Les panneaux solaires thermiques

L'installation de panneaux solaires thermiques se démocratise puisque cette solution fait partie des solutions d'énergies renouvelables possibles qui répondent aux exigences de la RT 2012. Ils sont capables de produire l'eau chaude sanitaire, mais aussi du chauffage (en partie). Malgré un investissement assez lourd, c'est une solution rentable surtout quand on connaît le poids important de la production d'eau chaude sanitaire dans les maisons thermiquement performantes. Fonctionnement, utilisation, technologies, dimensionnement, inclinaison et prix : Conseils Thermiques vous guide à travers cet article.

Principe d'un panneau solaire thermique

photo panneaux solaires thermiquesLes panneaux solaires thermiques, ou capteurs solaires thermiques ou chauffe-eau solaire individuel (CESI), sont des éléments qui permettent de chauffer de l'eau grâce à l'énergie solaire. Ils ne faut pas les confondre avec les panneaux solaires photovoltaïques qui produisent de l'électricité à partir du rayonnement solaire. Les panneaux solaires thermiques sont le plus couramment destinés à produire de l'eau chaude sanitaire, ils peuvent également participer au chauffage (voire à la climatisation) de votre logement, on les appelle alors des systèmes combinés.

L'objectif est d'abord de capter la chaleur du soleil via 3 phénomènes physiques:

Ensuite, la chaleur captée va chauffer un fluide caloporteur, généralement de l'eau glycolée, contenu dans un capteur. Ce fluide va ensuite transmettre l'énergie ainsi récupérée à l'eau chaude sanitaire, par le biais d'un échangeur situé dans un ballon d'eau chaude, équipé dans la plupart du temps d'un appoint (électrique ou chaudière).

fonctionnement d'une chauffe eau solaire

Source : ADEME

Différents types d'utilisation

Les panneaux solaires thermiques peuvent être utilisés à différentes fins. La plus courante et la plus facile à mettre en place est la production d'eau chaude sanitaire. Mais il est aussi possible, avec davantage de panneaux solaires de chauffer sa maison. Des technologies permettent de produire de l'électricité grâce à des panneaux solaires hybrides ou avec de la cogénération, en plus de l'eau chaude sanitaire. Enfin la climatisation solaire sera, quant à elle, réservée à des bâtiments tertiaires.



UtilisationCaractéristiques
Eau chaude solaireInstallaion la + fréquente
Vigilance à apporter au dimensionnement
Chauffage solaireSurface panneaux + importante donc investissement plus conséquent
Mixte solaire thermique / photovolaïqueLes fortes températures font baisser le rendement des cellules photovolaïques
Ecombrement réduit
CogénérationPermet de produire de l'électricité lorsque le besoin en eau chaude est faible
Surcoût conséquent
Climation solaireProd. de froid à l'aide de machines à absorption ou adsorption.
Peu utilisée à l'échelle de l'habitat


Les configurations les plus courantes

Circulation à l'aide d'une pompe

Dans la plupart des systèmes, c'est un circulateur qui fait... circuler le fluide caloporteur (celui qui passe dans le panneau solaire). La circulation du fluide est importante pour ne pas que l'eau soit portée à trop haute température où elle aurait des risques de bouillir et donc d'endommager l'installation (par la dilatation de la vapeur). Le circulateur doit être équipé d'une régulation intelligente sous peine de refroidir le ballon en ne laissant pas l'eau suffisamment chauffer dans le capteur.

Thermosiphon

Panneau solaire thermique thermosiphon Certains systèmes ne sont pas équipés de pompe. L'eau chaude étant plus légère que l'eau froide, une circulation naturelle peut s'effectuer. Cela ne fonctionne que si le ballon de stockage est plus haut que les panneaux solaires, ce qui n'est pas toujours évident à mettre en place, sauf sur des systèmes monoblocs ou des installations de chauffage solaire (intérieur ou piscine). Un clapet anti-retour doit être mis en place pour éviter que le système ne s'inverse (cas de l'eau du ballon plus chaude que les panneaux solaires).

Les différentes technologies

Capteur plan non vitré

Panneau solaire thermique plan non vitré Ici, les tubes dans lequel passe le fluide caloporteur sont mis directement "au soleil". Ce type de panneaux solaires est moins coûteux mais offre un rendement médiocre comparé aux autres solutions. Il est le plus souvent utilisé pour du préchauffage, du chauffage pour des piscines ou sur des concepts artisanaux. L'isolation du panneau est souvent faible voire inexistante ce qui, seul avantage, permet de ne pas avoir de risque de surchauffe.

Capteur plan vitré

Panneau solaire thermique plan vitréLes capteurs plans vitrés sont de loin les systèmes les plus courants lorsqu'il s'agit d'eau chaude sanitaire. La vitre permet de créer un "effet de serre" qui piège les rayons du soleil à l'intérieur du capteur afin d'optimiser les apports. Les rendements et le prix sont moyens. Les capteurs plans vitrés peuvent capter en moyenne 350kwh annuel par m². A la différence d'un panneau solaire photovoltaïque, un panneau solaire thermique est plus "mat" et est uni.

Capteur tubulaire

Panneau solaire thermique tubulaire Les capteurs tubulaires constituent la technologie avancée des panneaux solaires thermiques, ils sont aussi plus onéreux. Grâce à un système de double peau et de vide d'air, les apports solaires et les échanges sont optimisés d'où des rendements plus importants. Les capteurs tubulaires peuvent capter en moyenne 500kwh annuel par m². Ces panneaux sont également moins sensibles aux ombrages que les capteurs plans et fonctionnent mieux par rayonnement diffus. Leur implantation est également facilitée grâce à des ailettes inclinables et orientables à la demande. On peut par exemple les utiliser en position verticale comme garde corps sur un balcon tout en conservant des performances satisfaisantes. Plusieurs configurations sont possibles, notamment avec des systèmes à plusieurs fluides caloporteurs. Si les rendements sont très intéressants, les risques de surchauffe sont également plus importants et l'application pour une résidence peut ainsi, selon la région, ne pas être judicieuse.

Système Monobloc

Panneau solaire thermique monoblocLes systèmes monobloc possèdent le ballon de stockage directement à côté du ou des panneaux. Ils fonctionnent en thermosiphon (donc pas de pompe de circulation). C'est une solution peu performante puisque le ballon est à l'extérieur et les pertes thermiques du stockage sont donc plus importantes qu'avec un ballon situé à l'intérieur du bâtiment. A cela s'ajoute des contraintes architecturales supplémentaires et des risques de gel et de surchauffe.

Système à éléments séparés classiques

Ballon solaire à éléments séparés à l'intérieurDans un système à éléments séparés, le ballon de stockage est situé à l'intérieur du bâtiment. Cela permet notamment de limiter les pertes par stockage. Cela diminue les contraintes architecturales supplémentaires de l'installation d'un ballon sur le toit mais il subsiste des risques de gel et de surchauffe.




Système à éléments séparés - auto-vidangeables

Certains systèmes, auto-vidangeables, permettent de supprimer les risques de gel et de surchauffe. En effet, dans ces cas précis à éviter, le circulateur s'arrête et les panneaux se vident (se vidangent) dans un réservoir prévu à cet effet. Comme il n'y a plus d'eau dans les panneaux, il n'y a plus de risque de gel ou de surchauffe. La configuration s'avère toutefois légèrement plus complexe que la précédente (il faut être sûr que le ballon se vidange correctement).

Le dimensionnement et l'implantation

Les apports solaires

Les apports solaires dépendent bien entendu de la région où l'on se trouve... L'énergie reçue est comprise entre 1100kWh et 1700kWh par m² et par an, pour une irradiation horizontale. En moyenne un panneau solaire thermique produira entre 300 et 500kWh/(m².an) (source ADEME).
carte du gisement solaire en France pour une irradiation horizontale

Orientation et Inclinaison

Le gisement solaire influe donc sur la production d'énergie d'origine solaire, mais l'inclinaison et l'orientation joue également un rôle majeur. L'idéal étant des panneaux solaires inclinés aux alentours de 40 à 45° (selon les régions là encore) avec une orientation la plus proche du Sud, la production restant correcte entre le Sud-Est et le Sud-Ouest. A noter qu'au-delà de 20°, le capteur en plus d'être moins efficace risque de s'encrasser. Le diagramme suivant montre l'influence de l'orientation et de l'inclinaison du panneau. diagramme d'influence de l'orientation et de l'inclinaison d'un panneau solaire thermique

Rendement d'une installation solaire

échanges thermiques dans un panneau solaire thermique Le rendement des panneaux solaires est le rapport entre l'énergie reçue (en jaune et orange) sur le schéma et l'énergie utile (en vert). Pour avoir le meilleur rendement, il faut donc limiter les pertes (en rouge) par réflexion qui dépendent surtout de l'orientation. La majorité des autres pertes sont thermiques et sont dues au rayonnement du panneau lui-même vers l'extérieur, pour les limiter le panneau doit être bien isolé. Mais le rendement dépend également des conditions de température extérieures et du fluide. Si l'on raisonne sur le rendement global d'une installation solaire, il faut aussi prendre en compte les pertes dues au stockage, à l'énergie des pompes, etc. Dernier facteur, le taux de couverture des besoins. Des panneaux surdimensionnés auront un rendement faible du fait des pertes thermiques plus importantes et d'une température plus élevée. En général, le rendement global d'une installation solaire bien dimensionnée se situe aux alentours de 30 à 40%.

Taux de couverture des besoins

Le taux de couverture des besoins varie selon tous les critères que nous venons de voir à savoir les apports solaires, l'orientation et l'inclinaison. Mais il dépend aussi des éventuelles ombres, des besoins des occupants, des modèles de panneaux solaires ou encore du ballon de stockage. Concrètement, la surface des capteurs solaires correspond en moyenne à 1 à 1,5m² par personne pour un taux de couverture qui se situe entre 50 et 70%. Toutefois, si vous voulez avoir un calcul plus précis, selon tous les critères précités, un outil de calcul en ligne est disponible ici (le site est plus qu'old-school et demande parfois de recharger la page mais les résultats sont très détaillés).

Eviter les risques...

Les risques de masques solaires

etude des masques solaires Un masque solaire est ce qui empêche le rayonnement solaire direct d'atteindre le panneau solaire (qu'il soit thermique ou photovoltaïque), en clair ce sont des éléments qui font de l'ombre. La présence d'ombres sur un panneau solaire thermique est toutefois moins gênante que dans le cas d'un panneau solaire photovoltaïque, où la production chute à 0%, même si uniquement une partie de l'installation est à l'ombre. En prenant le temps de la réflexion, il est plutôt facile de déterminer les éventuels masques solaires présents ou futurs. Il suffit de regarder régulièrement son toit, à différentes saisons et à différents moments de la journée, la taille des ombres est en effet beaucoup plus importante en hiver. Un outil gratuit, Google Sketchup permet facilement de modéliser des objets 3D comme votre maison et de simuler les ombres. On pourra alors identifier les menaces comme des immeubles ou des arbres selon les époques de l'année.

Les éléments du toit

exemple d'ombrage de cheminée sur des panneaux solaires En premier lieu, on peut citer les cheminées, les chiens-assis ou encore les antennes. Placées directement sur le toit, elles peuvent engendrer un ombrage conséquent sur votre installation comme le montre l'illustration. La surface des panneaux thermiques étant généralement réduite (2 à 4m²), il existe souvent une configuration qui permettra d'éviter les ombres sur les capteurs mais c'est un point important de vigilance.

Les arbres

exemple d'ombrage d'arbres sur des panneaux solaires Les arbres constituent une menace d'ombrage bien réelle et parfois difficile à identifier car un arbre... ça pousse ! Quand l'arbre est sur sa propriété pas de soucis, mais si c'est celui du voisin ou de la mairie, cela peut rapidement devenir compliqué.

L'environnement urbain

Les immeubles (ou maison à étage) à proximité voire le mobilier urbain (poteau électrique par exemple) peuvent eux-aussi constituer une menace pour la performance des capteurs. Une observation rigoureuse ainsi qu'une modélisation permettront d'écarter tout danger.

Les risques de gel

Généralement l'eau qui est chauffée par les capteurs contient un additif, le glycol, qui sert d'antigel (aussi utilisé en géothermie ou dans les voitures par exemple). À noter que les systèmes auto-vidangeables permettent d'éviter les risques de gel.

Les risques de surchauffe

Si l'on veut qu'un panneau solaire chauffe, on ne veut pas qu'il surchauffe sans quoi la température de l'eau pourrait monter à plus de 200°C et provoquer des dommages à l'installation. De plus, plus un capteur est chaud, moins il est performant (augmentation des pertes thermiques). Voici, résumé dans ce tableau, comment éviter la surchauffe d'un capteur solaire.



Les solutionsLes bénéfices
Le dimensionnementBesoins en eau chaude insuffisant = surchauffe !
Un bon dimensionnement de la surface des capteurs = durée de vie plus élevée
La vidange et vidange auto.La vidange évite la surchauffe mais reste difficile à doser
L'auto-vidange est une solution efficace
Le refroidissement nocturneCertaines régulations permettent de faire baisser la température du capteur la nuit pour éviter la surchauffe le jour
La décharge des capteursLe capteur dissipe sont trop plein d'énergie dans un échangeur (sol ou eau)
Inconvénient : engendre un surcoût
Cogénération ou climatisation solaireValorisent le surplus d'énergie thermique soit en énergie électrique soit en froid
Peu utilisées à l'échelle de l'habitat ou réservées à des sites isolés
Ne rien faire !Normalement les installations sont prévues pour pallier aux surchauffes
Mais "ne rien faire" = encrassement des panneaux + vieillissement prématuré


Fabriquer son panneau solaire thermique

Il existe de nombreux tutoriels pour auto-construire son panneau solaire thermique. Cependant, cela ne concerne souvent que des petites surfaces qui peuvent servir à chauffer une piscine. Si quelques-uns vont jusqu'à la pose en toiture, cela reste risqué notamment au niveau de l'étanchéité. Dans tous les cas, si cela vous tente, n'oubliez pas que l'énergie solaire est puissante et qu'il est facile d'obtenir de l'eau allant à plus de 70°C. Il faut donc particulièrement faire attention. De même, pour un système complexe, il ne faut pas oublier des moyens d'évacuer la pression (idéalement avec une soupape), sans quoi l'installation pourrait devenir dangereuse avec des risques de casse par surpression de vapeur.

Choix d'un professionel et prix des panneaux solaires thermiques

Budget

Si vous possédez d’ores et déjà un ballon d’eau chaude classique, il ne pourra pas être réutilisé pour votre installation solaire. Il faut un ballon solaire prévu à cet effet.

Selon l’ADEME, pour la pose et le matériel d’un chauffe-eau solaire avec les capteurs, il faut compter entre 900 et 1700€/m² de capteur.

prix Prix d'une installation complète pour une famille de 4 personnes : 4 m² de capteur + ballon d'ecs solaire de 300L : de 3600 à 6800€
Eligible aux aides financières en vigueur en rénovation.



Choisir un professionel

Si vous envisagez de faire appel à un professionnel pour installer des panneaux solaires thermiques, il est important de réaliser plusieurs chiffrages afin de mettre les entreprises en concurrence et faire baisser mécaniquement les prix. Pour cela, vous pouvez utiliser une application de devis en ligne gratuite et sans engagement comme Enchantier :


Votre demande de devis a bien été enregistrée.
Nos entreprises partenaires (Enchantier, 123 Devis ou Travaux.com) prendront contact avec vous très prochainement par mail ou par téléphone pour plus de précisions sur votre projet et pour vous mettre en relation avec des artisans disponibles et proches de chez vous.
Pensez à vérifier que vous ne recevez pas les mails dans vos "spams".

  • Votre projet
  • Vos coordonnées
  • * *
  • Vous êtes
  • Votre situation *
  • *
  • de *
  • * *

Il faut ensuite sélectionner la meilleure offre, quelques pistes pour trouver le bon installateur:

Pour en savoir plus, consultez notre article sur le suivi d'une installation de panneaux solaires thermiques.

Avantages et inconvénients des panneaux solaires thermiques



AvantagesInconvénients
Eligible aux aides financières en vigueurInvestissement qui reste assez lourd
Solution d'énergie renouvelable comptabilité pour l'exigence EnR de la RT 2012Difficile à mettre en place en rénovation car nécessite souvent un ballon spécial (car il faut un échangeur + un système d'appoint à l'intérieur du ballon)
Orientation et inclinaison des panneaux plus libres que pour des panneaux photovoltaïquesAttention à l'inclinaison et aux masques solaires
Nombre de panneaux à poser réduits, seulement 2 panneaux solaires pour 300LSi les panneaux sont intégrés au toit, une attention particulière doit être donnée à l'étanchéité
Peu d'entretien-


Conclusion

L'installation de panneaux solaires thermiques présentent de nombreux avantages. Les panneaux solaires peuvent vous faire économiser jusqu'à 80% de votre production d'eau chaude solaire, il en est de même pour le chauffage solaire. Néanmoins, nous vous recommandons de bien réfléchir à votre projet avant de vous lancer et de choisir avec attention le professionel pour vos travaux. Enfin, le chauffe-eau thermodynamique, moins cher, constitue une très bonne alternative aux panneaux solaires thermiques.

Laisser un commentaire ou poser une question




#76 - Vincent - 18 Octobre 2019

Bonjour, est il possible de relier des panneaux solaires thermiques a une chaudière (eau chaude + chauffage) existante ?

#75 - patrick - 02 Septembre 2019

Bonjour,
pour l'installation du chauffe eau individuel optimisé (premier schéma de l'article) : ballon ECS solaire en série avec une chaudiere gaz a production ECS instantanée.

en été :
l'eau stockée dans le ballon sera facilement a 65°c et évite ainsi la légionelle.

Par contre, en hiver:
si l'eau du ballon ne dépasse jamais les 40, 50, 60°c, n'y a t'il pas de risque de formation de légionelle ?

j'envisage, une petite installation :
vielle Chaudiere Hydromotrix a GAZ a production ECS instatannée alimentée par un ballon ECS solaire de 200L, chauffé par 1 panneau ECS a tube.

#74 - Laura (admin) - 16 Juillet 2019

Bonjour Suzette,
Il est possible de chauffer un immeuble avec du système solaire combiné (SSC) ce qui signifie qu'il produit l'eau chaude pour le chauffage et l'eau chaude sanitaire.
Cependant, il vous faudra une solution complémentaire (chaudière gaz, mazout ou bois) lorsque l'ensoleillement est trop faible pour subvenir aux besoins de l'immeuble.
Vérifiez tout de même si vous ne pouvez pas vous raccorder à un réseau de chaleur à proximité (ou en projet).

A bientôt,

#73 - suzette - 15 Juillet 2019

quel est la possibilité de chauffer correctement un immeuble de 7 étages
avec des panneaux solaires. Actuellement c'est une chaudière au mazout qui fournit également l'eau chaude.

Merci de vos conseils. Suzette

#72 - Laura (admin) - 24 Juin 2019

Bonjour valy,
Oui c'est tout à fait réalisable, il faut cependant vérifier si votre mairie accepte votre installation et si votre toit propose une bonne orientation sans masque solaire. Le mieux est de faire venir un artisan RGE qualisol (https://www.faire.fr/trouvez-un-professionnel) qui pourra analyser votre situation.
Pour plus de renseignements, nous avons un article dédié au chauffage au sol grâce aux panneaux solaires thermiques à cette adresse :
https://conseils-thermiques.org/contenu/chauffage-solaire.php

A bientôt,

#71 - valy - 22 Juin 2019

Bonjour

Je voudrais installe un system avec des panneaux solaire thermique pour chauffai une maison, avec un system de chauffage au sol. Est-ce que c'est réalisable? Merci d'avance pour votre réponse!

A bientôt,

#70 - Xavier (admin) - 10 Juin 2019

Bonjour gugr91,

Je pense que vous pouvez vous diriger vers un artisan avec la qualification QualiPAC ("module CET" pour Chauffe Eau Thermodynamique ou "module Chauffage et ECS" qui est plus large).

Pour cela, vous pouvez vous rendre sur le site du réseau FAIRE (service public) et sélectionner "Pompe à chaleur" :
https://www.faire.fr/trouvez-un-professionnel

A bientôt,

#69 - gugr91 - 09 Juin 2019

Bonjour,
J'ai fait installer, en 2012, un balon d'eau chude thermodnamique ainsi qu'un capteur thermodynamique et je m'apperçoit aujourd'hui que l'isolant des canalisations extérieures se déteriore. L'installateur de l'époque n'existe plus, quelle est le meilleur moyen d'avoir uun artisan fiable pour réaliser la réparation.
MErci de votre réponse.

#68 - Xavier (admin) - 27 Mars 2019

Bonjour Lynda 02,

Hélas, il n'est pas facile de trouver un installateur qui prenne la responsabilité d'un chantier fait par un autre (et potentiellement mal fait).
Vous pouvez vous rendre sur le site du certificateur Qualit'enr pour avoir la liste des installateurs Qualisol près de chez vous et les contacter un à un :
https://www.qualit-enr.org/annuaire

Vous pouvez aussi demander à l'Adil (servie public gratuit) vers qui vous tournez car l'entreprise devait avoir une garantie décennale qui devrait être reprise :
https://www.anil.org/lanil-et-les-adil/votre-adil/

A bientôt,

#67 - Lynda 02 - 26 Mars 2019

Bonsoir à tous,
Depuis notre installation nous avons fait installé un panneau solaire tubulaire pour l’eau chaude, mais entre temps notre installateur à fermé sa boite mais depuis l’année dernière nous avons un problème un problème avec le panneau dès qu’il y’a trop de soleil il n’arrête pas de claquer et et en l’étend très bien quand on et à l’extérieur aussi depuis une 2 à 3 semaines un des boîtiers dans le garage sonne
Cela fait plus de 6 à 8 mois que je suis à la recherche d’un réparateur ou d’une personne qui puisse m’aider mais impossibl, ce que je trouve sur le net, je téléphone, j’envoie des mails mais aucun retour, merci d3 votre retour et de l’aide que vous pourrais nous apporter.
Lynda

#66 - impala - 23 Janvier 2019


OK Laura
Je ne connaissais pas votre site atteint par hasard.
donc j'ignorais cette pratique. merci quand même

#65 - Laura (admin) - 23 Janvier 2019

Bonjour impala,
Nous en sommes désolés mais nous ne transmettons pas de coordonnées d'artisans réparateurs,

A bientôt.

#64 - Laura (admin) - 23 Janvier 2019

Bonjour sam,
Nous pensons qu'effectivement, cela veut dire que les panneaux solaires devront être intégrés à la toiture.
Pour en être sûr, demandez confirmation à votre mairie.
A bientôt,

#63 - impala - 23 Janvier 2019

j'ai oublié de préciser panneau solaire thermique posé en vertical sur le pignon sud, facilement accessible avec une échelle
IMPALA

#62 - impala - 23 Janvier 2019

J'ai un panneau solaire thermique FRISQUET qui présente de la condensation INTERNE.
La société installateur n'existe plus.
La société FRISQUET qui vend ce matériel n'en assure pas la maintenance dans leur contrat.
Qui peut me conseiller un "réparateur" dans ma région nord est de la seine et marne?
Merci d'avance, cordialement
IMPALA

#61 - sam - 08 Janvier 2019

Mon PLU stipule que les Les panneaux doivent être intégrés aux pentes.Aucune structure apparente destinée à porter ou incliner les panneaux ne sera admise. Et plus loin: Ces systèmes devront être parfaitement intégrés aux volumes construits et aux
compositions des façades. Ils seront clairement identifiés comme des éléments de
vocabulaire architectural à part entière.

Est ce que cela veut dire que les panneaux doivent être intégré a la toiture et donc de réaliser une part de l'étanchéité ou peux t'on les mettre sur toiture existante au dessus de la couverture ??? merci !

#60 - Germain - 01 Octobre 2018

Si l'installation est bien pensée, il n'y a jamais de surchauffe, en France ou à Malte!
L'option est simple: Suivi solaire avec retour à l'Est en cas de surchauffe. Mieux: En été, après l'ECS, passer par un échangeur pour faire de l'air conditionné par absorbtion.

#59 - Benjamin (Admin) - 18 Août 2017

Bonjour,
Idéalement, il serait intéressant de pouvoir séparer 1 panneau du reste.
Il faudrait ainsi vidanger tous les panneaux sauf 1 (voir 2) lorsque les besoins sont faibles.
Quand les besoins sont importants, il suffit de remplir les panneaux.
Les panneaux solaires thermiques ne craignent normalement pas d'être vides.

#58 - Ruddy - 18 Août 2017

Merci pour cette réponse qui me permet de bien comprendre nos difficultés car effectivement il n'y a pas
de système auto vidangeable ni de ballon tampon.
Quelle serait la meilleure solution pour une utilisation de quelques semaines pour un nombre de convives
maximum, le reste du temps le système devant simplement permettre la couverture des besoins pour 0 à 2 personnes?

#57 - Benjamin (Admin) - 14 Juillet 2017

Bonjour Ruddy,
Difficile de vous répondre sans plus de précision.
Si le système est mal dimensionnée (vis-à-vis de vos besoins ponctuels), il n'est pas anormal que le système évacue de l'eau pour éviter justement la surpression.
Idéalement pour éviter cela, il faut choisir une installation auto-videngeable pour limiter les risques de surchauffe.
Un ballon tampon doit aussi composer l'installation.

Est-ce bien le cas ?

#56 - Ruddy - 06 Juillet 2017

Bonjour,

Sur le toit de notre maison au Portugal nous avons fait installé un système
TIsun composé de 2 panneaux et une citerne de 300 l afin de subvenir aux besoins en eau chaude lorsque nous sommes 8 dans la maison.
Or, depuis son installation le système crache régulièrement de grandes quantités d'eau; s'agit il de surpression? Quels seraient vos conseills?
Merci

#55 - Anne NOEL - 08 Juin 2017

Benjamin, merci de votre réponse. Entre-temps j'ai découvert que l'immeuble était relié au réseau de chaleur, contrairement à ce qui est énoncé dans le CCTP. Par contre je vérifierai si notre immeuble est exclusivement responsable d'entretenir la station solaire et dans ce cas je demanderai un décompte séparé pour notre immeuble car pour l'instant toute la copropriété bénéfice de l'apport du solaire.
Cordialement

#54 - Benjamin (Admin) - 06 Juin 2017

Bonjour,
@DUJ : Tous les panneaux solaires thermiques fonctionnent sur le principe du rayonnement. Effectivement, les panneaux solaires thermiques sont rentables globalement sur toute la france.

@Marc : Toutes les solutions d'appoint sont possibles. Comme la production classique, il y a production gaz ou production électrique. Classiquement, quand la production chauffage est au gaz, l'appoint est au gaz, et inversement avec l'électricité (et le chauffage bois). L'avantage de l'électricité est une compacité car le ballon tampon peut avoir la résistance directement intégrée dedans. Dans le cas d'une installation gaz, il y a plutôt un ballon supplémentaire (mais un coût de fonctionnement moindre).

@roudoudou39 : Il est tout à fait possible de changer de marque en gardant la même installation.

@Anne NOEL : Le gros ballon est un ballon tampon qui stocke l'énergie solaire via l'échangeur. L'eau contenue dans le ballon circule ensuite jusqu'aux modules et qui passe soit dans les émetteurs de chaleur, soit dans l'échangeur individuelle de production d'eau chaude sanitaire. Rien d'anormal dans tout cela donc.
Par contre dans le calcul des charges, effectivement, il n'est pas logique que les logements alimentés par la sous-station "solaire", paye le gaz consommé par la chaufferie principale. Sauf si les 2 sont reliés quelque part, et donc de la cas ou votre sous-station n'est pas 100% solaire?

#53 - Anne NOEL - 05 Juin 2017

Oups je n'avais pas fini une phrase: le technicien a fini par poser un cumul électrique chez l'une des occupantes.
Remonter

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies vous permettant d'accéder à des services et offres adaptées à vos centres d'intérêts et nous permettre de mesurer l'audience.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez-ici.