Les pompes à chaleur

Durant les 10 dernières années, les ventes de pompes à chaleur ont explosé en France. Premièrement parce que les PAC fonctionnent grâce à l'électricité, qui est une énergie accessible à défaut d'être bon marché. De plus, les PAC sont les seuls systèmes à bénéficier de rendements supérieurs à 1, que l'on appelle coefficient de performance (COP). Cela signifie qu'en payant 1 kWh d'électricité, la maison recevra jusqu'à 4 à 5 kWh de chaleur. A noter que tout le monde (ou presque) possède déjà une pompe à chaleur car c'est ce principe qui équipe nos réfrigérateurs.

Principe d'une pompe à chaleur

pacLe principe d'une pompe à chaleur repose sur la différence de températures entre l'évaporation et la condensation selon la pression d'un fluide frigorigène.

Principe : la chaleur de l'air extérieur (même en dessous de 0°C il y a de la chaleur) ou de l'eau va faire évaporer le fluide de la PAC (évaporateur). Une fois celui-ci compressé (compresseur), il se condensera à l'intérieur de la maison (condenseur), libérant la chaleur qu'il a accumulé. Enfin, le détendeur permettra de remettre le fluide à l'état initial, c'est-à-dire liquide et à basse pression.

Les technologies de pompes à chaleur

Les PAC à détente directe

Avec cette technologie, il n'y a qu'un seul circuit remplit de fluide frigorigène. Ce dernier circule donc dans les pompes, les capteurs et les émetteurs de chaleur. Solution à éviter car la charge en fluide frigorigène est très importante et les risques de pollution sont donc élevés.

pac à détente directe

Les PAC mixtes

Le fluide frigorigène circule dans les capteurs de chaleur et les transmet via un échangeur au fluide de chauffage (air ou eau). Les performances sont légèrement inférieures à celle d'un PAC à détente directe (ajout d'un échangeur) mais la charge en fluide est moindre.

pac mixte

Les PAC à fluide intermédiaire

Le fluide frigorigène est contenu uniquement dans la PAC. Un premier fluide vient lui apporter les calories nécessaires à son évaporation, la chaleur sera ensuite transmise au fluide de chauffage.

pac à fluide intermédiaire

Les PAC à absorption gaz

Ils existent des pompes à chaleur dont le compresseur ne fonctionne pas à l'électricité mais au gaz. Cette technologie se développe rapidement et les rendements sont très intéressants. Toutefois, les PAC gaz sont aujourd'hui réservéess à de grosses puissances et donc aux bâtiments tertiaires ou résidentiels collectifs.

Les techniques de chauffage grâce aux pompes à chaleur

les pompes à chaleur aérothermiques :

pac aérothermiqueCe sont les systèmes les plus utilisés. Ils captent les calories de l'air extérieur pour les restituer grâce à des ventilo-convecteurs (convecteurs à air) ou par le biais de planchers chauffants à eau. Ils sont faciles à mettre en place et restent moins onéreux que les systèmes géothermiques mais avec des performances moindres. Dans le cas des PAC aérothermiques, les COP sont généralement de 3 à 10 selon la température extérieure. Ces systèmes doivent être réversibles ou équipés de résistances de dégivrage pour éviter que le givre ne bouche l'évaporateur lorsque les températures sont négatives.
Prix d'une pompe à chaleur Air/air : de 60 à 90€/m² chauffé (et rafraîchi)
Prix d'une pompe à chaleur Air/eau : de 65 à 90€/m² chauffé (et rafraîchi)



Les pompes à chaleur géothermiques horizontales

capteur horizontalLe système permet de capter les calories contenues dans la terre pour la restituer à l'intérieur. Le capteur doit être situé à une profondeur d'environ 80cm et faire une surface d'environ deux fois la surface habitable de la maison. Le principal avantage de cette technologie est que la température de la terre, même à une faible profondeur est plus constante que l'air extérieur. Cela permet d'avoir des températures plus élevées qui augmentent donc les COP de l'installation.
Prix pour une pompe à chaleur à capteur horizontal : de 85 € à 135 € par m² chauffé

Les pompes à chaleur géothermiques verticales

capteur verticalC'est sans aucun doute le système le plus onéreux des technologies de PAC. En effet, on creuse à des profondeurs pouvant atteindre 100m. Le fluide captera ainsi les calories contenues dans la terre ou bien celles d'une nappe phréatique ou d'un puits. Ces deux dernières possibilités nécessitent cependant des précautions très particulières. A cette profondeur, la température est constante et fait donc bénéficier de COP stables et élevés.
Prix pour une pompe à chaleur à capteur vertical : de 145 € à 185 € par m² chauffé

Les split systèmes

split systemeLes split systèmes sont particulièrement présents dans les locaux tertiaires. Ils fonctionnent sur le même principe que les PAC aérothermiques mais sont splittés (séparés) en plusieurs unités. C'est-à-dire qu'il y a une pompe à chaleur par pièce (ou bureau). Ces systèmes sont peu onéreux mais leurs performances énergétiques sont les plus basses des systèmes de PAC.
Prix d'un split system : de 35 à 50€/m² chauffé

Récapitulatif des technologies possibles selon la configuration


récapitulatif des solutions de pompes à chaleur Récapitulatif des solutions de pompes à chaleur possibles selon la configuration (guide pompe à chaleur Ademe)

Coefficient de performance et ETAS

Le coefficient de performance

L'efficacité des pompes à chaleur s'exprime sous la forme d'un coefficient de performance (COP). Comme pour le rendement d'une chaudière, le COP se calcule ainsi : COP = Ce que l'on produit / Ce que l'on consomme.

Avec les pompes à chaleur, on peut produire 4 à 5 kWh pour 1 kWh consommé, les COP peuvent donc atteindre 4 ou 5.

Le COP dépend de la température

pompe à chaleur givréeCependant, les COP peuvent atteindre 4 ou 5 (ou plus) mais cela pour des températures extérieurs élevées (15°C). Hors, plus il fait froid (dehors), plus la pompe à chaleur va avoir du mal à puiser les calories contenues dans l'air. Généralement, les COP sont données jusqu'à -7°C et ils chutent parfois à moins de 2. Le COP est donc une valeur peu représentative des performances d'une pompe à chaleur.

Cette diminution de performance s'explique également par l'utilisation de résistance électrique pour éviter le givre sur la machine, qui apparaitrait lorsque les températures sont basses (alternance cycles de chauffage/dégrivrage). Enfin, à partir de -10°C, la majorité des pompes à chaleur fonctionnent qu'avec une résistance électrique et ne fait plus de cycles classiques.

L'efficacité énergétique saisonnière (ETAS)

Pour pouvoir mieux comparer les performances des pompes à chaleur, les pacs doivent désormais afficher leur efficacité énergétique saisonnière (etas). Ce n'est ni plus ni moins qu'un rendement (ou COP) sur toutes une saison. En intégrant donc les variations de la température extérieure.

Depuis Septembre 2015, l'effacité énergétique saisonnière est prise en compte pour le calcul des certificats d'économies d'énergie, à la place du COP. Cela pourrait donc être prochainement le cas pour le crédit d'impot développement durable.

A noter que l'ETAS concerne aussi les chaudières.

Les fluides frigorigènes

Présentation

Les fluides frigorigènes ont des propriétés très intéressantes qui permettent l'existence des réfrigérateurs, des congélateurs ou des pompes à chaleur. Certains ont un pouvoir de destruction de la couche d'ozone très important et d'autres favorisent l'augmentation du gaz à effet de serre de manière 40 à 10000 fois plus puissance que le C02. L'utilisation des fluides frigorigènes entraînent donc de réels risques sur l'environnement.

Une utilisation encadrée

illustration de la reglementation des fluidesfrigorigenesLes fluides frigorigènes les plus nocifs (comme les CFC) sont désormais interdits suite au protocole de Montréal (1987), que ce soit dans les pompes à chaleur ou les propulseurs de bombes aérosols où ils étaient très utilisés. Grâce à cette interdiction (et d'autres limitations), la couche d'ozone se rétablit progressivement.

Concernant les pompes à chaleur, un entretien est obligatoire tous les ans, afin de vérifier la présence éventuelle d'une fuite, en sachant qu'il est interdit de rejeter un fluide frigorigène dans la nature. Les entreprises les manipulant doivent par ailleurs faire l'objet d'une déclaration en préfecture.

Diagramme de Molier

Pour étudier le fonctionnement (les cycles) des pompes à chaleur d'un point de physique et ainsi connaître la puissance d'une pac, sa température de fonctionnement... on utilise les diagrammes de Molier.

Avantages des pompes à chaleur

Inconvénients des pompes à chaleur

Conclusion

Les systèmes de pompes à chaleur sont une bonne alternative aux chaudières gaz à condensation. Cependant, elles sont souvent moins fiables, plus difficilement réparables et plus chères à l'achat. Elles comptent cependant comme un système d'énergie renouvelable dans le cadre de la réglementation thermique 2012. Aujourd'hui, les pompes à chaleur sont de plus en plus utilisées pour produire de l'eau chaude sanitaire avec les ballons d'eau chaude thermodynamiques.

Laisser un commentaire ou poser une question




#75 - exover - 18.08.17

Benjamin > ce sont des surcout via constructeur. Je ne sais pas du tout ce qui me conviendrait le mieux, le poêle ca a l'air un peu relou quand même lol (puis cela peut être joli par contre avec des gamins...) . Moi je cherche un truc simple sans quasi entretien tout en étant le plus économique possible.
L'eau chaude via solaire, sur le papier ca à l'air chouette mais est ce vraiment efficace...
J'ai vu récemment un truc le t.one de aldes, ca a l'air génial sur le papier encore une fois... Dans les faits aucune idée.
Le chauffage via sol à priori n'est plus une solution vraiment utilisé aujourd'hui et si il y a une fuite faut tout péter...
Enfin bref je suis un peu complètement perdu en faites.

#74 - Benjamin (Admin) - 18.08.17

Bonjour,
Non cela ne pose pas de soucis au contraire.
Les murs seront de toute façon isolés et la terre renforcera encore l'isolation.

#73 - Brotons - 18.08.17

Bonjour,

Nous sommes en cours de construction et nous avons choisi un chauffage au sol avec une PAC.
le terrain étant légèrement en pente, nous aimerions rehausser la terre extérieur afin de l'aplanir autour de la maison. Ceci induit qu une partie où se trouve le chauffage au sol sera dans le soubassement. Est ce que cela pose problème du point de vu isolation?

merci

#72 - Benjamin (Admin) - 17.08.17

Bonjour exover,
Les surcoûts dont vous parler sont des fourchettes relativement larges qui dépendent de tous les paramètres (modèles choisis, configuration, etc...) ou correspondent à des surcoûts facturés par le constructeur dès lors que l'on s'écarte de sa solution de base.
Il faut déjà réfléchir par rapport à vos envies/habitudes.
Un poêle à granulé est une solution intéressante mais il faut accepter de le remplir (jusqu'à 1 fois par jour en pleine saison), de le nettoyer, de construire son plan autour (pour qu'il soit le plus efficace possible), etc...
Le plancher à l'avantage de ne pas prendre de place = on place les meubles où l'on veut + sol chaud. Mais apparemment vous ne souhaitez pas en avoir un donc ça l'élimine d'office.
Avant de voir le prix, essayer déjà de voir ce qu'il vous conviendrait le mieux.
Aujourd'hui on distingue 3 configurations très courantes :
- Chauffage gaz + solaire (ou ballon ecs thermo si mauvaise orientation ou budget très serré à l'investissement)
- Poêle + ballon ecs thermo
- PAC (avec parfois ballon ecs thermo découplé)

#71 - exover - 04.08.17

Bonjour,

Comme beaucoup j'ai du mal à choisir la meilleur solution de chauffage et ECS, en effet nous comptons construire à persan dans le 95, le terrain est exposé sud/nord (à peu près). La maison sera en rt2012 via un constructeur, ca sera une r+1 d'environs 100m2 sans sous sol 50en haut 50 en bas grosso modo.
Qu'est ce qui est le plus interressant ? Une pac occasionne un surcout de 5000€ si je dis pas de bêtise, un système de chauffage au sol basse température (pas franchement fan) est possible et sans surcout. Un chauffage à gaz et poêle est sans sur cout et solaire c'est 1000 ou 2000 de plus (je crois).
Connaissant l'orientation , la taille de la maison et sa situation géographique, que me conseiller vous ? Bien à vous.

#70 - Benjamin (Admin) - 17.05.17

Bonjour Max 59,
Dans le nord, il est vrai que les pompes à chaleur sont peu performantes.
Mais cela vaut aussi pour les ballons d'eau chaude thermodynamiques qui sont en réalité eux-mêmes des pompes à chaleur...
Même si cela peut paraître bizarre, je vous encourage à étudier la question du solaire thermique. En effet, dans le neuf, le surcoût n'est pas si grand et le couplage avec une chaudière gaz est relativement facile. Même dans le nord, le potentiel solaire est suffisant pour avoir une rentabilité intéressante et vous avez en plus une vraie source d'énergie renouvelable (car le ballon thermodynamique fonctionne toujours à l'électricité...).
En sachant qu'il semble y avoir des aides de la région haut de france.

Mais si vous passez par un constructeur, il peut vous annoncer un surcoût prohibitif simplement parce qu'il n'a pas l'habitude d'en faire et que c'est moins rentable pour lui......

#69 - Max59 - 08.05.17

Bonjour,
Dans le cadre d'une future construction qui se situera dans le Nord, je m'interroge concernant les différentes solutions qui me sont proposées par mon constructeur.
Il m'est conseillé une installation d'une pompe à chaleur duo avec plancher chauffant. Je m'interroge quant à la fiabilité et le coût d'entretien d'un tel matériel ainsi que son rendement dans une région telle que la nôtre.
Je suis plutôt habitué au gaz et j'opterais pour ma part pour une chaudière à condensation pour le chauffage et un ballon thermodynamique pour l'eau. Est-ce le bon choix selon vous en sachant que la maison devrait être théoriquement bien isolée.
Quid de l'intérêt du plancher chauffant via ce type d'énergie ?

Merci de vos conseils,
Cordialement,

#68 - Marc - 14.04.17

Bonsoir,
Merçi pour votre réponse. Il s'agit bien d'une PAC à fluide intermédiaire (avec capteurs verticaux).

#67 - Benjamin (Admin) - 14.04.17

Bonjour Marc,
Tout dépend déjà dans quel système vous vous trouvez...
PAC à fluide intermédiaire?
A l'arrêt de la PAC (et donc du compresseur), les pressions vont s'équilibrer et le fluide frigo liquide va migrer progressivement vers le point froide (= généralement l'évaporateur).
Sur des installations mal dimensionnées, c'est d'ailleurs un risque de casse du compresseur puisqu'au moment de son déclenchement, il y a un risque d'avoir un "coup de liquide", c'est-à-dire du liquide qui arrive au compresseur.
A moyen terme, on dégrade les roulements du compresseur (usures anormales). En cas de fort coups de liquide, on dézingue carrément le compresseur.

Autrement dit, le cycle continu jusqu'à l'équilibre à l'arrêt de la PAC. Si du fluide frigo est encore évaporé, cela ne pose pas de problème particulier.


Concernant la régulation, le circuit géothermique (qui n'est constituer en fait que d'un circulateur) est indépendant et peut donc fonctionner 24h/24h.
Cela permet de s'assurer que le circuit géothermique fonctionne quand la PAC est en demande.

#66 - Marc - 04.04.17

Bonjour,
Je me pose certaines questions par rapport au fonctionnement d'une PAC.
Quand le thermostat d'ambiance indique que la bonne température est atteinte dans la maison, le système de chauffage de la maison s'arrête (en coupant la circulation des radiateurs ou du plancher par exemple). Le compresseur doit alors impérativement s'arrêter aussi (Il stoppe ainsi la condensation du gaz, et par là, le transfert de la chaleur contenu dans celui-ci au système de chauffage de la maison). Une partie du gaz évaporé n'est donc pas forcément condensé entièrement à chaque fois. Ce gaz non condensé est-il mis "en attente" jusqu'à ce que le thermostat demande à nouveau de fonctionner ou est-il dilaté systématiquement par le détendeur?
Le système de captage d'énergie dans le sol, lui, est apparemment indépendant du thermostat d'ambiance . Se met-il en route automatiquement quand il n'y a pas/plus de gaz évaporé dans le condenseur, et le stock ainsi en attendant la demande du compresseur, ou seulement au moment de la demande?
Je vous remercie pour votre réponse.
Cordialement.

#65 - Benjamin (Admin) - 05.03.17

Bonjour,
@Christion16110 : Effectivement, la panne d'un ventilateur peut entraîner d'autres problèmes comme faire monter le système en pression.

@Jlk : Avec autant d'informations, il faut une boule de cristal pour vous répondre... C'est d'ailleurs bien pour ça que vous ne trouvez pas votre réponse...
Globalement:
- Climat froid plutôt chaudière gaz
- Climat tempéré, performances similaires gaz/PAC
- Climat chaud, plutôt PAC

Mais cela dépend aussi des besoins énergétiques de la maison...(climat, surface, niveau d'isolation, exposition, habitude de chauffe, ....).

#64 - Jlk - 04.03.17

Bonjour, je dois remplacer ma pac qui n'a jamais tres bien fonctionnée. J'hésite ente une chaudière gaz de ville et une pac air/eau Je n'ai pas trouvé la différence de consommation entre les deux solutions. J'ai un plancher chauffant. Je connais tous les avantages et inconvénients, il me reste plus que cette question. Cordialement

#63 - Christian16110 - 01.03.17

Bonjour,
J'ai une PAC, Roca YCSA 26, qui possèdent 2 ventilateurs.
L'un des deux est tombé en panne et je ne l'ai pas encore changé par manque de budget.
Suite à une fuite sur le circuit R407C, j’ai fait intervenir un chauffagiste qui m’a réparé la fuite : coût de son intervention 1600€ (Vidange du R407C + Azote + recharge R407C).
Un mois et demi après, la réparation ne tient pas et une nouvelle fuite apparaît.
Le chauffagiste me dit que c'est à cause du ventilateur en panne qui fait monté la pression du circuit.
Il se considère donc à demi responsable.
Pouvez vous me dire que c'est à cause du ventilateur en panne qui fait monté la pression.
Aussi, il avait mit un ruban adhésif sur sa réparation. Il me dit que c’est pour éviter la corrosion.
Est-ce vrai qu’un ruban adhésif évite la corrosion ?
Cordialement

#62 - Benjamin (Admin) - 23.01.17

Bonjour lapilorge,
La loi d'eau est dans la régulation de la pompe à chaleur (donc soit un module externe, soit directement sur la machine).
Vous trouverez ce paramétrage sur la notice (quelle marque et quel modèle?)

#61 - lapilorge - 20.01.17

Merci pour ces renseignements que nous ne connaissions pas du tout;
Par contre ou se fait cette régulation (loi d'eau)? au niveau des nourrices?

#60 - Benjamin (Admin) - 20.01.17

Bonjour lapilorge,
La pompe à chaleur doit être réglée en fonction de la température extérieur, via une loi d'eau, voir sur cet article :
http://conseils-thermiques.org/contenu/regulation_chauffage.php#4

Votre soucis est typique d'une loi d'eau trop basse sur les températures basses.
Remontez-là progressivement (pour l'ajuster au mieux) et vous n'aurez plus ce soucis.
Par exemple si le départ est fixé à 40°C pour -10°C, diminuez le à 35°C. 48h après, remontez ou descendez un peu selon s'il fait encore trop chaud ou trop froid.

#59 - lapilorge - 20.01.17

Bonjour,
Nous avons un système de chauffage au sol à eau par ballon aérothermique et pompe a chaleur air*eau. Celui ci chauffe le plancher et l'eau chaude sanitaire.
Mais on se rend compte que plus il fait froid dehors plus il fait chaud à l'intérieur, très désagréable, obligé d'ouvrir les fenêtres et sol chaud. Alors que la température est programmée au minimum (15degres) pour justement essayer de diminuer cette chaleur mais rien n'y fait; par contre des que les températures extérieures sont plus douces (10°) il fait bon à l'intérieur. Comment faire pour réguler le chauffage?
Cdlt

#58 - hallaixe - 19.01.17

Nous avons choisi un constructeur.

Merci pour votre aide très efficace.

#57 - Benjamin (Admin) - 19.01.17

Bonjour,
Avez quels professionnels comptez-vous construire? Architecte, maître d’œuvre, constructeur?
Ils pourront vous dire les coûts approximatifs selon la région, la surface et les autres points techniques à prendre en compte (longueur de réseaux, etc...).

Pour l'impact sur les consommations, vous pouvez faire appel au bureau d'études thermiques qui est (sera) retenu pour faire l'étude thermique obligatoire.

#56 - hallaixe - 19.01.17

re,

Où pourrais je avoir cette simulation de coût (investissement et entretien) avec une reponse rapide?

merci d'avance.

#55 - Benjamin (Admin) - 19.01.17

Re,
Comme dit avant, il faut faire une étude précise pour savoir lequel sera le plus intéressant. Les 2 solutions sont compétitives sur le papier (le gaz consomme un peu plus de kWh qu'une pompe à chaleur mais son prix au kWh est moins élevé).
Le bureau d'études pourra faire 2 simulations pour voir lequel sera le plus intéressant.

#54 - Hallaixe - 19.01.17

Merci benjamin pour la reponse rapide et precise.

Par contre conclure sur le gaz est aussi competitif que l électricité ne m aide pas beaucoup plus dans mon choix

#53 - Hallaixe - 19.01.17

Merci benjamin pour la reponse rapide et precise.

Par contre conclure sur le gaz est aussi competitif que l électricité ne m aide pas beaucoup plus dans mon choix

#52 - Benjamin (Admin) - 19.01.17

Bonjour hallaixe,
En RT 2012, il faut oublier le chauffage électrique à l'étage...L'électricité est beaucoup trop pénalisée pour qu'il soit possible de mettre du chauffage électrique.
Le gaz à l'avantage de pouvoir chauffer sans soucis des radiateurs (en plus d'un PC). Les PAC peuvent aussi le faire mais leurs performances sont moindres (cela dépend aussi du climat?). Plusieurs solutions peuvent donc s'envisager (selon surface, orientation, climat,...) :
- Chauffage gaz (PC + radiateurs à l'étage) + Ballon ECS Thermo
- Chauffage gaz (PC + radiateurs à l'étage) + Ballon solaire (avec appoint gaz) -> = quasiment plus d'électricité! L'investissement n'est pas beaucoup supérieur à la solution précédente et c'est une vraie solution d'énergie renouvelable. (Le ballon ECS Thermo est considéré comme tel alors que ce n'est pas le cas).
- Pompe à chaleur (PC + radiateurs à l'étage) + Ballon ECS Thermo (ou production directement par la PAC)

La solution 100% plancher chauffant est également tout à fait envisageable (et donne un peu plus de crédit à la pompe à chaleur).

D'un point de vue financier, il faut faire une étude précise pour connaître la différence de coût d'installation et le coût de fonctionnement. Mais le gaz est de toute façon compétitif face à l'électricité.

#51 - hallaixe - 19.01.17

Bonjour,

Nous allons faire construire une maison à étage. quel type de chauffage est le mieux aujourd'hui? PAC ou gaz de ville? à combiné avec un ballon thermodynamique.

Sachant que nous allons avoir plancher chauffant RDC et radiateur electrique a l'étage.

Merci d'avance.

#50 - Benjamin (Admin) - 07.01.17

Bonjour Geraldine42,
2 choix pour moi sont à retenir :
- Plancher chauffant au sous-sol et on garde les radiateurs à l'étage s'ils ne sont pas percés (les vieux radiateurs étant souvent surdimensionnés + lourd = possibilité de baisser la température + inertie).
Concernant une pompe à chaleur ou le gaz, cela dépend de l'investissement (normalement une installation gaz est moins cher, sauf s'il faut faire un raccordement). A l'usage, la pompe à chaleur sera un peu moins coûteuse, mais attention au prix d'entretien et aux risques de panne (généralement plus coûteuses).

- Ou poêle à granulés au sous-sol, idéalement canalisable avec appoint électrique (radiants électriques) à l'étage.

Les chauffages électriques inertie ne sont valables que pour des pièces de vie (et encore). Dans des chambres, il vaut mieux s'orienter vers des radiants électriques.

Dans tous les cas, avec un artisan RGE et le matériel éligible, il y a un crédit d’impôt de 30% sur les pompes à chaleur, les chaudières gaz à condensation et les poêles à granulés.

N'hésitez pas à revenir vers vous pour plus de précisions.

#49 - Benjamin (Admin) - 06.01.17

Bonjour frede80,
Sans plus d'information, il est relativement difficile de répondre. Cependant, on peut partir sur quelques calculs faits

sur un coin de table.
Imaginons vos besoins en énergie à 30000 kWh dont 20000 kWh pour le chauffage (dont 2000 kWh grand froid).
Cela représente un cout d'environ 3000€ au propane, dont 2000€ pour le chauffage.

Avec une pompe à chaleur et un cop sur l'année de 2,5, cela donne :
Besoin chauffage 18000 kWh, conso électrique 7200 kWh, coût 1080€.

Idéalement, il faut une pompe à chaleur capable de produire de l'ECS (surcoût 1000€).
Avec le même COP, et le propane qui reste en secours :
Besoin énergie PAC 28000 kWh, conso électrique 11200 kWh, coût 1680€

Cela donnerait donc :
Coût actuel : 3000€ de propane + 100€ d'entretien = 3100€ /an
Coût PAC uniquement chauffage : 1080€ d'électricité + 100€ entretien PAC + 1200€ propane + 100€ entretien = 2480€
Economies = 620€/an. En prenant un investissement à 8000€. Cela donne une rentabilité à 13 ans.

Coût PAC chauffage + ECS (propane gardé en secours) : 1680€ d'électricité + 100€ entretien PAC + 200€ propane + 100€ entretien =

2080€
Economies = 1020€/an. En prenant un investissement à 9000€. Cela donne une rentabilité à 9 ans, ce qui est relativement

raisonnable. Le coût dépend de l'installation actuel, sachant qu'il y a un crédit d'impôt de 30% sur les pompes à chaleur.

Globalement, les hypothèses prises ici sont plutôt en dévafeur de la PAC.

Pour un calcul un peu plus détaillé, n'hésitez pas à m'indiquer votre conso de propane actuel + la facture.

Mais d'une manière général, oui, la conso électrique va augmenter, mais les conso de propane vont plus diminuer = économies.

#48 - Geraldine42 - 06.01.17

Vous allez peut être me sauver la vie car je dors plus à cause du choix de chauffage que je dois faire, je viens d'acheter une maison 1960 un étage de 70m2 (ma chambre + 3 ch pour mes 3 enfant)et un sous sol que je dois aménager en salon cuisine également de 70m2, je suis entrain de faire l'isolation par extérieur + combles et fenêtre double vitrage , c'est chauffé au fioul avec vieux radiateurs a changer, une installation gaz coûtera dans les 15000 € une pac air eau 10000€, et un planchet chauffants au soussol s + radiateur électrique a inertie dans les chambres dans les 8000€, sachant que je suis de Saint etienne dans la Loire, et que etant une maman seule je ne pourrais pas me permettre de payer plus tard de payer des frais si jamais des grosses pannes, jai presque epuisé ce que jai dans les traveax l'isolation, que me conseillez vous ? Que me conseillez vous svp je n'y comprend pas grand chose et chaque artisan prêche pour sa paroise, il y a un ancine conduit de poêle dans le sous sol,

#47 - frede80 - 02.01.17

bonjour, nous venons d'acheter une longère chauffée au propane qui nous coûte un bras chaque hiver, mon installateur me conseille une pompe à chaleur couplée avec la chaudière existante pour la production d'eau chaude et le relais pour les grands froids , beaucoup de personnes me disent que ma consommation électrique va exploser, je ne sais plus quoi penser, que me conseillez-vous la maison fait 160 m2 sur 100 m2 de terrain et elle encore mal isolée nous y travaillons
merci pour vos conseils

#46 - JLB29P - 06.12.16

pour zizou :
Il faut indiquer la région où vous vous trouvez, ou plus utilement les températures mini, la durée de la période froide...
Quant à remplacer une PAC en raison de son âge, ce n'est pas forcément nécessaire. Est-elle encore efficace ? Peut-être est-elle encore rentable en dehors des périodes les plus froides ?

#45 - Benjamin (Admin) - 06.12.16

Bonjour zizou,
Quel est le chauffage principal de la maison? Est-ce que la chaudière peut alimenter tout le circuit de chauffage?

#44 - zizou - 28.11.16

Bonsoir doit on remplacer une pompe a chaleur qui a 25 ans sachant qu'il y a une chaudière a condensation plus un ballon d'eau plus des panneaux solaires merci de me renseigner

#43 - JLB29P - 08.11.16

Le circulateur est une pompe qui force l'eau à circuler dans les tuyaux (utile lorsque la convection naturelle n'est pas suffisante)
Utilisez "recherche d'image" circulateur, vous verrez à quoi ça ressemble. Cela dit, il n'est pas possible, à distance, de savoir si votre installation en nécessite.
Appliquez un thermomètre à différents endroits, sur les murs, pour savoir si l'isolation est correcte (le laisser 1H à chaque fois) et relevez les températures.
En principe, l'air chaud montant, il devrait faire plus chaud au plafond et vers le haut des murs, sauf si l'isolation d'un mur ou du grenier est mauvaise.

#42 - Didine - 08.11.16

Pour répondre à vos questions, toutes pièces de la maison sont équipés de ce chauffage à eaux avec un robinet thermostatique. Réglé au maximum dans cette chambre. Et donc commander par la PAC. Il chauffe comme les autres. Je ne comprends pas de quoi vous parlez en disant circulateur. Après, nous nous posons aussi la question sur l isolation. Est-ce que les personnes ont bien fait le travail ? Car nous avons eu clé en main, donc pas pu surveiller à l étage.

#41 - JLB29P - 07.11.16

Pour Didine:
Comment sont chauffées la salle de vie et la chambre ?
S'il y a chauffage au sol dans la salle de vie et radiateur dans la chambre, ça peut expliquer une forte différence.
Lorsque la salle est assez chaude, si le thermostat qui commande la PAC y est situé, le message envoyé à la PAC est: "il fait assez chaud" sans se préoccuper de la température de la chambre !
Y a-t-il dans cette chambre un robinet thermostatique sur le radiateur (si ce radiateur est à eau chaude)? Et y a-t-il un circulateur qui oblige l'eau chaude à y circuler (au cas où la convection naturelle n'y suffirait pas) ?
Et bien entendu, l'isolation de cette pièce est-elle bonne ?
Dans mon cas particulier, l'installateur n'avait pas prévu de thermostat à l'étage, donc seul celui régulant le plancher chauffant servait de consigne pour la PAC. Les chambres étaient insuffisamment chauffées (jusqu'à ce qu'on en ajoute un).

#40 - Didine - 07.11.16

Bonjour, nous avons fait construire une maison et cela fait un an que nous l habitons. Elle est donc équipé de la pompe à chaleur avec chauffage à eau. Dans la salle de vie il fait souvent 22 degrés mais dans une chambre à l étage, de 18 m2, avec fenêtre lucarne reste froide. Ce matin, il faisait 8 degrés dehors et seulement 15 dans cette pièce qui est la chambre de notre bébé. Je voudrais savoir pourquoi ? Et si vous pouviez m aider à trouver une solution à ce problème svp ?

#39 - JLB29P - 03.11.16

Note à Marine :
La première question à vous poser: où habitez-vous ? ou plus exactement, quelles sont les températures mini et pendant combien de temps ?
Pour donner un élément de comparaison, j'utilise une pompe à chaleur depuis 8 ans, avec plancher chauffant et radiateurs basse température, j'en suis pleinement satisfait (les problèmes de pannes et de bruit dus à une mauvaise installation initiale mis part), MAIS il fait rarement moins de -4°C et pendant 1 semaine par an ici !
Des parents qui avaient opté pour une chaudière à granulés ont dépensé en un mois ce que d'autres dépensent en un an ! avant de comprendre que le vrai problème chez-eux était l'isolation (dans le Poitou). En utilisant un banal pyromètre infra rouge (acheté moins de 50€ en grande surface), j'avais pu mettre en évidence un gouffre à calories (un gros défaut d'isolation en haut des murs périphériques). C'est rarement aussi flagrant, mais les ponts thermiques contribuent souvent à contrarier une bonne isolation générale...
On leur a depuis, vendu un ballon thermodynamique, bonne idée en soi un ballon couplé à une petite pompe à chaleur), mais le margoulin qui l'a installé prend l'air tiédi de la cave et renvoie l'air froid dans la même cave ! d'où refroidissement de la maison par le sol, condensation (qui amoindrit l'isolation !) et le ballon brassant de l'air de plus en plus froid voit son rendement baisser tout en fonctionnant de plus en plus souvent ! Alors qu'il suffisait de canaliser l'air froid pour le renvoyer dehors !

#38 - Benjamin (Admin) - 03.11.16

Bonjour Marine,
Si l'ajout d'isolation joue sur votre confort, elle agit aussi, de fait, sur les consommations...
Cela améliorera le confort en hiver comme en été (et au passage, moins de besoin = une PAC qui arrive à mieux chauffer).
Pour le coût, vous pouvez effectivement passer par des pro, ou bien acheter 20 rouleaux de LdV NUE (sans pare-vapeur) en 200 mm et les dérouler vous-même pour moins de 800€.
Une solution poêle à granulés + appoint dans la ou les 2 pièces les plus éloignées n'est pas vraiment un retour en arrière. Les chambres n'ont pas besoin d'être aussi chauffées que la pièce principale et la diffusion de la chaleur est relativement satisfaisante (mais dépend de la configuration de la maison).
Pour ce que vous appelez la "puissance de chauffe", il faut penser qu'il y a 30 ans, les planchers chauffants n'étaient pas forcément limiter de la même manière en température (limitation à 28°C en surface). Ce qui peut donner une sensation de plancher plus froid.
Pour ce qui est des devis, le gain du changement du ballon thermodynamique qui a tout juste 10 ans sera très faible.

#37 - Marine - 02.11.16

Merci Benjamin
c'est l'échangeur d'eau qui est concerné : donc moins pire en effet. 1er devis 1 645 €, j'attends le 2ème.
Concernant un changement de PAC, sur un des 2 devis, le prix de la PAC TTC est soit :
de 6 805 € TTC (sans changer le ballon thermodynamique) + 1400 € de pose installation + désembouage
de 8700 € TTC (avec changement du ballon thermodynamique) + 1400 € de pose installation + désembouage.
J'ai fait vérifier l'état de la laine de verre par 3 professionnels. Pour les 3, elle est en bonne état. Eventuellement rajouter une nouvelle couche sur l'existant : coût de 3000 € par les 3, qui serait une solution de confort et non d'impact sur la facture électrique.
J'ai dû mal à me projeter sur des radiants éléctriques, appréciant le plancher chauffant et cela depuis 30 ans. C'est depuis le passage de ma chaudière propane à la PAC que je suis moins satisfaite, n'ayant jamais retrouvé la même capacité de puissance de chauffe pendant les 3 mois d'hiver.
Votre solution de radiants électriques me donnent le sentiment d'un sacré retour en arrière avec la concentration de la chaleur à des endroits très précis et non pas répartie sur l'ensemble de la maison.
J'attends avec impatience mon 2ème devis de réparation de la PAC existante.
Cdlt

#36 - Benjamin (Admin) - 01.11.16

Bonjour,
@Gilles Br (et JLB29P) : Une PAC suffisamment bien dimensionnée doit normalement pouvoir chauffer une maison sans chauffage d'appoint. La présence d'un insert permet de diminuer les besoins de la PAC lorsque celle-ci n'est plus très performante (lorsque la température descend en dessous de 0).

@Marine : Quel est l'échangeur concerné? (fuite d'eau ou fuite du gaz?). Dans le cas d'une fuite de gaz, il y a également fuite d'huile et donc problème de lubrification du compresseur (= problème potentiel du compresseur HS dans quelques mois). Dans le cas de l'échangeur à eau, c'est moins problématique.
Un réinvestissement à 9000€ paraît relativement démesuré.
Ordre des priorités :
- Faire la réparation pour moins de 1000€ si cela est possible
- Vérifier l'état et l'épaisseur de la laine de verre (qui doit s'être tassée en 20 ans) et en rajouter (laine de verre nue) pour atteindre au moins 30 cm.
- Réfléchir à une autre solution de chauffage pour la prochaine saison de chauffe. Avec une analyse (confort, contrainte et coût de fonctionnement = 600 € de pellet ou 1000€ d'électricité pour 10000 kWh de besoin en chauffage) à faire entre le ré-investissement dans une PAC et un poele à granulés par exemple (avec 2 ou 3 radiants électriques en appoint dans les pièces les plus éloignées). La solution propane est devenue obsolète (et notamment au regard du prix du propane, mieux vaut passer en radiants électriques!).


#35 - Marine - 31.10.16

Bonjour
J'habite une maison construite en 1997 de 110 m2, de plein pied, avec de nombreuses baies vitrées exposées ouest et surtout sud et isolation laine de verre dans les combles perdues .
Ma PAC nexa installée en 1997 connait des problèmes de fuite sur l'échangeur.
Un ballon thermodynamique de 400 litres installé en 2007 vient compléter la PAC.
Je m'interroge sur, soit :

a) une réparation dont le coût varie entre 500 et 1700 € selon les entreprises. Mais n'es t ce pas le début d'une série de problèmes ?

b) un changement de PAC (2 devis entre 9 000 et 11 500 €) : coût élevé pour une énergie pas propre et 3 mois d'hiver (janvier, février, mars) où le chauffage est insatisfaisant (pas assez de chaleur dans la maison).
Les nouvelles PAC semblent plus performantes et proposent une alternative de complément mais qui reste éléctrique donc toujours une énergie non propre. PLus un contrat d'entretien annuel de 150 € environ.
J'ai consulté plusieurs forums depuis quelques jours et je constate qu'il y a beaucoup de déboires et de nombreux mécontentements concernant les PAC.
Est il intéressant d'ajouter un panneau solaire sur le toit (toit dont l'inclinaison est de 10 ° nord) ? un poële à granule ? tout en sachant que ce sont des coûts supplémentaires.

c) une chaudière à condensation au propane (la citerne installée à la construction de la maison est toujours enterrée dans le jardin et alimentée pour la gazinière (pour la cuisine). Dois je repartir vers ce mode de chauffage qui là aussi est non écologique et qui reste aléatoire en terme de coût ?

Ma consommation électique tourne autour de 1 000 € /an.
J'aimerais avoir vos conseils, merci d'avance.
Cdlt

#34 - JLB29P - 31.10.16

Pour Gilles Br...
La première solution: demander aux anciens occupants !
Et tout dépend de la région où se trouve cette maison !
Par comparaison, des voisins ont aussi une maison récente équipée comme la vôtre, ils ont besoin d'un appoint dans les salles d'eau, et d'une cheminée (parfois seulement) dans le séjour (plus pour le plaisir que pour la chaleur, sauf lorsque le chauffage n'est pas en service).
Mais ils sont en Bretagne, pas en Savoie !

#33 - Gilles Br... - 31.10.16

Bonjour, je projette d'acheter une maison récente (2005) équipée d'un PAC air/eau qui chauffe les planchers du RDC et de l'étage ainsi que le ballon d'eau chaude. Il n'y a pas de chauffage d'appoint, si ce n'est qu'un insert...
Dois-je prévoir un équipement complémentaire ?

#32 - Benjamin (Admin) - 10.10.16

Bonjour breizhy,
Quel modèle de PAC (c'est écrit quelque part sur l'unité extérieure)? Vous n'avez pas la notice d'utilisation?

#31 - breizhy - 08.10.16

bjr je viens d acheter une maison équipée d une pompe à chaleur ( aérothermie) je voudrais remettre le chauffage mais ma pompe ne démarre pas il y a un symbole avec un oeil et une clé qui clignote.

#30 - Benjamin (Admin) - 23.08.16

Bonjour What,
Effectivement, il n'est pas possible de savoir d'où vient son électricité.
Cependant, en souscrivant à des offres 100% EnR, on s'assure que la totalité de ce que l'on consomme a été produit par des énergies renouvelables (Garantie d'Origine / Certificat vert), mais pas de manière locale.
N'importe quel fournisseur peut donc proposer une offre 100% EnR, peu importe sa production, du moment qu'il achète suffisamment de certificats verts.
Seul un fournisseur se distingue, Enercoop, par la totalité de sa production réalisée par des "petits" producteurs d'énergie renouvelable.

#29 - What - 23.08.16

"certains fournisseurs d'électricité proposent des offres 100% énergie renouvelable"
C'est tout simplement impossible. Qu'on soit chez Engie ou d'autres concurrents, c'est la même électricité qui passe dans le réseau. On ne choisi pas l'électricité qu'on recoit.

#28 - Benjamin (Admin) - 12.07.16

Bonjour lange78,
Avec une différence si importante, le choix se porte logiquement vers le gaz.
Le constat est simple.
Imaginons que vous payez aujourd'hui 2000€ de fioul/an.
Avec un nouvelle chaudière gaz + le prix du gaz on arrive à (minimum) 30% de réduction soit 1400€/an.
Avec une PAC, on a un COP de 3 de moyenne donc on divise par 3 mais on rajoute 50% de différence entre le prix du fioul et celui de l'électricité.
Cela fait :
- Fioul 2000€/an
- Gaz 1400€/an
- PAC 1000€/an
On a donc une différence d'environ 400€/an entre le Gaz et une PAC. La différence d'investissement de 15000€ donne un temps de retour sur investissement de 38 ans. Donc cela ne sera jamais rentable.

Ceci étant dit, une différence de 15000€ me paraît très élevée, puisque on peut tabler sur un coût d'installation de la PAC à 15000€ - 30% de crédit d'impot... (sauf dans le cas où l'on change les émetteurs de chaleur?).

Avez-vous pensé à mettre un poêle à granulé avec la chaudière gaz en appoint (pour les pièces éloignées)? L'investissement sera toujours inférieur à celui de la pompe à chaleur et vous avez une solution de chauffage chaleureuse, confortable, rentable et "environnementale"?

#27 - lange78 - 12.07.16

bonjour,
nous avons une maison (meulière années30) de 150 m2 chauffée au fuel, nous venons de faire isoler les combles et changer toutes les portes et fenêtres et nous hésitons vraiment entre PAC air/eau et gaz apparemment l'économie sur la facture est plus conséquente avec la PAC, mais l'investissement est énorme :les devis font ressortir une différence de 15000 euros quand même! la PAC proposée est une marque allemande haut de gamme (Stiebel), la chaudière gaz une Frisquet
entre énergie fossile (bof) et électricité (éventuellement renouvelable mais quel coût!), le choix est compliqué, je suis donc preneuse de tout témoignage me permettant de trancher enfin...merci

#26 - Benjamin (Admin) - 01.07.16

Bonjour iroise,
Effectivement, il n'y a pas qu'EDF et certains fournisseurs d'électricité proposent des offres 100% énergie renouvelable.

#25 - iroise - 29.06.16

dans vos propos vous parlez des abonnements EDF mais EDF n'est pas le seul fournisseur d’électricité! pourquoi faire de la publicité pour une seul fournisseur d’électricité; vous devriez parler de fournisseur d’électricité ; moi je suis chez un fournisseur d’électricité entièrement renouvelable!!

#24 - Benjamin (Admin) - 09.05.16

Bonjour Mama,
La pose d'une PAC air/air est possible avec un chauffage électrique. Toutefois, les PAC air/air sont peu performantes et ne bénéficient plus du crédit d'impôt.
La mise en place d'un poêle à bois ou à granulés (solution que nous privilégions) est également tout à fait compatible (et bénéficie de 30% de crédit d'impôt).

La surface de 85m² permettra un chauffage quasiment exclusif au bois (ou au granulés) ce qui en fait la solution la plus vertueuse et la plus économique.

#23 - Mama - 09.05.16

Bonjour,
j'ai une rénovation de maison datant de 1960 de 84.17 m², actuellement chauffé à l'électrique, j'aimerais savoir si il était possible de coupler l'electrique avec une PAC ou un poêle à bois sachant que la maison se situe dans le sud, j'aimerais que l'installation respecte le developpement durable avec des énergies renouvelables, j'aimerais avoir votre avis, que me conseillez-vous?

Merci d'avance

#22 - Benjamin (Admin) - 07.04.16

Bonjour,
@Benjamin K,
Effectivement, la solution d'un chauffage au sol couplé à un poêle paraît être une bonne solution.
Il faut cependant pour cela avoir une isolation du sol suffisante (mini 80 mm).
La solution de la VMC Double Flux ne permettra pas réellement de redistribuer l'air chaud, cela serait plutot le rôle d'un déstratificateur. De plus, une VMC DF impose une bonne étanchéité à l'air ce qui n'est pas toujours évident à obtenir en rénovation, même si on a ici une ITE qui facilite l'étanchéité.

@jean-chris : Les PAC air-air ne sont pas éligibles au crédit d'impôt (car leurs performances ne sont pas suffisantes). De ce fait, ce n'est pas une solution très avantageuse, d'autant que cela signifie remettre des éléments de chauffage un peu partout dans la maison. De plus, les éléments font parfois du bruit et provoque des courants d'air pas forcément agréables.
A l'inverse, la solution d'un poêle à pellet avec 30% de crédit d'impôt permet un investissement moins élevé, en plus de tous les atouts du chauffage aux pellets (plus écologique, moins cher, plus chaleureux, ...).

#21 - jean-chris - 06.04.16

Bonjour Xavier,

merci de votre réponse.

Je ne crois pas qu'il soit question de radiateurs à eau. Je pensais à une PAC air-air pour une pièce de vie de 38 m2 avec un split.

amicalement

#20 - Benjamin K - 06.04.16

Bonjour à tous,

Actuellement en pleine préparation pour la rénovation d'une maison avec sa grange attenante.
Nous sommes bloqué par le choix du moyen de chauffage.
Je vous explique:

La maison est actuellement en deux partie. Une partie habitation et une grange accolée (garage et chaufferie au RDC et un plateau à l'étage).
L'idée est d'aménager le plateau de la grange pour faire notre salon et une chambre d'amis.

La partie habitation est actuellement chauffée avec une chaudière à fioul installée il y a 5 ans.
Par contre la partie grange n'a pas encore de système de chauffage.


Avant de penser au moyen de chauffage, voici ce que nous avons prévu pour la partie isolation de la maison:

- ITE 140mm sur les facades EST et OUEST (la maison est mitoyenne SUD et NORD).
- Rails placo + BA13 et 140mm de laine de verre contre le mur mitoyen dans la grange.
- Dépose et repose de la toiture pour installer un écran sous toiture type REWASI.
- 300mm de laine de verre sous les rampants.

En considérant que la partie habitation restera chauffée au fioul, comment chauffer le salon?
Voici les dimensions de la pièce:

Surface au sol environ 109m²
Hauteur sous la faitière 5.2m
Volume environ 440m³

Sachant que nous voulons garder la hauteur total pour conserver une partie de la charpente apparente.

Le salon se trouvant au dessus d'un garage non isolé nous avons prévu d'isoler le sol du salon et recouler une dalle.

Après la visite de plusieurs artisans, toutes ces personnes m’ont conseillé des moyens de chauffage différents, donc nous sommes un peu perdu.

1ère solution: Isolation de la dalle avec 100mm + chauffage au sol électrique et un poele à pellet.

2ème solution: Isolation de la dalle avec 100mm + chauffage au sol hydraulique couplé sur la chaudière au fioul + poele à pellet.

3ème solution: Pompe à chaleur air/air avec deux sorties croisées et chauffage au sol hydraulique couplé à une nouvelle chaudière électrique.

4ème solution chauffage au sol électrique en appoint et poele à pellet avec VMC double flux pour redistribuer l'air chaud d'en haut vers en bas.

Chacun prêche pour sa paroisse et m'assure que sa solution est la plus efficace, efficiente...

Je suis bien conscient que les travaux d'isolation apportés permettront de limiter les déperditions de chaleurs mais j'ai du mal à trouver la solution la "moins pire"

Voici mes avis sur les différentes solutions:

1ère: chauffage au sol électrique cher et capacité de chauffage limitée.

2ème: Coût en fioul pour chauffage au sol hydraulique excessive.

3ème: PAC pas d'avis.

4ème: me semble la mieux.

Tous m'ont parlé d'une zone de confort de 2.5m de haut en partant du plancher.

Je me tourne donc vers vous aujourd'hui pour avoir votre avis.

Merci d'avance

#19 - Xavier (admin) - 05.04.16

Bonjour jean-chris,

Dans votre cas, il n'y a pas à hésiter, mieux vaut partir sur un poêle à granulés 8kW avec appoint électrique (déjà existant). En partant sur une pompe à chaleur, vous serez obligé de changer vos émetteurs de chaleur (radiateurs électriques) pour des radiateurs à eau.
A bientôt,

#18 - jean-chris - 05.04.16

et bonjour,

qu'est-ce qui, à votre avis, est le plus intéressant sur le plan financier dans une maison de 1976 tout électrique de 82 m2 mais bien isolée (isolation par l'extérieur, vitrage performant etc) et orientée N/S et donc profitant des apports solaires gratuits :

-un poêle à granulés dans le salon mais permettant de chauffer toute la baraque;

-ou des rayonnants dans les chambres et une pompe à chaleur juste pour le séjour?

merci d'avance de votre commentaire

#17 - Benjamin (Admin) - 29.10.15

Bonjour Nicolas,
Merci pour ce retour d'expérience intéressant.
Il n'est pas étonnant que le système fonctionne mieux maintenant que vous ne vous en servez plus que 10h/j. En effet cela laisse le temps au terrain de se réchauffer par le soleil de la journée.

#16 - Nicolas - 28.10.15

Bonjour. Ma maison est chauffée depuis 15 ans par une PAC "Géothermique" (capteurs et plancher chauffant en eau glycolée) de la marque Solterm (qui a fait faillite depuis). Après quelques déboires ayant nécessité l'intervention d'un expert la PAC a été réinstallée de façon fonctionnelle. Aucun entretien n'a été fait depuis 15 ans et ça chauffe toujours ma maison avec 1800 W d'électricité. Au bout de quelques années les tuyaux des capteurs givraient en hiver. Depuis j'ai installé un poêle à bois que j'utilise le jour, la PAC ne fonctionnant plus que la nuit (tarif de nuit). Plus de problème de givre et rendement probablement amélioré. Je suis donc très satisfait de ce mix bois/PAC. Le terrain ne semble pas souffrir du refroidissement, un acacia a même poussé sur la zone de captage.

#15 - Benjamin (Admin) - 12.05.15

Bonjour JLB29P,
Nous sommes bien en France (je ne comprends pas que vous voyez des $...).
Merci pour votre retour d'expérience très intéressant.
Effectivement, les frais cachés rognent trop souvent sur les économies d'énergie réalisables. C'est par exemple le même soucis sur une VMC DF...
Dans le cas des PAC, le manque de fiabilité est l'une des raisons de la baisse d'intérêt vers ce système après l'explosion des ventes il y a une dizaine d'année.

#14 - JLB29P - 06.05.15

Vos calculs étant présentés en $, est-ce à dire que votre site est canadien ? Pourtant, il est fait référence plusieurs fois au midi de la France ...
Ce n'est qu'un détail.
Pour info, je suis équipé d'une PAC de marque CIAT modèle CALEO 60H mono phasée.
Je confirme l'économie sur le chauffage + ECS (en Bretagne, température mini -4°C) Même à cette période, le rendement est encore supérieur à celui de radiateurs radiants.
Coût de fonctionnement: de 30 à 110€ par mois pour une utilisations dans une habitation de 160m2 sur 3 étages avec une isolation imparfaite, 9 radiateurs basse température et un plancher chauffant.
Par contre, les inconvénients imprévus: mauvaise installation de la PAC, engendrant un bruit très anormal pendant 4 ans ! Carte de puissance grillée 4 fois ! semble-t-il à cause d'un démarreur de mauvaise conception (mais le fabricant continue à le préconiser). Autrement dit, les frais peuvent être très conséquents (dont un entretien annuel de 150€ dans mon cas). Avec le plancher chauffant, prévoir aussi un désembouage tous les 3 ans environ (350€).
Donc, des frais à prévoir, dont les vendeurs s'abstiennent de faire état.
Cela dit, je connais un cas d'installation d'une chaudière à granulés qui remporte la palme en matière de couts directs et indirects.
Je ne rends donc qu'un verdict mitigé. D'autre installations de PAC air-air sont silencieuses et très économiques.

#13 - Mo - 16.10.14

Bonjour,

Quels sont les critères dont il faut tenir compte afin de réaliser un dimensionnement d'une unité de PAC gaz à absorption dans une installation existante de + ou - 500kw de besoins thermique?

Existe-t-il une méthodologie de dimensionnement?

D'avance merci,

#12 - Benjamin (Admin) - 09.10.14

Bonjour,
L'article a été mis à jour aujourd'hui.

#11 - dingding - 04.10.14

Bonjour,
cet article m'intèresse, mais j'aimerais savoir à quelle date il a été ecrit, les observations sont-elles toujours valables pour 2014, voir 2015
Merci

#10 - Benjamin (Admin) - 21.04.14

Bonjour mary,
Avant de penser au type de chauffage, il est souvent préférable de réduire les besoins. Cela passe généralement par l'isolation.
L'isolation des combles est une étape très rentable. L'isolation des murs est généralement plus difficile sur ce type de construction, sauf dans le cas où une isolation par l'extérieur est possible. Enfin concernant le plancher, il est souvent difficile de l'isoler.
Une fois l'isolation faite, le choix du chauffage pourra être fait. Concernant les PAC, il ne faut pas oublier qu'il existe une multitude de système (Air/Air, Air/Eau, ...) avec des performances et des émetteurs très différents... Cela dépendra également de la nature de l'activité.

#9 - mary - 27.03.14

Je suis propriétaire d\'un local commercial dont la construction date de 1893. Les sols et plafond sont sur lambourdes de bois.
Est-ce que l\'installation d\'une pompe à chaleur est raisonnable dans ce type de construction ?

#8 - Benjamin (Admin) - 18.07.13

Bonjour,
Bien entendu, il vaut toujours mieux isoler avant de changer de système de chauffage.
Une PAC consommant 2 à 3 fois moins d'électricité en moyenne, cette solution est donc plus écologique que des radiants classiques, même s'il faut faire attention au gaz présent dans les PAC qui a un fort pouvoir d'émission de gaz à effet de serre. Pour finir, effectivement, les PAC ont de meilleurs rendements dans le Sud puisque leurs performances sont accrues avec la température.

#7 - mifrette - 11.07.13

Bonsoir,
Je me pose la question de l'opportunité d'un système de pompe à chaleur, sachant que j'ai une maison chauffée à l'électricité de 140 M2(Année 1990). Pas si bien isolée car l'hiver on gêle au rez de chaussée, on a aussi un insert pour le soir ou le Wend. Ne faudrait-il pas commencer d'abord par revoir l'isolation (garage, fenêtres?) Je suis en région parisienne, et il paraît que ce système est plus performant dans le midi. Est-ce plus écologique que le tout nucléaire que représente le chauffage électrique (panneaux rayonnants dans ma maison)Merci pour votre réponse.M

#6 - Dan54 - 27.01.13

Pour compléter l'aspects des coûts voici une estimation basée sur des coûts d'énergie fin 2012 , arrondi au centime d'euro
Electricité avec radiateurs 0,13$/kwh final utile de chauffage
Electricité avec PAC Cop 2,5 0,05 $/kwh utile
Fioul chauffage central standard 0,11 $/kwh
Propane 0,11 ( condensation ) à 0,15 $/kwh ( dépend du fournisseur aussi )
Gaz naturel distribué 0,06 ( condensation à 0,08 $/kwh
Charbon ( avec un poêle ) 0,09 $/kwh
Bois avec insert d trend 75% et à 60$ le stère 0,09 $ le kwh

Ces prix sont estimés avec des prix et des performances trouvées sur le marché
Noter que les couts du gaz naturels seraient probablement plus élevés sur un marché libre ( au moins au niveau du fioul ) et que le prix de l'électricité exploserait d'un facteur 5 à 6 sans le nucléaire et le thermique classique ( prix d'achat du nucléaire 0,04 $ $/kwh, du thermique 0,1 à 0,15 $/kwh et plus de 0,30 $/kwh pour l'éolien ou le photovoltaïque auxquels il faudra ajouter taxes, TVA frais commerciaux et de distribution )

#5 - Benjamin (Admin) - 30.12.12

Bonjour,
Je ne suis pas tout à fait d'accord avec votre point de vue.
En effet, une part non négligeable des gens en situation de précarité énergétique sont locataires et ne sont donc pas responsables des conditions dans lesquelles ils vivent. En rappelant que ces logements sont généralement vétustes ou insalubres.
On peut tout de même noter que l'aide pour la précarité énergétique va être étendue et que divers organismes (ANAH et ADEME) en particulier sont chargés d'accompagner les foyers en situation de précarité énergétique (réalisation d'audit et sensibilisation aux éco-gestes par exemple).

Mais on s'éloigne de la thématique des pompes à chaleur...

Pour y revenir, comme je l'ai dit, les PAC ne sont pas toujours une bonne solution, mais si l'on souhaite utiliser la géothermie, si l'on a pas de gaz de ville, entre autres... cela peut-être une bonne alternative.

#4 - gaston 87 - 29.12.12

disons que les pac sont une bonne alternative au gaz...propane!!
la précarité énergétique est tout de méme finançiére; lorsqu' l'on a pas les moyens de payer son énergie, comment peut on investir pour isoler son habitat?? toutefois, nos responsables ont choisi la hausse des énergies pour influer sur le fait qu'il est impératif de les économiser;soit,mais tous le monde n'en aura pas les moyens: d'autre part, on peut étre sceptique sur la méthode, car on a fait de méme avec la cigarette, il y a toujours autant de cigarettes fumées.
par contre on pourrait investir dans l'isolation pour les plus démunis, cela couterait cher mais avec des bénèfices à long terme. hélas, on a pris le chemin inverse: on augmente, on taxe, on réduit les aides,on réglemente, on débat, on moralise.... cela va créer la bousculade pour moderniser l'habitat !!

#3 - Benjamin (Admin) - 23.12.12

Bonjour,
Effectivement, je ne me souvenais plus avoir utilisé l'expression 'la moins chère du marché' et cette erreur est désormais corrigée. Elle reste cependant assez bon marché.
Le coût de l'énergie n'est pas forcément la principale cause de la précarité énergétique. En effet, les logements touchés sont avant tous des bâtiments extrêmement énergivores. Il faut donc pour moi parler de surconsommations énergétiques avant du coût de l'énergie quant on parle de précarité énergétique.
Les PAC sont une bonne alternative au gaz, signifie plutôt : lorsque le gaz naturel n'est pas disponible (ce qui est le cas de nombreux foyers) ou bien qu'un rafraîchissement est nécessaires par exemple.

#2 - gaston 87 - 23.12.12

loin de moi l'idée de déformer vos propos, car je reste admiratif de votre travail sur le site.
toutefois l'expression< l'énergie la meilleure du marché> induit qu'elle est la moins chére, sinon comment fait vous pour qu'une énergie la plus chére du marché soit de fait la meilleure du marché?? je vous rappele que l'on nous parle de précarité énergitique vis à vis du couts des énergies.c'est que cela ne doit pas étre si bon marché que ça!!
une bonne alternative est une solution à performance égale( pas de doute sur ce point) et à investissement quasi identique.... il y a un fossé financier entre les 2 investissements.quand aux inconvénients que vous énumérez,( bien réels je vous confirme) sont ils compatibles avec une bonne alternative ??

#1 - Benjamin (Admin) - 22.12.12

Bonjour,
Vous déformez nos propos. En effet, dire que l'électricité reste bon marché n'est pas dire que c'est la solution la moins chère. De plus, si il est vrai que son coût ne cesse d'augmenter, il en va de même pour les autres énergies (y compris le bois qui risque d'être taxé de manière importante d'ici 2014).
Je persiste également à dire que les PAC sont une bonne alternative aux chaudières gaz à condensation, notamment en géothermie où les COP sont intéressants toute l'année avec la possibilité d'une rafraîchissement (dans les zones climatiques ou c'est nécessaire évidemment).
Il faut également rappeler (ce qui sera rajouté prochainement à cet article) qu'il existe des PAC fonctionnant au gaz.

#0 - gaston87 - 22.12.12

petite erreur en présentation spécifiant que l'électricité est l'énergie la moins chére du marché, je crains au contraire que ce soit l'inverse avec le propane en prenant le prix au KWH, et avec la hausse de la cspe et de janvier 2013 à venir, elle sera la plus chére du marché !! avec un systéme thermodynamique et un cop de 3, on retombe au prix du granulés et pas loin du gaz naturel.dire que les pac sont une bonne alternative au chaudiére gaz à condensation est plus que sujet à caution,surtout si le gaz est du gaz naturel.
Remonter

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies vous permettant d'accéder à des services et offres adaptées à vos centres d'intérêts et nous permettre de mesurer l'audience.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez-ici.