Les panneaux solaires photovoltaïques en autoconsommation

Totalement occultée au profit de la vente totale, l’autoconsommation photovoltaïque connaît un regain d’intérêt grâce à un cadre juridique plus favorable. En effet, une nouvelle perspective économique se dessine puisqu’il est désormais possible de consommer sa propre électricité et de vendre le surplus sur le réseau. Pour autant, cette solution n’est pas non plus « magique » comme on peut le voir sur certaines publicités. Voici un guide pour peser le pour et le contre.



panneau solaire autoconsommation

Qu’est ce que l’autoconsommation photovoltaïque ?

Les panneaux solaires en autoconsommation permettent de produire pendant la journée une partie de l’électricité nécessaire à ses consommations. L’objectif est donc principalement de réduire sa facture et sa dépendance aux fluctuations du prix de l’électricité. Voici les différents modèles économiques possibles :

Autoconsommation avec vente du surplus : Une part de l’électricité produite est autoconsommée et réduit la facture d’électricité. Le surplus est vendu sur le réseau à EDF OA ou à un fournisseur tiers. Ce modèle sera bien adapté aux gros consommateurs mais attention, la vente totale de sa production peut s’avérer plus rentable.

installation panneau solaire autoconsommation

Autoconsommation totale : Ici, le surplus est bridé ou injecté gratuitement sur le réseau. Il faut donc consommer le plus possible l’électricité produite pour avoir un retour sur investissement. Cela limite de fait la taille de l’installation (faible surplus).

panneau solaire autoconsommation batterieAutoconsommation avec stockage : Le surplus est stocké dans une batterie et peut être utilisé plus tard. C’est une solution séduisante sur le papier mais qui se révèle une mauvaise idée en pratique. En effet, les batteries les plus performantes au lithium (bonne résistance au cyclage, taux de décharge important) sont très onéreuses avec un coût de 3 000€ environ (pour 3.3 kWh), ce qui rend la rentabilité impossible. Leur impact environnemental n’est pas neutre non plus (production et recyclage) ce qui va à l’encontre de l’énergie solaire (locale et renouvelable).

On retiendra que les panneaux solaires autonomes ne sont pas du tout une solution adaptée à la maison individuelle mais plutôt aux sites isolés ou aux besoins très spécifiques.

Autoconsommation avec ou sans vente du surplus ?

Le « match » va donc se jouer entre l’autoconsommation avec vente du surplus et l’autoconsommation totale (sans vente). Si le premier modèle permet de mieux valoriser sa production, le second est beaucoup plus souple d’un point de vue administratif. Voici un comparatif :


Autoconso + vente du surplusAutoconso totale
Vente surplusEDF OAFournisseur tiersNon
InstallateurProPro ou particulierPro ou particulier
PoseSur bâtimentBâtiment ou au solBâtiment ou au sol
Aide possibleOuiNonNon
Tarif achat au kWh10 ctsEnviron 5 cts0€
Contrat garanti20 ans1 à 3 ansAucun
Injection surplusIllimitéeIllimitéeMax 3 kWc*
Consuel obligatoireOuiOuiNon
Taxe annuelleOuiOuiNon*
Raccordement50€50€0€
DémarchesComplexesComplexesSimples

* La loi indique que "Les injections d'électricité sur le réseau public de distribution effectuées dans le cadre d'une opération d'autoconsommation [...] sont, à défaut d'être vendues à un tiers, cédées à titre gratuit au gestionnaire du réseau public [...]."

Dans les grandes lignes, on peut retenir que :

Si vous faites appel à un professionnel : L’installation sera obligatoirement intégrée à un bâtiment (toit, pergola…) mais cela vous donne le droit aux aides publiques. A savoir :

panneau solaire installé par un professionnel

Si vous réalisez la pose vous-même : L’installation sera moins coûteuse et pourra se faire au sol mais vous ne pourrez pas bénéficier des aides publiques. Vous pourrez vendre votre électricité à un autre fournisseur d’énergie de type Planète Oui, Enercoop ou EkWatteur. Le prix est variable (3 à 6 cts) avec un contrat à renouveler (tous les 1 à 3 ans selon le fournisseur).

Si vous vendez votre surplus : Les démarches administratives seront complexes et à déléguer à un professionnel spécialisé (Consuel obligatoire, autorisation d’urbanisme à la mairie, demande de raccordement à Enedis, contrat avec un fournisseur d’énergie).

Si vous ne vendez pas votre surplus : Les démarches sont très simples. Pas de Consuel obligatoire en utilisant un kit pré câblé, pas de frais de raccordement, pas de demande d’urbanisme si la pose est au sol, pas de TURPE (Taxe d’Utilisation du Réseau Public d’Electricité). Une simple déclaration en ligne à Enedis suffit.

L’autoconsommation photovoltaïque peut-elle compenser mon chauffage électrique ?

Non ! Des panneaux solaires en autoconsommation ne pourront jamais compenser votre facture de chauffage électrique pour les raisons suivantes :

panneau solaire au solUne production asymétrique : Les panneaux solaires vont produire environ 3.5 fois plus d’énergie en été qu’en hiver. Ils sont donc plus adaptés pour couvrir des besoins estivaux.

Une production en journée : Les panneaux photovoltaïques ne produisent que le jour. Or en hiver, les journées sont plus courtes et on chauffe souvent davantage le soir pour les ménages actifs. Il ne pourra donc pas y avoir une adéquation entre la production et la consommation.

Une production insuffisante : Les panneaux solaires sont efficaces quand il s’agit de couvrir longtemps une faible consommation (0 à 500 W) mais sont inadaptés pour un besoin supérieur (1 kW et plus). On pourrait toujours mettre beaucoup de panneaux mais cela coûterait très cher et prendrait beaucoup trop de place.

Bref, attention aux fausses promesses ! Si vous voulez réduire durablement votre facture d’énergie, envisagez en premier lieu de réaliser les bons gestes (eau, électricité et chauffage) et d’isoler votre logement (combles, rampants, mur, sol).

Quelle puissance pour mes panneaux solaires en autoconsommation ?

Maintenant que l’on sait que le chauffage ne peut pas rentrer en compte dans le dimensionnement de l’autoconsommation photovoltaïque, voici quelques repères :

Consommations électriques : Les consommations électriques (hors chauffage) d’une maison ressemblent à cette courbe :

courbe consommation électrique

En jaune, on observe des consommations incompressibles qui concernent les appareils qui tournent quasiment en continu : VMC, réfrigérateur, box, internet, réveils, veilles des appareils... Elles sont définies sous les termes « talon de consommation » ou « bruit de fond » et se situent autour de 300 W (selon les habitations). Pour connaître votre talon de consommation, vous pouvez regarder sur votre compteur Linky lorsqu’aucun appareil spécifique ne fonctionne (4 pressions sur la touche +). Un consomètre peut également s’avérer utile :

mesurer sa consommation électrique

En bleu, ce sont les consommations ponctuelles mais beaucoup plus énergivores, elles seront difficiles à couvrir en totalité par des panneaux solaires en autoconsommation.

Repères sur la puissance : On peut donc avoir ces quelques repères en tête concernant la puissance.


PuissanceEn réalité*PanneauUsageCommentaire
300 Wc225 W1Couvre à peine le talon2 panneaux permettent d’avoir
un peu plus de marge et ne
coûtent pas beaucoup plus cher.
600 Wc450 W2Couvre un peu plus que le talonAdapté pour
l’autoconsommation totale
(sans vente du surplus)
1.2 kWc900 W4Couvre le talon et participe
aux autres usages
1.2 à 3 kWc900
à 2 250 W
4 à 10Couvre le talon et une partie
significative des autres usages :
chauffe-eau, machine à laver,
lave-vaisselle…
Adapté pour l’autoconsommation
avec vente du surplus

* On considère de façon simplifiée que les panneaux produisent le plus souvent 75% de leur puissance crête lorsqu’il y a du soleil.

Quelles économies sur ma facture d’électricité et quelle rentabilité ?

Comme le kWh acheté sur le réseau (16 cts environ) est plus cher que le kWh vendu (0 à 10 cts), il y a tout intérêt à autoconsommer le plus possible son énergie. Les économies sur la facture dépendent principalement du taux d’autoconsommation, c’est-à-dire de la part d’électricité autoconsommée par rapport à celle produite.

installation panneau photovoltaique autoconsommation

Or, il n’est pas aisé de connaître cette part « à l’avance ». Le réseau FAIRE estime que le taux d’autoconsommation se situe en moyenne entre 20 et 30 % pour une installation supérieure à 1 kWc. Plus l’installation est petite, plus le taux d’autoconsommation augmente mais en contrepartie, le gain financier est faible. Voici un tableau de synthèse pour l’installation suivante :


Autoconso. totaleVente surplus
Fournisseur tiers
Vente surplus
EDF OA
Puissance550 Wc1.1 kWc3 kWc3 kWc
InstallateurParticulierParticulierParticulierPro
Part autoconsommée75%50%30%30%
Investissement900€1 550€3 500€7 200€
PrimeNonNonNon1 170€
Economie la 1ère année (+ vente)77€103€168€ + 123€*168€ + 246€*
Gain sur 20 ans963€833€1 935€1 972€
Rentabilité11.5 ans14.5 ans14 ans16 ans

*Le surplus est vendu à 0.05 cts (fournisseur tiers) ou à 10 cts le kWh (EDF OA)

On constate que la rentabilité est réelle, sans être merveilleuse. L’impact sur la facture est plutôt modéré la première année mais augmente au fil du temps (en proportion du coût de l’électricité). L’autoconsommation est donc un moyen intéressant de limiter sa dépendance au prix de l’électricité.

Une grande installation de 3 kWc en vente du surplus réalisée par un professionnel

Pour rendre les choses plus concrètes, on relaye un témoignage d’un utilisateur qui a fait le choix de l’autoconsommation photovoltaïque avec vente du surplus.

Contexte : Le projet se situe en Mayenne (ensoleillement moyen) sur le toit d’une maison en bois et en paille. Dans cette maison performante chauffée aux granulés et au solaire (eau chaude), la volonté était de limiter le plus possible le recours aux énergies fossiles. Des panneaux solaires photovoltaïques ont donc été installés pour bénéficier d’une énergie locale et durable dans la cohérence du projet.

avis panneau solaire autoconsommation

Installation : Au niveau de l’installation, le rendement a été optimisé dès la conception de la toiture en prévoyant une orientation plein sud avec une inclinaison de 35°. Les panneaux sont surélevés légèrement par rapport à la toiture de manière ce qu’ils soient bien ventilés en sous-face. Ce refroidissement améliore le rendement car les panneaux photovoltaïques produisent moins lorsqu’il fait chaud.

Chaque panneau est équipé d’un micro onduleur qui transforme l’énergie solaire en électricité. Comprenez que chaque module est autonome et que si un panneau solaire ne fonctionne plus (ombre par exemple), cela n’impacte pas toute la chaine mais uniquement le panneau en question. Notons que l’arbre qui constitue un masque solaire a été abattu.

Autoconsommation : Au niveau du modèle économique, l’électricité produite est autoconsommée (30% de la production environ) et le surplus est revendu à EDF OA au prix de 10 cts le kWh.

compteur panneau solaire autoconsommation

Cela amène un changement radical des comportements pour cette famille habituée au fonctionnement heures pleines / heures creuses. Les occupants surveillent désormais le compteur pour lancer les appareils lorsqu’il y a une production solaire : machine à laver, lave-vaisselle… La maison est bien sûr raccordée au réseau électrique et achète son électricité chez un fournisseur d’énergie « vraiment » renouvelable (Enercoop).

Production, prix et rentabilité : L’installation d’une puissance de 3 kWc (20 m² de panneaux solaires) a coûté 7 000€ sans compter la prime à l’autoconsommation de 1 170€. Elle permet de produire environ 3 200 kWh/an dans cette région. La rentabilité se situe autour de 16 ans en autoconsommation avec vente du surplus. A noter que la vente de la totalité de la production aurait été plus rentable mais ce n’était pas le but recherché ici.

Une petite installation de 550 Wc en autoconsommation totale réalisée par un particulier

Contexte : Il s’agit d’une maison située en Mayenne. L’utilisateur souhaitait produire une partie de son énergie sans investir plusieurs milliers d’euros dans une installation. Il a donc opté pour un kit solaire acheté sur internet.

kit panneau solaire en autoconsommation

Installation : Avec des compétences limitées en bricolage, le particulier a préféré une pose au sol avec les deux panneaux branchés sur une prise. Les contraintes techniques et administratives ont ainsi été réduites au strict minimum.

Autoconsommation : Ici, les panneaux couvrent « juste un peu plus » que le talon de consommation et le surplus est injecté gratuitement sur le réseau. Pour optimiser l’autoconsommation, le chauffe-eau thermodynamique a été programmé pendant la journée.

autoconsommation

Attention, cette petite installation ne couvre que très partiellement la consommation du ballon, mais cela évite que du surplus soit injecté « pour rien ».

Production, prix et rentabilité : La production est de 630 kWh dont 75% environ sont autoconsommés. Avec un investissement de 900€ tout compris, la rentabilité est de 12 ans.

Prix des panneaux solaires en autoconsommation

Concernant l’investissement matériel, il faut compter en 2 et 3€ du Wc en passant par un professionnel. Il faudra bien sûr comparer les prix entre plusieurs artisans.

Pour cela, Conseils Thermiques s'associe à plusieurs partenaires afin de vous mettre en relation avec des artisans locaux certifiés RGE. Vous pourrez ainsi étudier plusieurs propositions techniques et commerciales gratuitement et sans engagement.

Je souhaite rencontrer des entreprises >

Si vous choisissez de réaliser la pose vous-même, le prix se situe entre 0.8 et 1.5€ du Wc. C’est plus avantageux mais il n’est pas possible de bénéficier d’une aide publique.



Pour le raccordement, il se chiffre autour de 50€ (pas besoin d’un nouveau compteur). La maintenance concerne le renouvellement de l’onduleur qu’il faut changer en moyenne tous les 10 ans (0.4€ par W environ).

Avantages des panneaux solaires en autoconsommation

panneau solaire toiture autoconsommation

Inconvénients de l'autoconsommation

Conclusion : L’autoconsommation photovoltaïque, une solution d’avenir

L’autoconsommation solaire est un nouveau modèle économique qui a du sens : produire sa propre énergie pour la consommer et partager son surplus avec le voisinage. L’idée est à la fois de réduire sa facture mais aussi de se prémunir des hausses du prix de l’électricité.

Pour aller plus loin, consultez nos astuces pour optimiser au mieux son autoconsommation et notre guide sur la pose des panneaux au sol. Notre tutoriel concernant des panneaux à installer soi-même pourrait vous intéresser tout comme un retour d’expérience sur une installation de 1 kWc en autoconsommation totale.

Laisser un commentaire ou poser une question




#11 - Xavier (admin) - 19 Juin 2020

Bonjour MAVIPH,

Les panneaux solaires photovoltaïques ne pourront jamais couvrir votre chauffage électrique pour les raisons suivantes :

- 5 fois plus de production en été par rapport à l'hiver = il faut avoir des consommations en été et en journée
- Puissance des panneaux insuffisantes = ils peuvent couvrir facilement un "petit" besoin (0 à 500 W) mais pas un fort besoin (1 000 W et plus).

A mon sens, il sera plus pertinent d'agir dans le sens d'une réduction des consommations (l'énergie la moins chère est celle que l'on ne consomme pas) dans l'ordre suivant :

1. Réduire ses consos avec du petit matériel et des bons gestes
==> Peu d'investissement, des résultats intéressants mais limités :

https://conseils-thermiques.org/contenu/reduire_sa_facture_d_electricite_sans_investissement.php
https://conseils-thermiques.org/contenu/reduire_sa_facture_de_chauffage_sans_investissement.php
https://conseils-thermiques.org/contenu/reduire_sa_facture_d_eau_sans_investissement.php

2. Réduire ses consos en isolant le logement
==> Investissement plus élevé mais très bien soutenu par les aides, des résultats élevés et durables qui vous préservent des augmentations du coût de l'énergie :

https://conseils-thermiques.org/contenu/isolation-comble-perdu.php
https://conseils-thermiques.org/contenu/credit-impot-isolation.php

3. Changer votre chauffage

==> Investissement élevé bien soutenu également, vous aurez un chauffage plus efficace et dont le prix de l'énergie sera inférieur.

Un poêle à granulés sera intéressant mais il ne chauffera pas 3 étages en cascade. Je vous invite à consulter ce retour d'expériences à ce sujet :
https://conseils-thermiques.org/contenu/test-poele-granule-mcz-halo-maestro.php

Un poêle autour de 6-8 kW me parait une bonne option pour chauffer le RDC et le 1er étage. Les radiateurs électriques devront être gardés en complément. Une régulation simple mais efficace peut être installée :
https://conseils-thermiques.org/contenu/programmateur-chauffage-electrique-fil-pilote-heatzy.php

4. Changer de fournisseur d'énergie
==> C'est gratuit et efficace pour payer son électricité moins cher mais ça ne règle pas le problème de fond.

5. Envisager des panneaux solaires pour couvrir vos consos résiduelles
==> Petite installation de 2 panneaux, petit gain autour de 70€ par an mais rentabilité assez rapide lié au faible investissement. Voici un exemple :
https://conseils-thermiques.org/contenu/panneau-solaire-au-sol.php

A bientôt,

#10 - MAVIPH - 18 Juin 2020

Bonjour,
Je réside en Bretagne nord, en bordure de la baie du Mt St Michel dans une ancienne maison rénovée d'une surface au sol de 90 M² sur trois niveaux. mon mode actuel de chauffage est électrique et insert bois. Je souhaite améliorer ce système de chauffage et réduire ma consommation électrique (2200.00 €/an). Je m'interroge sur la possibilité de pose de panneaux solaires ou/et d'un poêle à granulés.
Votre avis m'intéresse !
Cdlt

#9 - Vinzouil - 04 Mai 2020

Bonjour merci pour votre réponse.
Bonne journée

#8 - Xavier (admin) - 04 Mai 2020

Bonjour Vinzouil,

Tout dépend du modèle économique que vous choisissez mais avec 2 panneaux solaires, j'imagine que vous ne vendez pas le surplus.

Dans ce cas, il vaut mieux dimensionner au plus juste. Une installation de 1 000 Wc devrait délivrée une puissance autour de 750 W lorsqu'il fait beau (cela dépend bien sûr de nombreux facteurs) et suffire pour votre pompe.

En installant 3 panneaux supplémentaires (900 Wc), vous devriez pouvoir couvrir lorsqu'il fait beau :

- Votre talon de consommation (autour de 300 W généralement) : VMC, Frigo, box internet, réveils, appareils en veille... Tout l'équipement qui tourne en continu en plus de la pompe.

- Votre pompe (750 W)

Sur votre installation, vous devez avoir un ou des microonduleurs. Il est possible facilement de faire évoluer cette configuration. Ce ne sera pas "plus simple" mais ce ne sera pas plus compliqué.

Je vous invite à lire notre article dédiée à la puissance des panneaux solaires pour approfondir :
https://conseils-thermiques.org/contenu/puissance-panneau-solaire.php

A bientôt,

#7 - vinzouil - 01 Mai 2020

Bonjour,

Dans ma maison de 2017 je possède 2 panneaux pour un total de 500wc en autoconsommation.
Aujourd'hui j'ai une pompe de circulation de spa qui consomme 750wh et représente une grande partie de ma consommation quotidienne. Je souhaiterais augmenté le nombre de panneaux pour reduire ma consommation.
Vaut-il mieux partir sur une intallation max de 3kw ou bien dimensionner au plus juste?

Pour l'installation ayant déjà des panneaux, est-ce plus simple?

Merci

#6 - Xavier (admin) - 07 Octobre 2019

Bonjour BIO,

Il faut regarder sur les caractéristiques techniques de votre pompe quelle est sa puissance (de 750 W à 1 500W probablement). Cela devrait correspondre à environ 4 à 6 panneaux solaires de 275 Wc ou 300 Wc.

La consommation dépendra du nombre d'heures de fonctionnement. Pour être cohérent, il faudra faire tourner la pompe aux heures d'ensoleillement.

A bientôt,

#5 - BIO - 06 Octobre 2019

Bonjour,
je souhaiterai avoir plus d'information sur une solution de panneau en autoconsommation notamment pour compenser la consomation de ma pompe de filtration d'une piscine.
Comment je peux evaluer cette consomation et en dimensionner l'installation.
Merci de votre retour

#4 - Xavier (admin) - 09 Septembre 2019

Bonjour Guitou,

Effectivement, la solution "autoconsommation totale" (avec injection gratuite du surplus) est très intéressante si vous êtes un peu bricoleur. Si l'installation est déjà précâblée (ce qui est toujours le cas), il n'y a pas besoin de consuel et la seule "contrainte" est une convention d'autoconsommation. La rentabilité devrait être assez rapide car les professionnels travaillent avec des panneaux un peu "datés" (275 Wc) mais très efficaces niveau qualité/prix. Les principaux acteurs semblent bien structurés (Mykitsolaire / Oscaropower). Donc, si vous prenez le temps de bien étudier votre projet, cela me parait un choix judicieux.

A bientôt,

#3 - Guitou - 09 Septembre 2019

Bonjour
Votre avis, votre article très bien pour les panneaux photovoltaïques en autoconsommation, mais quid de l'achat d'un kit de bonne mesure et de la pose au sol, raccordé au tableau avec revente gratuite ??? Moins de contrainte, pas d'entreprise avec ses assurances, installation divisée par deux, voir 3.... et donc rentabilité !!!! Merci pour votre retour

#2 - Xavier (admin) - 06 Décembre 2018

Bonjour JMS,

A priori, l'aide est bien versée sous la forme d'une prime et pas sur une une déduction d'impôt. Je vous invite toutefois à contacter les pouvoirs publics qui ont mis un service gratuit et indépendant pour répondre précisément sur le dispositif des aides qui n'est pas le plus simple : 0 808 800 700 - www.faire.fr.

A bientôt,

#1 - JMS - 05 Décembre 2018

Bonjour, je suis belge et j'ai une seconde résidence en Normandie. J'envisage d'y installer l'autoconsommation. Mais les primes à l'investissement annoncées par EDF sont elles octroyées à tous, ou bien s'agit-il de réductions d’impôts ? Dans ce dernier cas, je n'en bénéficierais pas car je paye mes impôts en Belgique ! Merci de préciser la validité de ces primes dans mon cas pour les installations photovoltaïque en Autoconsommation.
Remonter

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies vous permettant d'accéder à des services et offres adaptées à vos centres d'intérêts et nous permettre de mesurer l'audience.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez-ici.