Conseils Thermiques Conseils Thermiques

Les panneaux solaires thermiques

photo panneaux solaires thermiques tubulaires L'installation de panneaux solaires thermiques se démocratise puisque cette solution fait partie des solutions d'énergies renouvelables possibles qui répondent aux exigences de la RT 2012, ils sont d'ailleurs capables, certes de produire l'eau chaude sanitaire, mais aussi du chauffage (en partie). Malgré un investissement assez lourd, c'est une solution rentable surtout quand on connaît le poids important de la production d'eau chaude sanitaire dans les maisons thermiquement performantes. De nombreuses configurations sont possibles et si l'orientation et l'inclinaison des panneaux est moins contraignantes que celles des panneaux solaires photovoltaïques, il n'en demeure pas moins que c'est là un point de vigilance très important. Ne faites confiance qu'aux entreprises avec un passé et de bonnes références, l'installation sur un toit reste délicate, notamment concernant l'étanchéité (selon les cas) et il faut donc mieux faire appel à un professionnel compétent!

Présentation

photo panneaux solaires thermiquesLes panneaux solaires thermiques, ou capteurs solaires thermiques ou chauffe-eau solaire individuel (CESI), à ne pas confondre avec les panneaux solaires photovoltaïques sont des éléments qui permettent de chauffer de l'eau grâce à l'énergie solaire. S'ils sont le plus couramment destinés à produire de l'eau chaude sanitaire, ils peuvent également produire du chauffage, on les appelle alors des systèmes combinés, voire de la climatisation.

Vous pouvez directement vous rendre au sujet qui vous intéresse grâce au sommaire ci-dessous, où alors suivre les différentes étapes de ce mini-dossier

Principe d'un panneau solaire thermique

L'objectif est d'abord de capter la chaleur du soleil via 3 phénomènes physiques:

Ensuite, la chaleur captée va chauffer un fluide caloporteur, souvent de l'eau (éventuellement additionnée d'eau glycolée), contenu dans un capteur. Ce fluide va ensuite transmettre l'énergie ainsi récupérée à l'eau chaude sanitaire, par le biais d'un échangeur situé dans un ballon d'eau chaude, équipé dans la plupart du temps d'un appoint (électrique ou chaudière).

schéma principe panneaux solaires thermiques

Différents types d'utilisation

Eau Chaude Solaire

L'eau chaude solaire est sans conteste l'utilisation la plus fréquente des panneaux solaires thermiques. Le taux de couverture doit être suffisamment bien calculé pour produire suffisamment d'énergie pour que cela soit rentable sans que cela ne pose trop de problème de surchauffe l'été.

Chauffage solaire

Le chauffage solaire (souvent couplé avec de l'eau chaude sanitaire solaire) nécessite une surface de panneaux plus conséquente et donc un investissement beaucoup plus élevé que de l'ECS solaire seule. De plus, alors que le chauffage est le plus utilisé lorsque les apports solaires sont les plus faibles ce qui diminue la rentabilité qui demeure tout de même présente, notamment pour des bâtiments avec des besoins en chauffage spécifique (hôpitaux, maisons de retraite...).

Climatisation solaire

Il existe des systèmes de production de froid qui fonctionne à l'aide de la source chaude, ce sont les machines à absorption ou à adsorption. Très utilisées dans le secteur industriel (grande quantité de chaleur perdu + besoin de froid important), elles sont peu répandues pour des échelles plus petites. Mais le surplus de production solaire pourrait être ainsi valorisé et il serait donc possible d'augmenter le taux de couverture des besoins sans risque de surchauffe.

Mixte Solaire Thermique / Photovoltaïque

Les panneaux solaires mixtes, sont composés logiquement d'un panneau solaire thermique sur lequel sont placés des cellules photovoltaïques. Intéressant sur le papier, il faut se rappeler que les panneaux photovoltaïques voient leur rendement se dégrader lorsque la température augmente. Cela est exactement le cas avec un panneau thermique dessous, notamment si les besoins en ECS sont faibles. Les panneaux mixtes peuvent cependant être une très bonne solution pour des sites isolés nécessitant une production d'électricité propre, en réduisant au passage les besoins en énergie à apporter pour l'ecs.

Cogénération

La cogénération permet de faire de l'électricité (turbine à vapeur classique) quand il n'y a pas ou peu de besoin en ECS. Cela évite tout risque de surchauffe et permet donc d'avoir un taux de couverture d'ECS beaucoup plus élevé. Cependant, le surcoût d'installation est conséquent.

Les configurations les plus courantes

Circulation à l'aide d'une pompe

Dans la plupart des systèmes, c'est un circulateur qui fait... circuler le fluide caloporteur (celui qui passe dans le panneau solaire). La circulation du fluide est importante pour ne pas que l'eau soit portée à trop haute température où elle aurait des risques de bouillir et donc d'endommager l'installation (par la dilatation de la vapeur). Le circulateur doit être équipé d'une régulation intelligente sous peine de refroidir le ballon en ne laissant pas l'eau suffisamment chauffer dans le capteur.

Thermosiphon

Certains systèmes ne sont pas équipés de pompe. L'eau chaude étant plus légère que l'eau froide, une circulation naturelle peut s'effectuer. Cela ne fonctionne que si le ballon de stockage est plus haut que les panneaux solaires, ce qui n'est pas toujours évident à mettre en place, sauf sur des systèmes monoblocs ou des installations de chauffage solaire (intérieur ou piscine). Un clapet anti-retour doit être mis en place pour éviter que le système ne s'inverse (cas de l'eau du ballon plus chaude que les panneaux solaires).

Les différentes technologies

Capteur plan non vitré

Panneau solaire thermique plan non vitré Ici, les tubes dans lequel passe le fluide caloporteur sont mis directement "au soleil". Ce type de panneaux solaires est moins coûteux mais offre un rendement médiocre comparé aux autres solutions. Il est le plus souvent utilisé pour du préchauffage, du chauffage pour des piscines ou sur des concepts artisanaux. L'isolation du panneau est souvent faible voire inexistante ce qui, seul avantage, permet de ne pas avoir de risque de surchauffe.

Capteur plan vitré

Panneau solaire thermique plan vitréLes capteurs plans vitrés sont de loin les systèmes les plus courants lorsqu'il s'agit d'eau chaude sanitaire. La vitre permet de créer un "effet de serre" qui piège les rayons du soleil à l'intérieur du capteur afin d'optimiser les apports. Les rendements et le prix sont moyens. Les capteurs plans vitrés peuvent capter en moyenne 350kwh annuel par m². A la différence d'un panneau solaire photovoltaïque, un panneau solaire thermique est plus "mat" et est uni.

Capteur tubulaire

Panneau solaire thermique tubulaire Les capteurs tubulaires constituent la technologie avancée des panneaux solaires thermiques, ils sont aussi plus onéreux. Grâce à un système de double peau et de vide, les apports solaires et les échanges sont optimisés d'où des rendements plus importants. Les capteurs tubulaires peuvent capter en moyenne 500kwh annuel par m². Ces panneaux sont également moins sensibles aux ombrages que les capteurs plans et fonctionnent mieux par rayonnement diffus. Leur implantation est également facilitée grâce à des ailettes inclinables et orientables à la demande. On peut par exemple les utiliser en position verticale comme garde corps sur un balcon tout en conservant des performances satisfaisantes. Plusieurs configurations sont possibles, notamment avec des systèmes à plusieurs fluides caloporteurs. Si les rendements sont très intéressants, les risques de surchauffe sont également plus importants et l'application pour une résidence peut ainsi, selon la région, ne pas être judicieuse.

Système Monobloc

Panneau solaire thermique monoblocLes systèmes monobloc possèdent le ballon de stockage directement à côté du ou des panneaux. Ils fonctionnent en thermosiphon (donc pas de pompe de circulation). C'est une solution peu performante puisque le ballon est à l'extérieur et les pertes thermiques du stockage sont donc plus importantes qu'avec un ballon situé à l'intérieur du bâtiment. Contraintes architecturales supplémentaires. Risques de gel et de surchauffe.

Système à éléments séparés classiques

Ballon solaire à éléments séparés à l'intérieurDans un système à éléments séparés, le ballon de stockage est situé à l'intérieur du bâtiment. Cela permet notamment de limiter les pertes par stockage. Cela diminue les contraintes architecturales supplémentaires de l'installation d'un ballon sur le toit. Risques de gel et de surchauffe.





Système à éléments séparés - auto-vidangeables

Certains systèmes, auto-vidangeables, permettent de supprimer les risques de gel et de surchauffe. En effet, dans ces cas précis à éviter, le circulateur s'arrête et les panneaux se vident (se vidangent) dans un réservoir prévu à cet effet. Comme il n'y a plus d'eau dans les panneaux, il n'y a plus de risque de gel ou de surchauffe. La configuration s'avère toutefois légèrement plus complexe que la précédente (il faut être sûr que le ballon se vidange correctement).

Le dimensionnement et l'implantation

Les apports solaires

Les apports solaires dépendent bien entendu de la région où l'on se trouve... L'énergie reçue est comprise entre 1100kWh et 1700kWh par m² et par an, pour une irradiation horizontale. En moyenne un panneau solaire thermique produira entre 300 et 500kWh/(m².an) (source ADEME).
carte du gisement solaire en France pour une irradiation horizontale

Orientation et Inclinaison

Le gisement solaire influe donc sur la production d'énergie d'origine solaire, mais l'inclinaison et l'orientation joue également un rôle majeur. L'idéal étant des panneaux solaires orientés aux alentours de 40 à 45° (selon les régions là encore) avec une orientation la plus proche du Sud, la production restant correcte entre le Sud-Est et le Sud-Ouest. A noter qu'au-delà de 20°, le capteur en plus d'être moins efficace risque de s'encrasser. Le diagramme suivant montre l'influence de l'orientation et de l'inclinaison du panneau. diagramme d'influence de l'orientation et de l'inclinaison d'un panneau solaire thermique

Rendement d'une installation solaire

échanges thermiques dans un panneau solaire thermique Le rendement des panneaux solaires est le rapport entre l'énergie reçue (en jaune et orange) sur le schéma et l'énergie utile (en vert). Pour avoir le meilleur rendement, il faut donc limiter les pertes (en rouge) par réflexion qui dépendent surtout de l'orientation. La majorité des autres pertes sont thermiques et sont dues au rayonnement du panneau lui-même vers l'extérieur, pour les limiter le panneau doit être bien isolé. Mais le rendement dépend également des conditions de température à la fois extérieur et du fluide. Si l'on raisonne sur le rendement global d'une installation solaire, il faut également prendre en compte les pertes par stockage, l'énergie des pompes, etc. Dernier facteur, le taux de couverture des besoins. Des panneaux surdimensionnés auront un rendement faible du fait des pertes thermiques plus importantes et d'une température plus élevée. En général, le rendement global d'une installation solaire bien dimensionnée se situe aux alentours de 30 à 40%.

Taux de couverture des besoins

Le taux de couverture des besoins varie selon tous les critères que nous venons de voir à savoir les apports solaires, l'orientation et l'inclinaison. Mais il dépend aussi des éventuelles ombres, des besoins des occupants, des modèles de panneaux solaires ou encore du ballon de stockage. Concrètement, la surface des capteurs solaires correspond en moyenne à 1 à 1,5m² par personne pour un taux de couverture qui se situe entre 50 et 70%. Toutefois, si vous voulez avoir un calcul plus précis, selon tous les critères précités, un outil de calcul en ligne est disponible ici (le site est plus qu'old-school et demande parfois de recharger la page mais les résultats sont très détaillés).

Eviter les risques...

Les risques de masques solaires

Un masque solaire est ce qui empêche le rayonnement solaire direct d'atteindre le panneau solaire (qu'il soit thermique ou photovoltaïque), en clair ce sont des éléments qui font de l'ombre. La présence d'ombres sur un panneau solaire thermique est toutefois moins gênante que dans le cas d'un panneau solaire photovoltaïque, où la production chute à 0%, même si uniquement une partie de l'installation est à l'ombre. En prenant le temps de la réflexion, il est plutôt facile de déterminer les éventuels masques solaires présents ou futurs. Il suffit de regarder régulièrement son toit, à différentes saisons et à différents moments de la journée, la taille des ombres est en effet beaucoup plus importante en hiver. Un outil gratuit, Google Sketchup permet facilement de modéliser des objets 3D comme votre maison et de simuler les ombres et donc identifier les menaces notamment des immeubles ou des arbres selon les époques de l'année.

Les éléments du toit

exemple d'ombrage de cheminée sur des panneaux solaires En premier lieu, on peut citer les cheminées, les chiens-assis ou encore les antennes. Placées directement sur le toit, elles peuvent engendrer un ombrage conséquent sur votre installation comme le montre l'illustration. La surface des panneaux thermiques étant généralement réduite (2 à 4m²), il existe souvent une configuration qui permettra d'éviter les ombres sur les capteurs mais c'est un point important de vigilance.

Les arbres

Les arbres constituent une menace d'ombrage bien réelle et parfois difficile à identifier car un arbre... ça pousse! En effet, petit arbre deviendra grand et pourra poser problème dans 2, 5 ou 10 ans. Quand l'arbre est sur sa propriété pas de soucis, mais si c'est celui du voisin ou de la mairie, cela peut rapidement devenir compliquer. En sachant que les voisins d'aujourd'hui ne sont pas ceux de demain à qui il faudra gentiment demander de couper leur bel arbre...

L'environnement urbain

Les immeubles (ou maison à étage) à proximité voire le mobilier urbain (poteau électrique par exemple) peuvent eux-aussi constituer une menace pour la performance des capteurs. Une observation rigoureuse ainsi qu'une modélisation permettront d'écarter tout danger.

Les risques de gel

Généralement l'eau qui est chauffée par les capteurs contient généralement un additif, le glycol, qui sert d'antigel (aussi utiliser en géothermie ou dans les voitures par exemple). Les systèmes auto-vidangeables permettent également d'éviter les risques de gel.

Les risques de surchauffe

Si l'on veut qu'un panneau solaire chauffe, on ne veut pas qu'il surchauffe sans quoi la température de l'eau pourrait monter à plus de 200°C et provoquer des dommages à l'installation. De plus, plus un capteur est chaud, moins il est performant (augmentation des pertes thermiques). Voyons comme éviter la surchauffe d'un capteur solaire.

Le dimensionnement

Le dimensionnement est très important puisque le risque de surchauffe intervient quand il fait chaud et que les besoins en eau chaude ne sont pas suffisant, comme pendant les vacances estivales par exemple avec une absence prolongée. Une trop grande surface de capteurs engendrera donc un risque accru de surchauffe (alors que le taux de couverture des besoins sera lui plus important).

Vidange et auto-vidange

La vidange permet d'éviter les risques de surchauffe mais vidanger les panneaux pour quelques semaines d'absence n'est pas judicieux... L'auto-vidange est là encore une solution efficace.

Le refroidissement nocturne

Certaines régulations intelligentes font tourner la pompe la nuit ce qui va refroidir l'eau du capteur suffisamment pour qu'elle ne monte pas trop haut en température la journée.

La décharge des capteurs

A l'aide d'un échangeur, placé à l'extérieur, dans le sol ou la terre (voire dans l'eau), le capteur va dissiper son trop plein énergie et ainsi éliminer les risques de surchauffe. Toutefois, cela engendre un surcoût du fait d'une partie d'installation supplémentaire.

La cogénération ou la climatisation solaire

La cogénération et la climatisation solaire ont pour seul objectif de valoriser le surplus d'énergie thermique produit par le panneau solaire pour la transformer soit en énergie électrique soit en froid. Cela évite d'emblée tous risques de surchauffe. Cependant, la cogénération est plutôt adaptée, au regard de son prix, pour les productions complètement autonomes (sites isolés). La climatisation solaire est dépendante des recherches qui permettront d'adapter de manière plus efficace les systèmes industriels (grosses puissances) à l'échelle de logements.

Ne rien faire

Certains ne se préoccupe pas vraiment des surchauffes et dirons que tout va bien. En effet, les installations sont prévues pour pallier aux surchauffes. Ainsi, la pression du fluide (eau+glycol) va monter jusqu'à la valeur limite (plus ou moins rapidement selon la présence et la taille d'un vase d'expansion) du système (de 3 à 6 bars). A cette pression, les soupapes de sécurité vont "cracher" et faire diminuer la pression du fluide. Cependant, cette "technique ou plutôt cette absence de technique est dangereuse car si le fluide parvient à bouillir, l'encrassement des panneaux solaires est assuré et le glycol rend la chose vraiment problématique. De plus, toute l'installation subit des stress répétés et donc un vieillissement accéléré.

Fabriquer son panneau solaire thermique

Il existe de nombreux tutoriels pour auto-construire son panneau solaire thermique. Cependant, cela ne concerne souvent que des petites surfaces qui peuvent servir à chauffer une piscine. Si quelques-uns vont jusqu'à la pose en toiture, cela reste risqué notamment au niveau de l'étanchéité. Dans tous les cas, si cela vous tente, n'oubliez pas que l'énergie solaire est puissante et qu'il est facile d'obtenir de l'eau allant à plus de 70°C. Il faut donc particulièrement faire attention. De même, pour un système complexe, il ne faut pas oublier des moyens d'évacuer la pression (idéalement avec une soupape), sans quoi l'installation pourrait devenir dangereuse avec des risques d'explosion.

Prix, avantages et inconvénients des panneaux solaires thermiques

Budget

prix Prix d'une installation complète pour une famille : 1,5m² de capteur + ballon d'ecs solaire de 300L : de 4000 à 8000€
Eligible aux aides financières en vigueur en rénovation.

Envisager une installation au meilleur prix

Tout d'abord, il est important de réaliser différents chiffrages afin de mettre les entreprises en concurrence et faire baisser mécaniquement les prix. Pour obtenir rapidement plusieurs propositions, vous pouvez utiliser une application de devis en ligne, gratuite et sans engagement comme Enchantier:

Fermer X

Votre demande de devis a bien été enregistrée.
Nos entreprises partenaires (Enchantier, 123 Devis ou Travaux.com) prendront contact avec vous très prochainement par mail ou par téléphone pour plus de précisions sur votre projet et pour vous mettre en relation avec des artisans disponibles et proches de chez vous.
Pensez à vérifier que vous ne recevez pas les mails dans vos "spams".

  • Votre projet
  • Vos coordonnées
  • * *
  • Vous êtes
  • Votre situation *
  • *
  • de *
  • * *

logo artisan qualisolEnsuite, il vous faut choisir de préférence un artisan RGE Qualisol (Reconnu Garant de l'Environnement). Cela vous permettra de sélectionner une entreprise évaluée régulièrement. Privilégiez plutôt ceux qui se déplacent à votre domicile pour réaliser une étude technique. Observez leur réactivité: l'artisan est-il disponible? Prend-il la peine de vous rappeler rapidement? Demandez également à visiter des installations de manière à obtenir des retours d'expériences de la part d'anciens clients. Enfin, exigez une attestation de l'assurance décennale qui couvre les travaux réalisés.

Avantages

Inconvénients

Conclusion

L'installation de panneaux solaires thermiques se démocratise puisque cette solution fait partie des solutions d'énergies renouvelables possibles qui répondent aux exigences de la RT 2012. Ils sont d'ailleurs capables, certes de produire l'eau chaude sanitaire, mais aussi du chauffage (en partie). Malgré un investissement assez lourd, c'est une solution rentable surtout quand on connaît le poids important de la production d'eau chaude sanitaire dans les maisons thermiquement performantes. De nombreuses configurations sont possibles et si l'orientation et l'inclinaison des panneaux est moins contraignantes que celles des panneaux solaires photovoltaïques, il n'en demeure pas moins que c'est là un point de vigilance très important. Ne faites confiance qu'aux entreprises avec un passé et de bonnes références, l'installation sur un toit reste délicate, notamment concernant l'étanchéité (selon les cas) et il faut donc mieux faire appel à un professionnel compétent! Enfin, le chauffe-eau thermodynamique, moins cher, constitue une très bonne alternative aux panneaux solaires thermiques.

Laisser un commentaire ou poser une question




#37 - Xavier (admin) - 10.11.16

Bonjour germaine,

Il vous faut contacter l'Adil de la martinique à cette adresse :
ADIL de la Martinique
Résidence de la Pointe
13 Rue du Commerce - Immeuble Collier-Choux
97200 Fort-de-France
Tél : 05 96 71 48 45
Fax : 05 96 70 41 28
Email : adil.972[at]orange.fr
Site : https://www.adilmartinique.org

Ils vous fourniront une aide juridique pour votre litige concernant les panneaux solaires.

Bon courage,

#36 - Germaine - 10.11.16

J habite en Martinique j'ai fait installer des panneaux soleil par une entreprise et j'ai toujours eu des problèmes avec le chauffe eau après se sont les panneaux qui se sont débrancher sur le réseau d f et depuis je n arrive pas à me faire les panneaux sur le réseau
Que faire merci de m'aide

#35 - Dan - 02.11.16

Impossible de répondre sans connaitre la maison. Pour exemple, je n'ai consommé que 100 kg de granulé de bois sur l'hiver dernier (équivalent à 80 l de fuel) avec une température moyenne de 22° (150 m2). Mes murs ont 30 cm d'isolant (fibre de bois) qui sert de stockage pour la chaleur du soleil que l'on capte grâce à une grande serre.
Donc avant de se lancer dans un projet de chauffage solaire, il faut d'abord vérifier l'isolation et le stockage de l'énergie, cela coute sans doute moins cher.

#34 - Effix - 02.11.16

Bonjour Dan, 300l, c'est pour de l'eau chaude sanitaire?, je cherche pour du chauffage central (ou préchauffage de l'eau) .Un installateur parle de 1000 à 1500 litres (autonomie souhaitée de 2-3 jours à 2 personnes pour l'ECS)

#33 - Dan - 02.11.16

Perso, dan l'Aude, avec un réservoir de 300 l je n'utilise que 10h d'électricité par an pour l'eau chaude (moyenne nationale 1000 h ;-).
Si vous voulez une bonne autonomie, 300 l mini, mais bien sur avec un système gravitaire, sinon il faut oublier (voir plus bas).

#32 - Effix - 01.11.16

Secteur de Troyes, je désire réaliser un pré-chauffage de l'eau et Eau chaude sanitaire, que faut-il prévoir comme volume de réservoir? 2ou 3 jours de douche sans soleil me paraissent une autonomie correcte, qu'en pensez vous

#31 - Dan - 28.10.16

Vérifiez tout d'abord que les panneaux soient propres, ensuite regardez l'état de l'échangeur dans le ballon. Si le calcaire fait isolant, alors un long trempage dans du vinaigre blanc et c'est reparti.

#30 - coco - 28.10.16

bonjour,
installés depuis 6 ans, j'ai l'impression que mes panneaux solaires ne fonctionnent plus très bien, l'eau est tiède...quel est la cause et existe-t'il une solution? merci d'avance pour vos conseils

#29 - Dan - 26.10.16

Pas de couche sous toiture. Il faut poser les panneaux par dessus l'étanchéité du toit, tuile ou autre. Tout autre système est source de gros soucis dans le temps.

#28 - karine6410 - 26.10.16

BOnjour,

Quel type d'écran sous toiture utiliser?
Quelle température peut être attendue en sous face du panneau et donc celle à laquelle devrait résister l'écran?
Merci de votre réponse

#27 - Dan - 05.10.16

Le seul système viable est celui du l'auto-vidangeable autrement dit système gravitaire. Comme l'eau du ballon ne sert pas directement comme eau sanitaire, mais juste de réserve pour chauffer l'eau de la salle de bain grâce à un échangeur, cela permet d'utiliser de l'eau jusqu'à 40° (voir un peu moins) et sans risque de légionélose. Donc un super rendement qui permet une utilisation à 90% du temps avec un risque nul contre le gel ou la surchauffe.

#26 - Benjamin (Admin) - 26.08.16

Bonjour guy,
Oui c'est généralement possible, si les éléments sur le circuit le permettent (ce qui doit normalement être le cas, vérifier tout de même la doc de l'installation et notamment la doc du ballon...).
Augmenter la température max augmente cependant les risques de brûlure si l'installation n'a pas de vannes thermostatiques.
L'avantage d'augmenter la T° max est de diminuer les risques de surchauffe.

#25 - guy - 26.08.16

J'ai 2 panneaux solaires qui sont gérés par une régulation Okofen. Pour l'instant la T° max des accus est réglée à 65°c. Ne peut-on pas monter un peu plus (70°c) ?

#24 - Benjamin (Admin) - 25.07.16

Bonjour Annick,
Si le passage de tuyauterie jusqu'au grenier ET que celui-ci est bien isolé (isolation sous toiture + isolation des pignons), il n'y a pas de contre-indication à y mettre un ballon d'eau chaude.

#23 - ANNICK - 19.07.16

Bonjour, nous devons refaire un toit exposé sud dans la région de Strasbourg.Nous habitons une maison de 130 m2. Comme le cumulus d'eau chaude est très "calcairisé" et est encastré sous une grosse chaudière, on ne pourra pas l'enlever. Serait-il judicieux d'installer un ces dans le grenier ?
Merci

#22 - HASSEN - 01.05.16

bonjour je travaille sur un projet qui et un chauffe-eau solaire et je doit faire l'optimisation du capteur solaire mais je ne sais pas comment faire aurai-vous une idée svp?

#21 - Germain - 22.03.16

J'ai construit un ensemble de 8m2 qui permet de faire de l'eau chaude et chauffer un peu la maison de mars à octobre. Après dix ans d'exploitation, je conclus que mon travail, très professionel ave suivi solaire n'en valait pas la peine; En effet le problème majeur n'est pas dans le rendement mais dans l'entretien, car grace aux écolos, depuis de nombreuses années, l'on ne trouve plus de peintures qui durent plus de trois ans, aussi bien pour la parie chaude qure les caissons.

#20 - Benjamin (Admin) - 06.03.16

Bonjour Hannes,
Oui, un système de production d'eau chaude solaire est possible.
Ce n'est pas forcément une configuration optimale, mais cela peut permettre d'éviter des surchauffes en été.

#19 - Hannes - 02.03.16

Bonjour,
je me demande si un systeme de l´eau chaude thermique sera applicable pour ma maison. elle se trouve a marseille, le toit est incliné de 20° environ et exposé est-ouest. pas de masques solaires. merci beaucoup en avance

#18 - Benjamin (Admin) - 04.01.16

Bonjour georges,
Avec une maison de 120 m² et une PAC, il n'est pas normal de consommer 12000 kWh/an d'électricité.
Je pense que le premier investissement serait de mettre en place une isolation performante, notamment dans les combles. Cela sera beaucoup plus rentable que la pose de panneaux solaires hybrides.

#17 - georges - 30.12.15

Bonjour, ma maison fait 120m2, chauffée par pac air eau 13kwt en relève de chaudiere fuel. Pour diminuer ma consommation électrique de la pac (12000kwt/an) serait-il judicieux de faire appel à des panneaux solaires hybrides thermiques DUALSUN. Pour alléger la facture EDF combien faudrait-il environ de ces panneaux? Merci infiniment pour votre réponse

#16 - Benjamin (Admin) - 14.12.15

Bonjour Frédéric,
Il n'y a pas de réel leader sur le marché des capteurs tubulaires.
Cependant, de grandes marques de chaudières (entre autre) comme Vaillant, Viessman ou De Dietrich en produisent. Vous aurez ainsi l'assurance d'une société fiable et pérenne que vous pourrez contacter facilement en cas de soucis.

#15 - Frédéric - 08.12.15

Bonjour, quel installateur ou fabricant se trouve être le leader des capteurs tubulaires pour un projet de chauffage eau piscine 300m3? Merci

#14 - Benjamin (Admin) - 06.11.15

Bonjour Plxdesi,
Les utilisations ne sont pas du tout les mêmes. Ainsi les besoins en eau chaude vont être mieux répartis sur l'année et notamment en été où les panneaux vont produire le plus.
C'est également un besoin ponctuel dans la journée et donc le ballon tampon peut se réchauffer tranquillement tout au long de la journée.

Le chauffage peut être lui utilisé de manière presque continue pendant plus jours/semaines, là où la production solaire est la plus faible, d'où une surface de captage nécessaire plus importante.

#13 - Plxdesi - 29.10.15

Bonjour,
Vous dites "Le chauffage solaire nécessite une surface de panneaux plus conséquente et donc un investissement beaucoup plus élevé que de l'ECS solaire seule". Or, pour une maison très bien isolée, en climat tempéré (bretagne, bord de mer) l'énergie nécessaire au chauffage est plus faible que l'énergie consommée pour l'ECS. Est ce que le nombre de panneaux solaires est vraiment "beaucoup plus élevé" dans ce cas ? par exemple combien de m² de panneaux pour une maison rt2012 ou passive de 100 m², 2 personnes ?
Merci pour votre site, très bien fait.

#12 - Thermosyphon - 03.10.15

ce n'est pas anormal car la durée d'ensoleillement journalière varie beaucoup plus que la température. Il vaut mieux avoir des réserves d'eau chaude car il y a parfois des nuages...Il ya effectivement moins de pertes avec un gros cumulus qu'avec un petit.

#11 - Manu31 - 27.09.15

bonjour,
pour remplacer mon ballon electrique de 200 litres, j'ai fait faire 2 devis par le même artisan. voici ce qui m'est proposé:
thermodynamique 230 litres (de dietrich)
solaire thermique de 300 litres (viessmann)
pourquoi 300l en solaire ?
il existe un ballon de 200l ou 260l viessmann.
La fiche technique viessmann indique une constante de refroidissement (Wh/(l.K.jour)) de 0.140 pour le ballon de 300l et 0.218 pour celui de 200l. Est-ce le seul intérêt ?

#10 - michic - 04.05.15

@benjamin le glycol n'a pas été changé pendant 6 ans le bouchon se situe entre le panneau et la chaudière

#9 - Benjamin (Admin) - 04.05.15

Bonjour michic,
Le plus gros risque avec un glycol dégradé est qu'il ne résiste plus au gel, se dilate et explose un tube d'installation. Ou alors devienne acide et bouffe la tuyauterie.
Mais cela n'intervient pas du jour au lendemain (un test du pH annuellement peut être un très bon indicateur).
Donc même avec un glycol dégradé, je ne vois pas trop le rapport avec la présence d'un bouchon dans le circuit. Quel était la nature/couleur de se bouchon et depuis combien de temps n'aviez vous pas changer votre glycol?

#8 - michic - 04.05.15

Bonjour est ce que le fait de ne pas changer dans les temps le glycol dans système de chauffage eau solaire forme un bouchon dans le circuit merci

#7 - Benjamin (Admin) - 27.04.15

Bonjour jean-chris,
En terme de besoin, c'est effectivement souvent le 1er poste de consommation.
Par exemple chauffer 200L équivaut à environ 10kWh/j, ce qui représente 14h de marche d'un chauffage de 1000W ou bien plus de 10j de fonctionnement d'un frigo classe A ou encore plus de 3h d'un four de 3000W...
C'est donc bien un poste prépondérant de manière globale (et non spécifiquement sur l'électricité) quand les besoins en chauffage sont réduits évidemment, que l'on produise cette énergie de manière renouvelable ou non.

#6 - jean-chris - 27.04.15

Bonjour,

vous dites "le poids important de la production d'eau chaude sanitaire dans les maisons thermiquement performantes". En fait, on entend souvent dire que cela devient le 1er poste de consommation d'électricité dans ce cas. mais cela dépend quand même beaucoup de la configuration. J'ai un chauffe eau solaire avec appoint électrique qui fonctionne en heure creuse uniquement et je serai surpris qu'on me dise qu'il consomme plus que le chauffage avec ventilation de ma SDB que j'utilise juste en marche forcée avant d'y aller (1000w) entre novembre et avril ou encore que plaques et fours, même de classe A, que j'utilise toute l'année et pas toujours en heure creuse, non?

Merci d'avance de votre retour

jean-christophe

#5 - Christophe - 22.03.15

En effet le cout est peu engageant cela dit en France,
car dans d'autres pays dont la Grece mais y compris la Bulgarie on touve les chauffe-eau solaires à panneau thermique pour 1000 € vendu par ...Le Roy Merlin comme quoi tout est une question de volonté sans compter ce qui existe dans les DOM On préfère donner des subventions au diesel

#4 - germain - 21.03.15

Pas tout à fait exact. Si l'on est réellement capable de faire des panneaux solaires, dans mon cas au m2: 300Euros. Chassis et suivi automatique: 2000Euros . Réservoir de 300l::utiliser un ballon chaudière, peu importe si l'épingle fait 35KW pour une puissance installée de 15. Bien moins cher que les ballons bi-serpentins. Le seul bémol: le faisceau et la plaque de réverbération qui doit être peinte en noir mat, peintures de mauvaise qualité grâce aux écolos (l'idéal serait un revêtemet cérarmique), à refaire tous les 4 ans. Préférer une caisse alu 3mm qu'une caisse en bois ou polyester.. Vitre simple de 4mm et 20mm de laine de roche qui finalement ne sert à rien.. Bref, seul l'effet de serre compte. En été, âce au suivi du soleil, dans le Sud-ouest on peut arriver à 85°C, jamais plus avec une solution glycol à -35°C. Monter tout cela pas sur le toit mais à coté de votre belle maison, à même le sol, ce qui facilitera toute intervention. Comme cela vous ne défigurerez rien et si vous revendez votre bien à une personne qui ne veut pas voir ces horreurs, vous enlevez tout sans abimer le reste du bien.
8m2 sont capables de chauffer 300l en 90 minutes, le reste passe sur le chauffage, ne serais-ce que pour tenir les salles de bains hors humidité. Avec un suivi, on peut aussi remettre l'intallation en position garage (en cas de tempête ou trop grande chaleur, ce qui maintenant est rare dans mon trou perdu. Bref tout cela vaut le coup si vous êtes jeune, si vous êtes à la retraite oubliez et utilisez ce qui est le plus simple et imbattable enterme d'efficcité:Le fioul.

#3 - yves orecchioni - 05.02.15

seriez vous a même d'étudiez la faisabilité moyennant finance de la surface des capteurs solaires et de la cuve de stockage du fluide caloporteur qu'il faudrait pour avoir même en hiver où il peut faire moins vingt cinq une température de 20° mini dans une maison situé en Auvergne à 1350m dans la quelle est installé un chauffage central en thermosiphon alimenté par 20 M2 de panneaux solaire fonctionnant en thermosiphon qui chauffe 2000l d'eau glycolé à moins 25 mais tout ceci met uniquement la maison hors gel pas plus par des températures extérieure de Moins 25 . Je ne doute pas qu'il faudra une grande surface de capteur et un stockage de 20.000l où plus mais combien vraiment voila ma question. Merci de votre réponse . Je peux vous téléphoner sur un fixe si vous le souhaitez . Cordialement Yves Orecchioni



#2 - Benjamin (Admin) - 04.12.14

Bonjour CJ,
je suis loin d'être un spécialiste des diverses régions citées. Cependant, il me semble qu'il y a plus de maisons en toiture terrasse en Grèce et la chaleur aidant (moins de pertes par stockage), les ballons sont souvent placés directement sur le toit (comme dans les pays du Maghreb notamment), ce qui est une disposition très favorable au thermosiphon.
Je pense aussi que les traditions du bâtiment en Corse ont été largement importées du continent d'où des solutions que l'on y retrouve couramment.

#1 - CJ - 03.12.14

Bonjour

J'ai vecu en Grèce et la bas la plurpart des chauffe eau etaient à Thermosiphon au moins pendant qq mois par an y compris da,ns le sud de la Bulgarie (gel) Je ne comprends pas pourquoi cette solution ne s'est pas développée pour la Cote d'Azur et la Corse (même risque de gel que la Grèce) C'est bien simple : un système complet à l'achat pour 4 personnes 700€ chez Leroy Merlin/Athènes 3000€ chez Leroy Merlin/Bastia

#0 - alexis - 26.11.13

En AUvergne, nous avons fait les simulations avec des inclinaisons à 45, 55, 65, 75... la meilleure porduction annuelle est donnée avec une inclinaison de 60 degrés c'est à dire plus veticaux qu'horizontaux, pour un taux de couverture de 59%.
Les surfaces de panneaux doivent être dimensionnées plutôt en peu en dessous qu'au dessus du besoin pour éviter les surchauffe et les anomalies l'été. Nous comptons 0,75 m2 de panneau par personne
Où trouvez vous les prix que vous annoncez? Ici, un CESI complet fourni et posé se paie entre 3500 et 5000. Mais les prix en Autriche ou en ALlemagne se situent plutôt à 2500 € fourni et posé. Cet écart est en partie du au crédit d'impôt : les fabricants et les vendeurs gonflent leur prix et captent en fait le crédit d'impôt. Le fabricant français de panneaux solaires HELIOFRANCE trouve des réponses astucieuses à cet effet indésirable en dimensionnant au plus juste ses kits.
Remonter