont très satisfaits de leur acquisition. Le poêle à bois est confortable, écologique et autonome en électricité. Il complète très bien la chaudière gaz. En contrepartie, il faut accepter les contraintes de manutention (stockage des bûches), de rechargement (toutes les 45 minutes environ) et de nettoyage.

Prix de l’installation d’un poêle à bois

Il faut compter autour de 5 000€ pour un poêle à bois fourni et posé par un professionnel. Pour avoir une idée, voici la répartition des dépenses dans l’exemple détaillé précédemment.


PrestationsPrix
Poêle2 100€
Fumisterie1 500€
Arrivée d’air150€
Pose1 100€
Total4 850€
Total TTC5 100€

Concernant le choix du professionnel, il faut s'orienter vers une entreprise certifiée RGE Qualibois qui a les compétences requises pour ces travaux. L'ancienneté de la société, sa taille et sa proximité géographique sont aussi à considérer.

Dans tous les cas, il faut réaliser plusieurs devis pour mettre en concurrence les professionnels et étudier les primes mobilisables pour financer votre projet.

Pour cela, Conseils Thermiques s'associe à plusieurs partenaires afin de vous mettre en relation avec des artisans locaux certifiés RGE. Vous pourrez ainsi étudier plusieurs propositions techniques et commerciales gratuitement et sans engagement.

Je souhaite rencontrer des entreprises >

Ces travaux de rénovation énergétique donnent droit à des subventions (prime énergie). Si vous avez déjà un devis (non signé), vous pouvez encore y prétendre.

Je souhaite obtenir ma prime énergie >

Check-list

Pour conclure, voici une « Check-list » des principaux points de vigilance que vous pourrez évoquer avec votre installateur.


ElémentDescription      
EmplacementSupport plat et solide
Dist. sécurité ok autour du poêle (selon notice)
Conduit de
raccordement
Boite à suies présente
Somme des changements de direction < 180°
Si partie horizontale : pente de 3%, max 2-3m
Distances de sécurité ok :
3 fois le diamètre (simple paroi)
ou 8 cm (conduit isolé)
Conduit de fuméeRemise aux normes par tubage ou chemisage
Calcul et rapport de dimensionnement ok
Max. 2 coudes à 45° (tubage) ou 20° (maçonné)
Sortie toiture > 40 cm du faîtage
Distance sécurité ok : 8 cm (tubage isolé)
Traversée isolation avec coquille isolante
Coffrage ventilé si nécessaire
Arrivée d’airCanalisée si possible
Indirecte sinon (prise en compte VMC, hotte)
RéceptionIdéalement, test de tirage
Premier allumage en présence du pro.

Conclusion : Une installation de poêle à bois à bien anticiper



L’installation d’un poêle à bois est assez complexe et souvent confiée à un professionnel pour des raisons de sécurité. L’ouvrage de fumisterie doit en effet respecter de nombreuses contraintes en termes de géométrie (tracé le plus droit possible, diamètre adapté) ou de distances de sécurité par rapport aux matériaux inflammables. Une arrivée d’air est également indispensable. Le technicien a aussi un rôle de conseils pour vous guider dans la bonne utilisation de votre appareil.

Pour en savoir plus, consultez notre guide d’achat sur les poêles à bois ainsi qu’un retour d’expérience pratique en appoint d’un chauffage électrique.

Laisser un commentaire ou poser une question




En validant ce formulaire, j’accepte que mon message soit affiché de façon publique. Nous vous recommandons de ne pas diffuser d’informations personnelles : téléphone, mail, adresse... L’association Conseils Thermiques conserve des données pour le bon fonctionnement de ce service. Plus d’informations sur notre page relative à la protection des données.

Remonter

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies nous permettant de mesurer l'audience de façon anonyme sans utilisation de données personnelles.
Plus d’informations sur notre page relative la protection des données.