Le chauffage électrique

Le chauffage électrique ne peut quasiment plus être posé en neuf. Il peut être intéressant en rénovation du fait de son faible investissement mais le coût de l’électricité rend cette solution peu rentable à moyen terme. Il faut donc choisir des appareils performants et bien adaptés à ses besoins. Technologie de chauffage, puissance, prix, rentabilité... Voici un guide d'achat pour faire un choix éclairé.



Comparatif des technologies de chauffages électriques

Il existe de très nombreuses technologies de chauffages électriques et il reste difficile de s’y retrouver tant le marketing est fourni et trompeur sur ce marché. On distingue 4 grandes catégories : les convecteurs (classiques ou soufflants), les radiants ou radiateurs (panneaux rayonnants, radiateurs à inertie sèche, radiateurs à fluide caloporteur, radiateurs à infrarouge), les planchers chauffants électriques et les chaudières électriques.

Il faut retenir que le choix de la technologie détermine avant tout le confort ressenti lors de l’utilisation du chauffage. On choisira donc sa technologie par rapport à son besoin. Inutile par exemple d’investir dans un radiateur à inertie fonte dans une chambre, si un panneau rayonnant suffit. Voici un comparatif des technologies de chauffages électriques pour y voir plus clair :


TechnologiePoids*Montée en températureConfortRayonnement*Prix*Pièces de la maison
convecteur électriqueConvecteur4 kgTrès rapideFaible5%30 à 80€Couloir, Entrée
convecteur soufflantConvecteur Soufflant4 kgTrès rapideFaible5%100 à 200€Salle de Bain
panneau rayonnantPanneau Rayonnant5.5 kgRapideMoyen20%150 à 300€Chambres, Cuisine
Salon (appoint)
radiateur inertie corps aluminiumInertie Aluminium10 kgRapideMoyen +35%250 à 500€Chambres, Cuisine
Salon
radiateur inertie corps fonteInertie Fonte18 kgMoyenneElevé40%300 à 600€Salon
Inertie Pierre18 kgMoyenneElevé40%400 à 1 000€Salon
radiateur inertie fluide caloporteurInertie Fluide15 kgLenteElevé40%200 à 500€Salon
plancher-chauffant-electriquePlancher Chauffant-Très lenteAléatoire50%45 à 85€/m²Salon

*Poids : Le poids du chauffage électrique est lié à la quantité de matière contenue dans le corps de chauffe et a une grande influence sur le confort thermique. C’est en général ce qui explique les différences de prix entre deux chauffages de même technologie.

*Rayonnement : Plus la part de chauffage par rayonnement augmente, meilleur est le confort thermique. La part de rayonnement est proportionnelle à la masse du corps de chauffe qui va accumuler la chaleur puis la rediffuser.

*Prix : Prix moyen constaté pour un chauffage électrique horizontal de 1 000W.

Les convecteurs électriques classiques (à éviter)

convecteurLes convecteurs électriques sont très largement utilisés dans les maisons récentes, ayant remplacés les radiateurs à eau depuis une vingtaine d'années avec l'essor du nucléaire. Comme son nom l'indique, un convecteur utilise principalement la convection en chauffant directement l’air avec une résistance.

Le principal avantage du convecteur électrique reste son prix d’achat très faible.

En revanche, le confort thermique n'est pas au rendez-vous. L'air chaud à tendance à monter tout de suite, d'où une sensation de froid au ras du sol et un effet "courant d'air". De plus, le réchauffement rapide et direct de l’air provoque son assèchement (sensation de gorge sèche). Enfin, comme le confort ressenti est faible, on a tendance à augmenter la température de consigne ce qui entraine une surconsommation. De ce fait, les convecteurs électriques ne sont quasiment plus utilisés au profit de chauffages électriques plus confortables.

Les soufflants électriques (sèches-serviette)

soufflant electriqueCes appareils fonctionnent sur le même principe que les convecteurs classiques, la différence majeure se fait au niveau de la diffusion de la chaleur qui est ici forcée. En effet, un système de ventilation va faire circuler l'air afin de chauffer plus rapidement la pièce. Généralement, les soufflants sont placés dans des pièces à utilisation ponctuelle mais dont on veut une mise en chauffe rapide, comme dans une salle de bain. Dans ce cas, l’inconvénient lié à l’assèchement de l’air s’estompe. Certains modèles ont une forme pouvant accueillir des serviettes afin d'avoir un séchage plus rapide.

Du fait de leur montée en température très rapides, les soufflants électriques sont aussi très utilisés en appoint, notamment dans des maisons équipées de chauffage au bois.

Pour en savoir plus, consultez notre guide sur les sèche-serviettes électriques.

Les panneaux radiants électriques "classiques"

radiantAlors que les convecteurs utilisent uniquement le phénomène de convection, les radiants électriques, aussi appelés panneaux rayonnants électriques tirent parti du phénomène de rayonnement. Au lieu de réchauffer directement l’air, ils chauffent d’abord une plaque d’aluminium qui restitue ensuite sa chaleur plus en douceur.

Les panneaux rayonnants diffusent donc une chaleur plus agréable que les convecteurs et limitent le phénomène de courant d’air, même si une grande partie de la chaleur se diffuse aussi par convection. Ils constituent aujourd’hui le confort minimum que l’on peut attendre d’un chauffage électrique.

Les radiateurs électriques à inertie « fluide », à fluide caloporteur, ou à bain d’huile

radiateurs à fluide caloporteurLes radiateurs électriques à fluide caloporteur sont plus confortables que les panneaux rayonnants car la part de rayonnement est augmentée. En effet, la résistance va d’abord chauffer un fluide caloporteur qui rayonnera ensuite doucement dans la pièce. Grâce à cette inertie, il n'y a pas donc plus d'à-coups marche/arrêt comme c'est le cas avec un convecteur ou des panneaux rayonnants. On qualifie aussi ce type de radiateurs de « chaleur douce ».

Les radiateurs à fluide caloporteur ont un prix comparable aux radiateurs à inertie sèche. En revanche, on peut supposer que la fiabilité est plus faible car la présence du fluide peut entretenir de la maintenance. En cas de fuite, les réparations nécessitant l’ouverture du réservoir de fluide devront se faire par un professionnel agréé par la marque. De plus, le fluide mis en place est soit du glycol soit du pétrole, ce qui n'en fait pas un système très écologique. En fin de vie du radiateur, le fluide devra obligatoirement être déposé chez un collecteur de fluide usagé. Pour ces raisons et à prix égal, on privilégiera plutôt les radiateurs à inertie sèche.

Les radiateurs à inertie sèche : Aluminium, Fonte, Brique, Stéatite, Céramique

radiateurs à inertie sècheLes radiateurs à inertie offrent un confort comparable aux radiateurs à fluide caloporteur. Ce sont aussi des systèmes à inertie qui utilise un matériau accumulateur de chaleur pour une restitution en douceur. On parle donc également de radiateurs à « chaleur douce » comme pour les radiateurs à fluide caloporteur. La différence principale vient du fait que le matériau accumulateur est inerte (à la différence du fluide qui circule) ce qui confère une meilleure fiabilité (la fonte ne tombe pas en panne). On distingue encore ici deux types de radiateurs à inertie sèche :

Radiateurs à inertie sèche avec corps de chauffe en métal : La chaleur est ici accumulée dans un métal, le plus souvent de l’aluminium ou de la fonte. En général, les radiateurs à inertie sèche avec un corps en aluminium constituent l’entrée de gamme (poids d’une dizaine de kg) tandis que les radiateurs à inertie sèche avec corps en fonte restent plus massifs (15-20 kg) et plus coûteux.

Radiateurs à inertie sèche avec corps en matériau réfractaire : La chaleur est ici stockée dans de la brique, de la céramique, de la stéatite ou encore de la lave réfractaire. La pierre permet parfois d’apporter une touche esthétique au radiateur mais la nature du matériau accumulateur n’a pas beaucoup d’influence (c’est la quantité de matière qui compte). Les modèles les plus lourds peuvent atteindre 30 à 40 kg.

Peu importe le type de matériau accumulateur, retenons que c’est la masse de l’appareil qui va impacter sur le confort thermique (et bien souvent sur le prix du chauffage).

Les radiateurs à double corps de chauffe

radiateur à double corps de chauffeLes radiateurs à double corps de chauffe associent une façade rayonnante (comme les panneaux rayonnants) et un matériau accumulateur (comme les radiateurs à inertie). De ce fait, les radiateurs peuvent tirer parti des avantages de chaque système : une montée rapide en température (comme pour les panneaux rayonnants) et un confort thermique supérieur (comme les radiateurs à inertie). Néanmoins, ces chauffages à double corps de chauffe restent très coûteux ce qui en fait une solution économiquement peu viable.

Les radiateurs à infrarouges

radiateurs à infrarougesContrairement à tous les chauffages précédemment cités, le radiateur à infrarouges ne réchauffent pas l’air grâce à une résistance, mais directement ce qu’il voit à l’aide de rayons infrarouges. La part de rayonnement est donc très importante (90%) et la chaleur, comparable à celle du soleil, est très agréable. En usage domestique, ce type de chauffage peut être utilisé en salle de bain (rayonnement très agréable sur la peau nue). En revanche, comme l’inertie est nulle (aucun stockage de la chaleur), la sensation de froid revient dès l’extinction de l’appareil. Aussi, le confort thermique peut être aléatoire car si vous n’êtes pas le champ de vision du radiateur, vous n‘êtes pas réchauffé par ses rayons (exactement comme le soleil).

Les radiateurs à accumulation (absents du marché actuel)

Ce type de radiateurs utilisait aussi le principe de l’inertie avec des appareils en briques réfractaires très massifs et volumineux. Classiquement, ces radiateurs fonctionnaient la nuit, en heures creuses, pour accumuler l'énergie et la restituer la journée. La régulation difficile de ces systèmes (mise en chauffe très longue) les rendait peu adaptés aux emplois du temps changeants.

Plancher chauffant électrique

plancher chauffant electriqueLà encore, le principal avantage de ce système est de gagner en confort comparé aux convecteurs avec une très grande surface d’échange (le sol). Cependant, la régulation est moins bonne avec ce genre d'installation car la chape flottante située au-dessus des résistances provoque un décalage entre le début de chauffe et l'augmentation effective de la température dans la pièce. À la différence des radiateurs à inertie (fluide ou sèche), l'inertie est ici trop importante pour réguler le système efficacement, notamment en cas d'apports de chaleur importants (activité, soleil,...).

Pour en savoir plus, consultez notre guide sur le plancher chauffant !

chaudière électriqueLes chaudières électriques

Ce système est assez peu connu et à juste titre puisqu'il n'a aucun réel avantage. Il fonctionne exactement comme un ballon d'eau chaude sanitaire à la différence près que le rendement est bien plus faible. Ce manque d’efficacité rend cette solution peu intéressante par rapport à tous les chauffages électrique détaillés ci-dessus qui ont un rendement proche de 100%.


Quelle puissance choisir pour ses radiateurs électriques ?

Une fois que l’on a déterminé la technologie de chauffages électriques en fonction de ses pièces d’habitation, il faut désormais doser la puissance nécessaire. En effet, comme la puissance d’un chauffage électrique est directement proportionnelle à sa consommation, il faut une installation bien dimensionnée. Voici quelques points de repères pour choisir une puissance adaptée dans le cas d’une hauteur sous plafond standard (2m50) :


Mauvaise isolationIsolation moyenneBonne isolationTrès bonne isolation
Année de constructionInutile*Entre 2001 et 20062006 à 20122013*
Puissance pour 10m²1 kW800 W600 W

* Dans le cas d’une mauvaise isolation, il est contreproductif d’investir dans un moyen de chauffage qui ne sera pas adapté aux besoins réels de l’habitation. Il convient donc de revoir au minimum l’isolation des combles qui sera un investissement moins coûteux et plus rentable (environ 20€/m² TTC posé pour 30cm d’isolants). Pour les maisons neuves, le chauffage électrique ne peut quasiment plus être posé car il est fortement pénalisé par la réglementation (solution non renouvelable).

Pour une meilleure répartition de la chaleur on essayera toujours de privilégier plusieurs émetteurs de chaleur dans une pièce. Par exemple, un chauffage électrique de 2 000W coûtera forcément moins cher que deux chauffages de 1 000W mais on concentrera la chaleur dans un seul point chaud. Avec deux radiateurs, les températures seront plus homogènes.

Quelle régulation pour mon chauffage électrique ?

La régulation du chauffage électrique est LE paramètre déterminant pour diminuer efficacement sa consommation d’énergie et donc sa facture d’électricité. Il est donc primordial de choisir une bonne régulation qui pourra adapter le chauffage au plus près de vos besoins réels. Une régulation de qualité suit les principes suivants :

Consultez notre article dédié à la régulation du chauffage électrique pour en savoir plus. En résumé :

Si vous changez vos chauffages : Achetez des appareils connectés dont le surcoût est acceptable et utilisez l’application du fabricant. L’installation est plus facile (plug and play) car les chauffages intègrent déjà des dispositifs communicants.


DispositifMarque
CozytouchThermor, Atlantic, Sauter
Smart EcocontrolAirélec, Applimo, Noirot

Si vous modernisez la régulation dans une installation existante : Utilisez une régulation connectée intelligente de type Qivivo. L’installation est un peu plus complexe car il faut ajouter un module à chaque radiateur si les fils pilote ne sont pas centralisés.

Si vous n’utilisez que peu de chauffages (max. 2) : Contentez-vous de chauffages avec des panneaux de commande programmables.

Tests de chauffages électriques

Pour vous guider plus précisément dans votre choix, Conseils Thermiques vous propose des tests de chauffages électriques en situation. L’objectif est de renseigner sur le confort thermique attendu et la qualité de la régulation :


VisuelMarqueModèleTechnologiePrixNoteVoir le test
test thermor emotion 3ThermorEmotion 3Panneau rayonnant230€16/20
test atlantic tatouAtlanticTatouPanneau rayonnant240€16/20
test acova atoll lcdAcovaAtoll Tax LCDInertie Fluide220€15/20
test cayenne indiana +CayenneIndiana +Double Cœur150€14/20
test radiateur électrique MazdaMazdaCemacyInertie Céramique90€13/20
test cayenne indiana +CayenneJarpaInertie Céramique +110€13/20
test chauffage bricelecBricélecHE10EPEPanneau rayonnant120€12/20
test cayenne inertie fonteCayenneFonteInertie Fonte120€10/20
test convecteurGrande surface bricolagePremier prixConvecteur40€7/20

Peut-on faire des économies en changeant ses chauffages électriques ?

Il faut bien comprendre qu’à puissance égale, tous les chauffages électriques, qu’elles que soient leurs technologies (ou leurs marques), consomment la même chose en fonctionnement. Ainsi, un vieux « grille-pain » de 1000 W consommera exactement la même chose qu’un radiateur à inertie « tout neuf » de 1000 W.

Mais… Si à puissances équivalentes, les consommations en fonctionnement sont les mêmes, il est quand même possible de faire des économies avec un nouvel appareil. Un nouveau chauffage proposant un meilleur confort thermique comme le radiateur à inertie nécessitera une température de consigne moins élevée que le « grille-pain » pour la même sensation de chaleur. On aura donc tendance à baisser la température de consigne. Or, à 20°C, 1°C en moins sur la température de consigne, c'est 7% d'économies de chauffage (ADEME).

changer chauffage électrique

Un système de régulation efficace permet des économies d'énergie significatives

Aussi, la finesse de la régulation va être déterminante dans les économies d’énergie. Ainsi, un nouveau radiateur avec une bonne régulation chauffera au plus près de vos besoins et donc moins longtemps (programmation efficace, détection des absences, pilotage à distance…). En toute logique, un radiateur qui chauffe moins longtemps consomme moins d'énergie.

On peut donc bien améliorer son confort et ses consommations en changeant ses vieux convecteurs, mais attention au marketing parfois trompeur. Les 25 à 45% d’économies annoncées par les fabricants laissent rêveur et quoi qu’il en soit, à 15 cts le kWh, le chauffage électrique n’est pas un chauffage économique à l’usage.

« Même éteint, ça chauffe encore ! », voici encore un argument choc. Certes, les radiateurs à inertie restent chauds après leur extinction mais cette chaleur n’est pas produite gratuitement. En effet, elle correspond exactement à celle emmagasinée par le corps de chauffe au démarrage, avant qu’il ne réchauffe effectivement la pièce. On pourrait alors annoncer « Même allumé, ça ne chauffe toujours pas ! » mais l’argument est moins vendeur…

Cet « argumentaire » se décline sous de nombreuses formes du type « Vous continuez à vous chauffer sans consommer d’électricité », donc restez vigilant.

Prix cohérent pour une installation de chauffage électrique

Pour se faire une idée des prix, voici une simulation faite sur une maison de 80m² moyennement isolée (avec un besoin de 1kW pour 10m²) :

changement chauffage électrique maison 90

L’utilisateur choisit de remplacer les vieux convecteurs des chambres par des panneaux rayonnants et ceux de la pièce de vie par des radiateurs à inertie sèche en fonte. Il garde son chauffage de salle de bain car son budget est limité. Il choisit des chauffages intelligents capables de communiquer entre eux, d’être pilotés à distance et disposant d’un bon rapport qualité/prix (max. 400€ par radiateur).

La facture s’élève alors à 2 300€ si l’utilisateur pose lui-même ses radiateurs. Si vous n’avez pas de compétences en électricité, l’aide d’un professionnel est indispensable. On compte habituellement 90€ HT pour la pose d’un radiateur (TVA à 10%). Il faudra mettre les professionnels en concurrence pour obtenir le meilleur prix. Pour cela, vous pouvez utiliser une application de devis en ligne, gratuite et sans engagement.

Rentabilité d’une installation de chauffage électrique

Comme l’électricité fait partie des énergies les plus chères (15 cts le kWh), une installation électrique doit rester dans un budget cohérent. En plus, elle n’est pas éligible aux aides financières en vigueur du fait de son caractère non renouvelable. De ce fait, le chauffage électrique entre en concurrence avec les dispositifs éligibles comme les poêles à granulés.

On se place désormais dans le cas où l’utilisateur précédent garde ses convecteurs en appoint mais investit dans un poêle à granulés. On étudie la rentabilité du poêle à granulés par rapport au chauffage électrique selon les hypothèses suivantes (prix TTC) :


AppareilInvestissement initial prix poséEntretien
annuel
Prix énergie (€/kWh)RendementConso.UtilisationCoût annuelDurée vie
Chauffage électrique2 30000.15100%10 000100%1 50020 ans
Poêle à granulés*5 5002000.690%10 00090%60010 ans
Appoint électrique**000.15100%1 00010%15020 ans

* Poêle à granulés à convection naturelle haut de gamme (base Rika Filo)

**L’utilisateur garde ses vieux convecteurs en appoint qui ne représentent désormais plus que 10% de la consommation.

rentabilité chauffage électrique maison 90

On constate que le poêle à granulés est plus rentable que le chauffage électrique au bout d’environ 6 ans. Même en remplaçant le poêle à granulés la 11ème année (surcoût de 2 500€), le chauffage au bois reste plus rentable. Un investissement économique et écologique donc.

Avantages et Inconvénients du chauffage électrique


Avantages du chauffage électriqueInconvénients du chauffage électrique
Faible investissement de départCoût de l’énergie (15 cts le kWh)
Installation facileNon éligible aux aides financières
Aucun entretienRentabilité faible à moyen terme
Bonne durée de vieElectricité principalement non renouvelable
Stabilité de l’acheminement en électricitéElectricité très pénalisée lors des calculs de la RT 2012,
à cause du facteur d'énergie primaire.
Compatible avec une régulation efficaceMoins de 1% des constructions neuves sont en chauffage électrique.
Bon confort thermique (radiateurs à inertie)Confort thermique non satisfaisant (convecteurs)

Conclusion : Le chauffage électrique, à utiliser avec parcimonie



Si le chauffage électrique n’est pas une solution d’avenir, il reste utile en rénovation du fait de son faible coût d’achat et de sa facilité d’installation. On choisira d’abord une technologie adaptée à chaque pièce. Au minimum, des panneaux rayonnants pour les chambres et si possible, des radiateurs à inertie (plus coûteux) pour la pièce de vie. Toujours en amont de son achat, on veillera aux économies d’énergie en choisissant une régulation performante (qui va de pair avec des chauffages dits « connectés »). On visera toujours les appareils proposant le meilleur rapport qualité/prix afin de rester dans un budget cohérent. Enfin, il est intéressant d’étudier des solutions alternatives comme les poêles à granulés, plus économiques à moyen terme et bien plus écologiques.

Laisser un commentaire ou poser une question




#244 - Sylvain - 22 Septembre 2020

Bonjour Xavier.

On parle peu des maisons secondaires et du chauffage.
Ma problématique est une maison secondaire peu utilisée en Hiver, (environ 1x par mois)
La piece principale serait en poele a granulés.
Les Chambres à l'étage , j'hésite toujours entre panneau rayonnant connecté (style tatou Atlantic) ou Inertie seche connecté également.
J'ai du mal à voir si le coté connecté est un gadget ou pas dans ce cas là, ou si il est préférable de prendre des non connectés.
Enfin, le connecté oblige a laisser le courant mis (pour la box)
Avez vous des retours d'expérience la dessus?
J'ajoute que la maison est du début des années 80m, donc mal isolée et ne pouvant faire l'objet dune nouvelle isolation.
A vous lire et merci pour vos articles.

#243 - Elb - 19 Septembre 2020

Bonjour,

Avec un peu de retard, Merci beaucoup pour votre retour!

#242 - Xavier (admin) - 10 Septembre 2020

Bonjour Willys,

L'idéal pour une telle surface, il faudrait envisager un chauffage central pour avoir une régulation fine dans chaque pièce et pouvoir changer facilement d'énergie si besoin. Mais cela suppose des travaux assez "lourds" qui peuvent s'envisager dans le cadre d'une rénovation globale. Si vous n'avez pas accès au gaz de ville, le "match" se jouera entre une chaudière à granulés et une pompe à chaleur :
https://conseils-thermiques.org/contenu/chaudiere-granule-ou-pompe-chaleur.php

Si vous restez sur un chauffage à air, vous pouvez envisagez de changer le chauffage à bûches par un poêle à granulés. Vous gagnerez en confort d'utilisation (pas d'allumage manuel et d'entretien du feu toutes les 45 minutes). Pour les chauffages électriques, il faut également les remplacer pour gagner en confort (pas des radiateurs à inertie par exemple, autour de 230€ l'unité) et avec une programmation fine.

Dans tous les cas, seule l'isolation du logement permet de réduire efficacement les besoins de chauffage et la facture. Il faut isoler avant de changer son mode de chauffage de façon à choisir un système adapté aux nouveaux besoins.

A bientôt,

#241 - Willys - 04 Septembre 2020

Bonjour, nous somme sur le point d'acheter une maison en pierre de 180m2.
Dans cette maison il y a un Insert bois et des grilles pains dans chaque pièces. Ils consomment actuellement 3 stères de bois a l'année ce qui fait une facture de 4000€/an avec électricité.
Ayant un peu de budget travaux, nous allons essayer de renforcé l'isolation de cette maison par les combles mais aussi par un nouveau système de chauffage.
Que me conseillez vous?
-remplacement de l'insert par un poêle a granule.
-remplacement des grille pain par des radiateur plus performant.
-les deux
-mise en place d'un chauffage centrale avec pompe a chaleur ou chaudière.
-autre

Merci

#240 - Xavier (admin) - 31 Août 2020

Bonjour Iris,

On estime que le besoin de chauffage moyen se situe autour de 40 W / m3. Cela donnerait une puissance d'environ 1 500 W pour la cuisine (42*40 = 1 680 W) et de 2 000 W pour le salon (47*40 = 1 920 W).

Vous pouvez vous dirigez vers des radiateurs à inertie qui sont confortables. Des appareils de type Sauter Orosi (inertie fluide) sont assez peu coûteux (230€ pour 1 000W) et devraient faire efficacement le job. Le confort sera satisfaisant mais la montée en température sera lente.

Si vous souhaitez des radiateurs "double coeur" (inertie + film chauffant en façade), il faut compter plutôt 600€ par chauffage, c'est cher pour une solution électrique (Sauter Bolero par exemple).

A bientôt,

Mais il faut garder à l'esprit que le confort est aussi lié à l'isolation (murs isolés plus chauds = meilleur confort thermique).

#239 - Iris - 23 Août 2020

Bonjour, j'ai comme résidence secondaire une vieille maison, dont l'isolation des murs est impossible. j'ai fait poser de bonnes double fenêtres qui ont déjà bien changé le confort. Mais je voudrais changer les vieux convecteurs (plus de 20 ans) dans 2 pièces de vie, la cuisine et la salle à manger, toutes deux équipées aussi d'un fourneau pour la cuisine et d'une cheminée avec insert pour la salle à manger. La cuisine fait 17 M Carrés-42 M cubes, la salle à manger mesure 20 M carrés-48 m cubes. Je cherche à améliorer le confort de ces deux pièces pour l'intersaison (début du printemps, début d'automne) car la maison est fermée les 5 mois les plus froids. Je pense à un chauffage à inertie, que me conseillez vous s'il vous plait, j'ai une première estimation d'un marchand spécialiste très élevée pour les deux pièces.Merci pour votre point de vue et conseil.

#238 - Xavier (admin) - 06 Août 2020

Bonjour Elb,

Votre besoin de chauffage devrait se situer entre 15 et 20 W par m3. Si on prend une hauteur sous plafond standard de 2.5 mètres, on arrive sur une puissance de 700 W :
14 m² * 2.5 m * 20 W/m3 = 700 W

Pour le choix des radiateurs, je pense que vous n'avez pas forcément besoin d'un appareil connecté vu que le poêle sera le chauffage principal. Une bonne programmation suffit. Je vous oriente vers un produit type Sauter Orosi : facile à programmer (quasiment le même panneau que les Thermor), bon confort grâce à l'inertie du fluide, assez bon marché pour un produit de cette qualité.

Vous devriez trouver la version 1 000 W autour de 230€ :
https://tidd.ly/30wie2u

A bientôt,

#237 - Elb - 05 Août 2020

Bonjour,
Nous venons de construire un maison neuve avec un étage dans le Sud.
Au RDC il va y avoir un poêle à granulé.
A l'étage pour les chambres (14m2 chacune) il va nous falloir un appoint électrique. Sachant qu'elles sont exposées plein Sud pour deux d'entre elles et Ouest pour la 3èm, nous hésitons entre des radiateurs de 750 ou 1000W. Que nous conseilleriez-vous?

Au niveau des modèles nous hésitons entre :
- radiateur à inertie (modèle Acova Atoll LCD ou Bilbao 3 de thermor mais (beaucoup) plus cher)
- panneau rayonnant Thermor Émotion 3
Que nous conseilleriez-vous ?

Merci par avance!

#236 - Xavier (admin) - 29 Avril 2020

Bonjour fab,

Je pense que vous pouvez envisager des radiateurs à inertie fluide avec une bonne régulation. Le confort sera bon et l'utilisation facile. L'absence d'option "connectée" fait que la solution reste relativement accessible. Je pense à un radiatateur de type Sauter Orosi par exemple (ou son équivalent en GSB).

http://tidd.ly/da3bebfb

La commande à distance aura plus de "sens" sur le poêle. En cas d'absence prolongée, les radiateurs électriques seront en hors-gel et le poêle sera rallumé quelques heures avant le retour au domicile. Vous pourrez ensuite ré actionner le chauffage dans les chambres (c'est un peu moins "pressé".

(Le mieux reste toujours de renforcer son isolation pour diminuer durablement les besoins de chauffage.)

A bientôt,

#235 - fab - 27 Avril 2020

Bonjour,

Dans le cadre d'une rénovation d'une maison de 150m2, qui sera équipée d'un poêle à granulés, je me demande quelle est l'installation qui serait la plus pertinente.
Au RDC il y aura un séjour (50m2, actuellement 2 radiateurs) ouvert sur la cuisine (12m2) + une chambre de 12m2 et la salle de bain 5m2.

Après avoir exploré plusieurs de vos articles, je reste assez perdu sur ce qui serait le plus optimal.

Merci par avance.

#234 - Xavier (admin) - 22 Janvier 2020

Bonjour Jo,

Un réseau de chauffage central est toujours préférable au moment où on a le choix (ce choix sera probablement définitif). Mais c'est sûr que l'investissement est élevé si vous n'en profitez pas au quotidien, d'autant que vous n'aurez pas le droit aux aides financières (type crédit d'impôt).

Si vous préférez un chauffage électrique, il faut particulièrement soigner l'isolation pour limiter au maximum les consommations. En parallèle, vous pourrez envisager un poêle à bois (ou à granulés sans électricité) qui correspond bien à un usage en appoint (très fiable, pas trop cher à l'achat, beaucoup moins cher que l'électricité en consommation, confortable).

A bientôt,

#233 - Jo - 21 Janvier 2020

Bonjour et merci pour ce super article !
Dans le cadre de la réno d'un vieux corps de ferme que nous allons bien isoler, j'avais initialement prévu d'installer une chaudiere granules + radiateurs fonte. Mais le coût et l'usage (occupation seulement les week-ends) me fait me poser la question si des radiateurs électriques de bonnes qualités ne seraient pas plus pertinents... Vous avez un avis ?

#232 - Xavier (admin) - 20 Janvier 2020

Bonjour Hanna,

Si vous êtes présente dans la pièce, il vaut mieux le laisser en mode "confort" et s'allumer et s'éteindre selon ce que lui dit son thermostat (température plus stable et plus confortable).

En période d'absence, vous avez tout intérêt à baisser la température au maximum (il faut tout de même pouvoir s'assurer de retrouver une maison chaude à son retour).

A bientôt,

#231 - Hanna - 19 Janvier 2020

Bonjour
Si j allume mon chauffage électrique au max pour chauffer la piece, et qu ensuite je l etteints, ceci plusieurs fois dans la journée, est ce que sa coute moin chere l électricité ou complètement le contraire ???
Merci

#230 - Romain - 09 Janvier 2020

Bonjour Xavier,

Merci pour votre réponse rapide :-)

Oui, cela fait sens, surtout pour palier à l'inertie globale du chauffage au poêle (chambres au nord) et garder de l'intimité.

Effectivement, la maison sera domotisée à moyen terme, donc il me faut au minimum des radiateurs avec fil pilote.

Bonne journée,

#229 - Xavier (admin) - 09 Janvier 2020

Bonjour Romain,

Le chauffage électrique en complément du poêle à granulés permet :

- d'ajuster les températures (car le poêle ne chauffe pas bien les pièces éloignées)
- de garder une intimité dans les chambres (garder les portes fermées)

Je pense qu'il vaut mieux les dimensionner en tant que chauffage unique de la pièce (entre 500 et 750 W pour une chambre). D'un point de vue pratique, il est parfois difficile de trouver des petites puissances.

Pour le choix, le principal reste d'avoir une programmation personnalisable pour chauffer uniquement lorsque nécessaire (1h30 avant le coucher, Eco la nuit, 1h30 avant le lever par exemple). De cette façon les consommations d'énergie seront faibles. Côté confort, des radiateurs à inertie seront très biens. Les modèles "fluides" offrent généralement une façade bien plus homogène et seront bien adaptés (type Sauter Orosi par exemple).

A bientôt,

#228 - Romain - 08 Janvier 2020

Bonjour,

Merci pour ces précisions :)

Effectivement, les radiateurs électriques sont pénalisés par la réglementation actuelle, sur du neuf.
Cependant, qu'en est-il du chauffage d'appoint, en complément d'un poêle à granulés?
En ce qui me concerne, il s'agit d'une SDB (je vais voir vos conseils sur les sèche-serviettes) mais surtout de 2 chambres de 10-12m².

Dans votre article, vous parlez de 600W pour chauffer 10m². Pour de l'appoint, 250 ou 300W peuvent-ils suffire?
Aussi, je suppose que des radiateurs à inertie sèche (alu?) sont suffisants pour ce genre d'utilisation :)

Bonne journée,

#227 - François - 22 Octobre 2019

Merci pour cette réponse qui me conforte dans l'idée de ne rien couper !
Bonne soirée

#226 - Xavier (admin) - 21 Octobre 2019

Bonjour François,

L'utilisation "prévue" me semblerait de placer les radiateurs en "OFF" mais dans les faits, je ne pense pas que cela change quelque chose.

A bientôt,

#225 - François - 18 Octobre 2019

Bonjour,
j'ai une question basique... de néophyte car nous venons de nous équiper de radiateurs électriques à inertie en fonte (Applimo LENA) :
puisqu'ils fonctionnent avec thermostat, faut-il les couper lorsque la température extérieure est supérieure (été) ou faut-il les laisser branchés avec la même programmation sachant qu'il ne se déclencheront pas ?
Merci pour vos conseils

#224 - Nat - 10 Septembre 2019

Merci beaucoup Xavier

#223 - Xavier (admin) - 10 Septembre 2019

Bonjour Nat,

Oui, c'est bien ça. La régulation connectée n'a d'intérêt que si vous avez un emploi du temps variable ou pour avoir une interface de commande plus intuitive. Elle permet aussi de "grouper" des chauffages équipés pour les piloter tous en même temps avec une seule action.

Il faut avant tout voir si votre rythme de vie justifie ou non un pilotage à distance. Le reste est plutôt accessoire d'autant que le panneau de commande du Noirot semble assez clair.

A bientôt,

#222 - Nat - 10 Septembre 2019

Bonjour Xavier

En complément à nos échanges des 8 et 9 septembre, si j'ajoute un boitier Heatzy sur le Noirot double cœur fusion 2, cela permettra-t-il d'avoir une régulation connectée ? Quel est le réel intérêt de ce type de régulation ?
Merci

#221 - Nat - 09 Septembre 2019

Bonjour Xavier

Merci, je vais suivre ces conseils
Cordialement
Remonter

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies vous permettant d'accéder à des services et offres adaptées à vos centres d'intérêts et nous permettre de mesurer l'audience.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez-ici.