Les radiateurs électriques

Les radiateurs électriques constituent parfois une solution intéressante en rénovation grâce à une installation facile et un faible investissement de départ. Mais le coût élevé de l’électricité rend ces chauffages peu rentables à moyen terme. Il faut donc s’orienter vers des appareils performants et bien adaptés à ses besoins. Des alternatives comme les poêles à granulés ou les pompes à chaleur air-air sont aussi à envisager. Voici un guide d'achat pour faire un choix éclairé.



radiateur électrique guide achat

Comparatif des radiateurs électriques

Il existe de très nombreuses technologies de radiateurs électriques et il n’est pas évident de s’y retrouver tant le marketing est fourni pour ne pas dire « trompeur ». Il faut retenir que le choix de la technologie détermine avant tout le confort ressenti lors de l’utilisation du chauffage.

La restitution de la chaleur peut se faire par convection (chauffage de l’air) ou par rayonnement (chauffage des parois). Pour un maximum de confort, l’idéal est d’avoir un radiateur électrique qui combine les deux.


TechnologiePrixConvectionRayonnementConfortUsage
Convecteur30 à 80€++++NonInsuffisant
Dessèche rapidement l’air
A éviter
Panneau
rayonnant
50 à 300€++++Minimum
Dessèche l’air
Chambres
(Pièces de vie)
Radiateur
à Inertie
100 à 500€++++Satisfaisant
Lente montée en temp.
Chambres
Pièces de vie
Inertie
Double coeur
150 à 600€++++Satisfaisant
Montée rapide en temp.
Chambres
Pièces de vie
Plancher
chauffant
50 à 85€ par m²++++Très satisfaisant
Mais régulation difficile
Pièces de vie

On remarque que les prix des radiateurs électriques sont proportionnels au confort proposé. Les radiateurs à inertie sont à privilégier pour les pièces de vie. Dans le cas d’un budget serré, les panneaux rayonnants assureront un confort minimum. Les convecteurs restent à proscrire.

Différentes technologies de radiateurs électriques

Convecteurs électriques

Fonctionnement : Les convecteurs électriques sont très largement utilisés dans les maisons récentes, ayant remplacés les radiateurs à eau depuis une vingtaine d'années avec l'essor du nucléaire. Comme son nom l'indique, un convecteur utilise principalement la convection en chauffant directement l’air avec une résistance.

convecteur électrique

Avantages et inconvénients : Le principal avantage du convecteur électrique reste son prix d’achat très faible. En revanche, le confort thermique n'est pas au rendez-vous. L'air chaud à tendance à monter tout de suite, d'où une sensation de froid au ras du sol et un effet « courant d'air ». De plus, le réchauffement rapide et direct de l’air provoque son assèchement (sensation de gorge sèche). Enfin, comme le confort ressenti est faible, on a tendance à augmenter la température de consigne ce qui entraine une surconsommation. De ce fait, les convecteurs électriques ne sont quasiment plus utilisés au profit de radiateurs électriques plus confortables.

Soufflants électriques (sèches-serviette)

Fonctionnement : Ces appareils fonctionnent sur le même principe que les convecteurs classiques, la différence majeure se fait au niveau de la diffusion de la chaleur qui est ici forcée. En effet, un système de ventilation va faire circuler l'air afin de chauffer plus rapidement la pièce.

convecteur électrique soufflant

Le soufflant électrique offre une montée très rapide en température.

Avantages et inconvénients : Généralement, les soufflants sont placés dans des pièces à utilisation ponctuelle dont on veut une mise en chauffe rapide, comme dans une salle de bain. Dans ce cas, l’inconvénient lié à l’assèchement de l’air s’estompe. Certains modèles ont une forme pouvant accueillir des serviettes afin d'avoir un séchage plus rapide. Voir notre article dédié aux sèche-serviettes pour en savoir plus.

Panneaux rayonnants

Fonctionnement : Alors que les convecteurs utilisent uniquement le phénomène de convection, les panneaux rayonnants, aussi appelés radiants, tirent parti du phénomène de rayonnement. Au lieu de réchauffer directement l’air, ils chauffent d’abord des plaques en aluminium qui restituent ensuite la chaleur plus en douceur (sensation de « petit soleil » à proximité du chauffage).

panneau rayonnant

La façade du panneau rayonnant est perforée pour laisser passer le rayonnement.

Avantages et inconvénients : Les panneaux rayonnants diffusent donc une chaleur plus agréable que les convecteurs et limitent le phénomène de courant d’air, même si une grande partie de la chaleur se diffuse aussi par convection. Ils restent relativement accessibles et constituent aujourd’hui le confort minimum que l’on peut attendre d’un radiateur électrique.

Radiateurs électriques à inertie « fluide »

Fonctionnement : Les radiateurs électriques à fluide caloporteur, aussi appelés « inertie fluide » ou « bain d’huile », sont plus confortables que les panneaux rayonnants car la part de rayonnement est augmentée. En effet, la résistance va d’abord chauffer un fluide caloporteur qui rayonnera ensuite doucement dans la pièce. Grâce à cette inertie, il n'y a pas donc plus d'à-coups « marche/arrêt » comme c'est le cas avec un convecteur ou des panneaux rayonnants. C'est pourquoi on qualifie souvent ces chauffages de « radiateurs à chaleur douce ».

radiateur électrique inertie fluide

Les températures en façade sont très homogènes sur un radiateur à inertie fluide.

Avantages et inconvénients : Les radiateurs à fluide caloporteur ont un prix comparable aux radiateurs à inertie sèche (voir paragraphe suivant). La chaleur en façade est bien homogène du fait de la circulation du fluide sur toute la surface.

En revanche, on peut supposer que la fiabilité est plus faible car la présence du fluide peut occasionner de la maintenance. En cas de fuite, les réparations nécessitant l’ouverture du réservoir de fluide devront se faire par un professionnel agréé par la marque. En fin de vie du radiateur, le fluide devra obligatoirement être déposé chez un collecteur de fluide usagé.

Radiateurs électriques à inertie « sèche »

Les radiateurs à inertie offrent un confort comparable aux radiateurs à fluide caloporteur. Ce sont aussi des systèmes à inertie qui utilisent un matériau accumulateur de chaleur pour une restitution en douceur : aluminium, fonte, brique, stéatite, céramique… On parle donc également de radiateurs à « chaleur douce ».

radiateur électrique inertie sèche

Les températures peuvent être moins homogènes selon la position du matériau accumulateur.

La différence principale vient du fait que le matériau accumulateur est inerte (à la différence du fluide qui circule) ce qui confère une meilleure fiabilité (la fonte ne tombe pas en panne). On distingue encore ici deux types de radiateurs à inertie sèche :

Corps de chauffe en métal : La chaleur est ici accumulée dans un métal, le plus souvent de l’aluminium ou de la fonte. En général, les radiateurs à inertie sèche avec un corps en aluminium constituent l’entrée de gamme (poids d’environ 10 kg) tandis que les radiateurs à inertie sèche avec corps en fonte restent plus massifs (15-20 kg) et plus coûteux.

masse des radiateurs électriques à inertie

Corps de chauffe en matériau réfractaire : La chaleur est ici stockée dans de la brique, de la céramique, de la stéatite ou encore de la lave réfractaire. La pierre permet parfois d’apporter une touche esthétique au radiateur.

Retenons que la nature du matériau accumulateur n’a pas beaucoup d’influence. C’est plutôt la quantité de matière qui va impacter le confort thermique et bien souvent, le prix du chauffage. Les modèles les plus lourds peuvent atteindre 30 à 40 kg.

Les radiateurs à double corps de chauffe

Fonctionnement : Les radiateurs double cœur, aussi appelés « à double corps de chauffe », associent une façade rayonnante (film sur la façade) et un matériau accumulateur (comme les radiateurs à inertie).

radiateur électrique à double corps de chauffe

Avantages et inconvénients : De ce fait, les radiateurs peuvent tirer parti des avantages de chaque système. Une montée rapide en température (comme pour les panneaux rayonnants) et un confort thermique supérieur (comme les radiateurs à inertie). Néanmoins, ces chauffages à double corps de chauffe restent très coûteux ce qui en fait une solution économiquement peu viable.

Radiateurs à infrarouges

Fonctionnement : Contrairement à tous les chauffages précédemment cités, le radiateur à infrarouges ne réchauffent pas l’air grâce à une résistance, mais directement ce qu’il voit à l’aide de rayons infrarouges. La part de rayonnement est donc très importante (90%) et la chaleur très agréable, comparable à celle du soleil.

radiateur électrique infrarouge

Avantages et inconvénients : En usage domestique, ce type de chauffage peut être utilisé en salle de bain car il procure un rayonnement très agréable sur la peau nue. En revanche, comme l’inertie est nulle (aucun stockage de la chaleur), la sensation de froid revient dès l’extinction de l’appareil. Aussi, le confort thermique peut être aléatoire car si vous n’êtes pas dans le champ de vision du radiateur, vous n‘êtes pas réchauffé par ses rayons, exactement comme le soleil.

Plancher chauffant électrique

Fonctionnement : Là encore, le principal avantage de ce système est de gagner en confort comparé aux convecteurs avec une très grande surface d’échange (le sol) et une part importante de rayonnement.

plancher chauffant électrique

Le plancher chauffant électrique est confortable mais difficile à installer en rénovation.

Avantages et inconvénients : Cependant, la régulation est moins bonne avec ce genre d'installation car la chape flottante située au-dessus des résistances provoque un décalage entre le début de chauffe et l'augmentation effective de la température dans la pièce. À la différence des radiateurs à inertie (fluide ou sèche), l'inertie est ici trop importante pour réguler le système efficacement, notamment en cas d'apports de chaleur importants : activités des occupants, soleil... La mise en œuvre peut également s’avérer compliquée en rénovation.

Performances des radiateurs électriques

Rendement : Pour le consommateur, les radiateurs électriques ont une efficacité proche de 100%. En achetant un 1 kWh d’électricité, l’utilisateur bénéficie d’1 kWh de chaleur.

Mais si on considère l’énergie primaire, qui inclut les pertes liées à la transformation de l’électricité et à son transport, ce rendement chute autour de 38%. Cette solution de chauffage apparait donc très peu performante par rapport aux systèmes concurrents (poêles à bois et à granulés, pompe à chaleur air-air). On considère en effet qu’il faut produire 2.58 kWh d’électricité en amont pour que l’utilisateur obtienne 1 kWh d’énergie au final.

radiateur électrique bureau

Bilan environnemental : Bien que les centrales nucléaires soient faiblement émettrices de CO2, le bilan carbone des radiateurs électriques est plutôt mauvais. En effet, ce chauffage induit des pics de consommation très importants car tous les utilisateurs demandent de l’électricité en même temps en plein hiver. Pour satisfaire ce besoin, on a recours aux énergies fossiles qui sont fortement carbonées. Le label E+C- estime le bilan carbone pour le chauffage électrique à 210 g de CO2 par kWh. Comptez plutôt 42 g pour un poêle à granulés par exemple.

Dimensionnement des radiateurs électriques

Repères sur la puissance : Une fois que l’on a déterminé la technologie de radiateurs électriques en fonction du confort attendu, il faut désormais doser la puissance nécessaire. Voici quelques points de repères selon votre niveau d’isolation et votre région :


Climat / IsolationMauvaiseMoyenneBonneNeuf
Doux40 W/m335 W/m330 W/m315 W/m3
Tempéré50 W/m340 W/m335 W/m320 W/m3
Froid60 W/m350 W/m340 W/m325 W/m3

Exemple : Une surface à chauffer de 30 m² avec une hauteur sous plafond de 2.5 mètres a un volume de 75 m3 (80 x 2.5). Avec une isolation moyenne et un climat tempéré, la puissance indicative est de 3 kW (75*40 = 3 000 W).

Nombre de radiateurs : Pour une meilleure répartition de la chaleur on privilégiera plusieurs émetteurs de chaleur dans une pièce. Par exemple, un radiateur électrique de 2 000 W coûtera forcément moins cher que deux chauffages de 1 000 W mais concentrera la chaleur dans un seul point chaud. Avec deux radiateurs, la température sera plus homogène.

Priorité à l’isolation : L’électricité est une énergie très coûteuse. Il y a donc tout intérêt à renforcer son isolation (sol, mur, toit, combles) pour limiter durablement ses besoins de chauffage. En effet, compenser un manque d’isolation par une augmentation de la puissance des radiateurs électriques ne serait pas rentable.

Installation et entretien des radiateurs électriques

Installation : L’installation d’un radiateur électrique est plutôt aisée et accessible aux bricoleurs. Elle se résume à visser un support métallique sur le mur et à connecter deux fils pour l’alimentation électrique. Cette facilité de pose explique le succès de ces appareils car la plupart des logements ont accès à l’électricité. Une énergie qui ne nécessite en plus aucun stockage.

installation radiateur électrique

Les radiateurs électriques peuvent s’installer facilement presque partout.

Si vous n’avez pas de compétences en électricité, l’aide d’un professionnel est indispensable. On compte habituellement 90€ HT pour la pose d’un radiateur (TVA à 10% sur l’ensemble du devis). Il faudra mettre les professionnels en concurrence pour obtenir le meilleur prix.

Pour cela, Conseils Thermiques s'associe à plusieurs partenaires afin de vous mettre en relation avec des artisans locaux certifiés RGE. Vous pourrez ainsi étudier plusieurs propositions techniques et commerciales gratuitement et sans engagement.

Je souhaite rencontrer des entreprises >

Ces travaux de rénovation énergétique donnent droit à des subventions (prime énergie). Si vous avez déjà un devis (non signé), vous pouvez encore y prétendre.

Je souhaite obtenir ma prime énergie >

Entretien : A l’utilisation, les radiateurs électriques sont également très pratiques puisqu’un simple dépoussiérage suffit. Ils sont donc bien adaptés aux seniors.

Régulation des radiateurs électriques

Pour chauffer uniquement lorsque cela est nécessaire, les radiateurs électriques sont dotés d’une régulation qui peut être plus ou moins performante selon les modèles. Voici les différentes solutions possibles.


    Visuel    ProgrammationAvantagesInconvénientsUsage recommandé
Fil PiloteRadiateurs moins coûteux
Radiateurs communicants (si régulation extérieure)
Obligation d’investir dans une régulation extérieure
Installation moins facile
Changement de radiateurs dans une installation existante
PréenregistréePilotage sur le chauffageRigidité d’utilisationPlutôt déconseillé
PersonnalisablePilotage sur le chauffage
Programmation adaptée à l’emploi du temps
Pas de pilotage à distance possible
Parfois peu intuitif
Usage autonome (1 chauffage isolé)
Emploi du temps stable
ConnectéePilotage sur le chauffage
Radiateurs communicants
Pilotage à distance
Facilité d’installation
Achat d’appareils compatiblesNombreux radiateurs à commander
Emploi du temps variable
Renouvellement des chauffages

En l’absence de régulation centralisée (extérieure au radiateur électrique), le minimum attendu est un panneau de commande offrant une programmation personnalisable. Il convient de vérifier l’intuitivité du logiciel qui facilitera les opérations quotidiennes.

regulation radiateur électrique

Un dispositif comme Heatzy (petit boitier blanc) permet de moderniser la régulation d’un radiateur existant.

Sur certains radiateurs bon marché, il n’est pas rare de devoir ressortir la notice à chaque modification de réglages ce qui n’incite pas aux économies d’énergie. Consultez notre article dédié à la régulation des radiateurs électriques pour en savoir plus.

Changement de radiateurs et économies d’énergie

A puissance égale, tous les chauffages électriques consomment la même chose en fonctionnement qu’elles que soient leurs technologies. Ainsi, un vieux « grille-pain » de 1000 W consommera exactement la même chose qu’un radiateur à inertie « tout neuf » de 1000 W. Mais le changement de radiateurs permet tout de même quelques économies d’énergie même si celles-ci restent marginales comparées à l’isolation du logement comme déjà évoqué :

Confort accru : Un nouveau chauffage proposant un meilleur confort thermique comme le radiateur à inertie nécessitera une température de consigne moins élevée que le « grille-pain » pour la même sensation de chaleur. On aura donc tendance à baisser la température de consigne. Or, à 20°C, l’Ademe estime qu’1°C en moins sur la température de consigne représente 7% d'économies de chauffage.

Régulation plus fine : Aussi, la finesse de la régulation va être déterminante dans les économies d’énergie. Ainsi, un nouveau radiateur avec une bonne régulation chauffera au plus près de vos besoins et donc moins longtemps : programmation efficace, détection des absences, pilotage à distance… En toute logique, un radiateur qui chauffe moins longtemps consomme moins d'énergie.

programmation radiateur électrique

Un système de régulation efficace permet des économies d'énergie intéressantes.

Marketing : On peut donc bien améliorer son confort et ses consommations en changeant ses vieux convecteurs, mais attention au marketing parfois trompeur. Les 25 à 45% d’économies annoncées par les fabricants laissent rêveur et quoi qu’il en soit, à 17 cts le kWh, les radiateurs électriques ne sont jamais économiques à l’usage. Pour cette raison, ils se destinent avant tout aux petites surfaces ou aux logements très bien isolés.

« Même éteint, ça chauffe encore ! », voici encore un argument choc. Certes, les radiateurs à inertie restent chauds après leur extinction mais cette chaleur n’est pas produite gratuitement. Elle correspond exactement à celle emmagasinée par le corps de chauffe au démarrage, avant qu’il ne réchauffe effectivement la pièce. On pourrait alors affirmer « Même allumé, ça ne chauffe toujours pas ! » mais l’argument est moins vendeur. Cet « argumentaire » se décline sous de nombreuses formes du type « Vous continuez à vous chauffer sans consommer d’électricité », donc restez vigilant.

Alternatives aux radiateurs électriques

Vous l’aurez compris, les radiateurs électriques sont des systèmes faciles à installer, à utiliser et à entretenir mais le prix de l’énergie rend cette solution peu rentable à moyen terme. Les principales alternatives sont le poêle à granulés et la pompe à chaleur air-air dont voici les principales caractéristiques.


Système / PrixAvantagesInconvénientsEn bref
Poêle à granulés
5 500€
Prix énergie
Programmable
Eligible aux aides
Conduit évac. fumées
Rechargement tous les jours
Entretien quotidien (5’)
Entretien annuel
Stockage granulés
Bruit (selon modèles)
Un chauffage automatique 2 fois moins cher
que l’électricité. Il peut remplacer les radiateurs
électriques dans les espaces ouverts.
PAC air-air
7 500€
Prix énergie
Clim en été
Faible entretien
Sans stockage
Non éligible aux aides
Confort moyen
Inadaptée au climat froid
Bruit (voisinage et occupants)
Fiabilité
Coût de maintenance
Un système 2 fois moins cher que l’électricité
mais inadapté aux hivers rigoureux
avec un confort en chauffage moyen (air pulsé).

Pour rendre les choses plus concrètes, on compare le coût des radiateurs électriques par rapport à un poêle à granulés dans une maison avec les hypothèses suivantes :


ContexteRadiateurs électriquesPoêle à granulés + 2 radiateurs
Maison : 100 m²
Consommation : 10 000 kWh
Electricité : 17 cts le kWh
Granulés : 8 cts le kWh
Energies : +2.5% par an
10 radiateurs
250€ l’unité
Durée de vie 17 ans
Poêle : 5 500€ pose incluse
2 radiateurs : 500€
Chauffage poêle : 8 000 KWh
Chauffage radiateurs : 2 000 kWh
Entretien 200€ par an
Durée de vie 12 ans

On constate que le poêle à granulés est plus intéressant en 8 ans environ et que l’avantage perdure, même si on change l’appareil la treizième année (+ 2 500€). Le gain important en confort est aussi à considérer tout comme la plus-value écologique.


Années13681012131517
Radiateurs4200€7729€13359€17351€21546€25952€28239€32984€37970€
Poêle7180€9988€14328€17311€20370€23509€27610€30876€34233€

Avantages et Inconvénients des radiateurs électriques


AvantagesInconvénients
Faible investissement de départCoût de l’énergie (18 cts le kWh)
Installation facileRentabilité faible à moyen terme
Aucun entretienPour petites surfaces ou très bonne isolation
Aucun stockage de l’énergieElectricité principalement non renouvelable
Bonne durée de vieRendement sur énergie primaire très faible
Bon confort (radiateurs à inertie)Mauvais confort (convecteurs)
Stabilité de l’acheminement en électricitéPeu subventionné par les aides financières

Conclusion : Le chauffage électrique, à utiliser avec parcimonie



Si le chauffage électrique n’est pas une solution d’avenir, il reste utile en rénovation du fait de son faible coût d’achat et de sa facilité d’installation. Mais le prix élevé de l'énergie le destine principalement aux petites surfaces ou aux logements très bien isolés.

Pour son achat, on choisira d’abord une technologie adaptée à chaque pièce. Au minimum, des panneaux rayonnants pour les chambres et si possible, des radiateurs à inertie (plus coûteux) pour la pièce de vie. On veillera aux économies d’énergie en choisissant une régulation performante qui autorise à minima une programmation libre du chauffage. Enfin, il est intéressant d’étudier des solutions alternatives comme les poêles à granulés, plus économiques à moyen terme et bien plus écologiques.

Pour aller plus loin, consultez nos comparatifs « poêle à granulés ou radiateurs électriques » et « pompe à chaleur ou radiateurs électriques ».

Laisser un commentaire ou poser une question




En validant ce formulaire, j’accepte que mon message soit affiché de façon publique. Nous vous recommandons de ne pas diffuser d’informations personnelles : téléphone, mail, adresse... L’association Conseils Thermiques conserve des données pour le bon fonctionnement de ce service. Plus d’informations sur notre page relative à la protection des données.

#229 - jpsab - 23 Février 2022

Merci pour la réponse!
Bonne soirée.

#228 - Xavier (admin) - 22 Février 2022

Bonjour jpsab,

Désolé pour le délai de réponse, les vacances sont passées par là.

A ma connaissance, les différences de consommation entre les radiateurs électriques sont dues :

- A la qualité de la régulation : Un chauffage programmable et bien programmé va chauffer "juste ce qu'il faut" sans gaspiller d'énergie. Un panneau de commande intuitif est un plus.

- Au confort perçu : Les radiateurs à inertie sont plus confortables car la part de de rayonnant est plus grande. On a donc tendance à mettre moins fort pour le même confort ce qui génère des économies d'énergie.

Mais dans tous les cas, un radiateur électrique n'est jamais économique vu le prix de l'électricité. Le recours à un poêle à granulés dans la pièce de vie semble donc un choix judicieux (et prioritaire).

Pour la partie radiateur, je vous conseillerai en premier lieu des radiateurs à inertie de type Sauter Orosi (315€ les 1 500W) si votre budget le permet. Les retours d'expériences sont bons sur ce produit et le coût reste encore accessible. Le panneau de commande est très facile à prendre en main.

Si votre budget est un peu plus serré, des panneaux rayonnants type Sauter Isarog (115€ en 1 500W) pourront faire le job aussi. Mais le confort sera moins bon, le panneau de commande moins intuitif et il y aura probablement des risques de claquements plus importants (températures de surface plus chaude). Mais en appoint d'un poêle à granulés, cela se justifie aussi. Si vous recherchez l'optimum économique, cette solution semble la plus "rentable". Prenez toutefois le temps de consulter la notice pour voir à quoi ressemble le panneau de commande.

A bientôt

#227 - jpsab - 17 Février 2022

Bonsoir,
Je suis déçue: les réponses avaient l'air d'être faites rapidement sur ce forum mais 10 jours que j'ai posé ma question, et toujours aucun commentaire ... Quelqu'un saurait il me renseigner SVP? Merci d'avance.

#226 - jpsab - 07 Février 2022

Bonsoir,
Je viens de découvrir ce forum et il tombe à pic : je dois changer mes radiateurs qui ont une quinzaine d'années, voire plus mais, mon budget étant réduit, je ne sais pas trop quoi choisir entre des radiateurs à inertie de moyenne gamme (disons autour de 300 € pièce pour des 1500W) et des radiateurs radiants de bonne qualité.
Dans un premier temps, je veux changer les postes des chambres et du couloir qui sont les plus consommateurs (type convecteurs), je verrai dans quelques mois pour la partie jour mais je pense alors opter pour un poêle à granulés pour cette zone.
Mon hésitation vient du fait que les radiateurs à inertie représentent un bien plus gros budget et, même s’il est dit partout que ce sont les plus intéressants des radiateurs électriques, il est aussi dit qu’un radiateur 1500W consomme 1500W quelle que soit la technologie utilisée. De plus, les différents sites que j’ai consultés me laissent l’impression que la durée de vie des radiateurs à inertie ne laisse que peu de temps pour amortir l’investissement qu’ils représentent.
Si j’ai bien compris, la différence de consommation vient du temps de fonctionnement nécessaire au maintien de la température souhaitée et je ne trouve nulle part de données sur ce temps de fonctionnement ou le nombre de fois où les radiateurs s’enclenchent. Je suis conscient que cela dépend de l’isolation, de la température extérieure, de celle souhaitée, … mais un comparatif dans des conditions similaires serait quand même parlant.
Quelqu’un ici serait-il capable de me donner une idée de la différence de temps de fonctionnement (ou de consommation réelle) entre les radiateurs à inertie et les radiants ? A titre indicatif, j’habite dans le sud-ouest de la France, les hivers ne sont donc pas excessivement froids, je chauffe généralement à 18-19°C côté nuit (un peu moins la nuit) et mon isolation est une isolation standard d’il y a 15 ans, avec quand même un rajout de laine soufflée sur le plafond il y a 4-5 ans.
Merci d’avance pour vos indications.

#225 - Xavier (admin) - 07 Décembre 2021

Bonjour ThomasD,

D'après votre description, des radiateurs électriques avec une programmation au niveau du chauffage suffirait (radiateur avec écran programmable).

Pour la technologie, un radiateur à inertie me semble bien adapté : bon confort de chauffe mais lente montée en température (démarrages et arrêts à anticiper avec la programmation). Des appareils type Sauter Orosi (ou l'équivalent dans une marque GSB) pourraient bien convenir.

Pour le dimensionnement, on devrait être autour de 20 W par m3 dans une maison neuve, soit environ 3 kW (60 m² * 2.5 m de hsp en moyenne * 20 W/m3 = 3 000 W).

A bientôt

#224 - ThomasD - 06 Décembre 2021

Bonjour,

J'ai un cas un peu particulier pour lequel j'aimerais quelques conseils :)

Nous avons construit une maison neuve en ossature bois, avec une très bonne isolation (laine de bois, pare-vapeur et VMC double flux), sur 3 niveaux grossièrement répartis comme suit :
- Sous sol (garage, buanderie, cave en zone non étanche + Entrée de 10m2 et cage d'escalier en zone étanche, sans séparation avec le reste de la zone habitable)
- Rez de chaussé (100 m2 séparé en une zone salon, salle a manger cuisine, et une zone SDB, chambre, SPA)
- Etage avec en pièces indépendantes : deux chambre, une salle de bain

Ma requête se pose sur l'étage :
En plus des deux chambres et de la SDB, j'ai environ 60m2 qui sont complètement ouverts (couloir, bureau, mezzanine) sous une charpente (donc hauteur sous plafond entre 1m80 et 3m) qui communiquent avec le rez de chaussé en deux point opposés (cage d'escalier d'un coté, et un filet de l'autre)

Vu l'isolation de la maison, nous avons opté pour un chauffage au sol avec PAC pour le rez uniquement, et la T° est ok à l'étage aussi (environ 1.5° de moins avec chauffage passif de l'étage du dessous).

Mais (parce qu'il y a un mais :)) vu la légère différence de temperature, et le froid ayant tendance à descendre, le fait d'avoir une communication libre entre l'étage et le rez créé un léger courant d'air en hivers, qui est légèrement désagréable.

J'aimerais donc ajouter deux radiateurs à l'étage afin d'aligner la T° avec celle du rez et ainsi limiter cet effet.

Quel serait le type de système le plus adapté à ce cas, avec pour idée une faible consommation, et un fonctionnement en régulation autonome !

Voilà, j'espère que ce n'est pas trop brouillon comme explication :)

Merci d'avance pour votre aide

Thomas

#223 - Xavier (admin) - 18 Octobre 2021

Bonjour Calispera,

Concernant l'étude, il parait très difficile de comparer des prix au "m² chauffé" car cela dépend de l'isolation des logements. En effet, en France, les réglementations thermiques ont imposé des logements isolés pour l'utilisation du chauffage électrique. Alors que pour le fioul, on trouve des maisons plus anciennes et très mal isolées voire pas du tout (car aucune réglementation à l'époque). La différence de coût au "m² chauffé" me parait essentiellement liée à la qualité de l'enveloppe des logements et pas seulement au prix des énergies.

Le bon indicateur est celui du prix au kWh qui prend en compte le prix de l'énergie ainsi que la performance des équipements et non la qualité des logements. Par exemple :

- Sur un poêle à granulés en France :
Une tonne livrée : 350€
Energie disponible : 5 000 kWh
Energie exploitée : 4 350 kWh (rendement de 87%, une part de l'énergie part dans les fumées)
Prix au kWh : 4 350/350 = 0.08€


- Avec un radiateur électrique en France :
Prix d'achat au kWh : 0.17€
Energie exploitée : 100% (toute la chaleur produite va dans le logement)
Prix final au kWh : 0.17 €

Les granulés reviennent environ deux fois moins cher à l'utilisation que l'électricité. Mais l'investissement initial est plus élevé tout comme les coûts d'entretien.

Concernant l'isolation, elle permet de réduire durablement les consommations d'énergie en phase d'exploitation du bâtiment et ne tombe jamais en panne. C'est le premier réflexe pour limiter durablement sa dépense énergétique. Je vous propose la lecture du scénario Negawatt si vous voulez approfondir cette thématique :
https://negawatt.org/scenario/

A bientôt,

#222 - Calispera - 18 Octobre 2021

Bonjour Xavier,

Un tout grand merci pour votre réponse rapide et détaillée. Par cet aspect votre site vaut encore plus le détour.

J'avoue malgré tout encore me poser des questions. Concernant le prix de l'électricité, il est extrêmement fluctuant en ce moment. Mais ma facture mensuelle est inférieure à 24€, donc je ne m'inquiète pas trop à ce niveau. Mon chauffage au fioul lui varie actuellement entre 500 et 750€ par an, et si je ne devais pas dépasser les 1500€ par an en passant à l'électrique (200%), je trouverais que cela vaut la peine de prendre de l'électrique. J'estime que ce sont les gens qui ont des revenus suffisants qui doivent faire les efforts.

Le système à inertie permettrait aussi de programmer et de couper le chauffage pendant les heures de pointe. Et je garderais la possibilité de faire fonctionner mes radiateurs au fioul si nécessaire. Le but n'est pour moi pas l'économie financière, mais de faire ma part pour économiser la planète, et économiser tout simplement des vies.

Et quand vous dites que le prix du chauffage électrique peut être 5 fois plus important que celui du fuel, comment alors expliquer l'étude faite par "Que choisir", que j'avais vaguement citée dans mon message précédent, qui dit que:

"Comme on pouvait s’y attendre, le chauffage électrique reste alors le plus excessif, avec un prix de 16 €/m2 chauffé, juste devant le fioul qui est à 15 €/m2"
https://www.quechoisir.org/actualite-chauffage-l-electrique-hors-de-prix-n87235/

Ces données impliquent que du chauffage électrique ne serait grosso modo que 7% plus cher que chauffage au fioul. Je reste étonnée, car une étude faite à une telle échelle (plus de 10.000 foyers interrogés), et par un magazine qui a pignon sur rue, peut-elle se tromper à ce point? Et pourtant vous n'êtes pas les seuls à avancer les chiffres de 1 à 5. Mais comment obtient-on alors cette différence, et la méthode pour l'obtenir est-elle plus fiable que celle de "Que choisir"?

Car pour moi : l'électricité produite par des centrales fossiles: fioul, gaz, bois, reste de l'énergie qui réchauffe le climat (et je ne soutiens absolument pas le nucléaire). Je n'ai pas le pouvoir dans mon immeuble pour faire isoler (j'ai pourtant tenté), ou amener à choisir une chaudière à bois (on n'aurait pas la place pour entreposer le bois, et ça reste une énergie fossile, même si un peu moins pire que les autres).

Si vous avez des détails et références sur cette différence de 1 à 5 entre fuel et électricité, cela m'aiderait, car je commence à me demander si ce n'est pas un chiffre qu'un lobby du pétrole a un jour exprimé, et que tout le monde s'y est aligné, et qu'à présent on ne sait plus d'où ça vient, alors que ce serait tout aussi faux que le fait que la cigarette ne tue pas etc. Ceux qui citent le rapport de 1 à 5 ne m'ont jusqu'à présent jamais donné les chiffres qui se trouvent derrière.

Loin de moi l'idée de dire que vous mentiriez ou que vous vous trompez. C'est plus le fait que je suis dans le doute face à des informations contradictoires, mais aussi que si mon hypothèse était juste, il serait temps de faire valoir le fait que l'électricité est un meilleur créneau que le fioul pour la planète (en Belgique la majorité des gens se chauffent au fioul). Un peu comme le bio finalement qui coûte un peu plus cher mais est plus sain et durable. Cela pourrait même alors coûter moins à la planète d'investir à tout crin dans l'électricité renouvelable (et son stockage en hydrogène), et d'arrêter d'isoler nos maisons (ce qui a un coût très important en terme d'empreinte écologique (énergie grise, sac à dos, ressources non renouvelables, non recyclage du matériel ancien (châssis, verre, chaudières, radiateurs, ...), mais cela on a tendance à ne jamais l'exprimer). J'insiste, je suis dans l'hypothèse, pas du tout dans l'affirmation. Mais les contradictions sur le sujet m'interpellent tout de même.

Et cette question ne concerne pas que moi. Si vous trouvez l'info fiable détaillée (quelle qu'elle soit), vous pourriez même en faire un article.

Merci d'avance.

#221 - Xavier (admin) - 18 Octobre 2021

Bonjour Calispera,

Je ne connais pas assez bien le marche de l'énergie en Belgique pour vous faire une réponse précise.

Toutefois, il semble que vous pourrez trouver des chiffres fiables et à jour sur ce site :
https://energiecommune.be/statistique/prix-energie/

On constate qu'on est effectivement pas loin d'un facteur 5 entre le fioul et l'électricité. Vous risquez donc d'y perdre beaucoup financièrement (sans compter l'investissement initial).

Il faut aussi considérer que l'électricité n'est pas neutre en carbone même si son bilan est plus favorable que le fioul.

En effet, en hiver, le chauffage électrique crée des pics de consommation ce qui se traduit par le recours aux énergies fossiles pour produire de l'électricité. On se situe autour de 330 g de CO2 par kWh pour le fioul et autour de 150 g pour le chauffage électrique (mais la méthodologie est contestée sur ce dernier chiffre et on trouve des fourchettes entre 80 g et 200 g de CO2 par kWh).

Une chose est sûre, à l'avenir, on va s'orienter vers des solutions les moins carbonées possibles à savoir les chaudières biomasses (bûches, granulés et autres) ou poêles et les pompes à chaleur (qui permettent de diviser par 2 voire 3 la consommation d'électricité par rapport à des radiateurs électriques).

La "meilleure" solution, même si je doute qu'elle puisse être mise en œuvre dans votre cas serait d'opter pour une chaudière bois pour toute la copro.

A bientôt

#220 - Xavier (admin) - 18 Octobre 2021

Bonjour osta,

Pour le salon, vous pouvez partir sur des radiateurs à inertie chez Acova ou Sauter, les produits sont de bonne facture. La masse du chauffage est souvent proportionnelle à son prix. Chez Sauter, la référence Orosi sera probablement la plus abordable (230€, 11 kg). Regardez Atoll Tax pour Acova (279€, 13 kg). Le panneau de commande sera plus facile à utiliser chez Sauter.

Les panneaux rayonnants peuvent éventuellement être recyclés dans les chambres.

Pour le remplacement de l'insert, le match se joue effectivement entre un poêle (ou un insert) à granulés et une pompe à chaleur air/air. L'intérêt de la PAC réside dans le fait qu'il n'y ait aucun entretien mais le confort sera probablement meilleur avec un poêle (part de rayonnement importante). Vous trouverez un comparatif ici :
https://conseils-thermiques.org/contenu/poele-granule-ou-pompe-chaleur.php

Bonne lecture et à bientôt

#219 - Calispera - 17 Octobre 2021

Bonjour, Merci pour l'existence de cette association et la possibilité de poser des questions. Je suis nouvelle propriétaire d'un appartement sous un toit plat et moyennement isolé, à Bruxelles dans une copropriété de 1980, composée de 31 appartements chauffés au fuel. Je découvre malheureusement que le système de chauffage n'est pas performant et on n'est pas prêt d'en changer, ou alors on passera au gaz ce qui reste un combustible fossile. Je songe dès lors à installer des radiateurs à inertie ou à double coeur de chauffe dans mon séjour et dans ma chambre (les autres pièces sont apparemment chauffées par les voisins ou les cheminées). J'ai un fournisseur d'électricité 100% éolien (coopérative); ce qui fait que j'estime que si cela devait me coûter 50% à 100% plus cher, je le considérerais comme acceptable, car de ce fait, me chauffer ne participerait plus au réchauffement climatique, et je peux me permettre financièrement cet excès. Par contre si cela devait me coûter plus du double, j'estime que cela ne vaudrait pas la peine. J'ai lu plusieurs articles, et pris des informations dans des associations belges, et tout cela se contredit. Dans l'ensemble, les vendeurs de radiateurs vont conseiller le chauffage électrique et les autres le déconseiller. J'ai même lu qu'en Suisse, installer du chauffage électrique est désormais interdit. Certains me disent que le chauffage électrique peut jusqu'à faire quintupler le prix. Mais j'ai aussi lu dans un autre article que, suite à une étude sur plus de 10.000 foyers, on a fait le calcul du prix moyen du chauffage au fuel ou électrique, par mètre carré. Et celui-ci serait de 15€ pour le fuel, et seulement 16€ pour l'électricité. La recherche portant sur le prix effectif (fonction de la surface du logement et du prix annuel de la consommation en chauffage de chaque foyer) sur un tel échantillon de population, me fait penser que cette étude est plus fiable que ce qu'on dit en général dans les associations et articles. Mais je ne suis ni statisticienne, ni ingénieure dans le domaine.
Je soupçonne que d'ici 10 ans nous passerons probablement à l'hydrogène, ou à une nouveau système de chauffage pas encore connu actuellement, mais qui sera nettement plus propre. Mais d'ici là, me chauffer à l'électricité verte, ne serait-ce pas la meilleure solution? Et dans ce cas que conseilleriez vous de préférence : radiateur à inertie ou à double coeur de chauffe. Rem : mon séjour fait environ 40m2 mais je l'occupe très peu en hiver, sauf que j'y dors, et ma chambre ou plutôt bureau fait environ 13m2 et c'est la pièce que j'occupe en permanence en hiver, sauf la nuit, par souci d'économie de chauffage. J'aimerais profiter davantage de mon séjour en hiver. Mais chauffer une telle surface au fuel, juste pour une question d'agrément, m'horripile.
J'estime primordial de faire ma part pour ne plus participer au réchauffement climatique, et agis en ce sens dans tous les domaines de ma vie quotidienne, et le chauffage reste pour moi un réel casse-tête.
PS: merci de ne pas relayer mon adresse email à d'autres associations ou entreprises.

#218 - osta - 13 Octobre 2021

bonjour, nous venons d'acheter une vielle maison en pierres rénovée dans les années 90. La pièce de vie ( cuisine et salon), 35m2, 2.30m sous plafond, est chauffée par une cheminée avec insert; elle est prolongée par une large ouverture d'une extension de 17m2, isolée par du polystyrène et double vitrage des années 90. Cette extension est chauffée par 2 radiateurs rayonnants ( 2x1500w). L'isolation de la chambre du rdc a été refaite l'an dernier et chauffage par un radiateur à inertie Acova récent. Nous sommes 2 retraités et l’étage sera occasionnellement occupée par les enfants et petits enfants.A l'étage 3 chambres (isolation à 1€ l'an dernier) mais chauffage par convecteurs "grille pain".
Pour la pièce de vie nous pensons changer les 2 panneaux rayonnants par des radiateurs à inertie. quelles différences entre Acova et Sauter? Et la contrainte de la cheminée avec insert ne nous enchante pas. Quelle solution? Poêle à granulés? PAC air/air? nous avons fait de nombreuses recherches sur internet et sommes perdus. merci d'avoir lu mon long message! et pour votre aide. cordialement

#216 - Xavier (admin) - 11 Octobre 2021

Bonjour Emma,

Vous pouvez creuser l'option d'un radiateur à infrarouge positionné au dessus de votre table de massage et qui va chauffer directement la peau. Le gros avantage est qu'il n'y a pas de "délai" et la sensation de chaleur est immédiate sur un corps nu. Le client devrait donc être confortable.

Pour le chauffage de l'air, l'inertie sera plus confortable mais semble peu adaptée à cet emploi du temps changeant. Des panneaux rayonnants constitueront peut-être un meilleur équilibre entre réactivité et confort. Pour la régulation, ce serait bien d'opter pour des chauffages connectés que vous pourrez piloter à distance. Une référence type Thermor Emotion 4 pourrait convenir par exemple.

A bientôt,

#215 - Emma - 08 Octobre 2021

Bonjour,
Je travaille dans un studio de 30 m2 avec comme chauffage, un grill pain et un radiateur à panneau rayonnant. Impossible de chauffer la pièce.
Or je fais des massages et j'ai besoin d'atteindre une température de 23 degrés au moins. Ca peut etre certains jours, uniquement 2 heures par jour ou bien plus et le dimanche je ne travaille pas.
Que me conseillez vous comme type de radiateurs ?
merci

#214 - Xavier (admin) - 04 Octobre 2021

Bonjour,

@Koklico : Les avantages résident dans la facilité d'installation (compacité, sans évaucation des fumées) et dans le coût d'investissement faible. Mais le prix à l'utilisation très élevé rend cette solution non rentable si vous avez une autre possibilité (granulés, gaz de ville, PAC).

@FX : Il faut probablement dimensionné autour de 20W par m3 vu votre isolation performante. Cela donnerait une puissance autour de 1 500W.
Calcul : 26m² * 2.5m * 20 = 1 300 W (1 500 W pour trouver une référence commerciale).

Un radiateur de type Malao sera très bien, c'est ce qui se fait de mieux.

A bientôt

#213 - FX - 03 Octobre 2021

Bonjour,

Nous avons une maison neuve bien isolée. Chauffage sol air-eau pour l'étage (on tient le 18° en période de grand froid) mais nous cherchons pour notre chambre parentale (26 m² + coin douche) un appoint électrique pour le matin et le soir disposer d'une chaleur suffisante +- 22°. Programmable et qui chauffe donc assez rapidement mais sans être agressif.

Je pensais au SAUTER malao, est-ce bien adapté ? Quelle puissance choisir sachant que c'est un chauffage d'appoint.

Merci

#212 - koklico - 01 Octobre 2021

vous ne parlez pas du chauffage central électrique.
Avantages et inconvénients ?

#211 - Xavier (admin) - 13 Septembre 2021

Bonjour will,

Nous n'avons pas pu tester cet appareil fabriqué par Atlantic mais la masse de 18 kg (pour 1 000W) et la qualité de la régulation ne laisse pas de doute sur la bonne qualité du matériel. C'est probablement un très bon rapport qualité prix sur cette technologie.

A bientôt

#210 - will - 11 Septembre 2021

bonjour, je viens de regarder les radiateurs sauter, et comme je recherche des double-coeurs, le modèle est le Malao. ce modèle est connecté par défaut avec cozytcouh .avez-vous testé ce modèle ? quel est votre avis ?

#209 - Xavier (admin) - 02 Septembre 2021

Bonjour Will,

Sur des radiateurs neufs, je pense que les thermostats seront assez fiables. Lors de notre test du Heatzy, nous avons dû corriger la température sur un des radiateurs pour avoir la température ambiante souhaitée. Il suffit de "contrôler" avec un thermomètre de référence et l'étalonnage ne se fait qu'une fois.

Un thermostat sera logiquement mieux placé (pas près d'une source de chaleur, à mi-hauteur) et fera ce travail tout seul. Mais l'investissement sera peut-être un peu plus important.

A bientôt

#208 - Will - 31 Août 2021

merci pour votre réponse rapide. Entre heatzy et thermostat déporté, quelle est la meilleure solution pour la régulation du chauffage. Autrement dit peut-on faire confiance dans la régulation propre à chaque radiateur ou vaut-il mieux un contrôle centralisé ?
Merci

#207 - Xavier (admin) - 31 Août 2021

Bonjour Will,

C'est probable que la solution "radiateur non connecté + heatzy" soit la moins coûteuse. Avec 5 radiateurs, cela représente un surcôut de 200€ (module à 40€ sur le site officiel en ce moment).

Pour les radiateurs à inertie de grande marque, je pense que cela se vaut. On retourve d'ailleurs souvent un même fabricant pour plusieurs marques (produits strictement identiques chez Sauter, Atlantic et Thermor par exemple).

La masse est un bon indicateur (15 à 20 kg pour 1 000 W). Si votre budget est limité, la référence Sauter Orosi (11 kg) me parait un bon rapport qualité/prix.

A bientôt

#206 - Will - 30 Août 2021

Bonjour, je possède un petit deux pièces (41m2 avec des parties mansardées) dans lequel les radiateurs électriques (convecteur) sont à changer. Grâce à votre site j’ai une meilleure vision de ce qu’il faudrait faire, mais malgré tout je ne sais pas quelle solution prendre. J’ai pris 50W/m3 car je vis en montagne et l’isolation est moyenne. Tout d’abord, la description du logement : cuisine ouverte sur salon (70m3, 3500W -> 3 radiateurs : 1500W, 1000W et 1000W), chambre (12m3, 600W, 1 radiateur), entrée (9m3, 450W, 1 radiateur), salle de bain (là le sèche serviette est neuf, donc pas la peine de la changer).
Je vais rester en radiateurs électriques car je ne peux pas mettre d’autres moyens de production de chaleur.
La question que je me pose est sur la gestion du chauffage étant donné les prix très élevés des radiateurs double-coeurs connectés. Donc laquelle des ces solutions est la plus économique (mais radiateurs choisis dans les grandes marques) tout étant égal par ailleurs :
- Radiateurs connectés wifi autonomes (prix très élevés) ?
- Radiateurs non connectés + heatzy avec fils pilotes sur l’ensemble des radiateurs ?
- Radiateurs non connectés mais pilotable avec thermostat (lequel ?) ?
Ensuite, quelle marque/modèle de radiateurs choisir dans les grandes marques ?
Merci de m’aider à choisir la meilleure solution.
Remonter

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies nous permettant de mesurer l'audience de façon anonyme sans utilisation de données personnelles.
Plus d’informations sur notre page relative la protection des données.