Le chauffage au fioul

Les chaudières au fioul sont encore très présentes dans l'habitat existant. Lors d'une rénovation, il peut s'avérer très coûteux de changer le système de chauffage (en installant une chaudière bois par exemple) voire impossible (pas de raccordement au gaz). Il peut alors être intéressant d'installer une chaudière fioul dite "à condensation", qui permettra pour un investissement modéré d'améliorer significativement les performances.chaudière fioul

Les chaudières au fioul ont été utilisées pendant de nombreuses années. Cependant, depuis les chocs pétroliers et plus récemment la prise de conscience écologique, elles ont quasiment disparu dans le neuf, mais restent très présentes en rénovation.

Les techniques de chauffage au fioul

Les chaudières classiques :

On parle ici des chaudières classiques par opposition aux chaudières à condensation. Le principe est extrêmement simple : on brûle du fioul dans une chambre de combustion. Les fumées très chaudes qui sont ainsi créées passent dans un échangeur où circule l'eau qui alimente ensuite les radiateurs (seuls émetteurs de chaleur compatibles avec les chaudières au fioul). Les chaudières au fioul classiques ont généralement un rendement de 87% (sur PCI)
prix Prix d'une chaudière au fioul classique, avec production d'eau chaude intégrée de 20 à 25kW : de 1000 à 3000€

Les chaudières à condensation :

schema principe chaudiere fioul à condensation

Les chaudières à condensation fonctionnent sur le même principe que les chaudières classiques. Cependant, elles permettent de récupérer la chaleur latente contenue dans la vapeur d'eau des fumées. On obtient ainsi un rendement qui peut atteindre plus de 100% sur PCI, mais forcément moins de 100% sur PCS. (On paye 1kWh de fioul et on récupèrera forcément moins de 1kWh de chaleur). Cependant, cette technique s'avère assez coûteuse lorsqu'elle est mise en place sur une chaudière fioul. En effet, les fumées qu'elles rejettent contiennent du SO2 (dioxyde de souffre). En condensant la vapeur des fumées, l'eau se mélange au SO2 pour former de l'acide sulfurique qui est très corrosif. Il faut donc que le conduit d'évacuation des condensats et la chambre de combustion soient en céramique, ce qui s'avère onéreux. On notera enfin que ces systèmes ne peuvent pas être mis en place si vous n'êtes pas raccordé au tout à l'égout.
prix Prix d'une chaudière fioul à condensation, avec production d'eau chaude intégrée de 20 à 25kW : de 2000 à 6000€

PCI, PCS et rendement des chaudières

Le rendement d'une chaudière se calcule comme cela : rendement = Energie produite / Energie consommée

Une chaudière avec un rendement de 90% va par exemple consommer 10 kWh (de gaz, de fioul ou de tout ce que l'on veut) pour restituer 9 kWh de chauffage.

Dans le cas des combustibles utilisés dans les chaudières, l'énergie consommée dépend du PCI et du PCS.

Dans le calcul du rendement, on doit utiliser le PCS. En effet, c'est la quantité maximum d'énergie que l'on peut récupérer. Mais avant l'apparition des chaudières à condensation, on considérait la chaleur latente comme non récupérable. On a alors pris l'habitude de calculer les rendements en PCI. C'est pourquoi aujourd'hui, certains constructeurs annoncent des rendements supérieurs à 100%. Cela signifie simplement que c'est une chaudière à condensation et que le calcul du rendement a été fait avec le PCI au lieu du PCS.

Ce n'est pas très grave en soi. Il faut par contre garder à l'esprit que ce que l'on paye en achetant le fioul ou du gaz, c'est le PCS. En payant 1 kWh de fioul, on ne pourra jamais obtenir 1,1 kWh de chaleur à la sortie d'une chaudière, comme pourrait le faire croire un rendement (sur PCI donc) de 110%, même si c'est une chaudière à condensation parfaite.

L'efficacité énergétique saisonnière (ETAS)

Pour pouvoir mieux comparer les performances des chaudières, ces dernières doivent désormais afficher leur efficacité énergétique saisonnière (ETAS). Ce n'est ni plus ni moins qu'un rendement sur toute une saison, en intégrant donc les variations de la température extérieure.

L'efficacité énergétique saisonnière est dorénavant prise en compte dans l'obtention d'aides financières pour l'installation des chaudières.

Diagrammes d'Ostwald

Pour calculer le rendement des chaudières mais surtout la quantité des polluants rejetés, on utilise les diagrammes d'Ostwald. Ils permettent de déterminer en fonction de l'excès ou du manque d'air, les quantités rejetées de CO2, de CO ou de SO2, etc.

Avantages

Inconvénients

Envisager une installation de chaudière au fioul

Pour faire baisser les prix, il convient d'obtenir plusieurs chiffrages pour mettre les entreprises en concurrence. Pour cela, vous pouvez utiliser une application de devis en ligne, gratuite et sans engagement.

Pour cela, Conseils Thermiques s'associe à plusieurs partenaires afin de vous mettre en relation avec des artisans locaux certifiés RGE. Vous pourrez ainsi étudier plusieurs propositions techniques et commerciales gratuitement et sans engagement.

Je souhaite rencontrer des entreprises >

La plupart des travaux de rénovation énergétique donnent droit à des subventions (prime énergie). Si vous avez déjà un devis (non signé), vous pouvez encore y prétendre.

Je souhaite obtenir ma prime énergie >

logo artisan qualibatLe recours à un artisan RGE (Reconnu Garant de l'Environnement) Qualibat est indispensable pour bénéficier des aides financières en vigueur. Cela vous permettra en outre de sélectionner une entreprise évaluée régulièrement. Privilégiez les professionnels qui se déplacent à votre domicile pour réaliser une étude technique précise et ne signez pas les devis AVANT d'avoir monté vos dossiers d'aides financières. Portez attention à la réactivité et à la disponibilité de votre interlocuteur et enfin, exigez une attestation de l'assurance décennale qui couvre les travaux réalisés.

Conclusion

Les chaudières au fioul sont encore très présentes dans l'habitat existant. Lors d'une rénovation, il peut s'avérer très coûteux de changer le système de chauffage (en installant une chaudière bois par exemple) voire impossible (pas de raccordement au gaz). Il peut alors être intéressant d'installer une chaudière fioul dite "à condensation", qui permettra pour un investissement modéré d'améliorer significativement les performances. Les solutions de chauffage au fioul sont à éviter dans le neuf.

Laisser un commentaire ou poser une question




#65 - Proko - 25 Avril 2020

Bonjour,
Tout d’abord je voudrais féliciter l’équipe de Conseils Thermiques pour son excellent travail sur la problématique du chauffage et de l’isolation de l’habitat présentée très clairement d’une façon exhaustive. Un grand bravo !
Comme beaucoup d'autres, Je dois remplacer ma vielle chaudière au fioul, très fiable mais polluante et énergivore. Je voudrais savoir s’il est possible de coupler une PAC à une cuisinière ou un poêle à pellet hydro que j’envisage de placer dans la cheminée ouverte de ma cuisine après, bien entendu, avoir fait tuber le conduit. Mon souci est de retrouver cette fiabilité, car j’habite à la campagne et si la PAC, matériel réputé fragile, tombe en panne, la cuisinière ou le poêle hydro relié au chauffage central pourrait continuer à fonctionner. Dans cette configuration, un ballon tampon serait bien sûr nécessaire. J’ai cherché sur le marché des chaudières pour savoir s’il existait une chaudière hybride granulé/PAC qui est, d’après moi, une excellente solution, bien qu’onéreuse. Ma chaufferie est suffisamment grande pour y installer ce type de chaudière, mais la seule marque à proposer ce produit est la marque autrichienne Guntamatic, mal distribuée en France avec très peu d’installateurs. C’est pour cette raison que, faute d’avoir accès à ce type de chaudière hybride, je voudrais savoir si on peut coupler une PAC à un appareil de chauffage hydro à granulé.
Merci de votre réponse et aide précieuse.

#64 - Xavier (admin) - 02 Mars 2020

Bonjour Djidjip,

Je pense que le fioul est une énergie du "passé" et ce n'est pas un hasard si aucune subvention ne vont dans le sens du fioul. Je vous orienterais plutôt sur une chaudière à granulés dont vous pourrez comparer le coût avec la PAC. Voici 2 articles à ce sujet :

https://conseils-thermiques.org/contenu/chaudiere-granule-ou-pompe-chaleur.php
https://conseils-thermiques.org/contenu/chaudiere-granule.php

A bientôt,

#63 - Djidjip - 15 Février 2020

Bonjour

Je dispose d’une maison de 270 m2 dans le Nord est à 290 m d’altitude, maison de 2 niveaux datant de 1990 achetée en 2017
Diagnostic thermique initial C...
Consommation de fioul 2500L/an
Fenêtres(nombreuses baies vitrées) changées en RDc
Au Rez de chaussé (150m2) plancher chauffant chauffé par chaudière fioul viesmann de 1990 avec ECS alimentant 1 salle d’eau et un lavabo(wc)
A l’étage, radiateur électrique récent dans les chambre, à inertie ; radiateurs éteints la température est de 17 degrés l’hiver grâce au chauffage du plancher au rdc. Ecs sanitaire de l’étage alimenté par chauffe eau électrique
La chaudière est percée au niveau du corps de chauffe et une soudure rustine régle temporairement le pb mais la chaudière a fait son temps, la prochaine panne est imminente.
Le gaz passe dans la rue mais éteint assez loin du point de livraison et en hauteur je crains que les travaux coûtent assez chers

Mon chauffagiste me propose 3 solutions
- chaudière fioul à condensation avec ballon ecs electrique
-chaudière fioul condensation avec ecs inclu
-Pac air/eau +/- hybride fioul

Quelle solution adopter ? Sachant que la Pac représente une mise de départ conséquente bien qu’amortir sable en quelque années ....
Remerciements

#62 - Xavier (admin) - 06 Février 2020

Bonjour Alessandro,

Effectivement, on obtient une bonne combustion avec le bois bûche (sans optimisation électronique) à tirage nominale. La corvée de bûches peut aussi être vite fatigante (même quand on est à la maison).

Comme vous avez déjà un réseau de chauffage central, je pense que le plus efficace est de rester sur une solution hydro. Les chaudières à granulés sont très bien subventionnées avec les nouvelles aides 2020 et ce choix me parait de loin le plus intéressant :

https://conseils-thermiques.org/contenu/chaudiere-granule.php
https://conseils-thermiques.org/contenu/aides-financieres-travaux.php

Un modèle de type EasyPell par exemple devrait être très compétitif (chargement manuel).

En appoint, un poêle à bois (ou à granulés sans électricité) pourra venir dans un second temps pour avoir le plaisir d'une flamme dans le salon.

A bientôt,

#61 - Alessandro - 03 Février 2020

Bonjour,

Nous venons (avec ma femme et nos deux enfants 3 et 6 ans) d'acheter une maison entre Lyon et Villefranche. 2 niveaux de 105 m² chacun : sous-sol semi-enterré et étage de vie. Nous avons une chaudière au fioul à condensation Atlantic (la même que sur la photo au début de l'article) au sous-sol. Elle a été installé il y a 8 ans.

Nous souhaitons réduire voir arrêter de nous chauffer au fioul.
Notre 1ere idée était d'installer un poêle à bois dans le salon (en utilisant le conduit de l'ancienne cheminée). Il serait central et pourrait chauffer à priori toutes les pièces de la maison avec les portes ouvertes. Et garder la chaudière à une température de 17/18° par exemple au cas où le poele ne chauffe pas assez. Ma femme travaille à domicile et pourrait donc maintenir le feu toute la journée).

Il nous a été déconseillé de faire cela car le poêle fonctionnerait en sous-régime et donc s'encrasserait et consommerait beaucoup pour pas grand chose.

Qu'en pensez-vous ?

Nous avons également envisagé d'installer un poêle mixte pour ne se chauffer qu'avec le poele mais l'investissement est élevé (seuls les RIKA semblent top).

Autre possibilité : remplacement de la chaudière fioul par une chaudière à pellet + poele à bois pour le we dans le salon) mais l'investissement est également élevé...

D'avance merci pour vos conseils éclairés.

Cordialement,

Alessandro

#60 - Xavier (admin) - 13 Novembre 2019

Bonjour Jess,

Votre problématique n'est pas simple. Vu le prix de l'électricité, vous avez intérêt à vous en passer le plus possible.

Une solution qui pourrait être adaptée serait une chaudière à granulés à air pulsé qui sont conçues pour votre situation. OkoFEN a un modèle de ce type par exemple (Pellematic Air). Il y a 4 sorties d'air chaud. A voir s'il est possible de canaliser d'autres pièces à l'occasion du remplacement.

Je vous invite à contacter l'espace info énergie proche de chez vous (service public gratuit et indépendant) qui pourra peut-être vous donner d'autres alternatives :
https://www.faire.fr/trouver-un-conseiller

A bientôt,

#59 - Jess - 07 Novembre 2019

Bonjour,

J ai un générateur d air chaud à fioul, (je ne savais pas que cela existait avant d acheter cette maison il y a 2 ans);
situé au sous sol, il le chauffe en partie, ainsi que la pièce à vivre et une chambre au RDC;
malheureusement, même en laissant les portes ouvertes, la chaleur ne se répand pas dans les autres pièces du RDC, la plupart orientées nord, ni à l étage...pas terrible pour un chauffage central...
la maison est un peu atypique, il y a des demi niveaux, une mezzanine...

les pièces non chauffées par le generateur sont dotées de radiateurs électriques " grille pain", pas top.

Lors d un changement des bruleurs du générateur, le thermostat a été mis hors service car incompatible avec les nouveaux bruleurs, JE suis donc le nouveau thermostat, j allume et j éteins le generateur, soit on a trop chaud, soit on a trop froid...

Bref, on doit revoir complètement le système de chauffage, mais que faire ?

Une PAC ou un poêle à la place du générateur, mais qui ne chaufferaient qu une petite partie de la maison comme maintenant ? Passer au tout électrique avec des radiateurs à inertie? Le gaz de ville ne passe pas chez nous.

Merci des conseils que vous pourrez nous donner,
Cordialement

#58 - Benjamin (Admin) - 11 Juillet 2017

Bonjour Jean-Paul,
Effectivement, cela n'a pas l'air simple :
- Le dévoiement maximum autorisé est de 45°. Théoriquement, aucun installateur ne devrait vous proposer une solution incluant le tubage avec un angle supérieur.
Une solution serait de faire sortie le conduit de cheminée "à l'horizontal" = réussir à percer le mur mais en ayant un conduit vertical longeant le mur de la maison et donc sortie à hauteur de la cheminée actuelle.
Ce n'est pas forcément très esthétique mais c'est possible.

- Concernant l'évacuation des condensats (dans le cas d'une chaudière à condensation), le mieux sera de mettre une petite pompe de relevage pour aller récupérer le tout-à-l'égout, c'est ce qui est fait le plus couramment. Avec un kit de neutralisation des condensats (de plus en plus utilisé pour éviter la dégradation des canalisations), vous pourriez rejoindre l'ancien assainissement, mais ce n'est ni conseillé, ni légal, ni écologique.

Avez-vous étudié la possible de mettre une pompe à chaleur ou une chaudière à bois?

#57 - Jean-Paul - 13 Juin 2017

Bonjour Benjamin,

J'envisage de changer ma chaudière mais je suis perdu au milieu des multiples contraintes techniques et réglementaires nouvelles.

Le tableau est le suivant :
- Ma chaudière actuelle est une chaudière fuel De Dietrich CF240 de 1984.
- Son brûleur Cuenod a été remplacé en octobre 2005.
L'ensemble fonctionne toujours, sauf la régulation par sonde extérieure ce qui oblige à régler la chaudière manuellement.
- J'ai aussi un doute sur la durée de vie restante de la pompe de circulation Euramo Salmson qui couine un peu et chauffe mécaniquement (même avec eau froide).
- Enfin, l'ECS est assurée par un ballon électrique de 300L dont la cuve a commencé à fuir dans l'isolant puisque de la corrosion apparaît à la surface de l'enveloppe extérieure, laquelle chauffe à ces endroits là.
C'est ce cumulus qui m'incite à agir sans trop tarder.

J'envisage donc de remplacer l'ensemble, en choisissant une chaudière mixte "chauffage + ECS".
C'est là que cela se complique :
- La chaudière est dans la cave, avec un conduit de fumée maçonné présentant un dévoiement de 60° environ pour rejoindre la verticale (tubable ou pas ?).
- Il reste dans le sol de cette cave une petite évacuation vers un ancien assainissement individuel aujourd'hui inutilisé, et de performances inconnues, mais il n'y a pas de raccordement possible au tout à l'égout.
- La maison n'est pas raccordée au gaz, et un installateur m'a dit que la conduite bitube d'amenée de fuel - enterrée sous des pavés entre la cuve dans le jardin et la chaudière - serait à remplacer pour cause de diamètre inadapté aux brûleurs modernes (ce qui représenterait un sérieux chantier).
- Des sorties par ventouse en façade sont difficiles à envisager car débouchant à hauteur d'homme à l'extérieur, après perçage d'un mur en pierre de 50cm d'épaisseur, et près des fenêtres.

Quelles solutions vous paraîtraient envisageables ?
Merci d'avance de vos conseils avisés,
Cordialement,

#56 - Lou5mar - 18 Avril 2017

Bonjour, Sur chaudière De dietrich Euclide GTU (27/33 kw) de 1995, je constate perte d'eau par le dessous. Ai du, 2 fois, voici 2 semaines, recharger en eau mais, depuis, la pression semble stabilisée et la chaudière fonctionne apparement normalement. Quelle pourrait être la nature de l'incident. pb d'étanchéité du corps de chauffe ?? Donc grave ?? remplacement nécessaire ?? Merci pour votre avis

#55 - Benjamin (Admin) - 14 Janvier 2017

Bonjour pacounet,
Si le corps de chauffe est en bon état, les risques de panne très importante est relativement limité (mais existe forcément...). La pièce la plus importante et susceptible de tomber en panne est le brûleur. Celui-ci peut faire au moins 5 ans.
Une chaudière fioul à condensation sera intéressante même avec vos radiateurs. Ceux-ci sont en effet largement surdimensionnés (vu que les déperditions de la maison ont dû considérablement diminuer).
Une PAC pourquoi pas mais l'investissement n'est pas le même et généralement, on garde le fioul en appoint (en cas de grand froid). Cela permet de ne pas surdimensionner la PAC et d'éviter de la faire trop tourner par temps très froid. L'efficacité déprendra beaucoup du climat...
Le remplacement par une chaudière à pellet/plaquettes peut aussi s'envisager mais le coût est assez élevé et il faut pouvoir stocker le pellet. Pour une maison avec cette surface, cela peut être intéressant (car les chaudières à granulés ou plaquettes sont plutôt faites pour de grosses puissances).

#54 - pacounet - 14 Janvier 2017

merci de cette réponse.
la chaudière est d'origine (1970), le bruleur est plus récent (10 ans) et une régulation existe avec thermostat d'ambiance.
ma vraie question est de savoir si je dois changer cette chaudière (qui donne satisfaction, 2000L de fuel en 1 an pour la 1° année de chauffe de la maison) dont tous mes spécialistes me disent qu'elle a fait son temps, pour la remplacer par quoi ?
chaudière à condensation ? avec mon circuit de radiateurs, est-ce intéressant ?
changer d'énergie ? pellets ? PAC ?
rien ne m'a convaincu sauf qu'effectivement, le risque existe de voir une chaudière de 40 ans tomber en rade.
un avis ?

#53 - Benjamin (Admin) - 14 Janvier 2017

Bonjour pacounet,
Si la chaudière n'est pas trop ancienne vous pouvez dans un premier temps la conserver.
Par contre, avec les travaux effectués, vous pouvez baisser la température départ du chauffage.
Niveau régulation, vous ne précisez pas ce que vous avez mais mettez un thermostat d'ambiance avec réduction de température la nuit et en période d'inoccupation.
Vous réduirez ainsi vos besoins en énergie sans altérer le confort et donc en faisant des économies sans investissement supplémentaire.

#52 - pacounet - 12 Janvier 2017

bonjour,
je viens d'acheter une maison de 1970, 300m² à rénover.
j'ai déjà fait l'isolation des combles et les menuiseries.
le chauffage central est d'origine : chaudière fuel + radiateurs fonte (20). il fonctionne bien même si le bruit et les odeurs sont notables dans le cellier.
la production d'eau chaude est assurée séparément par un ballon électrique récent.
j'envisage de rénover l'installation.
toutefois, vu tout ce que je lis, j'hésite.
pour info, j'ai déjà utilisé le crédit d’impôt (donc pas avant 4 ans), le gaz ne dessert pas ma rue.
que me conseillez-vous ?

#51 - Benjamin (Admin) - 17 Mai 2016

Bonjour flou le fioul,
Les réponses sur le rejet des condensats sont dans les textes de loi et notamment dans le code de l'environnement et le code de la santé.

Vous avez un recueil ici : http://assainissement.developpement-durable.gouv.fr/recueil.php

#50 - flou le fioul - 18 Avril 2016

Merci pour la réponse sur les rejets de condensats
Ou doit on aller pour récupérer tout les normes actuelles vers qui conseilleriez vous d'aller merci encore pour la première réponse

#49 - Benjamin (Admin) - 18 Avril 2016

Bonjour Kiki,
L'évacuation des condensats est possible en assainissement non collectif.
Ceci étant dit, cela nécessite, selon la nature des tuyaux, à mettre en place un neutraliseur pour diminuer l'acidité des condensats. Cette acidité pourrait en effet détériorer les canalisations (métalliques) et poser des problèmes pour la vie bactérienne de la fosse.
Le coût d'un neutraliseur est relativement faible (<100€), mais un entretien annuel est prévoir (entre 20 et 50€)... Le modèle le plus connu : Sentinel Condensafe+ .

#48 - Kiki - 18 Avril 2016

Finalement j'ai trouvé un chauffagiste agrée qui a l'air sérieux et qui ne voit aucun problème pour installer une chaudière à condensation à fioul...
Par contre elle sera installée début juin, aurai je toujours le crédit d'impôt de 30 % pour ma déclaration de 2017, je n'ai trouvé des infos nulle part.
Merci de votre réponse

#47 - flou le fioul - 18 Avril 2016

Bjr Décision difficile quelle chaudière de remplacement ? Alu silicium ou acier inox ? corrosion ! PH ? (mon eau est super calcaire!) cuve enterrée 1970 que dois mettre aux normes ? et là je lis pas de chaudière à condensation si pas de tout à l'égout ??? PATATRAS je suis avec une Fosse S où peut on trouver des informations objectives pour faire un choix rationnel et respectueux des normes actuelles et si possible à venir MERCI de votre retour les artisans et fabriquant privilégient tous leur propre solution sans trop d'objectivité

#46 - Benjamin (Admin) - 29 Mars 2016

Oui, j'ai répondu sans relire les messages précédents.
L'évacuation des condensats se fait globalement de la même manière.
A savoir qu'une alternative avec une pompe de relevage peut être mise en place si nécessaire. (largement compensé par le crédit d'impot)
Il y a aussi un crédit d'impot de 30% et le professionnel doit être certifié Rge Qualifioul.

#45 - Kiki - 29 Mars 2016

Je n'ai sans doute pas été assez précis, il s'agit d'une chaudière à condensation au fioul, est ce pareil?

#44 - Benjamin (Admin) - 29 Mars 2016

Bonjour Kiki,
Effectivement, il faut évacuer les condensats via le tout à l'égoût.
Il est également vrai que les condensats sont acides (mais contrairement au fioul, cela ne pose pas réellement de problème).

Oui, il y a un crédit d'impôt de 30% sur les chaudières gaz à condensation.

Le professionnel doit par ailleurs être qualifié "Qualigaz"

#43 - Kiki - 29 Mars 2016

Nouvel argument contre la chaudière à condensation, il faut évacuer des eaux acides et les relier au tout à l'égout .
Est-ce crédible?
Savez vous s'il y a un credit d'impôt sur une telle installation et s'il faut un agrément particulier pour pouvoir la poser.
Merci ´avance

#42 - Benjamin (Admin) - 10 Mars 2016

Bonjour Kiki,
Justement, c'est plutôt un argument en faveur d'une chaudière à condensation.
En effet, les radiateurs étaient généralement dimensionner pour travailler en régime d'eau 80/60°C (voire 90/70°C)
A ces températures-là, effectivement, on ne condense pas.
Cependant, (j'espère que) votre maison est plus isolée que lors de sa construction? (notamment avec l'isolation des combles et le changement des ouvrants). De ce fait, les radiateurs sont surdimensionnés et une régime d'eau inférieur (ex 60/40°C) peut sans aucun doute suffire (et doit d'ailleurs déjà être mis en place).
On commence à condenser autour de 50-55°C.
Au pire, la condensation ne se fera qu'en demi-saison, là où les besoins sont faibles, mécaniquement à cette période, les retours d'eau sont assez froids pour condenser.
Il n'y a donc pas de réelle contre-indication à mettre en place une chaudière à condensation avec des radiateurs fontes.Le seul risque, c'est de ne pas beaucoup condenser et d'avoir de faibles gains énergétiques.
Mais avec les raisons évoquées ci-dessus, le risque est faible et sans réelle conséquence.
Remonter

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies vous permettant d'accéder à des services et offres adaptées à vos centres d'intérêts et nous permettre de mesurer l'audience.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez-ici.