Panneaux solaires photovoltaïques

solaire photovoltaique guide complet prix rentabilité investissementLes panneaux solaires photovoltaïques, à ne pas confondre avec les panneaux solaires thermiques utilisent l'énergie solaire pour produire de l'électricité. Autrefois bon placement financier, cela devient de moins en moins le cas mais de nouvelles possibilités de revente relancent l'intérêt économique et écologique. Un projet d'installation photovoltaïque cohérent nécessite dans tous les cas un travail de longue haleine et requiert donc une bonne préparation. Fonctionnement, conseils, prix, rentabilité, arnaques... Voici un guide complet pour se poser les bonnes questions.

Les panneaux solaires photovoltaïques, comment ça marche ?

Les rayons du soleil contiennent des photons qui vont venir stimuler des semi-conducteurs (du silicium). Ce silicium libère alors des électrons en mouvement, il y a donc création d’un courant électrique. Ce courant électrique désorganisé va ensuite être canalisé par des fils électriques dans les panneaux solaires photovoltaïques. Un onduleur se charge ensuite de transformer ce courant continu en courant alternatif 230 volts compatible avec le réseau de distribution d’électricité et le circuit électrique de la maison.

fonctionnement panneau solaire photovoltaique guide

Quels panneaux solaires photovoltaïques choisir ?

Les panneaux solaires photovoltaïques à « couches minces » ou « silicium amorphe »

fonctionnement panneau solaire photovoltaique silicium amorphe couche mince guide

Ce sont les systèmes les plus anciens. Tout le monde connait ce type de panneaux solaires, il s’agit de ceux utilisés par exemple sur les calculatrices solaires.

Les panneaux solaires photovoltaïques de silicium cristallin

Les panneaux solaires de silicium cristallin sont aujourd'hui les plus utilisés en France et plus généralement dans le monde. C'est en effet ceux qui possèdent toujours le meilleur rapport efficacité/coût. Par ailleurs, indépendemment des technologies, monocristalline ou multicristalline, la durée de vie des panneaux solaires photovoltaïques est de l'ordre de 25 ans, avec une baisse de rendement d'environ 1% par an.

Les panneaux solaires monocristallins

fonctionnement panneau solaire photovoltaique monocristallin

Les panneaux solaires monocristallins sont constitués d'un seul cristal d'orientation unique, le panneau est esthétique (il ressemble aux ardoises) et le rendement est bon, aux alentours de 18%. En contrepartie, le prix est plus cher car les technologies de fabrication sont plus onéreuses. Ces panneaux produisent moins que les polycristallins dans les régions les moins ensoleillées et leur rendement les rend adapté à de petites surfaces.

Les panneaux solaires multicristallins

fonctionnement panneau solaire photovoltaique polycristallin

Les panneaux solaires multicristallins, ou polycristallins, sont constitués de différents cristaux de silicium qui ne vont pas dans le même sens et le rendement est un peu moins élevé, autour de 12 à 15%. De plus, le panneau est un peu moins esthétique (couleur plus bleue). La fabrication étant plus aisée que les monocristallatins, le prix est logiquement moins cher. Les panneaux polycristallins conviennent mieux à des climats ensoleillés (ils chauffent moins donc produisent plus) et conviennent très bien à de grandes surfaces (hangars agricoles par exemple) car leur rapport qualité/prix est meilleur.

Les panneaux solaires photovoltaïques : bicouches, organiques ou hybrides

De nombreuses technologies de panneaux solaires photovoltaïques ont vu le jour récemment avec des rendements qui dépassent les anciennes technologies cristallines ou avec des coûts de production très bas (mais peu de rendement). Toutefois, ils ne sont aujourd'hui utilisés que dans des conditions particulières et/ou pour des projets spéciaux (spaciaux par exemple) et leur industrialisation se développe très progressivement.

Techniques d'installation : Intégration et onduleurs

Intégration : Intégration simplifiée au bâti, Intégration au bâti et autre intégration

Intégration simplifiée au bâti (ISB)

panneaux solaires photovoltaïques intégrés au bâtiCette solution est aujourd'hui la plus courante et consiste à venir posé les panneaux solaires par-dessus la toiture. Cela signifie que l'installation n'assure pas l'étanchéité de la toiture et le prix d'investissement est donc moins élevé car la pose nécessite moins de main d'oeuvre et de risques pour les artisans. Le tarif de rachat est également plus faible.

Intégration au bâti

panneaux solaires photovoltaïques intégration simplifiée au bâtiDans ce cas, les panneaux font partie intégrante de la toiture et assure l'étanchéité. Concrètement, cela signifie qu'il n'y a pas de tuiles sous les panneaux solaires. C'est une solution tout à fait adaptée dans le neuf ou en rénovation complète de toiture. L'intégration est plus discrète et l'installation est donc plus esthétique. Elle induit un coût de rachat plus intéressant que l'ISB.

Les autres intégrations

panneaux solaires photovoltaïques non intégrés au bâti installation au sol Les autres intégrations sont relativement diverses mais consiste le plus souvent à poser des panneaux solaires au sol ou en toiture-terrasse sur des supports avec la bonne inclinaison. Le tarif de rachat est le plus faible, tout comme l'investissement. La contrainte des masques solaires potentiels en font une solution peu adaptée pour un particulier.

Les onduleurs

A quoi sert un onduleur?

Un onduleur est un système qui transforme l'électricité produite en courant continu par les panneaux solaires photovoltaïques, en courant alternatif compatible avec le réseau. Il est indispensable d'avoir un (ou plusieurs) onduleur(s) sur chacune des installations photovoltaïques.

Onduleur central

Les onduleurs centraux, ou onduleurs string, étaient les seuls utilisés il y a encore quelques années. Le principe est simple, tous les panneaux sont reliés en série et raccordés à un onduleur déporté.

Onduleur central (string)
AvantagesInconvénients
Investissement initial moins élevéDurée de vie de 10 ans, au moins un remplacement à prévoir sur la durée de vie de l'installation
Déporté (pas sur le toit) = facilité de maintenancePanneaux en série = un panneau défaillant ou à l'ombre diminue fortement la production
Courant continu haute tension = dangers électriques augmentés et généralement solution de câblage propriétaire

Micro-onduleurs

Les micro-onduleurs sont placés derrière chaque panneau (parfois reliés par 2 pour en limiter le nombre). Les panneaux sont ainsi reliés en parallèle ce qui permet à l'installation d'être un peu moins impactée par les masques solaires.

Micro-onduleurs
AvantagesInconvénients
Investissement initial un peu plus élevéGénéralement garantie 20 ans, encore faut-il que l'entreprise existe 20 ans après...
Les panneaux en parallèle = un défaut n'affecte pas toute l'installationSAV moins réactif et maintenance plus compliquée (accès sur le toit)
Souvent vendu avec un système de visualisation (production et défaut par panneau)
Courant continu de moindre tension = risques électriques réduits

Quel type d'onduleur choisir pour ses panneaux solaires photovoltaïques?

Aujourd'hui, les micro-onduleurs se démocratisent de plus en plus. Ils sont en effet plus souple et permettent d'avoir un risque de panne total plus faible. L'installation électrique est également moins dangereuse et plus adaptée à la pose soi-même. Toutefois, cela ouvre un peu plus la porte à de pseudo-professionnels. De plus, le gain énergétique est très faible voire inexistant.

Sur une installation neuve, il vaut sans doute mieux partir sur les micro-onduleurs, même si la pose d'un onduleur central n'est pas une abération.

Sur une installation existante, le gain global est nul et il n'est pas intéressant de changer. Le changement d'onduleur est l'une des arnaques en vogue actuellement auprès des propriétaires de panneaux solaires photovoltaïques (voir plus bas).

Comment obtenir la meilleure production électrique ?

Outre la technologie de panneaux retenue, le rendement d'une installation photovoltaïque est défini par plusieurs critères majeurs :

La localisation géographique

Que vous soyez à Lille, Nantes ou Nice, le degré d’ensoleillement varie tout comme les performances de votre installation. A Lille 1 kWc posé (1 kW Crète correspond à la puissance maximale obtenue par les panneaux solaires photovoltaïques installés dans les meilleures conditions) produira 900 kWh annuel. A Nantes, 1 kWc produira 1000 kWh annuel. A Nice, 1kWc produira 1300 kWh.

carte ensoleillement panneau solaire photovoltaique

L’orientation et l’inclinaison

En France (hémisphère Nord) la meilleure orientation possible est plein sud, l’inclinaison optimale est de 30°. Dès que l’on s’écarte de ces standards, les performances chutent de manière sensible :

inclinaison orientation rendement panneau solaire photovoltaique

On pourra tout de même noter que pour avoir une meilleure intégration de la production photovoltaïque dans le mix énergétique national, certains panneaux devront avoir des orientations légèrement différentes (sud/est ou sud/ouest). Cela permettra d'étaler la production et surtout de la faire plus correspondre aux usages.

Les masques solaires

Votre installateur doit étudier les ombres projetées des éléments à proximité de vos panneaux solaires photovoltaïques : cheminée, arbres, autres bâtiments. Cela était primordial lorsque les panneaux étaient reliés en série avec un onduleur unique. Concrètement, si une cellule était ombragée, cela diminuait très fortement la production sur l’ensemble de l'installation! Toutefois, cela devient de moins en moins vrai puisque la plupart des installations récentes ont désormais des "mini-onduleurs" et les panneaux sont donc reliés en parallèle. Ceci étant dit, une cellule à l'ombre reste une cellule qui ne produit pas. Choisir le bon endroit pour son installation reste donc capital. Voir le mauvais exemple ci-dessous avec des panneaux photovoltaïques ombragés:

masque solaire ombre panneau solaire photovoltaique

Comment valoriser sa production photovoltaïque ?

Aujourd'hui, il existe 3 choix possibles pour valoriser sa production d'électricité photovoltaïque : la renvente totale, l'autoconsommation partielle et l'autoconsommation totale.

La renvente totale

Cette solution était l'extrême majorité des cas jusqu'en 2017. Le principe est relativement simple : toute la production est revendue à un producteur d'électricité (généralement EDF OA) à un tarif d'obligation d'achat fixé pour 20 ans. Ce dernier se situe à environ 20 ct€/kWh en fonction de la configuration des panneaux et est modifié annuellement (mais reste fixe pour la durée du contrat). Cela reste le choix financier le plus intéressant mais l'est de moins en moins car la différence entre le prix de rachat de l'électricité et le coût d'achat de l'électricité diminue (le tarif moyen d'achat de l'électricité est aujourd'hui supérieur à 15 ct€/kWh).

L'autoconsommation partielle

L'autoconsommation partielle (ou revente partielle) consiste à consommer en priorité sa production et revendre le surplus. Par exemple, la production est de 200 W, la maison consomme 100 W, on injecte et donc on vend 100 W au réseau.

Jusqu'en 2016, il n'était pas possible de revendre sa production mais simplement de l'injecter sur le réseau. Autrement dit, le surplus de production était injecté gratuitement sur le réseau.

Depuis 2017, la tendance s'est inversée puisque non seulement l'autoconsommation partielle est possible mais elle est encouragée. Il existe en effet une prime qui se situe entre 290 et 380€/kWc installé (selon la puissance installée). Le tarif de rachat reste cependant moins élevé à 10 ct€/kWh.

L'autoconsommation partielle reste donc aujourd'hui un choix plus idéologique que financier même si cela est de moins en moins vrai. L'objectif étant de tendre vers un "effacement" de sa consommation sur le réseau. Cela oblige par exemple à "optimiser" sa consommation d'électricité pour la faire correspondre à sa production.

L'autoconsommation totale

L'autoconsommation totale peut se décliner de 2 manières différentes : en site raccordé au réseau ou en site isolé.

Raccordé au réseau : le bâtiment est raccordé au réseau et l'on est sûr que la consommation sera supérieure à la production. C'est rarement le cas sur une installation individielle mais cela peut s'envisager sur certains bâtiments agricoles d'élevages ou industriels. Dans ce cas, il n'y a aucune injection dans le réseau qui viendra faire le complément entre production et consommation.

Site isolé : Ici, le bâtiment n'est pas raccordé au réseau. Cela peut notamment être le cas de certains chalets de montagne, des zones reculées et dans certains pays où le réseau n'est pas encore 100% développé. Dans ce cas, la production est généralement plus importante que la consommation et le surplus est stocké dans des batteries qui prendront le relai lorsque la production des panneaux ne sera plus suffisante (notamment la nuit). Le stockage représente un investissement important et un dimensionnement précis pour subvenir aux besoins du bâtiment qui y est raccordé.

A noter que peu importe la solution choisie, la consommation d'électricité phovoltaïque sera consommée au niveau local. Les électrons qui transportent l'énergie électrique sont plutôt fainéants et iront là où il y a de la consommation au plus proche. Même en injectant sur le réseau, vous aurez donc toutes les chances (avec vos voisins) de consommer l'énergie produites par vos panneaux.

Prix et rentabilité des panneaux solaires photovoltaïques

Un prix de base...

Le coût de l'installation baisse avec l'augmentation de la surface à couvrir. On peut ainsi estimer le prix pour une installation intégrée entre 3 et 4€/Wc. La puissance la plus courante est de 3 kWc puisqu'elle bénéficie d'un tarif de rachat plus important (15% de plus) en revente totale. De plus, elle ne nécessite pas une grande surface de toiture puisqu'il faut compter environ 100 Wc/m². Une installation de panneaux solaires photovoltaïques classique a donc une puissance de 3 kWc soit 30 m² et représente un investissement compris entre 9000 et 12 000€. A noter qu'il n'existe plus d'aides de l'Etat (crédit d'impôt), mais certaines collectivités peuvent cependant proposer des aides locales.

...Et des prix cachés

Outre l'installation de base des panneaux solaires, il faut prendre en compte un remplacement de l'onduleur (s'il est central) tous les 10 ans, pour un coût d'environ 1500€.

Par ailleurs, la production d'électricité est soumise à l'impôt sur le revenu.

De plus, il faut payer à Enedis le coût d'utilisation du réseau public, soit environ 70€/an.

Enfin, il faut impérativement avoir une assurance "responsabilité civile", idéalement couplée avec une assurance "dommages aux biens". Cela permet d'une part de couvrir les risques d'incendie dûs à l'installation, et d'autre part de la couvrir en cas de dégradations (liées notamment à des catastrophes naturelles).

Une rentabilité financière discutable...

Avec la baisse du prix du rachat, entre 17 et 20 ct€ (en Avril 2018), la rentabilité d'installation de panneaux solaires photovoltaïques se situe autour de 15 à 20 ans, selon la zone géographique et le type d'intégration (qui définit le tarif de rachat). Comparé à un investissement financier (à 2 ou 3%), une installation photovoltaïque n'est pas réellement compétitive. A noter que même si les taux de prêt sont actuellement très bas, emprunter diminue encore la rentabilité.

Toutefois, avec l'augmentation du coût de l'électricité, l'autoconsommation avec revente en surplus devient une solution de plus en plus rentable. C'est certes un risque sur la montée du kWh d'électricité, mais celui-ci va irrémédiablement grimper. La bascule est aujourd'hui entrain de s'effectuer entre le tarif de rachat (entre 17 et 20 ct€) et le coût d'achat (entre 15 et 17 ct€).

...Un impact écologique plutôt intéressant

Les panneaux solaires cristallins sont principalement composés de cellule en silicium. Ce matériau est relativement abondant sur terre (on en trouve notamment dans le sable). Certains matériaux rares restent cependant utilisés mais pourraient être réutilisés avec un bon recyclage des panneaux solaires thermiques. Cette filière de recyclage n'est en réalité pas vraiment structurée tout simplement puisqu'il y a peu de panneaux solaires en fin de vie.

Par ailleurs, on estime à environ 3 ans, le temps de production d'un panneau solaire nécessaire à "rembourser" la production de CO2 produite pour sa fabrication, son transport et son recyclage. Rapporté à une durée de 25 ans, cela reste donc acceptable.

Quel professionnel choisir pour mon installation photovoltaïque ?

Si vous envisagez de faire appel à un professionnel pour installer des panneaux solaires photovoltaïques, il est important de réaliser plusieurs chiffrages afin de mettre les entreprises en concurrence et faire baisser mécaniquement les prix. Pour cela, vous pouvez utiliser une application de devis en ligne gratuite et sans engagement comme Enchantier:

Votre demande de devis a bien été enregistrée.
Nos entreprises partenaires (Enchantier, 123 Devis ou Travaux.com) prendront contact avec vous très prochainement par mail ou par téléphone pour plus de précisions sur votre projet et pour vous mettre en relation avec des artisans disponibles et proches de chez vous.
Pensez à vérifier que vous ne recevez pas les mails dans vos "spams".

  • Votre projet
  • Vos coordonnées
  • * *
  • Vous êtes
  • Votre situation *
  • *
  • de *
  • * *

Il faut ensuite sélectionner la meilleure offre, quelques pistes pour trouver le bon installateur:

Les arnaques aux panneaux solaires photovoltaïques

Démarchage : prix surdimensionné, rentabilité illusoire

Très concrètement, il faut avoir à l'esprit qu'un démarchage n'est jamais une bonne affaire. Une installation photovoltaïque doit être un projet mûrement réfléchi, tant au niveau technique que financier. Les démarchages sont les cas où l'on rencontre le plus de devis surdimensionné (rappel : une installation photovoltaïque se situe entre 3 et 4€/kWc). De plus, il est courant de voir des discours relativement alambiqué qui mélange facture de consommation, tarif de rachat, prêt...

Il faut donc bien avoir à l'esprit qu'une revente totale n'affecte pas votre facture d'électricité et peut donc être assimilée à un placement financier (peu intéressant comme expliqué un peu plus haut).

A l'inverse, l'autoconsommation va diminuer votre facture d'électricité mais aussi le gain en rachat EDF. Il n'est donc jamais possible d'avoir un maximum de rachat, de diminuer sa facture et de rembourser intégralement l'emprunt contracté pour l'installation.

Le remplacement des onduleurs

Comme évoqué plus haut, les micro-onduleurs deviennent de plus en plus courant. Certains commerciaux l'ont bien compris et incitent donc les particuliers déjà propriétaires d'une installation photovoltaïque à changer de solution d'onduleur. L'argument principal est l'augmentation du rendement ce qui n'est le cas que sur très peu d'installations et avec des gains qui restent modestes. Le remplacement d'une technologie à l'autre d'onduleur n'est donc jamais rentable, d'autant qu'il induit une dépose/repose des panneaux et une modification du circuit électrique (ce qui peut notamment poser des soucis de garanties et d'assurances).

Conclusion: Quel bilan pour les panneaux solaires photovoltaïques?

Les installations photovoltaïques étaient jusqu'à lors un placement financier devenu de moins en moins intéressant, à cause notamment d'un prix de rachat en baisse. L'ouverture de la formule "autoconsommation + vente du surplus" redonne un nouvel élan à la filière. L'intérêt devient alors autant financier qu'écologique.

Ceci étant, l'investissement reste conséquent et doit donc être étudié avec précision avec des artisans de qualité.

A noter que pour ceux qui possèdent des fonds à investir mais pas de surface à exploiter, ou inversement, des initiatives de regroupement de citoyens existent comme l'opération Cowatt.

Par ailleurs, d'autres solutions pour exploiter l'énergie solaire existent, moins coûteuses et parfois plus adaptées, comme la production d'eau chaude solaire ou les panneaux solaires hybrides.

Laisser un commentaire ou poser une question




#33 - Benjamin (Admin) - 04 Juin 2018

Bonjour Muguet, si votre onduleur n'est pas dans le grenier comme je l'avais compris au départ (puisque l'indisponibilité semblait concomitante avec l'isolant de la toiture...), il faudrait effectivement un système de ventilation type extracteur d'air dans le local où se trouve l'onduleur avec déclenchement via un thermostat.

Si cela n'est pas possible (ou si l'onduleur est dans le grenier), un extracteur au plus proche de l'onduleur via un ventilateur (type ventilateur pc) aura également un impact, mais uniquement si le local est suffisamment ventilé (sinon on va brasser de l'air mais de l'air dont la température augmentera tout de même).

#32 - Muguet - 01 Juin 2018

Bonjour
Comment ventiler l onduleur? Avec un ventilateur ds pièce ou un système interne a l onduleur ?
GD merci

#31 - MUGUET - 31 Mai 2018

GRAND MERCI pour ces infos;

#30 - Benjamin (Admin) - 31 Mai 2018

Bonjour MUGUET,
2 remarques tout d'abord :
- Soit en isolant vous allez avoir baisser la température maxi et l'onduleur va plus fonctionner
- Soit en isolant vous avez également réduit le renouvellement d'air et l'onduleur est moins refroidi par ventilation naturelle.
Difficile donc de déterminer l'impact sur la disponibilité de l'onduleur et donc la production injectée de vos panneaux.

Au-delà de 60 à 70°C, la plupart des onduleurs cessent de fonctionner. A mon sens, c'est pourquoi votre onduleur se met en dérangement. En cessant la transformation du courant qui génère de la chaleur, l'onduleur refroidi et peut donc ensuite se réenclencher quand la température a suffisamment baisser.

Une solution envisageable serait de mettre un ventilateur couplée à un thermostat qui s'enclencherait par exemple lorsque la température dépasse 40°C. Cela permettrait de fait de refroidir l'onduleur avant que la température n'augmente trop.
Il faut également voir l'emplacement de l'onduleur et l'étanchéité du tableau dans lequel il se trouve (si celui-ci est dans un tableau).

#29 - MUGUET - 30 Mai 2018

BONJOUR

nous avons des panneaux solaires depuis dix ans et cette année nous avons fait isoler le toit via extérieur; depuis je regarde bcp plus notre production d'électricité et j'ai remarqué que lorsqu'il fait très chaud l'onduleur note la production "en attente" et donc par grandes chaleurs on a une production moindre que par une belle journée ensoleillée moins chaude; est-ce normal
grand merci

#28 - cerise - 19 Mars 2018

En bâtiment agricole à rénover ? Intéressant ? région Est exposition des toits : un pan au levée du soleil et donc l'autre à l'ouest environ 900 m². Quel coût, quelle rentabilité ? auto consommation fact edf plus 500 € par mois en ejp

#27 - Xavier (admin) - 19 Février 2018

Bonjour Nidan,

A ma connaissance, il n'y a pas d'aides possibles pour ces travaux :
https://conseils-thermiques.org/contenu/aides-financieres-travaux.php

Dans le doute, vous pouvez contacter le service public de l'énergie au 0 808 800 700 (service gratuit et indépendant de 8 h à 18 h).

A bientôt,

#26 - Nidan - 15 Février 2018

Panneaux installles en 8/2017 seulement crédit impôt à venir ,pas possible taux 0 maison de 1995 puis je bénéficier encore d aides. Coût 15000 pour 10 panneaux par aplusenergie merci

#25 - Benjamin (Admin) - 15 Novembre 2017

Bonjour Cat,
Vous ne précisez pas votre région climatique donc difficile de répondre mais le coût annoncé est cohérent.
Combien payez vous de chauffage, car c'est aussi cela qui fera la différence.
Dans tous les cas, aujourd'hui le tarif de rachat est toujours bien au-dessus du prix d'achat donc il reste intéressant de tout vendre pour acheter, d'autant que l'on est sûr que 100% de ce qui est produit est valorisée.
En effet en autoconsommation, et en particulier avec une installation de 9 kWc, il y a fort à parier pour que vous produisiez trop en été = vente à 0€ à EDF... qui vous remercie... et pas assez en hiver = obligé d'acheter de l'électricité à 15ct€/kWh, surtout avec un chauffage électrique (pompe à chaleur).
Donc investir pourquoi pas, mais il faut alors tout revendre pour viser l'optimum économique.

#24 - Benjamin (Admin) - 15 Novembre 2017

Bonjour Fab,
Je ne sais pas quelle est la surface de votre maison, mais une consommation de 22650 kWh est relativement importante.
Le plus rentable serait donc d'abord d'isoler les combles (30 cm mini d'isolant) et de mettre une régulation efficace du chauffage (réduit en période de nuit et d'inoccupation).
Le photovoltaïque peut attendre (les prix des installations sont plutôt à la baisse).

#23 - Cat - 12 Septembre 2017

Bonjour,
le bilan de ma conso du 18 Nov au 9 juillet est de 538 €, avec tarif heures creuses de 23h30 à 7h30 essentiellement pour le cumulus et les lave vaisselle et linge qd cela est possible.
J'ai une chaudière Wiessmann ancienne mais très bien entretenue.
On me propose une installation PV de 9KWC à 29 500€ posé avec un gestionnaire d'installation inclus de 6500€ ouvrant un crédit d'impôt de 1950€ et une subvention d'état de 3600€.
L'installation sera installée sur un toit de hangar orienté plein sud pour 30m2 de plaques. Le rapport serait de 3100€ à 3700€ par an au bout de 20 ans et l'amortissement se ferait en 10 ans.
Je me pose les questions suivantes :
Le coût est -il juste ?
L'investissement est-il judicieux pour la revente à 0,2354€ le KW ?
ou serait-il plus judicieux d'envisager de consommer ma production et de coupler avec une pompe à chaleur pour remplacer mon mode de chauffage et chauffer éventuellement la piscine et l'eau du cumulus et avoir un bilan énergétique positif.
Merci pour tous vos conseils, cordialement.

#22 - Fab - 23 Août 2017

Je souhaite baisser ma facture edf pour ne plus payer que l'abonnement.
Je consomme 22 650 kw par an.
On me propose une intallation photovoltaïque de 9kw ( 23 500€ posée )avec ballon thermo dynamique de 270l ( 4650€ posé ) et régulateur thermique indepbox easy de comwatt ( 5600€ posé ) Est-ce la bonne solution et les prix justes ?

#21 - Benjamin (Admin) - 18 Août 2017

Bonjour,
Il vaut mieux découpler le projet de mettre des panneaux solaires photovoltaïque et une pompe à chaleur.
En effet, utiliser des panneaux solaires uniquement pour la pompe à chaleur diminue considérablement l'intérêt puisqu'ils produiront à pertes lorsque les besoins de la PAC ou de la pompe seront nuls.
Il vaut mieux coupler les panneaux solaires photovoltaïques au réseau global de la maison (autoconsommation) ou au réseau électrique (revente) afin de valoriser au maximum la production photovoltaïque.

Vous pouvez également vous renseigner sur les panneaux solaires thermiques qui pourraient également fournir de l'eau chaude, avec moins de contraintes qu'une PAC.

#20 - Biscaro - 18 Août 2017

Bonjour,
J'ai un projet à moyen/long terme (horizon 3 ou 4 ans) de creuser puis construire une piscine au fond de mon jardin. Je précise que je vis dans l'Essonne. Dans mon idée (qui n'est encore qu'aux balbutiements), je souhaiterais une piscine de 3m x 6m pour en moyenne 1,5m de haut, soit environ 27m3 d'eau. Je souhaiterais pouvoir chauffer cette eau à 25-27°. Dans le même projet, il est question de construire un abri de jardin qui abriterait, outre mes outils de jardin, la pompe de la piscine. Cet abri pourrait mesurer 3m x 6m soit 18m² de toiture. Au vu de ces dimensions est-il possible d'installer des panneaux électriques capables d'alimenter à la fois la pompe de la piscine et en même temps un système de chauffage pour la piscine. Par avance merci pour les renseignements.

#19 - Jean-Paul - 07 Mars 2017

Bonsoir,

J'ai un gestionnaire d'énergie qui pilote mon chauffage électrique et la mise en route du cumulus sur les heures creuses. Il faudrait donc qu'il mette en route le cumulus par exemple pendant les périodes d'ensoleillement.
Mon gestionnaire est un Delta Dore Starbox F03. J'ai des sorties "automatismes" que je pourrais peut être utiliser.
Si je prend un peu de recul, je me rends compte qu'il n'y a pas grand chose de rentable dans le solaire. D'autant que je me situe en Haute Savoie.

#18 - Benjamin (Admin) - 07 Mars 2017

Bonjour Jean-Paul,
C'est l'intérêt du gestionnaires d'énergie dont je parlais un peu plus bas.
A 13 ct€ / kWh (tarif HC), il faut une production de 1200 W pendant 17000 h. En imaginant que l'on se situe dans le sud, avec un ensoleillement de 2000 h (dans le sud-est, on peut espérer 2800h), la rentabilité est de 8,5 ans (6 ans dans le cas le plus favorable).
Après il faut réfléchir sur le système pour consommer le maximum d'énergie produite, car si on en perd ne serait-ce que 10%, on rajoute 1 an au retour sur investissement, mais aussi gérer les périodes avec peu ou pas de production...
C'est donc normalement le rôle du gestionnaire d'énergie qui est capable de mettre en route certains éléments (ballon ECS, lave-vaisselle, lave-linge, ...) lors qu'il y a de la production.

#17 - Jean-Paul - 07 Mars 2017

Bonjour,

Suite à votre réponse, je voudrais préciser ma pensée : j'ai trouvé un kit de 1200 W à 2200 €. Est-ce qu'on peut envisager de "recharger" le cumulus tous les jours gratuitement plutôt que la nuit en heures creuses ? J'ai un 300 l, mais on n'est plus que 2 à la maison, donc on ne doit pas chauffer plus de quelques heures la nuit les litres consommés la journée.

C'est sans commune mesure avec une installation de plusieurs dizaines de milliers d'euros, comportant un montage financier complexe, qui ne rapporte rien pendant les 10 ou 15 ans où on rembourse l'investissement, puis une revente à EDF à des taux qui deviennent inintéressants.
Par contre comment faire pour être sûr de consommer ce qu'on produit puisqu'on ne le stocke pas et sans le réinjecter gratuitement sur le réseau.

#16 - Benjamin (Admin) - 06 Mars 2017

Bonjour Jean-Paul,
La différence d'installation entre une production en auto-consommation et une revente est relativement faible.
On "économise" un compteur, mais il y a souvent un système de gestion d'énergie pour maximiser les consommations (lave-vaisselle, chauffe-eau, etc...) lors des productions. Il faut en effet éviter de ne pas consommer de l'électricité (et donc de le remettre gratuitement dans le réseau!).

Quand a avoir une puissance de quelques centaines de watt, cela peut se justifier pour une utilisation ponctuelle pour éviter des travaux de raccordement, mais sinon il n'y a aucune rentabilité.

#15 - Jean-Paul - 06 Mars 2017

Bonjour,

On voit bien qu'à part une volonté d'aller vers de l'énergie renouvelable, l'installation de panneaux solaires n'est pas rentable.
A aucun moment dans l'article, n'est évoqué le système de production/consommation instantanée d'énergie solaire, genre 500 ou 1000 W. Ce n'est pas très cher, ni très encombrant, c'est facile à installer puisqu'on ne revend rien à EDF.
Qu'en est-il de la rentabilité d'un tel système ?
D'avance merci pour votre retour d'informations.

#14 - zach - 20 Février 2017

bonjour,je suis en AFRIQUE, au CAMEROUN, j'aimemais avoir d'amples informations sur des panneaux solaires adéquates pour ma construction; 1) quel genre de panneau solaire utiliser? 2) savoir quelle catégorie de panneau pour une maison à 12 pièces? quelle entreprise fiable? comment faire pour subvenir à l'entretien du panneaux au bout de 20ans?

#13 - Xavier (admin) - 18 Octobre 2016

Re Mamie 77,

C'est bien logique de vouloir payer moins cher tout en vivant mieux! Pour aller plus loin, je peux vous proposer de mettre en pratique quelques éco-gestes au quotidien si ce n'est déjà fait. Rassurez-vous, pas d'investissement de plusieurs milliers d'euros! Juste quelques optimisations de bon sens :

http://conseils-thermiques.org/contenu/reduire_sa_facture_d_electricite_sans_investissement.php
http://conseils-thermiques.org/contenu/reduire_sa_facture_de_chauffage_sans_investissement.php
http://conseils-thermiques.org/contenu/reduire_sa_facture_d_eau_sans_investissement.php

Belle journée à vous également et à bientôt,

#12 - Mamie77 - 18 Octobre 2016

Bonjour Xavier,

J'ai bien fais de chercher à faire confirmer mon intuition car, en effet, la proposition m'a paru très élevée.
Heureusement je ne suis pas encore mamie gaga qui signe n'importe quoi !

Oui, vous avez raison.
Je suis en train de changer ma chaudière Chappée pour une chaudière Wiessmann à condensation (utilise le fioul désoufré) et bénéficie d'un crédit d'impôts (30 % sur le matériel) et une subvention de la caisse de retraite pour le reste. Le devis s'élève à 9 921,00 Euros quand même !
Etant éligible, j'ai fais isoler les combles perdu pour 1 Euro.
Je résilie le contrat électricité avec l'EDF et m'abonne chez Direct Energie.
...
Je n'ai aucune scrupule de demander car les taxes foncières pour ma maison augmentent significativement chaque année !!!
C'est un impôt parfaitement injuste car plus vous travaillez pour avoir un chez soi pour ne pas être assisté et plus vous êtes taxés !
Et le montant de ma retraite n'est pas imposable sur les revenus... cherchez l'erreur !

Bon, je m'égare car au paroxysme du mécontentement de la façon dont ce pays est dirigé, j'ai pris le chemin de vouloir vivre en autarcie et paix.

Merci beaucoup pour votre réponse.
Je vous souhaite un belle journée.

#11 - Xavier (admin) - 18 Octobre 2016

Bonjour Mamie 77,

J'ai fait une simulation sur le site Calsol (Institut National de l'énergie solaire). Êtes-vous bien sûre que votre installation faire 4 kWc au total car le prix indiqué est très clairement au dessus du marché... Normalement 4 kWc coûte autour de 14 000€ (à raison de 3.5€ / Wc). De ce fait, la rentabilité est inexistante.

Pour répondre à vos autres questions, l'électricité vous sera racheté 25 cts le kWh (il coûte actuellement autour de 12 cts). De ce fait, vous n'avez pas tellement intérêt à être en autoconsommation d'autant que dans les faits, l'électricité produite localement sera consommée localement (par vous principalement).

Au niveau de votre projet dans son ensemble, il me semblerait plus logique pour vous d'investir dans votre confort quotidien en renforçant l'isolation (et fenêtres) et en changeant de mode de chauffage. Ainsi, vous aurez le droit aux aides de l'état et vous bénéficierez tout de suite d'un confort accru tout en participant aux économies d'énergie. La rentabilité serait également plus rapide et l'investissement moindre.

Au plaisir d'échanger,

#10 - Mamie77 - 18 Octobre 2016

Bonjour,
La toiture de ma grange 150 m² x2 un côté orienté sud-ouest se prête bien à y installer des panneaux photovoltaïques. Un plan de financement m'a été proposé pour 27 000 euros ou 24 000 euros pour 16 panneaux et une production solaire de 6000 kWh/an.
Certes, cette proposition est alléchante mais le montage du dossier relativement compliqué avec 3 acteurs (agence, moi et banque pour le crédit). Je suis retraitée et me demande si l'investissement n'est pas un peu cher d'autant plus que je continuerai à payer ma consommation d'électricité.

Voici les informations qui m'ont été fournies :

* PRODUCTION REVENTE :

Puissance totale : 4 KWc
Unitaire : 1 - 250 Wc
Nombre panneaux : 16

Station Météo France : I.D.F.
Gisement Solaire : 1739 h/an
Heures retenues : 4 h/j sur 1500 h/an
Production solaire : 6000 kWh/an
Tarif de rachat : 0,25 Euros - bonification : + 10 %
Bonifié : 6 600 kW/an - Coef. Indexation : 1,74 soit 5 % sur 20 ans
Production solaire moyenne annuelle sur 20 ans : 2871 Euros/an
Production solaire moyenne mensuelle sur 20 ans : 239 Euros/mois, 7-8 Euros/jour

MONTAGE DE L'OPERATION :

Période 1

Montant total de l'opération : 27 000 Euros
Durée en mois (report) : 12 mois
Mensualité de l'amortissement : 0 Euros
Raccordement ERDF (estimatif) / Mise en service compteur : (1 500 Euros)
Crédit d'Impôts : 0
Crédit d'Impôt Enfants ! 0
Récupération de TVA 20 % (>3 kWc) : 4 500 Euros
Revenus moyens annuel sur la période : 2 871 Euros
Autres aides et subvention : 0
Sous-total : 7 371 Euros


Période 2 : 1 - 9 ans

Montant d'amortissement : 19 629 Euros (je ne garde pas les 7 371 Euros mais je diminue le montant total de l'opération)
Durée de l'amortissement : 108 mois
Mensualités de l'amortissement : 228 Euros
Revenus mensuels moyens sur la période : 239 Euros
Différentiel moyen en Euros/mois : + 11 Euros

Sous-total : 1 188 Euros

Période 3 : 10 - 20 ans

Durée du contrat d'achat ERDF : 20 ans - 240 mois
Garantie de rendement des modules : 25 ans - 300 mois
Revenus mensuels moyens sur la période : 239 Euros
Durée restante en mois : 240 - 108 - 12 = 120 x 239

Sous-total : 28 680 + 1 188 Euros

RESULTAT TOTAL : 29 868 Euros

*****
D'autre part et puisque j'ai posé pas mal des questions (impact fiscal, entretien des panneaux, assurances, etc.) il m'a proposé une autre formule, à savoir : servir de chantier "modèle" ou quelque chose comme cela, auquel cas le Montant total de l'opération ne sera que de 24 000 Euros,

Période 1 :
pas de 1 500 Euros raccordement ERDF, récupération de TVA tombe à 4 000 Euros mais j'obtiendrai une Eco-prime de 500 Euros.

Période 2 : 1-7 ans :
Montant de l'amortissement : 16 629 Euros
Durée de l'amortissement : 84 mois
Mensualité de l'amortissement : 233 Euros (le 10 du mois)
Revenus mensuels moyens sur la période :239 Euros (le 1er du mois)
Différentiel moyen en euros/mois : + 6 Euros
Sous-total : 504 Euros

Période 3 : 8 - 20 ans :
Durée du contrat d'achat ERDF : -
Garantie de rendement des modules : -
Revenus mensuels moyens sur la période : 239 Euros
Durée restante en mois : 240 - 84 - 12 = 144 x 239
Sous-total : 34 416 + 504 = 34 920 Euros

RESULTAT TOTAL : 34 920 Euros au lieu de 29 868 Euros

********
Je lui ai proposé de louer la toiture de ma grange ! Evidemment, cela ne marche pas ! Il soulignait l'impact sur l'environnement dont je suis d'accord mais paa à n'importe quel prix. Sinon, les panneaux sont de fabrication française ou allemande. L'Allemagne a 15 ans d'avance et la France traîne ...

Il ne pas pas été proposé l'option en autoconsommation. Il est vrai que j'ai un chauffage au fioul (désoufré) donc refaire l'installation n'est plus envisageable.

Je suis retraité et à mon âge (72 ans) je n'ai plus de crédit. S'engager sur 20 ans et ne sachant pas à quel taux d'intérêts ils vont négocier le crédit avec leur banque pour moi alors je reste très prudente.

Ceci dit, cela est toujours intéressante et même vital de s'occuper de notre environnement pour mieux respirer et vivre sainement.
Je ne comprends pas tout mais j'aurais aimé réveiller Nicolas TESLA !
Merci pour votre lumière et assistance.

#9 - Xavier (admin) - 01 Septembre 2016

Bonjour Marie,

Pour des panneaux solaires polycristallins fabriqués en Europe (type SolarWorld), on peut tabler sur 1000€ TTC le kWc.

Cela représente donc autour de 1/3 du prix par rapport à une installation complète (installation intégrée au bâti de 6 kWc : 18 000€, 6 kWc en fourniture seule : 6000€)
A bientôt,

#8 - Xavier (admin) - 01 Septembre 2016

Bonjour Richard,

Merci de l'intérêt que vous portez à notre site (qui n'est aucunement relié à la Maif par ailleurs).

Pour les tarifs de rachat, si l'on s'en réfère aux informations gouvernementales (qui restent certainement les plus fiables), "les tarifs applicables pour les installations sur toiture dépendent de la puissance crête et du degré d’intégration au bâti des installations". Ce système prévôt depuis 2011 et répond à un objectif de 50 MW/trimestre pour les installations intégrées au bâti (IAB) et les installations intégrés simplifiée au bâti (ISB). Cet outil est cohérent depuis ses débuts, il n' y a priori pas de raison qu'il change.

En ce qui concerne les assurances, il faut voir au cas par cas. Pour la Maif, elle s'engage à ne pas augmenter ses tarifs "habitation" sur les projets de maîtrise de l'énergie:

"Pas de surprime pour l’équipement écologique
Les contrats d’assurance habitation MAIF prennent en compte sans cotisations supplémentaires les nouvelles techniques d’économies d’énergie :
- garantie sans surprime des chauffe-eau solaires, éoliennes, installations photovoltaïques individuelles et raccordement au réseau EDF, chaufferies bois, maisons à ossature bois et toute autre construction faite dans des matériaux écologiques, projets géothermiques...
- garantie sans surcoût de l’extension de responsabilité civile vis-à-vis d’EDF sur les installations photovoltaïques individuelles."
Source: https://www.maif.fr/maif-pour-une-societe-collaborative/offre-et-partenariats/habitat/habitat-1.html

A bientôt,

#7 - Richard - 01 Septembre 2016

Bonjour,

J'espère que vous pourrez faire passer cette demande d'info au service concerné ; il n'y avait aucune proposition proche de ma demande dans le menu déroulant.
Pourtant j'ai vu que la Maif s'impliquait dans les énergies renouvelable : http://www.mon-habitat-durable.fr/accompagnement-maif/assurance-habitation.php

J'habite le département bien ensoleillé de l'Ardèche et je dispose d'une bonne surface de toiture inclinée de 35° plein Sud.
Je voulais valoriser cette surface en implantant de panneaux photovoltaïques mais je ne veux pas retirer les tuiles.
Je ne suis pas le seul à avoir ce raisonnement.
Pour moi il y a possible danger pour l'étanchéité et surcout des travaux.
Notons en plus la meilleure ventilation sous panneaux, donc production, avec une installation en surimposition!
Fin 2015 j'ai entendu que le tarif de rachat d'EDF, (qui conditionne tout!) pourrait évoluer et mettre à égalité les installations intégrées au bâti et celles en surimposition.
Qu’en est-il à cette date ??
Je voyage souvent en Allemagne et je découvre avec stupeur des milliers de toitures équipées alors que ma région, très ensoleillée, n’en est quasiment pas dotée ! De plus, avec le recul de quelques dizaines de mètres, le positionnement intégré au bâti et celui en surimposition ont strictement le même impact sur le paysage.
Ces travaux impliqueraient-ils un surcout de mon contrat pour l’habitation?

Je vous remercie pour votre aide et vous prie de croire en mes sentiments distingués,

#6 - Marie - 31 Août 2016

Bonjour,
Est-ce que vous pourriez me dire le prix par kW d'un module photovoltaïque, s'il vous plaît? Je suis en train de le chercher, mais je trouve seulement le prix en tenant compte l'installation. Merci beaucoup.

#5 - Xavier (admin) - 28 Juin 2016

Bonjour Aben,

Merci de l'intérêt que vous portez à notre site. En fait, c'est peut-être la formulation de l'article qui n'est pas très claire...
A Nantes, au bout de 15 ans, l'installation photovoltaïque ne vous aura rien coûté (votre investissement et votre entretien seront remboursés). Au bout de 25 ans, vous aurez réellement gagné 8232€ (rentabilité à 15 ans + 8232€ de gain de la 16ème à la 25ème année).
J'espère que c'est un peu plus compréhensible. Je vais remanier l’article et j'en profiterai pour mettre les tarifs à jour.

De votre côté, vous pouvez faire la simulation ici:
http://ines.solaire.free.fr/pvreseau_1.php

Avec ces données: Nantes, investissement de 18 000€, prix d'achat 0.27cts le kwh, durée de vie 25 ans.

A bientôt,

#4 - Aben - 28 Juin 2016

Bonjour,

Je ne comprends pas:

Placement financier 18 000€ à 3% sur 25 ans = 19700€
Serait plus fort que le voltaïque 6kw gain net à NANTES 8232€ de la 16e à la 25e année, soit 8232*9=74000€.

Curieux ce raisonnement.
L'un des chiffres serait-il inexact?

Très bon article.

Cordialement

#3 - Xavier (admin) - 12 Avril 2016

Bonjour Bassaris,
Merci pour ce retour. Effectivement, "MONOcristallin" = 1 seul cristal. L'article a bien été mis à jour.

#2 - Bassaris - 12 Avril 2016

Bonjour, j'ai relevé des erreurs dans l'article. Les panneaux solaires monocristallins ne sont pas constitués de plusieurs cristaux "dans le même sens" mais d'un seul cristal d'orientation unique.

#1 - la_bad - 28 Février 2016

excellent article très clair et bien rédigé !

#0 - ally7478 - 30 Janvier 2016

Merci beaucoup pour toutes ces informations très précieuses. Notre décision est prise, nous n'installerons pas de panneaux solaires.
Remonter

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies vous permettant d'accéder à des services et offres adaptées à vos centres d'intérêts et nous permettre de mesurer l'audience.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez-ici.